Miramont-de-Comminges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miramont.
Miramont-de-Comminges
Image illustrative de l'article Miramont-de-Comminges
Vue depuis la Chapelle Notre-Dame des sept douleurs sur Miramont de Comminges.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Saint-Gaudens
Intercommunalité Cœur et Coteaux du Comminges
Maire
Mandat
Laure Vigneaux
2014-2020
Code postal 31800
Code commune 31344
Démographie
Gentilé Miramontais
Population
municipale
776 hab. (2014en diminution de -5.02 % par rapport à 2009)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 05′ 40″ nord, 0° 44′ 51″ est
Altitude Min. 338 m – Max. 564 m
Superficie 8,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Miramont-de-Comminges

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Miramont-de-Comminges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Miramont-de-Comminges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Miramont-de-Comminges
Liens
Site web http://www.miramont-de-comminges.fr/

Miramont-de-Comminges est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Miramontais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Saint-Gaudens située dans le Comminges sur la Garonne à 2 km au sud-est de Saint-Gaudens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Miramont-de-Comminges
Saint-Gaudens Estancarbon
Aspret-Sarrat Miramont-de-Comminges
Encausse-les-Thermes Rieucazé Pointis-Inard

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par la Garonne dans sa partie nord (situé sur sa rive droite). Berges, ripisylve, zones humides et forêt piémontaise constituent un environnement riche d'une faune et d'une flore exceptionnelle dont une partie constitue la Znieff du Mont-Jammes (Mounjaïmes)[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 305 hectares ; son altitude varie de 337 à 440 mètres[2].

Miramont de Comminges possède un espace forestier riche de 292 ha de forêt mixte[3], typique du piémont pyrénéen. Cet espace culmine à 578 m au Cap de Lastodet, frontière communale entre Miramont-de-Comminges, Rieucazé, Aspret-Sarrat et Encausse-les-thermes. Au pied de ce cap naît le ruisseau d'Angèles qui traverse le village. Le ruisseau de Gardesse le traverse plus brièvement et alimente la Garonne près du pont. Il naît à 460 m d'altitude et ruisselle le long du thalweg entre les cantons forestiers de Mélères et Pilate. Un ruisseau (de Mélères ou Pedesclop selon les époques) prend également naissance dans l'espace forestier miramontais entre le bois de Montaut (limite communale) et le canton forestier de Mélères (interfluve avec le thalweg du ruisseau de Gardesse). Il aboutit au lieu dit du "pont blanc" après une succession de charmantes petites cascades. Passant sous la route, il se jette dans la Garonne après avoir créé un méandre, sur le sentier du fond du bois[4] menant à Miramont de Comminges. Un autre sentier partant lui de la chapelle du calvaire (ND des 7 douleurs), parallèle à la Garonne, permet de rallier le pont blanc créant ainsi une boucle de promenade favorable à de multiples observations environnementales.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A64 sortie no 18 en prenant la route départementale 905. Miramont-de-Comminges est desservi par le réseau Arc-en-ciel. La gare de Saint-Gaudens est à moins de 5 minutes en voiture.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Miramont ne s'appelle Miramont-de-Comminges que depuis un décret datant du 21 janvier 1949[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Miramont est très tôt devenu un point de passage de la Garonne. Sur le promontoire du Castéra, un poste de douane fut installé lors du passage de Pompée, général romain, vers 77 av notre ère. Des médailles impériales comme des débris de poteries en attestent (cf ouvrages de M.de Juillac-Vignoles[réf. nécessaire]). Des vestiges de cimetière romain sont également indiqués dans le secteur du Pouran non loin de la statue de Sainte-Germaine. Ce poste de douane sur le rocher du Castéras surplombant la Garonne, devint un château gallo-romain puis féodal avant d'être détruit sur ordre royal en 1627, comme toutes les forteresses de France qui n'étaient pas situées sur une frontière (déclaration de Nantes)[réf. nécessaire]. Cet ordre de Louis XIII qui datait du 31 juillet 1626, visait à mater une noblesse conspiratrice plutôt hostile à son endroit comme à celui du Cardinal de Richelieu. Quelques pans de murs (architecture militaire romaine) sont cependant encore bien sur pied ainsi qu'une partie du donjon sur les vestiges duquel se dresse aujourd'hui la chapelle Notre-Dame des sept douleurs ou chapelle du calvaire. La voûte du donjon constitue le sanctuaire de la chapelle.

