Terrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Terrou
Terrou
L'église de Terrou.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Canton Lacapelle-Marival
Intercommunalité Communauté de communes du Grand-Figeac - Haut-Ségala - Balaguier d'Olt
Maire
Mandat
Jean-Pierre Dufourcq
2014-2020
Code postal 46120
Code commune 46314
Démographie
Population
municipale
174 hab. (2015 en diminution de 7,94 % par rapport à 2010)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 05″ nord, 1° 59′ 04″ est
Altitude Min. 273 m
Max. 570 m
Superficie 9,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Terrou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Terrou

Terrou est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Quercy située sur la Bave.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Terrou[1]
Ladirat
Molières Terrou[1] Gorses
Espeyroux Saint-Maurice-en-Quercy Saint-Médard-Nicourby,
Labathude

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Terrou est basé soit sur l'Hydronyme occitan Teron issu du pré-indo-européen tor qui désigne une fontaine ou une source, soit sur Oronyme occitan terron qui désigne une parcelle de terre[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , un détachement de cinq chenillettes de la 2e division SS Das Reich provenant de Gorses mettent le feu avec des balles incendiaires à cinquante hectares de forêts. Les soldats entrent dans Terrou, barrent les routes et pillent les maisons. Ils interrogent les seuls femmes, enfants et vieillards qu'ils trouvent sur place pour recueillir des renseignements sur les maquisards. Vers midi, quelques soldats, qui cherchent en vain le maire et le curé, bombardent avec des canons de 77 mm le hameau de las Descargues. La troupe reprend ensuite la route vers Figeac[3],[4].

Le au soir, des maquisards en voiture annoncent que des Allemands se dirigent vers le village. Les hommes disparaissent dans les forêts environnantes. Le lendemain matin, un premier convoi passe sans s'arrêter, mais à 9 heures un second s'arrête. Les soldats SS de la division Das Reich font sortir la directrice de l'école privée puis incendient et détruisent systématiquement la trentaine de maisons du village qui brûle toute la journée[3],[4].

Le village a reçu en septembre 1945 la médaille de la Résistance ; il est l'une des 17 communes de France qui furent ainsi distinguées[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean-Pierre Dufourcq Parti socialiste  
mars 2001 mars 2008 Jeanine Teyssadou    
(Tableau version 11/11/2006)

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2015, la commune comptait 174 habitants[Note 1], en diminution de 7,94 % par rapport à 2010 (Lot : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0879109179041 1671 2361 1171 2521 215
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2201 2641 1591 0411 0521 0671 0701 0221 062
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
910895860749409369351310288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
291271253214197202202189174
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (31 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,6 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 24,5 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 22,3 %) ;
  • 53,6 % de femmes (0 à 14 ans = 15,7 %, 15 à 29 ans = 21,7 %, 30 à 44 ans = 16,6 %, 45 à 59 ans = 17,5 %, plus de 60 ans = 28,5 %).
Pyramide des âges à Terrou en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,8 
8,5 
75 à 89 ans
10,1 
13,8 
60 à 74 ans
16,6 
19,1 
45 à 59 ans
17,5 
24,5 
30 à 44 ans
16,6 
13,9 
15 à 29 ans
21,7 
20,2 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département du Lot en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,8 
10,0 
75 à 89 ans
13,5 
17,7 
60 à 74 ans
18,2 
22,5 
45 à 59 ans
21,5 
18,6 
30 à 44 ans
18,1 
14,3 
15 à 29 ans
12,6 
16,2 
0 à 14 ans
14,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Saint-Thamar, à l'ouest du bourg. XVe au XVIIIe siècles.  Inscrit MH (arrêté du 17 juin 1975)[13] : façades et toitures.
  • Église Saint-Pierre-ès-Liens.
  • Nécropole du haut Moyen Âge au Pasquié, au bord de la route Prés de la rivière, fouillé de 1984 à 1986 par R. Mounier[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Lecherbonier, instituteur à Terrou, résistant[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 124.
  3. a et b Gilbert Lacan, Figeac en Quercy : sous la terreur allemande, Paris, Union Amicale des Enfants de l'Arrondissement de Figeac, , 99 p., p. 35-38
  4. a et b « Figeac et le Ségala (janvier-juillet 1944) : Chronologie de résistances et de répressions », sur quercy.net (consulté le 19 avril 2015)
  5. « Projet de loi créant le Conseil national des communes "Compagnon de la Libération" : Une histoire symbole du combat pour la libération de la France », sur senat.fr (consulté le 19 avril 2015)
  6. « Les maires de la commune », sur francegenweb.org (consulté le 24 février 2012)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Évolution et structure de la population à Terrou en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 février 2011)
  12. « Résultats du recensement de la population du Lot en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 février 2011)
  13. « Château de Saint-Thamar », notice no PA00095268, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Terrou : Le Pasquié, Les Pré de la Rivière », sur daphne.cnrs.fr (consulté le 23 février 2012)
  15. Portrait de Roger Lecherbonier, instituteur à Terrou. sur www.adpep91.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :