Villeneuve-de-Rivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve.
Villeneuve-de-Rivière
Église et monument aux morts.
Église et monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Saint-Gaudens
Intercommunalité Cœur et Coteaux du Comminges
Maire
Mandat
Emilie Subra
2014-2020
Code postal 31800
Code commune 31585
Démographie
Gentilé Villeneuvois, Villeneuvoises
Population
municipale
1 793 hab. (2014en augmentation de 14.28 % par rapport à 2009)
Densité 132 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 19″ nord, 0° 40′ 03″ est
Altitude Min. 365 m – Max. 496 m
Superficie 13,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Rivière

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Rivière
Liens
Site web Site officiel
Entrée Sud du village
Monument aux morts
Table d'orientation

Villeneuve-de-Rivière est une commune française, située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune de l'aire urbaine de Saint-Gaudens est située dans le Comminges, à 5 km à l'ouest de Saint-Gaudens, sur la Garonne et le Lanedon, à moins d'une heure de Toulouse, Tarbes ou de l'Espagne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villeneuve-de-Rivière
Saux-et-Pomarède
Bordes-de-Rivière Villeneuve-de-Rivière Saint-Gaudens
Labarthe-Rivière Valentine

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Garonne et son affluent le Lavet ainsi que le Lanedon un affluent de la Noue.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 357 hectares ; son altitude varie de 365 à 496 mètres[1].

Comme collectivité de moyenne montagne, elle dispose de la vue sur la chaîne des Pyrénées, de la proximité avec la station de sports d'hiver du Mourtis et se trouve à deux heures de l'océan Atlantique ou de la mer Méditerranée.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A64 sortie no 18 ou no 17, la route nationale 117 et avec le réseau Arc-en-ciel ainsi qu'en gare de Saint-Gaudens.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, Vilanava d'Arribèra est le nom du village.

Ses habitants sont appelés les Villeneuvois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une agglomération gallo-romaine existait à l'est du village actuel. La bastide de Villeneuve, fondée au XIIIe siècle, obtient une charte du comte de Foix, Bernard-Roger de Foix en 1285.

En 1333, Gaston de Foix cède Villeneuve à Arnaud d'Espagne-Montespan. La puissante famille tire le meilleur profit de ses nombreuses seigneuries : pour Villeneuve, deux moulins banaux et un péage sur la route longeant la Garonne. Comme les autres bastides voisines, Villeneuve grandit vite à la fin du Moyen Âge.

En 1761, la petite fille du marquis de Montespan vend la seigneurie au négociant Jean Estrémé qui, suivi de son fils Michel, est vite en procès avec la commune dont il exige des droits seigneuriaux excessifs.

Du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle, beaucoup d'industries familiales complètent les faibles revenus de la terre et animent le village.

En 1886, la population de Villeneuve est de 1312 habitants, au lieu de 1870 en 1852. Cette baisse s'explique par l'industrie de la laine qui est frappée régulièrement par des crises, d'où l'exode des Villeneuvois vers les villes pour travailler dans les administrations (La Poste, EDF, SNCF, etc.) et émigration vers l'Amérique dans l'espoir de faire fortune.

Au XXe siècle, Villeneuve devient une banlieue résidentielle de Saint-Gaudens, les deux tiers des enfants des écoles ne provenant plus de familles d'agriculteurs qu'à hauteur de 3% seulement, en 1987. Cependant, grâce à cet « exode urbain », la population de Villeneuve est en progression constante depuis 1954.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cœur et Coteaux de Comminges et du canton de Saint-Gaudens. Avant le , Villeneuve-de-Rivière faisait partie de la communauté de communes du Saint-Gaudinois. La commune est également membre du SIVOM de Saint-Gaudens Montréjeau Aspet Magnoac.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Villeneuve de Rivière
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2016 en cours Émilie Subra DVG Assistante de gestion
2014 2016 Claude Plumet DVG Retraité Fonction publique
2001 2014 Jean-Yves Duclos DVG Conseiller général du Canton de Saint-Gaudens
1983 2001 Marcel Duffaut    
1971 1983 Pierre Ortet PS Député (1981-1993)
1963 1971 Irénée Dupleich    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 793 habitants, en augmentation de 14,28 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 447 1 410 1 420 1 386 1 593 1 602 1 714 1 803 1 870
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 766 1 608 1 583 1 532 1 505 1 365 1 312 1 260 1 190
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 098 1 049 986 881 875 815 781 762 801
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
829 886 1 089 1 273 1 341 1 360 1 481 1 645 1 793
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 80 99 94 97 110 119 119 116
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Villeneuve-de-Rivière est une commune en pleine expansion démographique puisque sa population comprend 1 515 (2007) habitants alors qu'elle en comptait 897 il y a juste 30 ans.

Économie[modifier | modifier le code]

Sa proximité de Saint-Gaudens (chef-lieu de canton) en font un site recherché pour la construction.

De vocation, à l'origine, essentiellement agricole, cette commune est devenue un lieu résidentiel.

Le village est pourvu de tous les commerces et services ainsi que des équipements scolaires et sportifs d'excellente qualité, ce qui permet une vie agréable dans un lieu calme et accueillant.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Villeneuve-de-Rivière fait partie de l'académie de Toulouse.

Villeneuve de Rivière bénéficie d'une école élémentaire et d'une maternelle. Les enfants profitent de bâtiments récents[Quand ?] (4e classe construite en 2008), d'un préau et d'un grand espace vert pour le sport.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes, bibliothèque, comité des Fêtes,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Football, tennis, pétanque, chasse, gymnastique, karaté, rugby à XIII (championnat de France de rugby à XIII Fédérale).

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de l'Assomption.
  • Ancienne église paroissiale, dans le cimetière.
  • Monument aux morts

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
Ecole maternelle et primaire
Tour Romane
Vue sur la chaîne des Pyrénées depuis la table d'orientation
Vue sur le village
Entrée Est du village