Sous l'ancien régime, Miramont constituait avec Saint-Gaudens l'une des quatre châtellenies du Nébouzan. Les deux communautés ont, de tous temps, été très étroitement liées, Miramont possédant localement l'un des trois seuls points de passage de la Garonne avec Montréjeau et Valentine. Cette dernière, certes proche, ne faisait pas partie du Nébouzan mais des états du Languedoc qui en avaient financé le pont, les droits de passage ne rentraient donc pas dans les coffres de la châtellenie de Saint-Gaudens. La voie de communication passant par Miramont-de-Comminges était officiellement nommée la "route de Saint-Gaudens en Catalogne".

Miramont, comme en témoigne son tunnel[6],[7], était également une halte ferroviaire de la ligne Saint-Gaudens / Aspet, active entre 1906 et 1936. Ce tunnel possède la particularité d'être le seul de l'ancien réseau ferré des Chemins de Fer du Sud-Ouest [Quand ?]. Le réseau est quant à lui resté actif jusqu'en 1949.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cœur et Coteaux de Comminges et du canton de Saint-Gaudens. Avant le , Miramont-de-Comminges faisait partie de la communauté de communes du Saint-Gaudinois.

La commune est également membre du SIVOM de Saint-Gaudens Montréjeau Aspet Magnoac.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2004 2014 François Pacheco    
2014 en cours Laure Vigneaux PS Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 776 habitants, en diminution de -5,02 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 006 1 038 1 091 1 266 1 497 1 636 1 670 1 769 1 857
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 654 1 586 1 650 1 615 1 560 1 356 1 404 1 143 1 064
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
971 989 936 793 790 1 001 897 1 043 1 031
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 029 1 093 1 123 1 008 922 784 854 793 776
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 68 79 105 135 160 172 181 196
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Miramont de Comminges dispose, en centre village, de la présence de tous les commerces du quotidien mais également d'une Zone d'Activités regroupant des productions plus spécifiques[16].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Miramont-de-Comminges fait partie de l'académie de Toulouse.

Feu de la Saint-Jean 2014 à Miramont-de-Comminges.
Feu de la Saint-Jean 2014 à Miramont-de-Comminges.

L'éducation est assurée par un groupe scolaire qui prend les enfants en charge et enseigne de la maternelle au primaire. Les activités péri-scolaires sont assurées par l'ALAE (accueils de loisirs associés à l'école) de l'intercommunalité[17].

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Une association d'art, Art Pyrénéen, permet l'apprentissage de la peinture. Elle est également impliquée dans des activités de valorisation et de préservation du patrimoine.

Chaque année, le 21 juin, la fête de la Saint-Jean donne lieu à de joyeuses réunions autour d'un magnifique feu sur la place Saint-Jean.

Les journées du Patrimoine, fin septembre, rassemblent également de plus en plus de visiteurs autour des nombreux sites du Patrimoine Miramontais. L'office de tourisme du Saint-Gaudinois propose également des balades découvertes de ce Patrimoine.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

De nombreuses infrastructures sportives permettent la pratique de sports en vogue comme le tennis, la gymnastique, le football ou la pétanque.

Kayak Garonne Miramont-de-Comminges.
Arrivée de kayakistes à Miramont-de-Comminges.

