Gréalou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gréalou
Gréalou
Gréalou - place de l'église.
Blason de Gréalou
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Intercommunalité Communauté de communes Grand-Figeac
Maire
Mandat
Michel Vedrune
2020-2026
Code postal 46160
Code commune 46129
Démographie
Gentilé Gréalois(e)
Population
municipale
286 hab. (2018 en augmentation de 7,52 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 15″ nord, 1° 53′ 18″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 402 m
Superficie 17,5 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Figeac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Causse et Vallées
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Gréalou
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Gréalou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gréalou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gréalou

Gréalou est une commune française située dans le département du Lot, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy, sur le causse de Saint-Chels. Gréalou fait partie du parc naturel régional des Causses du Quercy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gréalou[1]
Brengues Béduer
Saint-Chels Gréalou[1] Carayac
Cajarc Cadrieu Montbrun

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. On vient de Béduer, la prochaine commune est Cajarc et sa chapelle Sainte-Marguerite.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gréalou est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Figeac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 59 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Gréalou est dérivé du germanique griot, greot ou grés. Ces mots désignent sur le causse un lieu dont le sol pauvre est constitué de peu de terre et de petits cailloux[7].

Il pourrait aussi venir du mot occitan "gréal" désignant des grillons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a connu une histoire mouvementée, ayant été rasé pendant la guerre de Cent Ans par les Anglais[8], et le château pillé en 1791 pendant la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Alain Masbou    
1988 1989 René Francoual    
1989 1995 Lucien Lafferrairie    
1995 2001 René Francoual    
2008 Gabriel Pégourié    
2014 Christian Agrech[9]    
2014 En cours Valérie Vedrune    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12]. En 2018, la commune comptait 286 habitants[Note 3], en augmentation de 7,52 % par rapport à 2013 (Lot : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
528514564599659557535604605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
570548532509542531550528480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
485474445262238215229209165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
190175194215201224239241243
2013 2018 - - - - - - -
266286-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gréalou dispose d'une école primaire rassemblant une école maternelle et une école élémentaire[15].

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune de Gréalou compte de nombreuses associations (APE, association de chasse St Hubert, comité de gestion, football club, comité des fêtes). Chacune de ces associations organisent dans l'année des événements qui connaissent de grands succès, notamment la traditionnelle fête votive organisée par le Comité des fêtes qui se déroule autour du 15 août.

Sports[modifier | modifier le code]

Le FC Gréalou est un club de football qui évolue en deuxième division du district du Lot.

Économie[modifier | modifier le code]

Commerce de proximité[modifier | modifier le code]

Depuis mai 2019, la commune dispose d'un commerce de proximité.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église romane Notre-Dame-de-l'Assomption, très typique de cette région, sur sa place ombragée de platanes, possède une Vierge de Pitié, et un groupe en pierre polychrome du début du XVIe siècle. Bénitier historié en pierre de 1684.

Mégalithisme[modifier | modifier le code]

La commune comporte de nombreux monuments mégalithiques (dolmens et menhirs).

  • Dolmens de Pech Laglayre :
  • Dolmen du Chenil : la table a disparu mais les deux orthostates latérales assez dégradées sont encore en place ; la chambre sépulcrale mesure 2 mètres de long sur 0,70 mètre de large.
  • Dolmen des Vandourgues (appelé aussi Dolmen du Mas-Mondieu) : le dolmen a échappé à une destruction totale il y a quelques années.
  • Dolmen de Trégodinas : le dolmen est quasiment détruit, il n'en reste qu'une dalle ; le tumulus mesure 16 mètres de diamètre pour 1,10 mètre de haut[16].
  • Dolmens et menhir du Verdier : 3 dolmens sont recensés sur le lieu-dit du Verdier. Le dolmen no 1 est un dolmen double, les dolmens 2 et 3 sont distants d'environ 1 kilomètre. Le menhir du Verdier est une dalle de calcaire de 2,60 mètres de haut retaillée en forme de monolithe rectangulaire et réutilisé en pilier de soutènement dans une grange (son authenticité est sujette à caution).
  • Menhir du Cayre : c'est un monolithe de 2,70 mètres de haut du même type que celui du Verdier et dont l'authenticité pose les mêmes questions.
  • Dolmen de Ganil : il a conservé son tumulus haut de plus de 2 mètres, sa longue table (5,25 mètres) est fracturée mais demeurée en place. Logo monument historique Inscrit MH (2011) Notice no PA46000049 44° 32′ 07″ N, 1° 54′ 12″ E
  • Dolmen de la Combe de l'Ours (appelé aussi Dolmen des Aguals) : Le dolmen de la Combe-de-l'Ours, est situé aux confins des communes de Gréalou et de Montbrun. Logo monument historique Inscrit MH (2001) Notice no PA46000021 44° 31′ 44″ N, 1° 53′ 40″ E

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Equipements culturels[modifier | modifier le code]

Gréalou propose à ses habitants un service de prêt de livre au sein d'une bibliothèque municipale[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gréalou Blason
De sinople au chêne d'or accompagné en chef de deux coquilles du même et au loup de sable brochant sur le fût de l'arbre; au chef cousu de gueules au dolmen du lieu [de Pech Laglaire] terrassé d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Lagasquie, Les Dolmens du Quercy : Trois millénaires d'histoire religieuse, Finangraphic Edition, , 135 p. (EAN 9782955270196)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. Gaston Bazalgues, « Les noms des communes du Parc », Les cahiers scientifiques du Parc naturel régional des Causses du Quercy, vol. 1,‎ , p. 115 (lire en ligne).
  8. Le repeuplement de Gréalou au XVe siècle par Louis d'Alauzier « Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot » pages 103 à 109
  9. Résultats officiels des élections municipales 2008 à Gréalou sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur
  10. Liste des anciens maires de 1792 à 1995 tirée de l'ouvrage "Gréalou en Quercy", par Jean Olivier
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. L'école primaire de Gréalou sur le site du ministère de l'Éducation nationale
  16. Bruno Marc fait remarquer que le nom de Trégonidas est inhabituel en occitan et qu'il existe par ailleurs dans le Quercy trois autres dolmens se situant à proximité de lieux-dits portant le même nom.
  17. Informations sur la bibliothèque de Gréalou sur le site de l'espace public multimédia du Lot

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :