Gorses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gorses
Gorses
La mairie de Gorses.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Canton Lacapelle-Marival
Intercommunalité Communauté de communes Grand-Figeac
Maire
Mandat
Claudine Rigal
2014-2020
Code postal 46210
Code commune 46125
Démographie
Population
municipale
322 hab. (2016 en diminution de 2,72 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 43″ nord, 2° 01′ 33″ est
Altitude Min. 234 m
Max. 692 m
Superficie 35,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Gorses

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Gorses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gorses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gorses

Gorses est une commune française située dans le département du Lot, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy. Les habitants et habitantes de la commune sont appelés les Gorsois et Gorsoises.

La superficie totale de Gorses est de 36 km2, avec une moyenne d'altitude de 620 m.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gorses[1]
Latouille-Lentillac,
Ladirat
Sousceyrac-en-Quercy Sénaillac-Latronquière
Terrou Gorses[1] Latronquière
Saint-Médard-Nicourby Montet-et-Bouxal Lauresses,
Saint-Cirgues

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Gorcias dans un manuscrit du XIe siècle[2].

Comprise entre la vallée de la Bave et du Tolerme, la commune doit son nom au gaulois gortia qui signifie haie, buisson épineux[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La tradition orale affirme que les premiers habitants se rendirent célèbres lors de la conquête de la Gaule par Jules César en ayant vaillamment défendu Uxellodunum. La localité est mentionnée dans la charte apocryphe non certifiée de la fondation de l'abbaye Saint-Sauveur de Figeac en 755. Son église dépendait de cette abbaye en 1156, puis en 1520, de la commanderie de Malte à Latronquière.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le des soldats de la 2e division SS Das Reich, à la recherche de maquisards, envahissent le village et prennent neuf otages. Ils pillent les maisons et rassemblent tous les habitants, face au foirail, dans un pré. Ils relâchent aussitôt les vieillards, puis au bout de trois heures les femmes et les enfants. Ils vérifient et interrogent ensuite les hommes et en emmènent certains qui leur semblent suspects[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1795 1797 Jean Espinasse    
1797 1800 Antoine Louis Lacombre    
1800 1801 Jean Cassagnes    
1801 1807 Louis Audriot    
1807 1813 Gabriel Serres    
1813 1816 Jean Louis Lamagirand    
1816 1820 Jean Baptiste Gouzou    
1820 1826 Jean Andrieu    
1826 1848 Louis Laroussilhe    
1848 1864 Gabriel Mayniel    
1864 1864 Louis Laroussilhe    
1864 1870 Jean Toussaint Loudes    
1871 1874 Louis Laroussilhe    
1874 1876 Jean Toussaint Loudes    
1876 1885 Louis Laroussilhe    
1885 1887 Gabriel Mayniel    
1887 1889 Lazare Mayniel    
1889 1900 D. Gasquet    
1959 2008 René Goudal UMP Médecin, chevalier de la Légion d'honneur
2008 En cours Claudine Rigal    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 322 habitants[Note 1], en diminution de 2,72 % par rapport à 2011 (Lot : -0,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1751 1091 2921 1661 1741 2651 0181 2001 350
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3081 2801 3201 2531 2831 2411 1611 1611 129
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0541 0091 026875855856813773702
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
716650535554511355344342319
2016 - - - - - - - -
322--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au début du XXe siècle, Gorses comptait 1009 habitants[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption[modifier | modifier le code]

Édifice du XIIIe siècle, remanié à la fin du XIXe siècle, à nef unique. Il est remarquable par les vestiges de l'église romane d'origine et par son bénitier en serpentine rouge. Il abrite une Vierge à l'Enfant classée au titre objet en tant que monument historique[11] du XIIIe siècle provenant de la chapelle de Notre-Dame de Verdale.

La voûte en pierre de la nef est sensiblement ogivale, tandis que certaines ouvertures affectent la forme romane. C'est ainsi que la porte, la plupart des fenêtres et les arceaux qui soutiennent l'entrée des deux chapelles, sont en plein cintre.

Le retable est du commencement du XVIIe siècle, on distingue en arrière-plan la coquille de Saint-Jacques. La chapelle de droite montre à la clef de voûte des armoiries inconnues. Derrière le tabernacle, on aperçoit un tableau. Le bénitier Louis XIV, en serpentine rouge, viendrait selon certaines hypothèses de la chapelle du château de Lantuejoul.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Puech (4/12/1896 à Gorses - 08/10/1976), International de rugby (5 sélections)[12].
  • Docteur René Goudal (1926-2010), déporté des camps de concentration, chevalier de la légion d'honneur [13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Jean-Marie Cassagne - Villes et Villages en pays lotois, page 127.
  3. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 112.
  4. Gilbert Lacan, Figeac en Quercy : sous la terreur allemande, Paris, Union Amicale des Enfants de l'Arrondissement de Figeac, , 99 p., p. 35.
  5. « Les maires de Gorses », sur Site francegenweb, (consulté le 5 février 2017).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Le Lot chapitre Centres d'excursion p.248 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 2-7455-0049-X)
  11. « statue : Vierge à l'Enfant. », notice no PM46000392, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Louis Puech sur le site de rugby anglais www.scrum.com.
  13. « Le Dr Goudal chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2016).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]