Chamberet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chamberet
Chamberet
La châsse de saint Dulcet.
Blason de Chamberet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Intercommunalité Communauté de communes Vézère-Monédières-Millesources
Maire
Mandat
Bernard Rual
2020-2026
Code postal 19370
Code commune 19036
Démographie
Gentilé Chambertois, Chambertoise[1].
Population
municipale
1 380 hab. (2018 en augmentation de 2,76 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 03″ nord, 1° 43′ 14″ est
Altitude Min. 376 m
Max. 727 m
Superficie 69,85 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Seilhac-Monédières
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Chamberet
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Chamberet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamberet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamberet
Liens
Site web chamberet.net

Chamberet (Chambarèt en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette commune du Massif central est située sur le plateau de Millevaches dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin, près de Treignac au nord de la Corrèze et limitrophe du département de la Haute-Vienne. Elle est proche du Mont Gargan et des Monédières.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par deux affluents de la Vézère : le Bradascou qui y prend sa source, et la Soudaine.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 1 237 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 14 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1986 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records CHAMBERET (19) - alt : 444m, lat : 45°34'24"N, lon : 01°43'24"E
Statistiques établies sur la période 1986-2010 - Records établis sur la période du 01-01-1986 au 01-01-2018
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,3 0,4 2,5 4,5 8,2 11 12,7 12,6 9,6 7,4 3,1 1 6,1
Température moyenne (°C) 4,1 4,7 7,4 9,5 13,8 16,7 18,7 18,7 15,3 12,2 7 4,7 11,1
Température maximale moyenne (°C) 7,8 9 12,4 14,6 19,4 22,5 24,7 24,8 21 16,9 11 8,3 16,1
Record de froid (°C)
date du record
−20,5
17.01.1987
−16
10.02.1986
−13
01.03.05
−4,5
22.04.1991
−1,5
08.05.1997
1
08.06.1989
4
04.07.1990
1
30.08.1986
−0,9
25.09.02
−5,2
25.10.03
−10
22.11.1993
−11,4
04.12.10
−20,5
1987
Record de chaleur (°C)
date du record
18
30.01.1992
23,6
15.02.1998
25,8
19.03.05
28,3
30.04.05
30,6
30.05.01
36,1
22.06.03
37,8
16.07.15
38,4
12.08.03
33,5
17.09.1987
29,5
12.10.01
23,9
08.11.15
19
21.12.1987
38,4
2003
Précipitations (mm) 115,3 104,7 94,8 121,7 107 92,9 96,5 87,1 107,4 122,4 137,1 119 1 305,9
Source : « Fiche 19036001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chamberet est une commune rurale[Note 3],[9]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (55,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (46,7 %), forêts (37,5 %), zones agricoles hétérogènes (10,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,4 %), zones urbanisées (2,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Chamberet apparaît pour la première fois en 930, lors de l'arrivée des reliques de saint Dulcet qui marque la création du bourg[15].

La châtellenie de Chamberet était une possession des Comborn-Treignac[16] .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chamberet Blason
Parti, au 1er, coupé au 1 d'or à deux lions léopardés de gueules, au 2, de sable au lion d'or, au 2e, fascé d'argent et de gueules à six pièces, les fasces d'argent chargées chacune de trois mouchetures d'hermine de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1965 René Chaumeil PCF Marbrier/tailleur de pierre
conseiller général du canton de Treignac (1937-1940) et (1945-1979)
mars 1965 mars 2001 Raymond Nicaud UDR puis RPR Médecin
mars 2001 Daniel Chasseing UMP puis UDI Médecin
Sénateur de la Corrèze, conseiller général de la Corrèze
en cours Bernard Rual [17]
Réélu pour le mandat 2020-2026
UDI Fonctionnaire

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[18].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué une fleur à la commune[19].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21]. En 2018, la commune comptait 1 380 habitants[Note 4], en augmentation de 2,76 % par rapport à 2013 (Corrèze : −0,08 %, France hors Mayotte : +1,78 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2152 4652 3942 6862 6562 8272 8482 9582 633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5962 8412 8642 7982 9463 0263 1893 2793 406
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 4013 4163 3083 0542 5442 6432 5172 1731 803
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 6731 4131 4151 4701 3761 3041 3191 3191 342
2017 2018 - - - - - - -
1 3721 380-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie de la commune est tournée vers le tourisme, avec un hôtel, des restaurants, un camping, sept gîtes, un village « espace nature », une piscine municipale, un arboretum, un parc acrobatique en hauteur, des activités nature (golf, courses d'orientation...), des roulottes et des chalets découvertes. Il s'y trouve également une station de recherches publiques sur les chevaux, la station expérimentale de Chamberet.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Dulcet (église paroissiale) date du XIIe siècle. Elle a été restaurée à différentes époques à la suite de divers incendies et autres catastrophes.

