Cazères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cazères
Cazères
Cazères vue de la rive droite de la Garonne.
Blason de Cazères
Blason
Cazères
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Garonne
(siège)
Maire Raymond Défis maire par intérim
Code postal 31220
Code commune 31135
Démographie
Gentilé Cazériens
Population
municipale
4 846 hab. (2018 en diminution de 0,64 % par rapport à 2013)
Densité 248 hab./km2
Population
agglomération
6 071 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 43° 12′ 26″ nord, 1° 05′ 12″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 362 m
Superficie 19,55 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Cazères
(ville-centre)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cazères
(bureau centralisateur)
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Cazères
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Cazères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cazères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cazères
Liens
Site web site officiel

Cazères ou Cazères-sur-Garonne (en occitan Casèras) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Cazériens et les Cazériennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Cazères se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 53 km à vol d'oiseau de Toulouse[2], préfecture du département, et à 34 km de Muret[3], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Couladère (0,7 km), Palaminy (1,4 km), Gensac-sur-Garonne (3,9 km), Saint-Christaud (4,0 km), Saint-Michel (4,3 km), Mauran (4,8 km), Le Plan (5,2 km), Mondavezan (5,5 km).

Sur le plan historique et culturel, Cazères fait partie du pays de Comminges, correspondant à l’ancien comté de Comminges, circonscription de la province de Gascogne située sur les départements actuels du Gers, de la Haute-Garonne, des Hautes-Pyrénées et de l'Ariège[5].

Cazères est limitrophe de neuf autres communes.

Carte de la commune de Cazères et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Garonne et son affluent le Bernès.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 955 hectares ; son altitude varie de 215 à 362 mètres [7].

Climat[modifier | modifier le code]

Cazères est à la jonction des trois types de climats tempérés : on y trouve un climat tempéré océanique, à influences méditerranéenne et continentale, caractérisé par un été sec et très chaud, un automne bien ensoleillé, un hiver doux et un printemps marqué par de fortes pluies et des orages violents, tout comme la grêle en et 2009. Les vents dominants sont, par ordre d'importance, le vent d'ouest (amenant généralement l'humidité de l'océan Atlantique), le vent d'autan (venant du sud-est) et le vent du nord, nettement moins fréquent et généralement froid et sec (amenant l'air de masses anticycloniques froides placées sur le nord de l'Europe).

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[8],[9].

Un espace protégé est présent sur la commune : « la Garonne, l'Ariège, l'Hers Vif et le Salat », objet d'un arrêté de protection de biotope, d'une superficie de 1 658,7 ha[10].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 2]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[12]. :

  • « Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste », d'une superficie de 9 581 ha, un réseau hydrographique pour les poissons migrateurs (zones de frayères actives et potentielles importantes pour le Saumon en particulier qui fait l'objet d'alevinages réguliers et dont des adultes atteignent déjà Foix sur l'Ariège[13]

et un au titre de la directive oiseaux[12] :

  • la « vallée de la Garonne de Boussens à Carbonne », d'une superficie de 1 893 ha, hébergeant une avifaune bien représentée en diversité, mais en effectifs limités (en particulier, baisse des populations de plusieurs espèces de hérons). Trois espèces de hérons y nichent : Garde-bœufs, Bihoreau gris et Aigrette garzette[14].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 3] est recensée sur la commune[15] : « la Garonne de Montréjeau jusqu'à Lamagistère » (5 075 ha), couvrant 92 communes dont 63 dans la Haute-Garonne, trois dans le Lot-et-Garonne et 26 dans le Tarn-et-Garonne[16] et deux ZNIEFF de type 2[Note 4],[15] :

  • « la Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau » (6 874 ha), couvrant 93 communes dont 64 dans la Haute-Garonne, trois dans le Lot-et-Garonne et 26 dans le Tarn-et-Garonne[17] ;
  • les « Petites Pyrénées en rive droite de la Garonne » (12 847 ha), couvrant 20 communes dont huit dans l'Ariège et 12 dans la Haute-Garonne[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cazères est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[19],[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Cazères, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[22] et 6 071 habitants en 2018, dont elle est ville-centre[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[25],[26].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (83,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (40,8 %), terres arables (31,3 %), zones urbanisées (14,4 %), prairies (5,4 %), eaux continentales[Note 7] (2,6 %), mines, décharges et chantiers (2,2 %), forêts (2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,4 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par A64 sortie : Sortie 23, par l'ancienne route nationale 125.

La ligne 379 du réseau Arc-en-Ciel permet de rejoindre le centre-ville de Saint-Gaudens depuis la commune, et la ligne 380 permet de rejoindre la gare routière de Toulouse.

La gare de Cazères, située sur la commune, est desservie par des TER Occitanie effectuant des relations entre Toulouse-Matabiau, Tarbes et Pau.

L'aéroport Toulouse-Blagnac est situé à 60 km et l'aérodrome de Cazères - Palaminy permet des activités de loisirs et de tourisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cazères fut à la limite de plusieurs territoires : Comminges, Volvestre, Gascogne, Couserans, Petites Pyrénées, Languedoc,

À partir du Moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790 pendant la Révolution française, Cazères faisait partie du diocèse de Rieux.

Jean de Coret est seigneur de Cazères vers 1490.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Cazères.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 et 4 999, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt sept[28],[29].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cœur de Garonne du canton de Cazères (bureau centralisateur) et du Pays du Sud Toulousain.