La Garonne se descend aussi en canoë ou en kayak. Le parcours situé entre Valentine et Miramont-de-Comminges est très apprécié avec mise à l'eau aisée et accostage facile. Le parcours offre des vues splendides et permet l'observation d'oiseaux d'eau comme le cincle-plongeur ou la bergeronnette des ruisseaux.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Aigle botté survolant la rue Dauphine en 2015
Aigle botté survolant la rue Dauphine en 2015
Machaon butinant une lunaire ou "monnaie de pape"
Machaon butinant une lunaire ou "monnaie de pape"

Le territoire de Miramont-de-Comminges est un véritable sanctuaire pour de nombreuses espèces tant végétales qu'animales. Sa position piémontaise entre Garonne amont et Pyrénées en fait un emplacement assez unique. Le massif du Mont-Jammes a d'ailleurs été classé Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF du Mounjaïmes)). On peut notamment trouver sur le territoire communal le lis martagon (lys ou lis sont admis), la fritillaire pintade ou encore le scirpe des marais mais aussi y voir l'aigle botté, le cyrcaète jean le blanc, le torcol fourmilier, le milan (royal ou noir), la cigogne blanche ou la grenouille verte. La zone est un lieu de passage pour de nombreuses espèces d'oiseaux migrateurs. Plus discrêts sont les agrions de mercure, les demoiselles et libellules ainsi que les innombrables papillons dont le majestueux machaon. La liste n'est pas exhaustive et constitue un solide indicateur de bonne santé environnementale. Un joli hôtel à insectes et son panneau pédagogique ont été installés sur le chemin des berges de Garonne. Un grand nombre des espèces présentes à Miramont-de-Comminges sont protégées.

Le village se situe sur la partie du fleuve appelée "Garonne Amont". Huit espèces de poissons amphihalins sont emblématiques de ce fleuve, le plus court de France avec ses 575 kilomètres. Tous ne remontent pas jusqu'aux pyrénées mais ils bénéficient d'une attention toute particulière pour faciliter leur migration et leur reproduction par la surveillance de la qualité des eaux et l'aménagement des obstacles artificiels. Le saumon, la truite, la lamproie fluviatile et marine, l'anguille, la grande alose, la petite alose et l'esturgeon en forment la liste (source SMEAG). Une espèce protégée de moule perlière, la mulette (Margaritifera margaritifera) est en cours d'extinction. Elle a la particularité de devoir parasiter quelques semaines les branchies d'un salmonidé (saumon ou truite). Les passes à poisson revêtent ainsi une importance capitale pour beaucoup plus d'espèces que la seule liste des huit sur tout le parcours de la Garonne. Miramont-de-Comminges avec barrage et centrale hydro-électrique y est très sensible.

Comme écrit plus haut, de charmants sentier, balisés ou en cours de balisage, sont à la disposition des amoureux de la nature. Ils permettent déjà de passer d'un éco-système fluvial à un éco-système sylvestre en quelques enjambées où les patrimoines naturel, cultuel et industriel passé se côtoient.

La forêt miramontaise s'étend sur 292 ha. Elle joue un important rôle dans le filtrage des eaux et se compose d'une grande mixité d'essences comme le chêne pédonculé, le chêne rouvre, le hêtre ou le douglas, l'aricio et l'épicéa. Le socle géologique de cette forêt est de type "flysch noir albo-cénomanien" (roche sédimentaire terrigène - source ONF). Elle fournit un vaste habitat à de très nombreuses espèces certaines plutôt rares comme la genette. Cet espace est bien visible depuis Saint-Gaudens.

De nombreux points de collecte et de recyclage pour les emballages usuels sont présents sur le territoire de la commune. Une déchetterie gérée par le SIVOM-sgma est également située à proximité pour collecter d'autres déchets comme les déchets verts ou plus volumineux.

Panorama Saint-Gaudens depuis Miramont-de-Comminges
Miramont-de-Comminges ; Panorama Garonne et Saint-gaudinois depuis la chapelle du calvaire.

