Peyrelevade (Corrèze)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peyrelevade.
Peyrelevade
La chapelle du Rat.
La chapelle du Rat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Ussel
Canton Plateau de Millevaches
Intercommunalité Communauté de communes Bugeat - Sornac - Millevaches au Cœur
Maire
Mandat
Pierre Coutaud
2014-2020
Code postal 19290
Code commune 19164
Démographie
Population
municipale
797 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 18″ nord, 2° 03′ 18″ est
Altitude Min. 674 m – Max. 951 m
Superficie 66,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Peyrelevade

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Peyrelevade

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peyrelevade

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peyrelevade
Liens
Site web www.peyrelevade.correze.net

Peyrelevade (Peira Levada, mais on prononce Peïro Lévado en occitan "pierre levée") est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située sur le plateau de Millevaches dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1971 Ernest Coutaud SFIO Conseiller général
1971 1972 Andrée Faury PS  
1972 1999 Bernard Coutaud PS Cadre EDF, conseiller général
1999 2004 Gilberte Chavastelon PS  
2004 en cours Pierre Coutaud DVG Ancien conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 797 habitants, en diminution de -2,69 % par rapport à 2009 (Corrèze : -0,83 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 435 1 288 1 487 1 562 1 513 1 728 1 755 1 966 2 036
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 936 1 929 1 863 1 970 2 029 2 065 2 044 2 210 2 118
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 231 2 005 1 913 1 605 1 560 1 441 1 524 1 077 1 026
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 040 1 181 1 418 1 119 1 012 830 806 819 797
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Des Québécois célèbres y séjournèrent en 2002 : Yvon Leclerc, alors président de l'Association des Centres locaux de développement et Pierre Drapeau, tous deux en "mission" dans le contexte d'une exploration portant sur le développement local. Ils étaient accompagnés de Bernard Denereux, qui devint ultérieurement Président de la Fédération québécoise des municipalités, et de Marie-Joëlle Brassard, qui laisse sa marque dans le mouvement coopératif québécois.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les éoliennes de Gentioux-Peyrelevade.[modifier | modifier le code]

Éoliennes de Gentioux-Peyrelevade.

Mises en service en janvier 2005, ces 6 éoliennes sont situées près du village de Neuvialle à mi-chemin entre Pigerolles et Peyrelevade. Premières éoliennes de la région Limousin, visibles à plus de 30 km, leur exemple semble intéresser certaines autres communes du parc naturel régional de Millevaches en Limousin, notamment dans les régions de Meymac et de Treignac. Ces implantations sont très controversées en raison du faible potentiel éolien de la région Limousin en général, et du caractère exceptionnel des paysages du plateau de Millevaches. Les opposants à ces projets craignent en effet un « mitage » du paysage du Parc par des implantations anarchiques d'éoliennes, qui pourraient, à terme, nuire au développement du tourisme dans cette région.

La chapelle du Rat[modifier | modifier le code]

Cette petite chapelle, datant du XVIIe siècle est installée sur un sommet à proximité de mégalithes naturels.

Près de la croix, on a un très large point de vue vers Gentioux. La chapelle du Rat était le lieu d'une bénédiction des chiens, le jour de la Saint-Roch. Le chemin de croix, dont il ne reste que quelques croix, a été indulgencié par l'un des papes limousins au XIVe siècle.

L'aérodrome[modifier | modifier le code]

Construit par la commune motivée par la passion du fondateur de l'Aéroclub, René Dambon, dont l'aérodrome porte désormais le nom. Il est géré par l'association les Ailes Peyrelevadoises. La piste, entretenue avec la contribution du lycée des travaux publics d'Égletons est une piste 16-34.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

- Antoine (-1719), Léonard Chamaron ( - 1733), et Jean-Baptiste maîtres maçons à Paris

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]