Rafik Smati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rafik Smati
Illustration.
Rafik Smati en 2022.
Fonctions
Président d'Objectif France
En fonction depuis le
(7 ans, 7 mois et 21 jours)
Vice-président Bertrand Soubelet
Prédécesseur Parti créé
Fondateur et PDG du groupe Aventers
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Alger (Algérie)
Nationalité Française
Parti politique Objectif France (depuis 2014)
Diplômé de ESC Bordeaux
École centrale Paris
Profession Entrepreneur

Rafik Smati, né le à Alger, est un entrepreneur français engagé en politique, président du parti Objectif France.

Dans les médias, son parti est généralement classé au centre, au centre droit, voire à droite de l'échiquier politique, avec un positionnement décrit comme « républicain, libéral et humaniste », « progressiste-conservateur », « pragmatique », voire « inclassable ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et formation[modifier | modifier le code]

Rafik Smati est né à Alger en 1975, arrivé en France à l'âge de deux ans[1],[2]. Il grandit à proximité du quartier de La Défense, dont la construction lui donne « le sentiment de vivre dans un pays conquérant et technophile[3] ». Il fait ses études à l'ESC Bordeaux, devenue Kedge Business School[4], puis à l'École centrale de Paris[5],[6]. En 1996, il est membre à 21 ans de la délégation du Premier ministre Alain Juppé en visite officielle au Canada[7].

Parcours entrepreneurial[modifier | modifier le code]

Rafik Smati fonde Dromadaire en 1998, à 23 ans, avec Lauris Olivier[8]. Il affirme être « vraiment devenu entrepreneur » en surmontant la crise de la bulle Internet en 2000[3]. Dromadaire « s'impose très vite comme le leader des cartes virtuelles[3] » et s'étend à l'international dans les années suivantes sous le nom de Kisseo[9]. En 2010, Rafik Smati décline une offre de rachat de Dromadaire par Vivendi, qui proposait 40 millions d'euros[7]. L'entreprise Dromadaire est encore présentée en 2022 par la presse comme le leader national[10], voire le leader européen[11], de la carte virtuelle et de l'e-card, Rafik Smati ayant été décrit comme le « roi de la carte de vœux[12] ». En 2008, Rafik Smati fonde le groupe Aventers[3] qui englobe Dromadaire, Ooprint et Magfemmes[3] ; il dirige toujours le groupe qui compte plusieurs dizaines de salariés en 2022[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Rafik Smati publie successivement Vers un capitalisme féminin (2010), Éloge de la vitesse : la revanche de la génération texto (2011), Révolution Y : la génération qui va redessiner l'Europe[14] (2013), tous aux éditions Eyrolles, puis French Paradise en 2014.

Engagement politique avec Objectif France[modifier | modifier le code]

Rafik Smati est élu local à Puteaux (Hauts-de-Seine) de 1995 à 2008[6], sans délégation ; selon Bertrand Soubelet, « il est parti avant la fin de son mandat car il a vu comment les politiques fonctionnaient[3] ».

Rafik Smati lance avec Lauris Olivier le mouvement Objectif France le [15],[16]. Le journaliste et éditorialiste Serge Raffy décrit alors son fondateur Rafik Smati comme étant politiquement « inclassable »[17]. Le Figaro affirme quelques jours plus tôt que Smati est « déjà repéré par certains responsables politiques, notamment Alain Juppé »[16]. Interrogé par Atlantico, Rafik Smati cite alors « la campagne électorale de 2012, qui a été une élection présidentielle pour rien [...] incantatoire et dépourvue d'idées »[18] comme étant l'élément déclencheur de son engagement. Rafik Smati définit à ce moment son mouvement comme étant « à droite, à gauche et écologiste[17] ». Affirmant que « dans une France fatiguée et inquiète, il faut du sang neuf, des gens issus de la société civile, et surtout des idées nouvelles[17] », Smati invoque le sentiment de défiance des Français envers la classe politique, et la nécessité de proposer une offre alternative aux « extrêmes »[17]. Le Nouvel Observateur se demande alors si le mouvement « [passera] l'hiver[17] » de 2014. Sans être officiellement candidat à l'élection présidentielle de 2017, Rafik Smati est régulièrement classé par la presse parmi les « petits candidats » à ce scrutin[19],[20],[21],[22],[23]. Le positionnement « à droite, à gauche et écologiste » d'Objectif France et sa revendication d'être « de la société civile face à "l'ancien monde" politique[24] » ou au « vieux monde[17] » conduisent a posteriori le journal Le Point à associer à Rafik Smati des « accents macronistes avant l'heure : probusiness et défenseur de l'ordre en même temps qu'humaniste[3] ».

Plusieurs médias nationaux rapportent que Rafik Smati attire durant cette période l'attention de responsables politiques de premier plan. Robert Lafont, chef du groupe Lafont-Presse, rapporte en 2018 dans Entreprendre qu'en , le président de la République d'alors, François Hollande, s'intéresse à Rafik Smati et arrange une rencontre avec lui[25]; selon Le Figaro Magazine[26] et Jeune Afrique[7], le chef de l'Etat déjeune deux fois avec Smati au cours de son mandat. Le fondateur d'Objectif France attire également l'attention des « Marcheurs[3] » du nouveau parti En Marche. En décembre de la même année, au cours d'une interview sur le plateau des 4 Vérités sur France 2 où il revendique 20 000 soutiens au sein d'Objectif France, Smati confie devant Caroline Roux avoir rencontré des conseillers d'Emmanuel Macron[27]. Il affirme avoir décliné des offres de la part « d'émissaires » du futur président de la République, ce que confirme Le Figaro Magazine en [26].

Selon divers médias, Rafik Smati rencontre après la présidentielle de 2017 plusieurs figures de la droite comme Valérie Pécresse ou Laurent Wauquiez[26] ; ce dernier aurait proposé au chef d'Objectif France un « poste » qu'il aurait refusé[25]. Rafik Smati justifie en 2022 son choix de décliner ces offres en invoquant des différends sur le plan des idées : « Je connais ce monde et je respecte les politiques. Je pourrais vous dire du bien de chacun d'eux, je n'ai pas de dogme. Mais quel grand projet portent-ils face au tsunami technologique qui nous attend et qui va bouleverser notre rapport au travail, à l'écologie… ? »[3].

Bertrand Soubelet, ancien n° 3 de la Gendarmerie nationale annonce officiellement qu'il rejoint Rafik Smati et Objectif France fin . Interrogé sur Europe1 par Christophe Hondelatte[28] sur le choix de Rafik Smati et d'Objectif France plutôt que de Les Républicains, Soubelet évoque le bilan de LR qu'il juge être un parti « comme tous les autres[28] ». Durant les premières années du quinquennat d'Emmanuel Macron, Rafik Smati et son parti enregistrent plusieurs ralliements ou soutiens, dont celui de François Goulard[29],[30], ancien ministre, ancien maire de Vannes et président du département du Morbihan. Selon Le Parisien, Rafik Smati fait partie en 2019 des invités à un événement organisé par Virginie Calmels[31] qui envisage alors de se présenter aux élections européennes.

En , le mouvement de Rafik Smati annonce le ralliement du Parti libéral-démocrate d'Aurélien Véron, dernière formation héritière du courant libéral incarné auparavant par des partis comme Démocratie libérale, et qui avait compté dans ses rangs des personnalités comme Gaspard Koenig. Le politologue Laurent de Boissieu rapporte lui qu'Objectif France « absorbe » l'ex-PLD, tandis que Le Parisien parle de « fusion » sous « emblème Objectif France[32] ».

Selon un article de L'Obs de , « de nombreux leaders LR, en particulier les anciens fillonnistes, suivent à la loupe les premiers pas d'Objectif France dans l'arène électorale, estimant qu'il pourrait bien devenir le « nouveau monde » de la droite[33] ».

Élection présidentielle de 2022[modifier | modifier le code]

Rafik Smati en août 2020.
Rafik Smati en août 2020.


