Aurignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aurignac
Vue sur le village d'Aurignac.
Vue sur le village d'Aurignac.
Blason de Aurignac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Cazères
Intercommunalité Cœur et Coteaux du Comminges
Maire
Mandat
Jean-Michel Losego
2014-2020
Code postal 31420
Code commune 31028
Démographie
Gentilé Aurignacais
Population
municipale
1 184 hab. (2014en diminution de -0.25 % par rapport à 2009)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 13′ 10″ nord, 0° 52′ 49″ est
Altitude Min. 295 m – Max. 511 m
Superficie 17,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Aurignac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Aurignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aurignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aurignac

Aurignac (occitan : Aurinhac) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Aurignacais/aises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Comminges à 21 km au nord de Saint-Gaudens, sur la route départementale 635 entre Boulogne-sur-Gesse et Boussens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Aurignac
Cassagnabère-Tournas Boussan Montoulieu-Saint-Bernard
Saint-Élix-Séglan
Peyrouzet
Aurignac Alan
Cazeneuve-Montaut Bouzin Le Fréchet
Auzas

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Noue et le Bernès deux petits affluents de la Garonne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 795 hectares ; son altitude varie de 295 à 511 mètres[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aurignac a donnée son nom à l'Aurignacien.

Histoire[modifier | modifier le code]

La grotte d'Aurignac, site éponyme de l'Aurignacien.

Les fouilles archéologiques menées par Édouard Lartet dans la grotte d'Aurignac ont conduit à la définition d'une culture préhistorique mondialement connue, l'Aurignacien. Cette culture dure d'environ 37 000 ans à 28 000 ans BP et correspond aux débuts du Paléolithique supérieur en Europe, marqués par l'arrivée d'Homo sapiens.

Des vestiges gallo-romains sont également recensés, traces d'une colonisations à partir du Ier siècle av. J.-C. L'occupation du sol reprend un schéma classique dans la vallée de la Louge, avec l'installation d'une villa, domaine assez étendu, qui se poursuit à 1 kilomètre environ par un petit établissement rural.

Au Moyen Âge cohabitent un domaine bénédictin antérieur au XIe siècle et une seigneurie, appartenant à la famille d'Aurignac. En 1234, le comte de Comminges Bernard V reçoit le territoire de sa mère.
Un château et édifié en 1240, tandis qu'un capitaine chatelain est nommé en 1243, sans doute pour s'opposer aux bandes armées qui ravagent la région. Plusieurs chevaliers possèdent des fiefs, dont les Montpezat et Roger d'Espagne Montespan. Les comtes assurent la prospérité du lieu et la châtellenie prend de l'importance.
En 1336, quarante- quatre communes sont sous sa juridiction.
Le comté est finalement donné au roi de France par Marguerite de Comminges, en 1432, puis définitivement supprimé en 1510.

Pendant les guerres de religion, Toulouse et le Comminges restent Catholiques. Aurignac devient alors un centre militaire majeur, doté dès 1574 du premier bureau de poste régulièrement desservi par chevaux et voitures.

L'administration est désormais exercée par des juges royaux achetant leurs charges, tandis que les finances réorganisées au XVIIe siècle dépendent des aides, généralités intendances. L'activité commerciale, qui a pris de l'ampleur dès le XVe siècle, est rythmée par plusieurs marchés hebdomadaire et des foires.
2 500 habitants sont recensés en 1699, et la construction d'une troisième enceinte s'avère nécessaire. Industrie la plus ancienne, la tannerie continue de se développer ainsi que la poterie, localisée dans le quartier des Oulés. Pendant la Révolution, la municipalité se montre très modérée. Le curé Dabeaux et le prieur Jean-Louis Desentis prennent par contre le titre de citoyens, et en 1793, les titres féodaux et les livres terriers sont brûlés. Au XIXe siècle, plusieurs commerçants et artisans assurent la prospérité économique de la commune. Arrivés pendant la Seconde Guerre mondiale, des réfugiés belges et alsaciens choisissent de s'installer définitivement. La découverte et l'exploitation de gaz naturel à Saint-Marcet, l'ouverture d'une usine de dégazolinage à Boussens entraînent également un afflux de population et de technologies qui profitent à Aurignac. L'activité est source de revenus pour les locaux notamment les agriculteurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Cœur et Coteaux de Comminges et du canton de Cazères (avant le redécoupage départemental de 2014, Aurignac était le chef-lieu de l'ex-canton d'Aurignac) et avant le 1er janvier 2017 de la communauté de communes des Terres d'Aurignac.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2010[3] en cours Jean Michel Losego PS Fonctionnaire
mars 2008 avril 2010[4] Pierre Marquois    
mars 1989 2008 Claude Brunet PS  
mars 1971 1989 Lilian Buzzichelli DVD  
août 1944 1971 André Servat SFIO  
mars 1939   Étienne Gracœur    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 184 habitants, en diminution de -0,25 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 160 1 215 1 195 1 363 1 433 1 506 1 525 1 506 1 561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 548 1 484 1 448 1 479 1 428 1 396 1 324 1 323 1 265
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 216 1 210 1 234 990 1 006 932 941 1 169 1 112
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 026 971 966 976 983 980 1 171 1 177 1 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 67 110 115 123 135 138 143 148
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est principalement basée sur l'agriculture et l'exploitation de gaz naturel de Saint-Marcet. L'artisanat ainsi que le commerce y sont bien représentés.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aurignac fait partie de l'académie de Toulouse.

L'enseignement est assuré sur la commune jusqu'au collège Émile-Paul Vayssié.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Salle de fêtes,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Football, pétanque, tennis.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Aurignac

Son blasonnement est : De sinople aux trois tours d'or rangées en pal.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. MairesGenWeb : Les maires de Aurignac
  3. Election Partielle
  4. Démissionnaire
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. « Grotte d'Aurignac », notice no PA00094268, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Château d'Aurignac », notice no PA00094266, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Église Saint-Pierre-aux-Liens », notice no PA00094267, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Un Américain offre 100 000 dollars pour restaurer une église
  17. Un don de 100000 dollars pour restaurer l’église d’Aurignac
  18. « Tour de Savoie », notice no PA00094269, base Mérimée, ministère français de la Culture