Pierre Laborie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laborie.
Pierre Laborie
Pierre Laborie.png

Pierre Laborie en 2013.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Étudiants de thèse

Pierre Laborie, né le à Bagnac-sur-Célé[1] et mort le [2], est un historien français.

Professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université Toulouse II-Le Mirail, à Toulouse et directeur d'études à l'EHESS, Pierre Laborie est spécialiste de l'opinion publique sous le régime de Vichy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Laborie naît le [3], à Bagnac-sur-Célé dans le Lot.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est docteur en histoire (L'opinion publique dans le département du Lot pendant la Seconde Guerre mondiale, 1978[4] ; L'opinion publique et les représentations de la crise d'identité nationale, 1988[5]).

Carrière[modifier | modifier le code]

Ancien professeur d'École Normale, Professeur d'histoire contemporaine à l’université de Toulouse 2 (le Mirail) pendant près de vingt ans, puis directeur d'études à l'EHESS, Pierre Laborie est un spécialiste de l'opinion publique sous le régime de Vichy.

Il analyse l'histoire la construction de la vision de la France occupée depuis 1945, en passant par la sortie du film Le chagrin et la pitié, jusqu’aux années 2000. Tout en reconnaissant la pertinence de la notion d’ « accommodement » (Philippe Burrin) pour décrire une part de la société française des années noires, Pierre Laborie s’interroge sur son usage parfois d’une complaisance coupable, au prix de nombreux « oublis » et de reconstructions mémorielles. Ce travail conduit à un questionnement sur l'idée et les formes de résistance (s) dans les régimes d'oppression[6].

Ses recherches conduisent Pierre Laborie à une réflexion épistémologique en particulier sur la fabrication du rapport social au passé, sur la construction et le statut de l'événement et sur les problèmes inhérents à l'écriture de l'histoire.[citation nécessaire]

Il meurt le [7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Loubes, Annelise Rodrigo, Philippe-Jean Catinchi, « Mort de l’historien Pierre Laborie », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. Décès de Pierre Laborie - 16 mai 2017 par Cécile Vast, Le Musée de la Résistance et de la Déportation
  3. Notice BnF.
  4. Thèse sous la dir. de Jacques Godechot : http://www.sudoc.fr/078884845.
  5. « L'opinion publique et les représentations de la crise d'identité nationale [Texte imprimé]  : 1936-1944 / Pierre Laborie - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le 16 mai 2017)
  6. Dans son ouvrage, Le chagrin et le venin ainsi que sa réédition revue en 2014.
  7. « Pierre Laborie est mort », sur www.lhistoire.fr (consulté le 16 mai 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]