  • Au Xe siècle, l'église et les maisons étaient en bois, ce n'est que de 1127 à 1137[24] que l'église actuelle fut construite par les moines d'Uzerche et les Comborn[25].
  • Les reliques de saint Dulcet, furent transportées à Chamberet afin qu'elles échappent aux bandes de Normands qui mettaient l'Aquitaine à feu et à sang en Au XIIe siècle[26].
  • Le clocher, détruit pendant les guerres de Religion, a été reconstruit en 1660.
  • Frappée par la foudre au matin de Noël 1818[27], l'effondrement du clocher provoqua trois morts pendant l'office.
  • En 1881 (le 29 juillet), le feu venant d'une boulangerie voisine causa la perte de la sacristie alors couverte de bardeaux de bois.
  • L'église a été restaurée à la fin du XIXe siècle[28].

Sous le porche, il y a une pierre tombale médiévale dressée comme une croix

Depuis le 25 juin 1981, sont classés aux monuments historiques, dans l'église de Chamberet, les éléments suivants :

  • la grande châsse émaillée du XIIIe siècle, représentant la mise au tombeau de saint Dulcet
  • le bras reliquaire en cuivre du XIVe siècle

Autres monuments :

La Maison de l'Arbre s'enracine dans le tourisme régional et sensibilise le public autour de trois thèmes : les tourbières, le rôle des champignons dans l'écosystème forestier et, une étude approfondie de ce qu'est un lichen.

L’arboretum est constitué d'une collection de 105 espèces différentes, d'un fructicetum, d'une collection de plantes aquatiques, d'une bambouseraie, d'un étang, d’une pommeraie constituée exclusivement de variétés locales, dont la reinette brune museau de lièvre de la Corrèze et la pomme reinette dorée rouge des vergnes sainte germaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Zina Morhange (1909-1987), médecin et résistante, déportée à Auschwitz et survivante de ce camp d'extermination.
  • Marcelle Delpastre (1925-1998), ou Marcela Delpastre en occitan, poétesse française et occitane.
  • Daniel Chasseing (1945-), homme politique, ancien maire de la commune, élu sénateur de la Corrèze en 2014.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Événements et manifestations[modifier | modifier le code]

Le Festival d'accordéon de Chamberet organisé chaque année en octobre pendant cinq jours et qui regroupe près de 5000 festivaliers.

Le quarante-deuxième Tour du Limousin traversa la commune, le mardi , lors de la première étape : Limoges - Ussel.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ville de Chamberet », sur http://www.conseil-general.com/ (consulté le ).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. [1] Site de la commune
  16. Champeval, Jean-Baptiste, (1847-1915)., Cartulaire de l'abbaye d'Uzerche, Corrèze : du Xe au XIVe siècle, avec tables, identifications, notes historiques, Bibliothéque nationale de France, (OCLC 491712903, lire en ligne).
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Chamberet, consultée le 27 octobre 2017
  19. Site des villes et villages fleuris, consulté le 31 janvier 2021.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. Construction en 1137
  25. Relation au monastère d'Uzerche
  26. Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze
  27. Manoir Renaissance, autrefois presbytère à Chamberet
  28. Notice sur la Base Mérimée, consultée le 22 août 2008
  29. Notice sur la Base Mérimée, consultée le 22 août 2008
  30. Notice sur la Base Mérimée, consultée le 22 août 2008
  31. Notice sur la Base Mérimée, consultée le 22 août 2008
  32. Notice sur la Base Mérimée, consultée le 22 août 2008

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Maurice Gady, Chamberet (monographie historique), imprimerie Lachaise, Brive, 1948 (plaquette de trente pages épuisée ; AD Corrèze Br 188)
  • Daniel Borzeix, Histoire de Chamberet, tome I, des origines à la fin du XVIe siècle, Treignac, éditions Les Monédières, 1981 (épuisé, seul tome paru).
  • Paul Estrade (sous la dir. de), Les Forçats espagnols des GTE de la Corrèze (1940-1944), 2004, (dont le témoignage de M. et Mme Peyraud, de Chamberet)
  • Yves Lavalade, Les Noms de lieux de la commune de Chamberet, Treignac, éditions Les Monédières, 2005.
  • Le XXe siècle en Limousin, Treignac, éditions Les Monédières, 2001 (dont Éric Moratille, Évolution politique du canton de Treignac ; Jan dau Melhau, Marcelle Delpastre : Entre deux mondes, entre deux langues et André Plantadis, son témoignage de maire de Soudaine-Lavinadière).
  • Daniel Borzeix, Le Pays de Treignac autrefois, Treignac, éditions de L'Esperluette, 2011.
  • Monique Borzeix, Histoire des écoles du canton de Treignac, éditions de L'Esperluette, 2013.
  • Yves Lavalade, Les noms de lieux du canton de Treignac, éditions de L'Esperluette, 2014 (dont évidemment Chamberet, p. 28-51)
  • Cartulaire de l’abbaye d’Uzerche (Corrèze) du Xe au XIVe siècle, éd. J.-B. Champeval, 190 (ex. n° 484 av 1133 et n° 814 p. 338,n° 814 p. 338, ca 1132). https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1120156/f236.item.r=chamberet