Cloé Vidiane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cloé Vidiane
Cloé04.jpg
Cloé Vidiane au théâtre de l'Alcazar en 1920 dans la revue Oh! Qué Fortune, où elle interprète Avec une Marseillaise
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Cloé Vidiane est une chanteuse française née à Aurignac (Haute-Garonne) en 1894 et inhumée à Marignac (Haute-Garonne) en 1978.

Cette artiste lyrique a joué dans de nombreuses revues, opérettes, spectacles de cabarets et films dans le Paris des années 1920 et 1930. C'est une des vedettes de l'équipe qui lance, sous la direction de Roger Ferréol, le théâtre de Dix heures. Elle est connue pour avoir créé le rôle de Rose-Marie dans l'adaptation française de l'opérette éponyme de Rudolf Friml et Herbert Stothart en 1927 au théâtre Mogador. Son nom reste également attaché à la création de l'opérette Billy Bill d'Henri Goublier, au théâtre de la Scala avec André Baugé, mais aussi à de nombreuses revues avec les chansonniers au théâtre du Perchoir et au Théâtre du Coucou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Cloé Vidiane fait ses débuts en 1915 au théâtre des Variétés de Toulouse (actuel cinéma UGC). Remarquée, elle obtient un contrat pour le théâtre des Variétés et l'Eden de Nice. Ses débuts marseillais se font tout d'abord au théâtre du Grand Casino et aux Variétés où elle crée en 1916 une revue marseillaise interprétée entre autres par Pilcer, puis à l'Alcazar où elle joue en alternance avec Andrée Turcy la revue Oh coquin de sort !. Elle revient à Toulouse en 1919 pour la création du rôle de Suzanne dans l'opérette d'Offenbach Madame Favart où l'on retrouve dans la distribution René Seibert, Georges Berger, Derval, Michail et Mesdames Lucette Nery et Jenny Bernals.

À la suite de ces premiers succès, elle enchaîne avec une autre revue intitulée Oh! Qué fortune !, musique de Charles Helmer, avec pour partenaires Antonin Berval, Fortuné aîné, Fortuné cadet et Andrée Turcy. En 1921, elle enregistre deux titres de la revue pour les disques Pathé en duo avec Berval. Dans le courant de la même année, elle crée au théâtre du Grand Casino l'opérette Son altesse Papillon, musique de H. M. Jacquet, Celval et Mauprey, avec Dréan, Myral, Dulac, Marguerite Girard, Alida Rouffe et Tusisi.

La saison se termine par des tournées dans le Midi de la France, avec la même troupe de l'Alcazar qui interprète, sous la direction de Raoul Arnaud, des opérettes marseillaises comme Thérèse ou la Famille Solari de Marseille, musique de Charles Helmer ou des opérettes militaires comme Berlingo. En 1922, elle reprend à l'Alcazar l'opérette Titin, livret de Dumestre et Roger Ferréol, avec Fortuné aîné et Fortuné cadet, Berval, Velmont et Marguerite Chabert. Le tour de chant se prolonge sur la Côte d'azur, notamment au théâtre du Casino Palace Eldorado de Nice où se retrouvent toutes les célébrités de l'époque : Raquel Meller, Maurice Chevalier, Andrée Turcy, Félix Mayol, Perchicot, Georgel, Gabrielle Ristori, Yvonne Vallée, Nita-Jo, Berval, Urban, Ouvrard, Tré-Ki et Grock. Pour les fêtes de fin d'année, l'Alcazar programme la revue C'est formidable dont le succès va se prolonger durant plusieurs mois, avec une brillante distribution dans laquelle figurent les inséparables frères Fortuné aîné et cadet, Berval, Mainvil, Claudine Boria, Andrée May, Gaby Dargelle, etc., suivie de la tournée d'été (Provence, Côte d'Azur, Riviera italienne).

La carrière parisienne (1924-1941)[modifier | modifier le code]

Cloé Vidiane en 1928-1930

L'année 1924 la conduit au Casino de Lyon où elle joue l'opérette en vogue Phi-Phi de Henri Christiné, avec Rivers cadet, puis Un bon garçon avec Georges Milton.

