Vallière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallière (homonymie).

Vallière
Vallière
Le bourg de Vallière.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Felletin
Intercommunalité Communauté de communes Creuse Grand Sud
Maire
Mandat
Valérie Bertin
2014-2020
Code postal 23120
Code commune 23257
Démographie
Population
municipale
743 hab. (2015 en diminution de 3 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 25″ nord, 2° 02′ 06″ est
Altitude Min. 488 m
Max. 708 m
Superficie 48,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Vallière

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Vallière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vallière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vallière
Liens
Site web www.mairie-valliere.fr

Vallière est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Jusqu'en 1996, son nom était orthographié Vallières.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Banize au pont de la RD 16.

Dans la moitié sud du département de la Creuse, dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin, la commune de Vallière s'étend sur 48,42 km2. Elle est arrosée par la Beauze ainsi que par le Taurion et son affluent la Banize.

L'altitude minimale 488 mètres se trouve localisée à l'ouest, au sud-ouest du lieu-dit Confolent, là où le Taurion quitte la commune et entre sur celle de Banize. L'altitude maximale avec 708 mètres est située au sud-est, au lieu-dit la Rode[1].

À l'intersection des routes départementales (RD) 7, 10, 16 et 36, le bourg de Vallière est situé, en distances orthodromiques, onze kilomètres à l'ouest-sud-ouest d'Aubusson.

Le territoire communal est également desservi par les RD 37 et 59.

Le GR 46 traverse le territoire communal à l'ouest sur environ quatre kilomètres, passant au lieu-dit Lavaud Hugier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Vallière est limitrophe de sept autres communes.

À l'ouest, son territoire est distant d'une cinquantaine de mètres de celui de Chavanat et au nord-est, de moins de 500 mètres de celui de Blessac.

Communes limitrophes de Vallière
Banize Saint-Michel-de-Veisse
Le Monteil-au-Vicomte Vallière Saint-Marc-à-Frongier
Saint-Yrieix-la-Montagne Saint-Quentin-la-Chabanne,
La Nouaille

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau routier avec l'ancienne orthographe.

Le nom de la commune est modifié par décret en 1996 : Vallières devient Vallière[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’époque moderne, Vallières (ancienne orthographe) est situé sur la route de Limoges à Lyon, ce qui assure une certaine prospérité. Au XVIIIe siècle, les tapisseries d’Aubusson détournent le flux commercial ce qui provoque l’abandon de l’itinéraire ancien[3].

Louise du Pouget de Nadaillac, fille de François IV du Pouge, marquis de Nadaillac et de Françoise de Douhet, baronne de Saint-Pardoux, épouse de Joseph de La Roche-Aymon, seigneur de la Farge, est enterrée dans l'église de Vallière le 21 février 1730.

Dans les premières années de la Révolution, la commune de Vallières absorbe quatre autres communes : Essarteau, Montoursy, Pimpérigeas et La Vau d'Ugier[4]. En 1814, son territoire s'agrandit encore avec la fusion de Saint-Séverin[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2008 Yves Chamfreau RPR puis UMP Professeur agrégé
Conseiller général du canton de Felletin (1994-2015)
mars 2008 en cours Valérie Bertin UMP-LR Salariée du secteur médical

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 743 habitants[Note 1], en diminution de 3 % par rapport à 2010 (Creuse : -2,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9981 7642 1832 4282 4612 3802 3242 2502 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2312 1762 2102 2122 2662 2512 4142 6912 610
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5482 5482 2951 8541 7231 4811 4531 3801 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 126994940885814774752772743
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin des XIIIe et XVe siècles est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1942[8]. L'église possède une cuve de bénitier d'époque romane inscrite au titre des monuments historiques[9] et un orgue de tribune du XIXe siècle classé en 1981[10],[11]. Sur les clefs de voûte figurent les armes de la famille des d'Aubusson : une rose stylisée, symbole de la Vierge et un agneau représentant le Christ immolé. À l'extérieur, de chaque côté du portail, sont exposés un lion sculpté en granit — classé en 1964 au titre des monuments historiques[12] — et un sarcophage. Le lion en granit se situait autrefois à l'entrée du cimetière.
  • Le château de Ganne.
  • Le château du Plat, ancien centre de vacances.
  • Le château de Sourliavou.
  • Le château de la Villeneuve.
  • La fontaine de Pierre d'Aubusson, érigée devant l'église en 1868.
  • Le pont des poupées est un ancien petit pont se situant au nord de Vallière près du bois Boucher. Un parcours aménagé par la commune permet d'y accéder et d'y pique-niquer.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antonin Desfarges (1851-1941) est mort à Vallières. Il commence sa carrière professionnelle comme maçon de la Creuse, puis petit entrepreneur. Il milite dans les organisations ouvrières entre 1867 et 1871. En 1871 il est arrêté pour sa participation à la Commune de Paris. Il réussit à s'évader. En 1882 il est conseiller des Prud'hommes de Paris, il y représente la corporation des maçons, enfin il sera le président du Conseil du bâtiment. En 1889 il se désiste aux élections législatives en faveur de Martin Nadaud. Puis il sera député de la Creuse pendant 17 ans de 1893 à 1910[13].
  • Pierre Juillet (1921-1999), conseiller du président de la République Georges Pompidou, est né et décédé à Puy-Judeau, lieu-dit de la commune de Vallière.

Photothèque[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. 708 sur Géoportail (consulté le 16 juillet 2018)..
  2. Décret no 96-706 du 7 août 1996 publié au Journal officiel no 186 du 10 août 1996, pages 12182]
  3. Abel Chatelain, « La formation de la population lyonnaise : l'apport d'origine montagnarde (XVIIIe-XXe siècles) », Revue de géographie de Lyon. Vol. 29 n°2, 1954. p. 94.
  4. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Eglise Saint-Martin », notice no PA00100215, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 16 juillet 2018.
  9. « cuve de bénitier », notice no PM23000938, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 16 juillet 2018.
  10. « orgue de tribune », notice no PM23001070, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 16 juillet 2018.
  11. « orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue », notice no PM23000203, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 16 juillet 2018.
  12. « statue (petite nature) : Lion », notice no PM23000202, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 16 juillet 2018.
  13. Assemblée Nationale