Lacelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lacelle
Lacelle
Gare de Lacelle Corrèze.
Blason de Lacelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Canton Seilhac-Monédières
Intercommunalité CC Vézère-Monédières-Millesources
Maire
Mandat
Viviane Dantony
2014-2020
Code postal 19170
Code commune 19095
Démographie
Population
municipale
134 hab. (2016 en augmentation de 1,52 % par rapport à 2011)
Densité 6,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 31″ nord, 1° 49′ 36″ est
Altitude Min. 553 m
Max. 800 m
Superficie 20,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Lacelle

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Lacelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lacelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lacelle

Lacelle (La Cela en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située sur le plateau de Millevaches dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin. Elle est limitrophe du département de la Haute-Vienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lacelle[1]
Rempnat
(Haute-Vienne)
Tarnac
L'Église-aux-Bois Lacelle Viam
Chamberet Saint-Hilaire-les-Courbes

Topographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Christian Clee    
mars 2008 En cours Viviane Dantony[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

Estimation population 1700 : 600 hab / d'après les chiffres de natalité extraits des registres paroissiaux. Ce nombre implique une dépopulation (exode rural) très précoce, malgré une croissance retrouvée de 1820 à 1911. Les chiffres de 1800 et 1881 sont manifestement faux, comme une lecture attentive du graphique le souligne. Pour des raisons restant à déterminer (méthode de calcul par feux en 1800 ? inscription de non-domiciliés (travailleurs saisonniers) en 1881 ?)

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 127 habitants, en diminution de -7,97 % par rapport à 2009 (Corrèze : -0,61 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
426630608429428463494477522
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519562554557533667577509590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
607611579465452453461496454
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
380364280221185140140129127
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Histoire[modifier | modifier le code]

Lacelle, cellier de stockage du grain, était placé sur la route d'Arles, capitale des Wisigoths, qu'on rejoignait par Ussel et Saint Flour (VIe siècle). Plus tard, cette route servirait à aller plus loin, pour rejoindre Rome en venant de Limoges. Comme son voisin de Nedde, le prieuré Saint Jean Baptiste de Lacelle (anciennement St Pierre, St Julien ou St Junien) était rattaché à l'abbaye de Solignac (acte de donation de Charles le Chauve en 863).

Dans le Pouillé de 1315, la paroisse de Lacelle est citée dans la liste de l'archiprêtré de La Porcherie, entre la paroisse de Saint Hilaire les Courbes et celle de Saint Gilles les Forêts.

Extrait du Pouillé de 1315. Ancien diocèse de Limoges.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lacelle Blason D'argent à la croix de gueules, au franc-canton d'or à deux lions léopardés de gueules, l'un sur l'autre.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine campanaire[modifier | modifier le code]

La commune est membre de l'Association Campanaire Limousine. Elle dispose de cloches dans les bâtiments suivants :

  • Église Saint Jean Baptiste (nombre : 2)
  • Mairie-Ecole (1 cloche murale)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph NADAUD [7],
  • J.M. BESSE [8],
  • Michel AUBRUN [9]
  • Daniel Borzeix, "Le Pays de Treignac autrefois", Treignac, éditions de L'Esperluette, 2011.
  • Daniel Borzeix, "La bonne étoile ?", illustrations de Charlotte Moreau, éditions Les Monédières, 1993 (roman pour jeunes qui reprend un événement arrivé dans la commune en avril 1944, l'arrestation, dans l'école d'enfants juifs).
  • Monique Borzeix, "Histoire des écoles du canton de Treignac", éditions de L'Esperluette, 2013.
  • Yves Lavalade, "Les noms de lieux du canton de Treignac", éditions de L'Esperluette, 2014 (dont évidemment Lacelle, pp. 60-67).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Joseph Nadaud, Pouillé historique du diocèse de Limoges,
  8. JM Besse, Abbayes et prieurés de l'ancienne France,
  9. Michel Aubrun, L'ancien diocèse de Limoges,