Elle arrive à Paris en 1925, où elle interprète au Théâtre des Deux Ânes sous la direction de Roger Ferréol plusieurs revues dont Les Ânes décoratifs, livret de Gasma et José de Bérys, musique de Tremolo, avec Paulette Amy, Balder, Géo Lastry, Gaby Dargelle, Pierre Dac, Paul Marinier, Noël-Noëlet René Dorin en juin 1925.

Elle est ensuite engagée au théâtre des Dix heures où durant trois années vont se succéder les revues avec quasiment la même équipe (Paul Colline, Noël-Noël, René Dorin, Marcel Dalio, Géo Charley, Jean Rieux, Georges Merry et Gaby Benda), qui vont contribuer à la renommée du théâtre. Parmi celles-ci, Zut à l'or ! de Roger Ferréol et Georges Merry, ou Quand on est neuf de Paul Colline sur une musique de Paul Maye, avec comme principaux interprètes Balder, Goupil, Henry, Paul Colline, Marrot, Janine Leduc, Lucette Jullien, et Andrée Nicole. Ce dernier spectacle se joue jusqu'à la fin de l'année puis en janvier 1926, lui succèdent les revues Nègre douce de Jean Rieux, Blum Badabloum de Charles Fallot et, en automne 1926, Nos nos sornettes de Paul Colline, musique de Paul Maye, qui va se jouer avec succès jusqu'au printemps 1927.

De 1925 à 1927, elle se produit parallèlement dans un tour de chant nocturne chez Fischer, dans le quartier de l'Opéra, ainsi que dans plusieurs revues de Saint-Granier au Bataclan et au théâtre de l'Étoile, sous la direction de Madame Rasimi. On peut citer la revue A la belle étoile de Roger Ferréol et Max Eddy, musique de Pearly, Chagnon et Molet, interprétée par Saint-Gragnier, Carriel, Maurice Lambert, Paulette Amy, Diana, Mary Massart et les ballets russes.

En 1927, à l'occasion du Salon de l'automobile de Paris, elle crée au théâtre Mogador l'opérette à grand spectacle Rose-Marie, dans laquelle elle joue le rôle principal féminin, accompagnée de Robert Burnier, Félix Oudart, Dréan, June Roberts, Mixandra, Cécilia Navarre puis, par la suite Géo Bury. L'œuvre va se jouer à guichet fermé pendant 1375 représentations (soit plus de trois ans)

Pour les fêtes de fin d'année de 1929, elle interprète au théâtre des Menus-Plaisirs, l'opérette Un frisson de Paris de Paul Briquet et Pierre Varenne, en compagnie d'Henry Laverne, Julien Carette, Carol, May-Liette, Max Régis, Bradlay et Colette Andrès. Après ce gros succès, elle interprète à nouveau Rose-Marie (à l'occasion de l'inauguration du théâtre de Rio de Janeiro, Joao de Caetano, le 28 juin 1930 et pour tout le mois de juillet de la même année), No, No, Nanette !, Robert le Pirate et Le sourire de Paris avec Alfred Pasquali, June Roberts, Géo Bury, Mixandra et Henriette Leblond dans une importante tournée en Amérique du Sud (Brésil, Uruguay, Argentine).

À son retour en 1931, elle crée à la Scala l'opérette Billy Bill d'Henri Goublier avec André Baugé, Georgé et Christiane Dor, puis début 1932 une revue de Jean Bastia Soyez des nôtres au théâtre de l'Humour, avec Andrée Lindia, Lucette Mérille, Viviane Romance, Clarel, Henri Ebstein, Bradlay et Calabrese, suivie de la revue de René Dorin et Paul Colline Ah les bandits ! à L'Européen puis à Bobino, ainsi que pour les fêtes de fin d'année la reprise de l'opérette Un joli monsieur au théâtre Comœdia, sur des musiques de Coquelin, Jean et Pascal Bastia, avec Raimbourg, Adet, Mario et Lucette Merille.