Pour la rentrée politique d'Objectif France d'août 2021, Rafik Smati accueille entre autres Michel Barnier, Valérie Pécresse, Guillaume Lacroix (président du Parti radical de Gauche), Jean-Christophe Lagarde, Éric Zemmour et Corinne Lepage[3],[34], ainsi que David Lisnard, François-Xavier Bellamy et Virginie Calmels[35],[36]. Le débat entre Rafik Smati et Eric Zemmour est décrit par Le Point comme un « dialogue de sourds et choc des cultures entre les deux hommes d'origine algérienne, tous deux candidats à l'élection présidentielle, l'un nostalgique d'une France fantasmée, l'autre pur produit de la start-up nation[3] ».

En décembre 2021, la presse révèle que Jacques Attali (parmi « plusieurs leaders d'opinion[3] ») encouragerait Rafik Smati à se présenter à l'élection présidentielle, tandis qu'un proche de Yannick Jadot l'aurait "testé" pour un poste de ministre de la Défense et que Valérie Pécresse s'intéresserait au dirigeant d'Objectif France[37]. La presse fait également état début 2022 d'une prochaine candidature à l'élection présidentielle de Rafik Smati, qui aurait refusé des offres de la désormais candidate du parti Les Républicains, de Laurent Wauquiez et de Bruno Retailleau[38],[39].

Le , Rafik Smati annonce sa candidature à l'élection présidentielle de cette année[13],[40]. Dénonçant ce qui est selon lui « une campagne électorale au rabais [...] sans vision, sans projet[41] », il justifie sa candidature par le fait que « l'enjeu qui est le nôtre aujourd'hui, en France, est de créer les conditions pour armer notre pays pour qu'il puisse affronter très vite les défis de demain comme l’avenir du travail, la révolution technologique et les bouleversements géopolitiques[13] » et revendique « le projet le plus construit et le plus solide de tout le paysage politique français[13] ». Il est entre autres qualifié de candidat libéral par Le Temps[11], Le Point[42] et Contrepoints[43]. Il ne recueille pas les 500 parrainages nécessaires pour pouvoir se présenter[44] ; l'une de ses déclarations au journal Le Point (« Je sais que je ne suis pas le prochain président de la République, mais je veux œuvrer au débat[3] ») laisse entendre une candidature de témoignage. Parmi les maires ayant soutenu Rafik Smati figure le maire de Fessenheim, Claude Brender[45], qui avait signé avec le président d'Objectif France une tribune proposant de faire de l'ancienne centrale nucléaire « le site de référence des SMR de demain, et d’y construire sans tarder deux réacteurs-démonstrateurs[46] ».

Vie privée[modifier | modifier le code]

Rafik Smati est marié à Leïla Smati[47], père de deux enfants prénommés Caïus et Octave[1], et partage sa vie entre Paris et la Provence. En introduction d'un débat entre Michel Onfray et Rafik Smati, le producteur de télévision Stéphane Simon présente le président d'Objectif France comme « passionné de sciences et d'innovation[2] ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Vers un capitalisme féminin, Paris, Eyrolles, 2010.
  • Éloge de la vitesse : la revanche de la génération texto, Paris, Eyrolles, 2011.
  • Révolution Y : la génération qui va redessiner l'Europe, Paris, Eyrolles, 2012.
  • French Paradise, Paris, Sign, 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographie de Rafik Smati sur son site officiel », sur www.rafiksmati.fr
  2. a et b « Michel Onfray et Rafik Smati: entretien croisé », sur frontpopulaire.fr,
  3. a b c d e f g h i j k l et m Audrey Emery, « Rafik Smati, un entrepreneur du Web dans l’arène présidentielle », Le Point,‎ (lire en ligne)
  4. Laurène Daycard, « Rafik Smati, l'anti baby-boomer », La Vie,‎ (lire en ligne)
  5. « Présentation de Rafik Smati sur Select Maghreb »
  6. a et b « Présentation générale d'Objectif France », sur objectif-france.org,
  7. a b et c Farid Alilat, « Algérie-France : Rafik Smati, d’Alger à la campagne présidentielle française », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  8. « Dromadaire a la bosse de la carte virtuelle », sur Le Parisien,
  9. Chantal Houzelle, « Dromadaire.com veut séduire l'Amérique avec ses cartes électroniques », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  10. Olivier Bureau, « Rafik Smati, le fondateur des dromacartes, candidat à la présidentielle : «Je ne choisis pas la facilité» », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  11. a et b Emmanuel Garessus, « Rafik Smati, le seul entrepreneur candidat à la présidentielle française », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  12. « Ile-de-France : tout sourit au roi de la carte de voeux », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  13. a b c et d « Election présidentielle : Rafik Smati est officiellement candidat », Atlantico,‎ (lire en ligne)
  14. « Révolution Y - site des éditions Eyrolles »
  15. « Le Nouvel Observateur : Rafik Smati, premier candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2017 »
  16. a et b « Le pari de Rafik Smati », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  17. a b c d e et f Serge Raffy, « Rafik Smati, premier candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2017 », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  18. « Objectif France : Rafik Smati, l'entrepreneur qui croyait qu'il saurait changer la France en lançant son parti », Atlantico,‎ (lire en ligne)
  19. « Des petits candidats déjà en campagne », sur lemonde.fr
  20. « Présidentielle 2017 : qui sont ces petits candidats déclarés ? », sur ouest-france.fr
  21. « Présidentielle 2017 : dates, sondages, résultats... 3 infos sur le scrutin », sur rtl.fr,
  22. « Qui se présente à la présidentielle 2017 ? », sur europe1.fr,
  23. « Présidentielle 2017 : quels sont les candidats ? », sur lemonde.fr
  24. « Élection présidentielle : Rafik Smati est officiellement candidat », Atlantico,‎ (lire en ligne)
  25. a et b « Les indiscrets de Robert Lafont », Entreprendre,‎ (lire en ligne)
  26. a b et c « Éminence grise - Rafik Smati », Le Figaro Magazine,‎ (lire en ligne)
  27. « Smati (Objectif France) : "Les robots vont détruire 47% des métiers" », sur francetvinfo.fr
  28. a et b « Bertrand Soubelet : "J'ai vu la société se dégrader pendant 30 ans" »
  29. « François Goulard rejoint Objectif France », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  30. « François Goulard rejoint le mouvement Objectif France », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  31. « Virginie Calmels, la tentation européenne », sur leparisien.fr
  32. « Naissance d'un parti », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  33. Accès payant « La droite fait son lifting à Villeurbanne », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  34. « Rafik Smati débat large », Le Journal du Dimanche,‎ (lire en ligne)
  35. « Après l’abandon de Laurent Wauquiez, les pro-Zemmour lancent leur offensive sur les Républicains », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  36. Emmanuel Rechberg, « Têtes de gondole à l'université d'Objectif France », L'Incorrect,‎ (lire en ligne)
  37. « Attali pousse Smati », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  38. « Mélenchon propulsé dans l’espace, Hidalgo, Le Pen et Pécresse se confient… Les coulisses de la présidentielle », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  39. « Rafik se présente », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  40. Francis Matéo, « Rafik Smati dans la course à l’Elysée », sur Fild Média,
  41. Rafik Smati, « Rafik Smati : « Je suis candidat à la présidence de la République » », sur Site de Rafik Smati,
  42. Kevin Badeau, « Pourquoi le libéralisme n’imprime pas en France », Le Point,‎ (lire en ligne) :

    « Gaspard Koenig et Rafik Smati, les deux candidats libéraux déclarés, peinent à récolter leurs parrainages et à émerger dans les médias. »

  43. « Rafik Smati, entrepreneur et candidat à la présidentielle », Contrepoints,‎ (lire en ligne)
  44. « Les parrainages validés par candidat - Conseil constitutionnel présidentielle 2022 », sur presidentielle2022.conseil-constitutionnel.fr, (consulté le )
  45. « Le maire de Fessenheim soutient Rafik Smati », L'Alsace,‎ (lire en ligne)
  46. « «Faisons de Fessenheim la terre d’excellence du nucléaire de demain!» La tribune de Rafik Smati et Claude Brender », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  47. « Rafik Smati and his wife Leila attend the "Prix de la Femme... », sur Getty Images (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]