Avant le , Cazères faisait partie de la communauté de communes du canton de Cazères.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Paul Gouzy SFIO Marchand ambulant de tissu
Conseiller général du canton de Cazères (1928-1940 et 1945-1955)
1955 1989 Jean Esterle SFIO puis PSU puis
DVG
Professeur
Conseiller général du canton de Cazères (1955-1979)
1989 2008 Gaston Escudé PS Physicien au CNRS
Conseiller général du canton de Cazères (1979-2008)
mars 2008 juin 2021
(démission)
Michel Oliva PS Cadre supérieur

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[31]. En 2018, la commune comptait 4 846 habitants[Note 8], en diminution de 0,64 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7731 9372 0862 2312 5972 6202 5562 6782 640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6632 6332 6332 6332 7842 6772 6902 7402 710
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6772 6432 6882 5192 5702 5852 5922 7482 910
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3 0503 4053 4193 2943 1553 2603 7864 6674 865
2018 - - - - - - - -
4 846--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[34] 1975[34] 1982[34] 1990[34] 1999[34] 2006[35] 2009[36] 2013[37]
Rang de la commune dans le département 17 22 29 44 49 46 46 47
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lycée de Cazères en construction (2019).

La commune de Cazères dispose d'une école maternelle, d'une école élémentaire, d'un collège (collège du Plantaurel) et d'un lycée de 1 200 places, le lycée Martin Malvy. Ce dernier a ouvert pour la rentrée 2020[38], à coté du collège du Plantaurel.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède un centre communal d'action sociale, une maison de retraite, un laboratoire d'analyse médicale, un service d'ambulances, des masseurs-kinésithérapeutes, des infirmiers, des sages-femmes, des médecins généralistes, des dentistes et trois pharmacies, ainsi qu'une clinique vétérinaire.

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé...) a encore une place importante mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine. L'artisanat ainsi que le commerce y sont bien représentés.

Industrie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pont sur la Garonne.
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, datant du XIIIe et XIVe siècle est classée au titre des monuments historiques en 1926[40].
  • Ancienne chapelle des capucins.
  • Le cloître de l'ancien couvent des Capucins, du XVIIe siècle.
  • La maison de la Case. Cette maison à pans de bois était un relais de l'abbaye de Montserrat. Elle accueille désormais l'office de tourisme.
  • Lavoir et fontaine du passage de l'Hourride.
  • La halle, œuvre de Hector d'Espouy de 1884[41], en remplacement d'une ancienne halle en bois du début du XVIIe siècle, édifiée sur l'emplacement du fossé qui séparait à l'origine la bilo barrado et la bilo enclosado. À chaque extrémité de la halle se trouvent deux statues du sculpteur Frédéric Tourte. L'une représente un semeur et porte l'inscription suivante: se bailli de boun blad, baillame de boun pan (si je vous donne du bon blé, donnez-moi du bon pain).
  • Quai sur les bords de Garonne (vue sur lac de retenue du barrage de Cazères) avec la stèle des Résistants morts pour la France durant la Seconde Guerre mondiale. Depuis la Place du petit Nice, il est possible d'embrasser d'un seul regard et l'église et les berges de la Garonne. Cette place est ainsi désignée car les habitants aiment à voir dans ce panorama une évocation de la ville de Nice et de sa vieille ville vue depuis le bord de plage.
  • Maisons à colombages.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Cazères

Son blasonnement est : parti d'azur à trois fleurs de lys d'or, et de gueules à deux levrons passant d'argent[42].

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

On peut citer de nombreuses infrastructures pour les loisirs culturels, une médiathèque municipale, une école de musique une salle des fêtes, un cinéma, et diverses associations, maison Garonne[43],[44],[45],[46].

Service public[modifier | modifier le code]

Cazères possède un service départemental d'incendie et de secours, une gendarmerie, une poste, un office de tourisme.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Club de rugby à XV, club de football l'Union sportive de Cazères, piscine municipale d'été, dojo, base nautique[47] (canoë-kayak, motomarine (jet ski), ski nautique, voile), aéromodélisme, pétanque,

En 2020 elle fut une ville étape du tour de France lors de la 8e étape du Tour de France 2020 (Cazères – Loudenvielle).

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Usine de retraitement des eaux usées

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du canton de Cazères[48].

Une déchèterie intercommunale gérée par la communauté de communes est présente sur la commune de Mondavezan[49].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[11].
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune de Cazères », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Cazères et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Cazères et Muret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Cazères », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 293-296.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  8. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  9. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  10. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  12. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Cazères », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « site Natura 2000 FR7301822 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « site Natura 2000 FR7312010 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Cazères », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF « la Garonne de Montréjeau jusqu'à Lamagistère » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF « la Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF les « Petites Pyrénées en rive droite de la Garonne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Unité urbaine 2020 de Cazères », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  28. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  29. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  35. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  37. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. La Dépêche du Midi, « Un nouveau lycée à Cazères en 2020 », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Commerçants et artisans de Zi masquère à Cazeres
  40. « Église de Notre Dame », notice no PA00094312, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2011.
  41. Hector d'Espouy
  42. Denis-François Gastelier de La Tour, Armorial des États de Languedoc, Paris, Vincent, , 248 p. (lire en ligne).
  43. https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/maison-garonne-a-cazeres
  44. « Maison Garonne - mairie_cazeres », sur mairie_cazeres, (consulté le ).
  45. « Maison Garonne », sur Culture Sud Toulousain, (consulté le ).
  46. « Site web de la Maison Garonne »
  47. http://www.mairie-cazeres.fr/culture-loisirs/equipements-culturels-et-sportifs/base-nautique/
  48. http://www.cc-canton-cazeres.fr/fr/services/ordures-menageres.html
  49. http://www.cc-canton-cazeres.fr/fr/services/dechetterie.html