Bagnac-sur-Célé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bagnac-sur-Célé
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Canton Figeac-2
Intercommunalité Communauté de communes du Grand-Figeac - Haut-Ségala - Balaguier d'Olt
Maire
Mandat
Fausto Araqué
2014-2020
Code postal 46270
Code commune 46015
Démographie
Gentilé Bagnacois
Population
municipale
1 531 hab. (2014)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 40′ 02″ nord, 2° 09′ 33″ est
Altitude Min. 210 m – Max. 478 m
Superficie 22,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative de Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Bagnac-sur-Célé

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Bagnac-sur-Célé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bagnac-sur-Célé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bagnac-sur-Célé
Liens
Site web www.bagnac.fr/

Bagnac-sur-Célé est une commune française située dans le département du Lot, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy, sur le Célé près de sa confluence avec la Rance, et sur l'ancienne route nationale 122 entre Figeac et Maurs (Cantal).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avant l'adoption de la graphie actuelle, Bagnac, le nom s'écrivait Banhac ou Baniac (cartes de Cassini).

Durant la Révolution et jusqu'en 1813[1], la commune porte le nom de Lacapelle-Bagnac[2].

En 1956, le nom de la commune a été changé de Bagnac en Bagnac-sur-Célé[2].

Selon Gaston Bazalgues, Le toponyme Bagnac est soit[1] :

  • basé sur l'anthroponyme gallo-romain Banius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes et désignerait le domaine de Banius ;
  • ou formé à partir du latin balneus avec la terminaison -acum

Ses habitants sont appelés les Bagnacois[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le , les soldats de la 2e division SS Das Reich envahissent et cernent la ville. Ils cherchent des renseignements sur le maquis. Les hommes de 15 à 65 ans sont conduits sur la grande place. 42 sont chargés sur des camions pour être envoyés à Montauban et être déportés[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1801 Jean-Baptiste Lugan    
1802 1813 Antoine Caupade    
1813 1830 Victor Dufau    
1830 1845 Mage    
1845 1848 Jean-Baptiste Ratie    
1848 1855 Cardonel    
1855 1860 Jules Rozieres    
1860 1870 Auguste Canteloube    
1870 1874 Jules Rozieres    
1874 1875 Cormier    
1875 1876 E.Souquiere    
1876 17 mai 1896 Jules Rozières    
17 mai 1896 18 mars 1902 Gabriel Conort    
18 mars 1902 1er mars 1903 Jules Rozières    
1er mars 1903 22 février 1914 Victor Sauvagnac    
22 février 1914 9 mai 1929 Marcel Caussade    
9 mai 1929 5 juillet 1942 Henri Boyssou    
5 juillet 1942 1er octobre 1944 Douheret    
1er octobre 1944 26 octobre 1947 Paul Salissard    
26 octobre 1947 27 mars 1959 Philippe Fiches    
27 mars 1959 11 mars 1960 Joseph Marty    
11 mars 1960 30 mars 1965 Jean Najac    
30 mars 1965 1er avril 1971 Louis Guidon    
1er avril 1971 2001 Robert Bories    
2001 en cours Fausto Araqué    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 531 habitants, en diminution de -1,98 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 854 2 017 2 123 2 204 2 205 2 280 2 303 2 261 2 343
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 220 2 152 2 373 2 077 2 020 2 017 2 060 1 869 1 845
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 823 1 703 1 633 1 561 1 633 1 656 1 716 1 555 1 472
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 580 1 670 1 691 1 724 1 582 1 519 1 551 1 551 1 531
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby

Lors de la saison 2013-2014, le Rugby Club Bagnacois[9] a été champion de France de 2e série en battant le RC Ponteilla 31 à 7[10],[11].

Culture locale, patrimoine et économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre des XIIe et XIIIe siècles ;
  • Pont médiéval roman du XIe siècle [12]. ;
  • Pont du XIXe siècle.
  • Usine Matière, principal employeur de Bagnac, est passée de 30 à 150 salariés, depuis son rachat de l'usine Larive en 1993[13]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jules Rozières, homme politique, maire de Bagnac-sur-Célé de 1877 à 1903, député du Lot de 1883 à 1885.

Joseph Canteloube, pianiste, compositeur et musicologue.

Louis Guidon, pionnier de l'Aéropostale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 106.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Amitié bagnacoise sur le site de la municipalité.
  4. Gilbert Lacan, Figeac en Quercy : sous la terreur allemande, Paris, Union Amicale des Enfants de l'Arrondissement de Figeac, , 99 p., p. 70-71
  5. « Les maires de Bagnac-sur-Célé », sur Site francegenweb, (consulté le 10 février 2016).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Site du RCB
  10. Deuxième série : Bagnac est sacré champion de France
  11. Rugby à XV/Finale 2e série - Ponteilla : au bout du chemin
  12. Notice no PA00094977, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Marina Angel, « Matière pousse ses murs à Bagnac-sur-Célé dans le Lot - Quotidien des Usines », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne)