Labarthe-Rivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labarthe et Rivière.
Labarthe-Rivière
Entrée du village.
Entrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Saint-Gaudens
Intercommunalité Cœur et Coteaux du Comminges
Maire
Mandat
Claire Vougny
2014-2020
Code postal 31800
Code commune 31247
Démographie
Gentilé Bartains
Population
municipale
1 350 hab. (2014en diminution de -0.07 % par rapport à 2009)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 52″ nord, 0° 40′ 22″ est
Altitude Min. 373 m – Max. 710 m
Superficie 13,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière
Liens
Site web http://labarthe-riviere.fr

Labarthe-Rivière est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[1].

Ses habitants sont appelés les Bartains et les Bartaines[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Saint-Gaudens, située dans le Comminges, à 5 km au sud-ouest de Saint-Gaudens. La Garonne traverse le village. La commune faisait partie du Nébouzan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Labarthe-Rivière
Clarac Clarac Valentine
Martres-de-Rivière Labarthe-Rivière Aspret-Sarrat
Martres-de-Rivière Martres-de-Rivière Aspret-Sarrat

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par la Garonne dans sa partie nord.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 365 hectares ; son altitude varie de 373 à 710 mètres[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A64 sortie no 18 ou sortie no 17 et avec le réseau Arc-en-ciel ainsi qu'en gare de Saint-Gaudens.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village se nommait « Labarthe Rivière » en 1793 puis pris le nom de « La Burthe-Rivière » en 1801[4]. Labarthe de rivière existait déjà à l'époque de Napoléon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cœur et Coteaux de Comminges et du canton de Saint-Gaudens. Avant le , Labarthe-Rivière faisait partie de la communauté de communes du Saint-Gaudinois.

La commune est également membre du SIVOM de Saint-Gaudens Montréjeau Aspet Magnoac.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
  en cours Claire Vougny DVG sans profession déclarée
mars 1977   Arsène Dupuy    
Les données manquantes sont à compléter.
Monument aux morts de Labarthe-Rivière.
Terrains de sport de Labarthe-Rivière.
Labarthe-Rivière.
Voie ferrée à Labarthe-Rivière.
Sortie de Labarthe-Rivière.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 350 habitants, en diminution de -0,07 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 303 1 319 1 312 1 373 1 558 1 652 1 689 1 728 1 728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 716 1 695 1 714 1 531 1 502 1 359 1 512 1 440 1 359
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 315 1 174 1 139 986 939 1 055 829 829 810
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
896 1 000 1 177 1 195 1 198 1 152 1 229 1 351 1 350
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 66 81 90 104 127 131 128 131
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Labarthe-Rivière fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par un groupe scolaire : maternelle et primaire qui compte une centaine d'élèves dans 6 classes (2 de maternelle et 4 en élémentaire)[14].

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Comité des fête, foyer rural,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Club de pétanque de Labarthe-Rivière[15], club de VTT, club de tennis club de football, gymnastique volontaire.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Tourraque ou pile romaine : monument funéraire de l'époque gallo-romaine. Inscription aux monuments historiques depuis le 31 octobre 1905[16]. Il en existait une seconde à proximité, qui fut détruite lors de la construction de la ligne de chemin de fer.
  • Église Saint-Julien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le journaliste Albert Londres, dont la famille paternelle était originaire de Labarthe-Rivière, au milieu du XIXe siècle[17].
  • Dominique Pourtau, né à Labarthe-Rivière en 1785 et mort le 3 février 1813 lors de la célèbre bataille de San Lorenzo, en Argentine, sous les ordres du « Libertador » José de San Martín. Cette bataille fut la première de toutes celles qui allaient amener l'Argentine à son indépendance de l'empire espagnol (le 9 juillet 1816). De nombreux autres Bartains ont émigré en Argentine au cours des XIXe et XXe siècles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte géographique », sur maps.google.fr (consulté le 29 juillet 2010)
  2. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 29 juillet 2010)
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-labarthe-riviere.html
  5. « Les maires de la commune » (consulté le 28 juillet 2010).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. École primaire de Labarthe Rivière Ecole primaire de Labarthe Rivière (http://www.ecole-labarthe.fr)
  15. (fr) « Labarthe Riviere 1Er Regional », sur petanque-en-comminges.over-blog.com (consulté le 29 juillet 2010)
  16. « Pile romaine à Labarthe-Rivière (31) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 28 juillet 2010).
  17. Pierre Assouline, Albert Londres. Vie et mort d'un grand reporter (1884-1932), Paris, Balland, 1989, p. 25 ; Paul Mousset, Albert Londres, l'aventure du grand reportage, Paris, Bernard Grasset, 1972, p. 23.