Gréalou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gréalou
Gréalou - place de l'église.
Gréalou - place de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Figeac
Canton Causse et Vallées
Intercommunalité Grand-Figeac
Maire
Mandat
Valérie Védrune
2014-2020
Code postal 46160
Code commune 46129
Démographie
Population
municipale
262 hab. (2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 15″ N 1° 53′ 18″ E / 44.5375, 1.8883333333344° 32′ 15″ Nord 1° 53′ 18″ Est / 44.5375, 1.88833333333
Altitude Min. 197 m – Max. 402 m
Superficie 17,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Gréalou

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Gréalou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gréalou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gréalou

Gréalou est une commune française située dans le département du Lot, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy, sur le causse de Saint-Chels. Gréalou fait partie du parc naturel régional des Causses du Quercy.

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. On vient de Béduer, la prochaine commune est Cajarc et sa chapelle Sainte-Marguerite.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Gréalou est dérivé du germanique griot, greot ou grés. Ces mots désignent sur le causse un lieu dont le sol pauvre est constitué de peu de terre et de petits cailloux[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a connu une histoire mouvementée, ayant été rasé pendant la guerre de Cent Ans par les Anglais, et le château pillé en 1791 pendant la Révolution.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason De sinople au chêne d'or accompagné en chef de deux coquilles du même et au loup de sable brochant sur le fût de l'arbre; au chef cousu de gueules au dolmen du lieu [de Pech Laglaire] terrassé d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
1988 1989 René Francoual    
1989 1995 Lucien Lafferrairie    
1995 2001 René Francoual    
2008 Gabriel Pégourié    
  Christian Agrech[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 262 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
528 514 564 599 659 557 535 604 605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
570 548 532 509 542 531 550 528 480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
485 474 445 262 238 215 229 209 165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
190 175 194 215 201 224 239 243 262
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église romane très typique de cette région, Notre-Dame-de-l'Assomption sur sa place ombragée de platanes, possède une Vierge de Pitié, et un groupe en pierre polychrome du début du XVIe siècle. Bénitier historié en pierre de 1684.
  • Nombreux dolmens sur la commune, dont un gros, plus loin au bord du chemin, à côté d'une croix de pierre qu'on dit la plus ancienne de la région, et un autre à 200 m, au sommet du pech Laglayre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gréalou dispose d'une école primaire rassemblant une école maternelle et une école élémentaire[6].

Culture[modifier | modifier le code]

Gréalou propose à ses habitants un service de prêt de livre au sein d'une bibliothèque municipale[7].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Club de football évoluant dans le district du Lot, le FC Gréalou[8].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, « Les noms des communes du Parc », Les cahiers scientifiques du Parc naturel régional des Causses du Quercy, vol. 1,‎ , p. 115 (lire en ligne)
  2. Résultats officiels des élections municipales 2008 à Gréalou sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur
  3. Liste des anciens maires de 1792 à 1995 tirée de l'ouvrage "Gréalou en Quercy", par Jean Olivier
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  6. L'école primaire de Gréalou sur le site du ministère de l'Éducation nationale
  7. Informations sur la bibliothèque de Gréalou sur le site de l'espace public multimédia du Lot
  8. Football Club de Gréalou

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :