Ambrugeat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ambrugeat
Ambrugeat
Croix du XVIe siècle à Besse.
Blason de Ambrugeat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Ussel
Canton Plateau de Millevaches
Intercommunalité Communauté de communes Haute-Corrèze Communauté
Maire
Mandat
Michel Saugeras
2014-2020
Code postal 19250
Code commune 19008
Démographie
Gentilé Ambrugeacois
Ambrugeacoises[1].
Population
municipale
201 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 38″ nord, 2° 07′ 07″ est
Altitude Min. 614 m
Max. 972 m
Superficie 29,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Ambrugeat

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Ambrugeat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ambrugeat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ambrugeat

Ambrugeat (Ambrujac en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Ambrugeacois et les Ambrugeacoises[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village d'Ambrugeat appartient au canton de Meymac et à l'arrondissement d'Ussel. Il est bordé, notamment, par le lac de Sèchemaille. Sur la commune est située la source du ruisseau de la Prade, branche mère de la Dadalouze.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pérols-sur-Vézère Meymac Meymac Rose des vents
Bonnefond N Meymac
O    Ambrugeat    E
S
Davignac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1308 : l'évêque de Saint Léonard de Noblat met fin aux querelles entre les deux curés d'Ambrugeat.
  • 1370 : la totalité des terres de Barsanges est rattachée à la paroisse d'Ambrugeat.
  • 1436 : Pierre de Coux est curé prieur d'Ambrugeat.
  • 1453 : le roi Charles VII fait renforcer le château d'Ambrugeat.
  • 1502 : Huges de Beynette fonde une vicairerie à l'autel de la Vierge et une communauté de quinze prêtres est installée à Beynat d'Ambrugeat.
  • 1554 : François Granier est prieur d'Ambrugeat.
  • 1558 : il est procédé à l'arpentage de la commune.
  • 1592 : le roi Henri IV reçoit le soutien du seigneur d'Ambrugeat.
  • 1598 : des recherches sont effectuées sur les titres de noblesse d'Ambrugeat.
  • 1599 : Murat Antoine est curé d'Ambrugeat
  • 1647 : Gilbert du Boucheron vend les cens rentes justices haute et basse et moyenne du village de Besse d'Ambrugeat.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 juin 1995 Roger Brette    
juin 1995 mars 2008 Jean-Claude Niéras PCF  
mars 2008 En cours Michel Saugeras   Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 201 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Corrèze : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625592704716793791837912947
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9781 0251 0181 0191 0211 0601 1881 1251 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1081 1091 074950871875927614365
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
305270204192184216209208207
2013 2016 - - - - - - -
199201-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À l'entrée de la commune, les visiteurs peuvent apprécier le château d'Ambrugeat datant des XIIe / XVIe siècles ; il s'agit en réalité d'une ferme fortifiée en 1448 par Charles VII. L'église Saint-Éloi Saint-Martin du XIIIe siècle, remarquable avec son clocher pignon triangulaire à trois baies cintrées du XVIe siècle, est au centre du village ; à l’intérieur derrière l'autel, se trouve un grand retable du XVIIIe siècle.

Quelques monuments de la commune :

  • À Besse : croix de granit du XVIe siècle
  • Lafond et Besse : maisons du XVIIe siècle
  • Croix du village de Lafond[7]
  • Bac en pierre, très ancien, accolé à la maison Chassagnac, au milieu du village de Beynat[8]. Marius Vazeilles, érudit local, signale ce bac-lavoir très ancien[9]. Dans ce même village, il existe deux autres bacs remarquables. Le deuxième est situé dans le four à pain, très ancienne construction de la maison Madesclaire-Aumarchand. Le troisième est installé sur la terrasse de la maison des familles Chèze Sailly Chassagnac. Ce dernier bac, en granit, d'un diamètre de 0,90 cm et d'une hauteur de 0,95 cm de forme ronde est entièrement taillé à la main. Il constitue manifestement une pièce très ancienne d'une incontestable valeur archéologique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Corrèze
  2. « Ville d'Ambrugeat », sur http://www.conseil-general.com/ (consulté le 2 février 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Le village est orthographié avec un « d ». Il existe plusieurs orthographes (LAFOND, LAFON, LAFONT). Quasiment tous ses habitants préfèrent et écrivent LAFONT, faisant référence à la fontaine commune où, jadis, ils allaient quérir chaque jour de l'eau.
  8. Le 8 août 2010, une petite fête a été organisée pour la mise en valeur de ce bac.
  9. Il écrit : « Je n'en connais qu'un autre semblable à Feyssaguet de Saint-Setiers. Mais cette dernière pierre lavoir était à l'origine circulaire ; celle de Beynat est rectangulaire. »
  10. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération