Saint-Gilles-les-Forêts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Gilles-les-Forêts
Saint-Gilles-les-Forêts
La chapelle ruinée du Mont-Gargan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Eymoutiers
Intercommunalité Communauté de communes Briance Combade
Maire
Mandat
Céline Penicaud
2014-2020
Code postal 87130
Code commune 87147
Démographie
Population
municipale
41 hab. (2016 en diminution de 21,15 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 47″ nord, 1° 40′ 00″ est
Altitude Min. 420 m
Max. 731 m
Superficie 8,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Gilles-les-Forêts

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Gilles-les-Forêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles-les-Forêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles-les-Forêts

Saint-Gilles-les-Forêts est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Gilles-les-Forêts en Haute-Vienne.

La commune est dans le sud-est de la Haute-Vienne, et elle est limitrophe du département de la Corrèze.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Gilles-les-Forêts[1]
Sussac Domps
La Croisille-sur-Briance Saint-Gilles-les-Forêts Chamberet
(Corrèze)
Surdoux

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Gilles-les-Forêts est située sur la bordure occidentale du plateau de Millevaches et nord-ouest du Massif central. Elle abrite d'ailleurs à l'ouest le mont Gargan (731 m), troisième sommet de la Haute-Vienne, qui offre une vision à 360° sur les paysages limousins.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Michel Lamarsaude    
mars 2008 2014 Jean-Louis Penicaud    
mars 2014 En cours Céline Penicaud    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 41 habitants[Note 1], en diminution de 21,15 % par rapport à 2011 (Haute-Vienne : -0,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861
161175222251261262289255258
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
260219232265246275249257289
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
27823821720920219816512993
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016 -
7873605556544341-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lieu dédié à Aegidius (Gilles), ermite du VIe ou VIIIe siècle. Le terme « forêts » (foresta, en latin, déjà en 1315), évoque ces immenses étendues boisées qui courent de Châteauneuf jusqu'au pied du mont-Gargan (à l'origine Saint-Gilles-la-Forêt-de-Neuvic).

Cependant, il est probable que le terme renvoie aux deux hameaux appelés Forêt (la Forêt-Basse et la Forêt Haute), il faut donc comprendre : St Gilles les (deux) Forêts.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de La Forêt-Bayée[4].

En occitan, la commune est nommée Sent Geris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le Pouillé de 1315, la paroisse de "La Forêt", rattachée aux moines de Meymac, est citée dans la liste de l'archiprêtré de La Porcherie, entre la paroisse de Lacelle et celle de Chamberet.

Extrait du Pouillé de 1315. Ancien diocèse de Limoges (Source : Archi.dept.23)


Durant la Révolution, la commune porte le nom de La Forêt-Bayée[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le mont Gargan : colline située à l'ouest du village culminant à 731 m, lieu d'une bataille du 18 au 22 juillet 1944 entre des maquisards commandés par Georges Guingouin et une division allemande.
  • Stèle de granit rose gravée de noms de jeunes résistants, située sur la route d'accès au village, dite de La Forêt Haute, commémorant l'héroïsme de ces jeunes, morts en luttant contre l'ennemi allemand.

Patrimoine campanaire[modifier | modifier le code]

La commune est membre de l'Association Campanaire Limousine (voir : www.clocheslimousines.fr). Elle dispose de cloches dans les bâtiments suivants :

  • église Saint Gilles (1 unité) ;
  • église ruinée du Mont Gargan (1 unité).
La mini église « Saint-Gilles » face à la mairie de Saint-Gilles-les-Forêts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gina Palerme (1885-1977), actrice du cinéma muet et comédienne de music-hall.
  • Georges Guingouin (1913-2005), héros de la Résistance limousine, secrétaire de mairie et instituteur à Saint-Gilles-les-Forêts de 1935 à 1940, libérateur de Limoges et maire de 1945/1947, est inhumé dans le petit cimetière communal en compagnie de son épouse.
  • Pardoux Panteix (1859-1937) fut un travailleur migrant saisonnier. Sa tombe est remarquable : y figurent une faucille et un marteau.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]