Vallière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Creuse
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Creuse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallière (homonymie).
Vallière
Image illustrative de l'article Vallière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Felletin
Intercommunalité C.C. Aubusson-Felletin
Maire
Mandat
Valérie Bertin
2014-2020
Code postal 23120
Code commune 23257
Démographie
Population
municipale
770 hab. (2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 24″ Nord 2° 02′ 05″ Est / 45.9066666667, 2.03472222222
Altitude Min. 494 m – Max. 708 m
Superficie 48,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Vallière

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Vallière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vallière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vallière

Vallière est une commune française située dans le département de la Creuse en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Le nom était autrefois orthographié Vallières.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vallière est une localité appartenant au canton de Felletin, située à une altitude de 556 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg de Vallière a une origine gallo-romaine. Au VIIe siècle, cette localité s'appelait Vallaria, dérivé du latin Vallis signifiant vallée. De même, le cimetière gallo-romain dit de Saint-Bonnet, aux limites des communes de Vallière et de Saint-Yrieix-la-Montagne, atteste la réalité de la colonisation romaine.

En 626, Vallaria figure dans un partage de terres à Royère. Un atelier monétaire y exista à la fin du XIIe siècle (au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale sont conservés deux tiers de sou d'or portant la légende Vallaria ou Vallari vico et le nom du monétaire Glavion).

Au Xe siècle, Vallière devint le chef-lieu d'une vicairie importante. L'agglomération unique comprend assez vite deux paroisses et ainsi deux églises : Vallière, qui subsiste encore et Saint-Séverin, dont l'église fut vendue en 1825 et démolie en 1828.

Sous Henri III, en mars 1576, l'église de Vallière fut mise à sac par les reîtres du duc d'Alençon, frère du Roi.

Deux incendies considérables y détruisirent, le 4 janvier 1676, plus de cinquante maisons, et dans la nuit des 19-20 mai 1716, dix-sept habitations.

Le 21 octobre 1761, Vallière, qui avait été troublée par de nombreuses rencontres entre gabelous (douaniers chargés de collecter l'impôt sur le sel, la gabelle) et faux-sauniers (contrebandiers qui vendaient le sel), vit passer les restes de la bande de Mandrin.

À l’époque moderne, Vallières est situé sur la route de Limoges à Lyon, ce qui assure une certaine prospérité. Au XVIIIe siècle, les tapisseries d’Aubusson détournent le flux commercial ce qui provoque l’abandon de l’itinéraire ancien[1].

Louise du Pouget de Nadaillac, fille de François IV du Pouge, marquis de Nadaillac et de Françoise de Douhet, baronne de Saint-Pardoux, épouse de Joseph de La Roche-Aymon, seigneur de la Farge, est enterrée dans l'église de Vallière le 21 février 1730.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Yves Chamfreau UMP conseiller général
mars 2008 en cours Valérie Bertin UMP-LR Salariée du secteur médical

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 770 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 998 1 764 2 183 2 428 2 461 2 380 2 324 2 250 2 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 231 2 176 2 210 2 212 2 266 2 251 2 414 2 691 2 610
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 548 2 548 2 295 1 854 1 723 1 481 1 453 1 380 1 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 126 994 940 885 814 774 752 755 772
2013 - - - - - - - -
770 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint Martin de Tours

Il s'agit du seul monument du bourg de Vallière à être inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Elle l'a été par arrêté du 9 août 1942. Cette église a été construite au XIIe siècle et rénovée au XVe siècle. Sont disposés à gauche et à droite du portail de l'église un lion en granit terrassant un homme et un sarcophage. Le lion en granit se situait autrefois à l'entrée du cimetière. L'église possède un bénitier de l'époque romane et un remarquable autel sculpté. Sur les clefs de voûte figurent les armes de la famille des d'Aubusson : une rose stylisée, symbole de la Vierge et un agneau représentant le Christ immolé

  • Le pont des poupées

Il s'agit d'un ancien petit pont se situant au nord de Vallière près du bois Boucher. Un parcours aménagé par la commune permet d'y accéder et d'y pique-niquer.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Endurokid creusois, enduro moto se déroulant au mois de juillet

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antonin Desfarges est né en 1851 à Saint-Pierre-le-Bost et décédé en 1941 à Vallière. Il commence sa carrière professionnelle comme maçon de la Creuse, puis petit entrepreneur. Il milite dans les organisations ouvrières entre 1867 et 1871. En 1871 il est arrêté pour sa participation à la Commune de Paris. Il réussit à s'évader. En 1882 il est conseiller des Prud'hommes de Paris, il y représente la corporation des maçons, enfin il sera le président du Conseil du bâtiment. En 1889 il se désiste aux élections législatives en faveur de Martin Nadaud. Puis il sera député de la Creuse pendant 17 ans de 1893 à 1910[4].
  • Nathalie Baye avait une petite maison à côté de Vallière
  • Pierre Juillet conseiller du président de la république Georges Pompidou est né et décédé à Puy-Judeau.


Photothèque[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Abel Chatelain, « La formation de la population lyonnaise : l'apport d'origine montagnarde (XVIIIe-XXe siècles) », Revue de géographie de Lyon. Vol. 29 n°2, 1954. p. 94.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  4. Assemblée Nationale