Aynac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aynac
Le château d'Aynac.
Le château d'Aynac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Figeac
Canton Saint-Céré
Intercommunalité Grand-Figeac
Maire
Mandat
Jacques Andurand
2014-2020
Code postal 46120
Code commune 46012
Démographie
Population
municipale
613 hab. (2012)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 07″ N 1° 51′ 07″ E / 44.7852777778, 1.8519444444444° 47′ 07″ Nord 1° 51′ 07″ Est / 44.7852777778, 1.85194444444
Altitude 351 m (min. : 324 m) (max. : 607 m)
Superficie 21,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Aynac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Aynac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aynac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aynac

Aynac est une commune française située dans le département du Lot, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Aynac est une commune située dans le Quercy en Limargue sur le ruisseau d'Aynac, affluent de l'Ouysse, et sur l'ancienne route nationale 140. Aynac se trouve à 67 km au nord-est de Cahors (chef-lieu du Lot), à 13 km au sud-est du Gouffre de Padirac et à 22 km au sud-est de Rocamadour. Elle se déploie sur 2 145 hectares sur les tous premiers contreforts du Massif central. Le bourg se trouve à 350 mètres d'altitude et la commune entre 324 mètres et 607 mètres.

Communes limitrophes d’Aynac
Mayrinhac-Lentour Saint-Jean-Lagineste Bannes
Saignes Aynac Leyme
Albiac Rueyres Anglars
 Situation de la commune d'Aynac
Situation de la commune d'Aynac

Géologie[modifier | modifier le code]

La plus grande partie d'Aynac est constituée de terrains primaires (gneiss, micaschiste). Le reste se trouve dans le Limargue, bande composée d'alluvions maritimes qui traverse le département du Lot du nord au sud et sépare le Ségala du Causse. Le Limargue est composé de marnes (irrisées) de l'ère secondaire, notamment du Lias.

Paysages[modifier | modifier le code]

Dans l'axe nord/sud, la bande de Limargue est caractérisée par une succession de vallons qui lui donne son aspect ondulé. C'est un paysage caractéristique qui d'une part marque la fin du massif cristallin (Ségala) aux dénivelés importants et aux vallées étroites qu'occupe une végétation acidophile (châtaigneraies, seigle).; et d'autre part le contraste avec le Causse au paysage plus aride (pelouses sèches, landes à genévriers et les chênes pubescents).

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie d'Aynac serait la même que "Erach" ou "Eraim". La forme latine semble avoir été "Asnaga" ou "Aernnaga".

Selon Gaston Bazalgues, le toponyme Aynac serait basé sur l'anthroponyme gallo-romain Aïnius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 655, Aynac était une vicairie. La contrée d'Aynac fut l'objet de rivalités des seigneurs voisins, les "Castelnau" et les "Cardaillac". Puis Aynac passa au vicomte de Turenne. Ainsi, de 1399 au début du XXe siècle, le château d'Aynac appartient à la branche des "Turenne", descendants de Roger de Beaufort. Aynac fut assez épargné pendant la guerre de Cent Ans et les guerres de religion. En 1790, Aynac devient une commune et même chef-lieu de canton. Elle perdit cette qualité en 1820 au profit de Lacapelle-Marival.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la commune fut un centre de résistance, carrefour de communication entre les groupes de maquis du Causse et du Ségala. Cependant, malgré quelques rafales de mitraillette contre le restaurant "Souillac" (actuel "Café des sports") et la croix, Aynac a été épargné des rafles et incendies de 1944 qu'ont connu les villages des environs.

Climat[modifier | modifier le code]

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) 2 2 4 6 10 12 14 14 11 9 5 2 7,58
Températures moyennes (°C) 5,5 6,5 9 11.5 15.5 18.5 20,5 20,5 17,5 14 8,5 5,5 12,75
Températures maximales moyennes (°C) 9 11 14 17 21 25 27 27 24 19 12 9 17,92
Précipitations moyennes (mm) 68 68 63 78 93 81 60 67 76 82 72 75 883
Ensoleillement moyen (heures) 89 107 151 176 199 239 283 247 209 163 102 91 2056
Source: La Chaine Météo

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 2020 Jacques Andurand    
mars 2008 2014 Jacques Andurand    
mars 1989 2008 Georges Frescaline PRG Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 613 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 292 1 226 1 333 1 321 1 445 1 475 1 491 1 478 1 510
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 457 1 352 1 254 1 210 1 160 1 175 1 140 1 140 1 062
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 009 998 951 785 786 720 684 690 673
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
710 667 637 614 604 527 546 539 590
2012 - - - - - - - -
613 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Associations[modifier | modifier le code]

Le village d'Aynac comporte 12 associations :

  • Club de football avec les communes de Leyme et de Molières : la F.L.A.M (Fusion Leyme Aynac Molières).
  • Club de pétanque.
  • Société de chasse d'Aynac.
  • Société de pêche "Les étangs d'Aynac", qui gère deux étangs sur le territoire de la commune, d'une superficie totale de 1 6 hectare.
  • Le club "Amitié et Loisirs" (le club du 3e âge) qui propose différentes activités destinées aux personnes du 3e âge.
  • Le comité des fêtes qui organise les festivités dans le village.
  • Association des parents d'élèves de l'école maternelle et de l'école primaire.
  • Club de tennis de table : l'A.T.T(Aynac Tennis de Table).
  • L'Union des Commerçants et Artisans d'Aynac (U.C.A.A) qui organise des manifestations pour la commune.
  • Club de "rando nature".
  • Club cycliste sur route "Les roues libres d'Aynac".
  • Club de gymnastique "Aynac Gym".


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy,‎ , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 106.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  4. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Église Saint-Geniès », base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :