Causse-et-Diège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Causse-et-Diège
L'église Saint-Clair.
L'église Saint-Clair.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Lot et Montbazinois
Intercommunalité CC du Grand-Figeac - Haut-Ségala - Balaguier d'Olt
Maire
Mandat
Serge Masbou
2014-2020
Code postal 12700
Code commune 12257
Démographie
Gentilé Caussediégeois
Population
municipale
719 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 53″ nord, 2° 02′ 57″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 430 m
Superficie 29,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Causse-et-Diège

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Causse-et-Diège

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Causse-et-Diège

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Causse-et-Diège

Causse-et-Diège est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 12257.png
Rose des vents Faycelles Capdenac-Gare Rose des vents
Balaguier-d'Olt N Sonnac
O    Causse-et-Diège    E
S
Foissac Villeneuve Naussac

Site[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs villages, d'origine ancienne, constituent cette commune. La localité de Loupiac est mentionnée dès l'an 961 dans le testament de Raymond I : il s'agit alors d'un alleu, c'est-à-dire d'une terre libre de toute taxe et services. Un lieu de culte apparait peut-être dès le haut Moyen Âge comme le suggérerait le vocable de Saint-Saturnin encore aujourd'hui attaché à l'église. Cette dernière existe de façon certaine dès 1146, elle est alors possession de l'abbaye de Figeac. Le plan de ce village forme un rectangle organisé : les maisons sont accolées les unes aux autres enserrant l'église qui tient la place centrale. La première mention d'un château est faite en 1266, dans les hommages au comte de Rodez. Il sera détruit en 1630.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Serge Masbou DVG Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 719 habitants, en diminution de -0,55 % par rapport à 2009 (Aveyron : 0,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861
189 182 119 786 857 868 910 893 892
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
895 859 857 823 789 751 692 668 616
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
600 528 506 458 435 387 310 260 247
1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 - -
627 607 597 624 711 724 719 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Clair, édifice préroman  Inscrit MH (1984)[5], au hameau de Saint-Loup, mentionnée pour la première fois en 823.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marcel Bruel (1922-2007), ancien secrétaire général de la FNSEA, ancien président de la FNB et d'Interbev. Il a initié la création de la commune de Causse et Diège en rapprochant les communes de Loupiac et Salvagnac Saint Loup.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Jacques Dournes), Capdenac : Los Aures, Asprièras, Balaguièr, Bolhac, Causse-e-Diège, Foissac, Naussac, Salas, Sonnac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Capdenac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 240 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-23-8, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36688708)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]