Toy-Viam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Toy-Viam
Toy-Viam
La porte de l'église
Blason de Toy-Viam
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Ussel
Canton Plateau de Millevaches
Intercommunalité CC Vézère-Monédières-Millesources
Maire
Mandat
Alain Houille
2014-2020
Code postal 19170
Code commune 19268
Démographie
Population
municipale
36 hab. (2015 en augmentation de 12,5 % par rapport à 2010)
Densité 3,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 57″ nord, 1° 55′ 59″ est
Altitude Min. 609 m
Max. 857 m
Superficie 9,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Toy-Viam

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Toy-Viam

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Toy-Viam

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Toy-Viam

Toy-Viam est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Toy-Viam
Tarnac
Viam Toy-Viam Tarnac
Bugeat

Situé sur les contreforts du Massif central sur le plateau de Millevaches au cœur des hautes terres de la Montagne Limousine, le parc naturel régional de Millevaches en Limousin s’étend sur les départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, entre 400 et 1 000 mètres d’altitude.

Son territoire est constitué de milieux naturels où alternent tourbières, landes sèches à bruyères, forêts de feuillus, forêts de pente, prairies, gentiane… Il abrite des espèces animales sensibles : loutre, moule perlière, papillons rares, linottes, circaète, truite fario…, et constitue une terre d’étape des oiseaux migrateurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers l'an 1060, bénéficiaire d'une donation du vicomte d'Aubusson, l'abbaye de Tulle édifie sur le site une église afin d'en faire le centre d'une nouvelle paroisse[1].

Vers 1700, c'est le petit groupe de religieux de Tarnac (curé et vicaires) qui gérait également la paroisse du Toy (écrit alors soit Touet, soit Toit, ce qui indique bien l'origine étymologique). Outre son église, cette dernière possédait son propre cimetière. Les différents actes et sacrements figurent sur les registres paroissiaux de Tarnac, où on peut les retrouver assez facilement. Une moyenne de 5 baptêmes par an vers 1740, permet d'imaginer une population d'environ 120 habitants, le nombre restant assez stable au cours du XVIIIe siècle (à cause des crises de mortalité).

Il existe plusieurs hypothèses concernant l'explication de Toy et le étymologistes ne sont pas d'accord entre eux.

Pour J. Coste, le toponyme viendrait de toye, l'ajonc, et serait issu du terme prélatin toyu, sans doute d'origine ibérique, qu'on retrouve par exemple dans le portugais tojo, de même sens.[réf. nécessaire]

Pour M. Villoutreix, la forme ancienne du toponyme, Altoire, puis Autoire, ferait plutôt penser à alto duros, « la forteresse sur la hauteur », du latin altuset du gaulois duros. Autoire aurait ensuite été compris comme Au Toire, ce qui expliquerait son évolution en Le Thoyr, puis en toy par suppression de l'article et du « r ».[réf. nécessaire]

Pour d'autres enfin, Toy viendrait de altoire, la fontaine. Mais toyre peut aussi venir de touvre qui désigne une sorte d'arbre, l'épine d'Espagne (du latin tuber).[réf. nécessaire]

Viam vient du nom d'homme gaulois Viamos (ref : M.Villoutreix)[réf. insuffisante]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Toy-Viam Blason D'argent à trois rochers de gueules, au chef d'azur à trois étoiles d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2014[2] Danielle Terracol PCF  
mars 2014 en cours Alain Houille   Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 36 habitants[Note 1], en augmentation de 12,5 % par rapport à 2010 (Corrèze : -0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
125 210 208 182 217 247 302 301 319
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
315 338 330 308 308 353 353 339 335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
318 335 290 225 183 176 166 136 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
91 66 69 56 56 28 32 33 36
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'écrivain contemporain Richard Millet (né à Viam en 1953), a situé plusieurs de ses romans explicitement à Toy-Viam.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Bernadette Barrière, Moines et religieux à la conquête de la Montagne limousine du XIe au XIIIe siècle, dans Les Ordres religieux au Moyen Âge en Limousin, édition Les Monédières, Treignac 2003
  2. Site de la préfecture « Copie archivée » (version du 4 novembre 2011 sur l'Internet Archive), consulté le 20 août 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.