Au début de cette même année, et sur les instances de son ami Raymond Bernard, elle tourne le film Montmartre qui tourne, plus connu sous le titre de Revue montmartroise, avec René Dorin et Paul Colline, sous la direction du cinéaste Alberto Cavalcanti.

L'année 1933 débute avec diverses revues à La Lune rousse, notamment La Joie de Montmartre de René Dorin, musique de Zimmermann, sous la direction de Léon Michel avec René Dorin, Maurice Porterat, Pierre Jacob, Bradlay, Pierre Dac, René Sarvil, Janine Francy, Marga et Paquita Sol. Toujours en 1933, elle parcourt avec les tournées d'opérette Bizos, le Nord de la France, la Suisse et la Belgique, puis se produit durant la saison d'été en vedette aux casinos de La Baule et de Biarritz avec Leardy et Verly.

Cloé Vidiane vers 1936

En 1934, elle entame une tournée dans le Midi de la France avant de créer de nouvelles opérettes à l'Alcazar de Marseille. À son retour dans la capitale, elle crée différentes revues au théâtre du Coucou et au théâtre du Perchoir, sous la direction de Clément Auroux, avant de reprendre au théâtre des Variétés l'opérette de Pascal Bastia, Le groom s'en chargera, avec Maurice Porterat, Armontel, Rehan, Aimé Courtioux et Jeanine Roger.

Au cours de l'année 1936, elle effectue sa rentrée au music-hall, dans un tour de chant à l'ABC, sous la direction Goldin, aux côtés de Mauricet, Margaret Salvi et de l'écrivaine Colette, ainsi qu'à Bobino. Elle participe aussi à de nombreuses manifestations parisiennes, dont la Nuit américaine au Vélodrome d'hiver, et des émissions télévisuelles de variétés au poste Paris PTT.

Début 1937, elle joue au Trianon de nombreux sketches dans la revue de Valentin Tarrault et Earl Leslie, Montmartre s'amuse, avec Marguerite Gilbert, Fréhel, Oleg West et Adrien Adrius. Elle retrouve ensuite son partenaire René Dorin à l'Européen. Vedette féminine des tournées Alibert dans toute la France, avec notamment une revue de La Lune Rousse Du soleil dans la Lune, livret de René Sarvil, musique de Vincent Scotto, Alibert et Raymond Vincy avec Henri Vilbert, Josselin et Marthe Marty. Elle regagne ensuite la capitale, et crée au théâtre du Coucou la revue La Grande Allusion, musique de Gaston Claret, avec Jacqueline Grumber, Jane Ares, Géo Charley, Raymond Souplex, Roméo Carlès et Charles Weiss

En février 1938, elle est à l'affiche de la revue Les Coucoulards sont là ! de Roméo Carlès et Pierre Ferrary, suivie au théâtre du Perchoir de Excusez-nous, revue de Géo Charley, musique de Georges Matis, avec Loulou Campana, Tatya-Chauvin, Suzanne Marc-Hély, Géo Charley, Philippe Olive, Andréas, Henry Bradley, Tarquini d'or, Raymond Souplex et Gabriello. S'ensuit en août 1939, au théâtre du Coucou une revue de Georges Merry, Stop ! sur une chorégraphie de Max Révol et Clarel, avec les mêmes interprètes et les chansonniers. La revue va se jouer jusqu'à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale.

Les années 1941 et 1942 se déroulent au théâtre du Coucou[1], le tour de chant ayant remplacé la revue étant donné les circonstances. Sollicitée par l'occupant pour des créations théâtrales et des tournées en zone occupée, elle préfère mettre un terme à sa carrière artistique et se retire en province.

En décembre 1963, à la demande d'Henri Varna, directeur du théâtre Mogador, la presse recherche Cloé Vidiane pour l'inviter à la reprise de Rose-Marie, avec Paulette Merval et Marcel Merkès, offre qu'elle décline. En 1997, un hommage lui est rendu sur France Inter, dans l'émission Du côté des archives.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le programme dans le Matin de 1941 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k587432w

Liens externes[modifier | modifier le code]