Rudelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rudelle (homonymie).
Rudelle
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Figeac
Canton Canton de Lacapelle-Marival
Intercommunalité Communauté de communes du Grand-Figeac - Haut-Ségala - Balaguier d'Olt
Maire
Mandat
Jean-Luc Nayrac
2014-2020
Code postal 46120
Code commune 46242
Démographie
Population
municipale
166 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 43′ 25″ nord, 1° 52′ 47″ est
Altitude Min. 326 m – Max. 435 m
Superficie 6,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rudelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rudelle

Rudelle est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bastide située sur la D 840 entre Gramat et Figeac.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Rudelle (en occitan Rudèla) est formé à partir du terme gaulois roto qui désigne un gué et du suffixe -ela. Certains affirment que le nom Rudelle fut donné en hommage au troubadour Jaufré Rudel[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008   Jean-Luc Nayrac    
mars 2001 mars 2008 Jean-Luc Nayrac    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 166 habitants, en diminution de -12,63 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
514 580 623 511 545 550 580 577 530
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566 534 526 506 478 524 520 416 372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365 301 310 276 270 260 258 215 206
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
203 160 140 155 136 153 186 172 166
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martial [6]:

L'église Saint-Martial du XIIIe siècle. Ce n'était à l'origine que la chapelle de l'hôpital de Rudelle se trouvant dans la bastide, ou village neuf, fondée vers 1250 par Bertrand III de Cardaillac, seigneur de Lacapelle-Marival. Elle se trouvait sur une voie de communication reliant Rocamadour et le Rouergue (voie romaine Gramat-Figeac), passage de nombreux pèlerins, près d'un gué. On peut voir aux clés de voûte la patte de griffon, emblème des Cardaillac.

La première mention d'un fort-église date de 1320 quand les coutumes de Figeac sont accordées aux habitants de la bastide de Rudelle. Le second niveau servant de refuge à la population a été ajouté au XIVe siècle, pendant la guerre de Cent Ans.

L'église est devenue église paroissiale à la demande des habitants en 1470. Jusque là ils devaient aller à l'église de Theminettes. En 1471, Astorg de Cardaillac, seigneur de Lacapelle-Marival, abandonne aux habitants sa tour de Rudelle afin qu'ils puissent s'y réfugier et y déposer leurs biens. Mais ils sont tenus de la garder et de la réparer.

En 1593, pendant les guerres de religion, le duc de Bouillan, vicomte de Turenne et protestant vint assiéger la tour gardée par les habitants de Rudelle pour le compte du baron de Cardaillac, catholique. Pour éviter la destruction de la tour, le baron demanda aux défenseurs de se rendre.

Son aspect d'église fortifiée date de la restauration de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle :

  • ajout de chapelles,
  • nouvelle terrasse après la suppression de la toiture avec l'ajout de bretèches assez fantaisistes pour accroître l'aspect guerrier de l'église.

Elle présente l'aspect d'un donjon féodal couronné d'une plate-forme au parapet crénelé :

  • au rez-de-chaussée, l'ancienne chapelle de l'hôpital,
  • au premier étage, une salle voûtée de même surface ayant servi de refuge, percée d'archères. Cette salle a été construite après la chapelle qui ne présente pas de trace de fortification hormis les glacis de renforts. Elle a probablement été construite au XIVe siècle pour permettre aux habitants de Rudelle d'y trouver un refuge en cas de passage des compagnies et de routiers.
  • l'édifice comportait des créneaux ainsi qu'une toiture à quatre pans qui a disparu malgré le classement comme Monument historique en 1886.
  • Sentier de grande randonnée GR 6 allant de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) à Saint-Paul-sur-Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 119.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Ministère de la Culture : église de Rudelle

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :