Linac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article traite de la commune du Lot, pour le dispositif de physique des particules voir l'article accélérateur linéaire.

Linac
Linac
Château de Puy-Launay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Figeac
Canton Figeac-2
Intercommunalité Communauté de communes du Grand-Figeac - Haut-Ségala - Balaguier d'Olt
Maire
Mandat
Jean-Claude Lacombe
2014-2020
Code postal 46270
Code commune 46174
Démographie
Population
municipale
221 hab. (2016 en diminution de 1,78 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 59″ nord, 2° 06′ 55″ est
Altitude 432 m
Min. 210 m
Max. 467 m
Superficie 12,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Linac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Linac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Linac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Linac

Linac est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Figeac située dans le Ségala lotois, Massif central. Elle est bordée à l'est par le Veyre, à l'ouest par le Bervezou et au sud par le Célé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département du Cantal.

Communes limitrophes de Linac[1]
Prendeignes Saint-Cirgues Maurs
(Cantal)
Viazac Linac[1] Bagnac-sur-Célé
Saint-Jean-Mirabel

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Linac, d'origine gallo-romaine, est basé sur un anthroponyme Linus. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[2].

Le village était nommé Linars sur les cartes de Cassini.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la commune se trouva en juin 1944 sur la route de la 2e division SS Das Reich avant sa remontée vers le front de Normandie.

Le au matin, les maquisards tendent une embuscade près du lieu-dit le Colombier à 2 km en amont de Viazac. Deux voitures sont touchées dans lesquelles se trouvent un colonel, une femme et des soldats allemands qui sont tués, mais deux survivants réussissent à rejoindre Figeac à l'aide de bicyclettes récupérées à Viazac-Gare. Une demi-heure plus tard, des chenillettes et camions chargés de soldats viennent de Figeac. En chemin, ils capturent sept hommes cultivateurs ou mineurs de Saint-Perdoux, qu'ils fusillent sur le lieu de l'embuscade. Ils remontent ensuite le talus en tirailleurs vers le lieu-dit Le Cayla (commune de Linac) et tirent sur toutes les personnes qu'ils rencontrent. Ils reviennent le soir pour brûler le hameau et achever les blessés. Neuf personnes périssent dont le curé du village, le père Lacarrière, venu porter secours[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1798 Jean Lagane    
1798 1801 Marc Prouzet    
1801 1813 Etienne Andriol    
1813 1815 Pierre Lagane    
1815 1840 Etienne Lagane    
1840 1842 Etienne Page    
1842 1848 Etienne Lagane    
1848 1852 François Noël Cormieu    
1852 1859 Etienne Carreyrou    
1859 1862 Etienne Lagane    
1862 1865 François Courdurie    
1865 1871 Jean Antraygues    
1871 1878 Etienne Labro    
1878 1887 Germain Carrayrou    
1887 1892 Jean Baptiste Carrayrou    
1892 1904 Auguste Antraygues    
1904 1913 Philippe Carrayrou    
1913 1935 Paul Courdurie    
1935 1939 Célestin Lacombe    
1939 1941 Théodore Labro    
1941 1945 Justin Raffy    
1945 1958 Eloi Lagarde    
1958 1959 Paul Verdie    
1959 1989 Georges Lacombe    
1989   Jean-Claude Lacombe    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 221 habitants[Note 1], en diminution de 1,78 % par rapport à 2011 (Lot : -0,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
924845998768762787759785866
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
893857660709736697661629580
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524531493479459421414361351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
300283264242220218195215218
2016 - - - - - - - -
221--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Clair (clocher reconstruit). Une histoire locale prétend qu'un souterrain relie les deux lieux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 115.
  3. Gilbert Lacan, Figeac en Quercy : sous la terreur allemande, Paris, Union Amicale des Enfants de l'Arrondissement de Figeac, , 99 p., p. 77-78.
  4. « Les maires de Linac », sur Site francegenweb, (consulté le 22 octobre 2017).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Château de Puy-Launay », notice no PA00095289, base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]