Saint-Cirgues (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cirgues.
Saint-Cirgues
Image illustrative de l'article Saint-Cirgues (Lot)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Canton Lacapelle-Marival
Intercommunalité Communauté de communes du Grand-Figeac - Haut-Ségala - Balaguier d'Olt
Maire
Mandat
Christian Venries
2014-2020
Code postal 46210
Code commune 46255
Démographie
Gentilé Saint-Cirguois
Population
municipale
352 hab. (2015 en diminution de 7,12 % par rapport à 2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 18″ nord, 2° 07′ 30″ est
Altitude Min. 283 m
Max. 657 m
Superficie 32,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative de Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Cirgues

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Saint-Cirgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cirgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cirgues
Liens
Site web www.saint-cirgues.com/

Saint-Cirgues est une commune française, située dans le département du Lot, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy à une cinquantaine de kilomètres d'Aurillac, dans les premiers contreforts du Massif central.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département du Cantal.

Communes limitrophes de Saint-Cirgues[1]
Gorses Lauresses Quézac
(Cantal)
Montet-et-Bouxal Saint-Cirgues[1] Maurs
(Cantal)
Sabadel-Latronquière Prendeignes Linac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient de saint Cyr, honoré dans l'église paroissiale qui porte son nom, dont une des formes occitanes du nom est Cirgue. Le -s final ne s'explique pas par l'évolution phonétique normale de Cyricus, puisque dans les mots latins en -us, la consonne disparaît à date ancienne.

Article détaillé : Cyr de Tarse.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Cirgues[2].

Ses habitants sont appelés les Saint-Cirguois[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Georges Bac    
mars 2008 en cours Christian Venries    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2015, la commune comptait 352 habitants[Note 1], en diminution de 7,12 % par rapport à 2010 (Lot : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 484 1 437 1 534 1 391 1 480 1 496 1 568 1 597 1 602
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 610 1 586 1 502 1 552 1 400 1 369 1 335 1 307 1 246
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 138 1 083 1 014 863 854 850 769 759 657
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
580 595 509 507 421 355 379 379 355
2015 - - - - - - - -
352 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le tilleul de Paramelle se situe au lieu-dit Paramelle ; c'est un arbre remarquable qui aurait environ 400 ans ; on l'appelle aussi tilleul de Sully en l'honneur de Sully, ministre d'Henri IV ; il fait 35 mètres de hauteur et est assez rare[7].
  • Église dont la partie droite du toit est penchée vers la gauche (visible en venant de Lauresses).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Géraud, dit Géraud d'Aurillac, est mort le vendredi 13 octobre 909 à Saint-Cirgues où le corps du défunt a été transporté à pied[8].
  • Georges Gay (né le 21 mars 1926 à Saint-Cirgues et mort le 8 juillet 1997 à Toulouse) est un coureur cycliste français.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Le tilleul de Sully.
  8. Se reporter à la vie de saint Géraud écrite par l'abbé Odon de Cluny seulement une vingtaine d'années après la mort du comte Géraud, sur la base de quatre témoignages directs de personnes ayant connu saint Géraud.