Patrick Fauconnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fauconnier.

Patrick Fauconnier est le fondateur du magazine Challenges et est aujourd'hui journaliste au Nouvel Observateur et à Challenges. Il a rédigé plusieurs ouvrages sur les grandes écoles en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'ESSEC en 1967, il est directeur de la communication, puis directeur des relations avec les entreprises, de cette école de commerce[1], de 1975 à 1980. Il fonde ensuite Challenges[1].

Il écrit Le Talent qui dort, la France en panne d'entrepreneurs en 1996, qui affirme que les grandes écoles forment des gestionnaires, qui gèrent les richesses, mais très peu d'entrepreneurs, qui les créent[2]. En 2005, il publie aux éditions du Seuil La Fabrique des Meilleurs, enquête sur une culture d'exclusion , prix du livre d'économie en 2006. Ce livre critique le modèle d'enseignement français que Patrick Fauconnier considère comme trop centré sur la sélection d'une petite élite au détriment du plus grand nombre. Pour lui l'école française fonctionne comme une raffinerie, qui note, trie et élimine beaucoup, et trop tôt. Au lieu d'être une pépinière qui aide les élèves en difficulté. La devise de cette école étant " à chacun selon ses mérites", les élites françaises estiment que les "déchus de l'école" n'ont eu que ce qu'ils méritent, ce qui explique le retard des "écoles de la deuxième chance" en France[3],[4].

En 2001, il a publié dans le Nouvel Observateur, avec la journaliste Fanny Weiersmuller, des reportages sur des "Talents des Cités", mettant en avant des entrepreneurs sans diplômes. Puis il a fait publier cette enquête sous forme d'une brochure destinée à populariser ces "entrepreneurs des Cités", notamment auprès des médias. L'idée a été reprise ensuite et pérennisée par le ministère de la Ville[5], qui depuis, parraine chaque année, au Sénat, la remise des trophées "Talents des Cités".

En 2017, il publie chez Fauves Editions un livre titré Université: innover ou sombrer, dans lequel il dénonce le très long mépris qu'ont eu les pouvoirs publics pour l'université, aboutissant à un manque criant de moyens qui enraye notre rayonnement scientifique, avec aucune université française dans les cent premières Palmarès du Times et aucune dans les 35 premières du Palmarès de Shanghaï. Et il prône un rapprochement entre les grandes écoles et l'université.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Rédaction Le Monde, « Challenge, le journal qui donne envie d'entreprendre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Bertrand Duchéneaut, Les Dirigeants de PME: enquête, chiffres, analyses pour mieux les connaître, Éditions Maxima, (lire en ligne).
  • Louis Maurin, « Louis Maurin », Alternatives économiques, no 237,‎ (lire en ligne)
  • Emmanuel Davidenkoff, « L'éducation au service des élites », Libération,‎ (lire en ligne)
  • Raphaëlle Besse Desmoulières, « Patrick Fauconnier : "Les politiques ont fait de l'école du mérite une école du mépris" », Le Monde,‎ (lire en ligne).