Miramont-de-Comminges ne fait partie d'aucun PPRT (Plan de prévention des risques technologiques) de Haute-Garonne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eglise St Martin, Miramont de Comminges
Église Saint-Martin de Miramont-de-Comminges.
 Pic de Cagire depuis Miramont de Comminges
Pic de Cagire depuis Miramont de Comminges
  • Croix de fer, située dans le cimetière du village, est classée au titre des Monuments Historiques[18]. Elle porte les instruments de la Passion du Christ et était située jusque dans les années cinquante sur la place de l'église. Son socle a été démoli au moment du transfert. Protection MH par arrêté du 18 juin 2010.
  • Église Saint-Martin (anciennement Saint-Exupère), fresque du baptistère (N.Greschny, P.Sicre-St-Paul).
  • Chapelle Notre Dame des sept Douleurs, fresques de style byzantin (N.Greschny, P.Sicre-St-Paul), Piéta de la manufacture Virebent de Launaguet, pique-nique, départ de promenades en forêt ou de randonnées, Vue panoramique sur le Saint-Gaudinois. Renseignements en Mairie de Miramont-de-Comminges ou près de l'Office de Tourisme du Saint-Gaudinois.
  • Chapelle Saint-Roch : construite au XVIIe siècle (contre la peste), elle fut maintes fois emportée par la Garonne. Rebâtie au XIXe siècle plus près du rocher du Castéras. Ses vitraux sont issus des ateliers Gesta de Toulouse, célèbres pour leurs moirés. Une police de caractères porte également ce nom. Le père adoptif de Louis-Victor Gesta était fondeur de caractères.
  • Chapelle du Bédiau (Saint-Pé).
  • Pont en pierre, Napoléon III.
     Notre Dame des 7 douleurs, Miramont de Comminges.
    N.Greschny, Christ en croix, Notre Dame des 7 douleurs, Miramont de Comminges.
  • Chemin des berges de la Garonne, promenades, canoë, pique-nique, pêche, hôtel à insectes.
  • Anciennes filatures.
  • Château de Tembal (privé, fenêtres à meneau et traverse de pierre, tourelles)
  • Forêt communale mixte, promenades, randonnées.
  • Site Massif forestier du Mont-Jammes. (ZNIEFF)
  • Norbert Casteret, natif de Saint-Martory, qui avait entendu parler de la "Grotte de la sorcière" de Miramont-de-Comminges est venu en son temps, explorer cette singulière cavité du massif miramontais.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« Sur une petite esplanade, une terrasse au bord du fleuve, je me changerai derrière la haute stèle brute, un bloc de granit intact, où s'adossera le monument aux morts de Miramont de Comminges. De l'autre côté, une allée d'obus verts, luisant humides, récemment repeints, s'avancera entre deux maigres bordures de buis tailles, À l'extrémité, devant cinq majestueux platanes alignés face à l'église, s'allongera la place du village. Un coude sur la route. Sur la gauche, au-dessus d'un palmier dont les feuilles pendront en éventail, s'élèvera le bâtiment de l'Auberge [...] » Pierre Patrolin : "La traversée de la France à la nage" Éditions P.O.L. - 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

 Chapelle Notre Dame des 7 douleurs
Chapelle Notre Dame des 7 douleurs. Fresques uniques, pique-nique et promenade en forêt.
 Chapelle Saint-Roch à Miramont-de-Comminges
Chapelle Saint-Roch à Miramont-de-Comminges
 Pont sur la Garonne, Miramont-de-Comminges
Pont sur la Garonne, Miramont-de-Comminges
 Arrivée à Miramont de Comminges depuis Saint-Gaudens.
Arrivée à Miramont de Comminges depuis Saint-Gaudens.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://inpn.mnhn.fr/zone/znieff/730011045
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. http://www.miramont-de-comminges.fr/la-commune.asp
  4. http://www.tourisme-stgaudens.com/circuits-france/#cdf_page=3
  5. (ref : 31344 24/01/1949 Miramont devient Miramont-de-Comminges.)
  6. tunnel
  7. « Cartes départementales », sur carto.tunnels-ferroviaires.org (consulté le 10 mai 2017)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. détails économie
  17. inscriptions
  18. Liste "Mérimée")