Montmaurin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montmaurin
Montmaurin
Villa gallo-romaine de Montmaurin aile thermale
Blason de Montmaurin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Saint-Gaudens
Intercommunalité Cœur et Coteaux du Comminges
Maire
Mandat
Silvia Belair
2014-2020
Code postal 31350
Code commune 31385
Démographie
Gentilé Montmaurinois, Montmaurinoises
Population
municipale
210 hab. (2015 en diminution de 7,08 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 13′ 30″ nord, 0° 38′ 17″ est
Altitude Min. 284 m
Max. 430 m
Superficie 8,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montmaurin

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montmaurin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmaurin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmaurin
Liens
Site web http://montmaurin.fr/

Montmaurin est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne et la région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montmaurinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Comminges en Nébouzan à 18 km au Nord-Ouest de Saint-Gaudens et distante d'environ 35 km de Galan par Recurt, Monléon-Magnoac, Boulogne-sur-Gesse, Blajan. La commune est aussi située près des gorges de la Save, et de la Seygouade.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes voisines.
Communes limitrophes de Montmaurin[1]
Blajan
Nizan-Gesse Montmaurin[1] Lespugue
Larroque Sarremezan

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la Save et son affluent la Seygouade.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la ligne régulière de transport interurbain du réseau Arc-en-ciel (anciennement SEMVAT).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montmaurin

Son blasonnement est : Écartelé : au premier d'or aux trois pals de gueules, au deuxième et au troisième de sable à la croix de Malte d'argent, au quatrième d'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur, passant l'une sur l'autre ; sur le tout de sable à la colonne antique d'argent et à la filière du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cœur et Coteaux de Comminges et du canton de Saint-Gaudens (avant le redécoupage départemental de 2014, Montmaurin faisait partie de l'ex-canton de Boulogne-sur-Gesse et avant le elle faisait partie de la communauté de communes du Boulonnais).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 2014 Daniel Gaspin PS  
mars 2014 en cours Silvia Belair   Employée
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 210 habitants[Note 1], en diminution de 7,08 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425419434502496519525515570
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
500484475453444427437391349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
323307291254244253259206227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
186178191225205198213226210
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 352 335 279 340 350 365 362 383
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montmaurin fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La villa gallo-romaine de Montmaurin a été fouillée en 1946 par Georges Fouet. Édifiée vers le milieu du Ier siècle, elle se serait développée jusqu'aux environs de 350 et aurait été remaniée au cours des IIIe et IVe siècles. Elle est l'une des plus vastes villas connues en France : ses bâtiments s'étendaient sur une superficie de 19 hectares. Elle ne comptait pas moins de 200 pièces, qui jouissaient d’un certain confort. Décorées de marbre ou de mosaïques, leurs fenêtres étaient vitrées et elles bénéficiaient d’un système de chauffage par le sol et de l'eau courante. Les fouilles ont permis de mettre au jour les vestiges du vestibule, du temple, du nymphée, de plusieurs cours et de nombreuses pièces d'habitation.
  • Le musée, attenant à la mairie, est composé de deux salles. L'une est consacrée à l'archéologie préhistorique, et contient de nombreux petits objets découverts lors de fouilles dans les gorges de la Save. Les deux objets les plus notables, la Vénus de Lespugue et la mandibule de l'homme de Montmaurin ne sont présentes que sous forme de reproductions, les objets originaux étant conservés au Musée de l'Homme à Paris.
    La seconde salle est consacrée à l'art gallo-romain et abrite des objets divers découverts sur les deux sites antiques de la commune.
  • Église de l'Assomption.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Montmaurin, patrimoine de l'humanité en péril Article de la Dépêche du midi sur la carrière qui menace un site archéologique de très grande importance [1]
  • Site officiel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.