Contrepoints

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Contrepoints
Logo de Contrepoints

Adresse www.contrepoints.org
Type de site Généraliste, libéral
Langue Français
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Propriétaire Liberaux.org
Rédacteur en chef Frédéric Mas[1]
Directeur de la publication Arnaud Le Vaillant de Charny[2]
Lancement 2007

Contrepoints est un site d’actualité d'inspiration libérale[3]. Il est développé et administré par Liberaux.org, une association loi de 1901, créé en 2002. Fondé en 2007, Contrepoints le site web existe depuis 2009.[précision nécessaire] Le nom du site est un hommage à la première revue fondée par le philosophe Raymond Aron, Contrepoint[2].

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Contrepoints a pour ambition de couvrir l'actualité « sous un angle libéral », et de représenter « l'ensemble du spectre libéral »[2].

Frédéric Mas est le rédacteur en chef du journal et Arnaud Le Vaillant de Charny son directeur de publication.

Il publie des contributions de nombreux auteurs, libéraux ou proches : Robert Barro, Jacques Garello, René Le Honzec[4], Yvon Gattaz, Charles Gave, Daniel Hannan, Xavier Fontanet[5], Bertrand Lemennicier, Alain Madelin[6], Philippe Nemo, Yoani Sánchez, Philippe Simonnot[7], Pierre Chappaz ou Guy Sorman. Le site a également proposé des articles d'auteurs climato-sceptiques[8], et entend promouvoir une « écologie libérale » avec une intervention « inévitable » mais « limitée » de la puissance publique[9].

Selon le journaliste Samuel Laurent du Monde, c'est l'un des sites les plus connus du courant philosophique libéral et libertarien[10] et il fait partie des « sites et blogs phares […] pour les libéraux »[11].

Pour l'Institut Montaigne en 2019, en collaboration avec l'école de journalisme de Sciences Po Paris et le Pew Research Center, Contrepoints fait partie des médias en périphérie des médias mainstream mais repris par ces médias, avec un tropisme idéologique de droite libérale ; les autres médias les plus proches en sont Atlantico ou Causeur[12].

Selon Libération en 2012 c'est à la « droitosphère »[13] que le journal appartient. La rédaction du journal a récusé ce dernier qualificatif[14].

Financement[modifier | modifier le code]

La rédaction de Contrepoints précise dans son rapport annuel 2020 que le site a pour sources de revenus les dons de ses lecteurs (92% dont 82% de dons inférieurs à 500€) et la publicité (8%)[15]. Le journal indique aussi qu'il « refuse et refusera toujours les subventions à la presse » par souci d'indépendance[16].

Partenaires[modifier | modifier le code]

Contrepoints est partenaire de plusieurs magazines, instituts et think tanks libéraux comme l'ALEPS, le Cato Institute, Students for Liberty, la Foundation for Economic Education (en), l'Institut économique de Montréal, l'Institut économique Molinari, Génération libre présidé par Gaspard Koenig, Audace Institut Afrique, Libre Afrique, l'Institut Coppet et les magazines Québécois libre et Reason[17].

Contrepoints est membre du syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (Spiil)[18],[19].

Audience et récompenses[modifier | modifier le code]

Le site revendique 2 000 000 de visiteurs uniques par mois en 2017[20].

Contrepoints a reçu le prix Razel de la toile 2011, remis par l'Institut de formation politique (IFP) et « destiné à récompenser les étudiants qui agissent au moyen d'Internet »[21]. D'après Le Monde, Contrepoints compte en effet parmi ses collaborateurs « nombre d'anciens de l'IFP »[22].

Contrepoints a reçu en 2012 un Templeton Freedom Awards, décerné par l'Atlas Economic Research Foundation, un think tank américain. Ce prix est accompagné d'un chèque de 10 000 dollars[23].

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Frédéric Mas », sur contrepoints.org (consulté le ).
  2. a b et c Qui sommes-nous ? sur contrepoints.org.
  3. « Contrepoints », sur L'Opinion (consulté le )
  4. « René Le Honzec », sur contrepoints.org
  5. « Xavier Fontanet », sur contrepoints.org
  6. « Alain Madelin », sur contrepoints.org
  7. « Philippe Simonnot », sur contrepoints.org
  8. Eric Mettout, « COP 21: les climatosceptiques chauffent le Web », L'Express, (consulté le )
  9. « Environnement, climat… quelle place pour les libéraux ? », sur contrepoints.org, (consulté le )
  10. Samuel Laurent, « Pigeons, genèse d'une mobilisation efficace », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. Samuel Laurent, « Ecotaxe : comment la « droitosphère » a récupéré le mouvement breton », Le Monde,
  12. Media polarization "à la française" ?, Institut Montaigne, juin 2019
  13. Quentin Girard, « Que prépare la « droitosphère » pour 2012 ? », Libération, (consulté le )
  14. « Droit de réponse à Libération », sur Contrepoints.org, (consulté le )
  15. « Rapport annuel de Contrepoints », sur contrepoints.org, (consulté le )
  16. « Pétition pour la fin des subventions à la presse », sur contrepoints.org, (consulté le )
  17. « Partenaires », sur contrepoints.org
  18. « Qui sommes-nous ? », sur contrepoints.org, (consulté le )
  19. « Spiil », sur spiil.org (consulté le )
  20. « Contrepoints a besoin de vous », sur contrepoints.org, (consulté le )
  21. Le Prix Razel de la Toile, présentation du prix sur le site de l'Institut de formation politique.
  22. Samuel Laurent, « À l'école française des « libéraux-conservateurs » », Le Monde, .
  23. (en) Celebrating a Decade of the Templeton Freedom Award - Atlas Network [PDF]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]