Lestards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lestards
Lestards
La mairie et l'église Saint-Martial.
Blason de Lestards
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Intercommunalité Communauté de communes Vézère-Monédières-Millesources
Maire
Mandat
Christophe Petit
2020-2026
Code postal 19170
Code commune 19112
Démographie
Gentilé Lestarois, Lestaroises
Population
municipale
106 hab. (2017 en augmentation de 1,92 % par rapport à 2012)
Densité 5,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 59″ nord, 1° 52′ 29″ est
Altitude Min. 518 m
Max. 894 m
Superficie 18,52 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Plateau de Millevaches
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lestards
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Lestards
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lestards
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lestards

Lestards est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située sur le plateau de Millevaches dans les Monédières et dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin. Elle arrosée par le ruisseau d'Alembre, un petit affluent de la Vézère. Le bourg est situé à 803 m d'altitude et son célèbre col de Lestards se situe à 856 m d'altitude

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Lestards est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2]. La commune est en outre hors attraction des villes[3],[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Jules Degery PCF  
En cours Christophe Petit [5]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD Vice-président du conseil départemental,
Conseiller départemental du canton du Plateau de Millevaches

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7]. En 2017, la commune comptait 106 habitants[Note 2], en augmentation de 1,92 % par rapport à 2012 (Corrèze : +0,09 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305320288304342353393374420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
413432442431375396375396358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
360348313215228193204192155
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
15513911692106101109110104
2017 - - - - - - - -
106--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1300, une commanderie de l'ordre de Saint-Antoine-de-Viennois est installée à Lestards. La commanderie était un établissement de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem placé à côté de l'église Saint-Martial[réf. nécessaire].

Dans le Pouillé de 1315, la paroisse de Lestards est citée dans la liste de l'archiprêtré de La Porcherie, entre la paroisse de Veix et celle de Pradines.

Extrait du pouillé de 1315. Ancien diocèse de Limoges (Source : archi .dépt. 23).
Le monument aux morts.

En 1742, apparaît sur une carte du diocèse, le site Notre Dame de la Bussière. Cette chapelle, comptée également dans l'archiprêtré de La Porcherie, est rattachée à l'évêque de Limoges.

Par l'arrêt de 1766, le roi Louis XV réunit la commission des réguliers dont les travaux ont été fortement influencés par l'archevêque de Toulouse, Étienne-Charles de Loménie de Brienne, et futur ministre de Louis XVI. Cette commission condamne par l'édit de 1766 les ordres dont le nombre de religieux par maison n'excédait pas vingt personnes. L'abbaye de Saint-Antoine et les commanderies durent céder leurs biens à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

En 1770, les archives indiquent que messire François Dulcem, marquis de Boisse, vicomte de Treignac, s'oppose à maître Jean de Gains, prêtre et vicaire perpétuel de la paroisse de Lestards, pour la vente du fief et de la commanderie.

En 1808, sur une liste des paroisses de Corrèze, Lestards est considérée comme une commune réunie à Murat.

A la fin du XIXe, à l'occasion du développement des écoles primaires en milieu rural, l'étendue de la commune de Lestards devient un sujet de préoccupation important et l'enjeu de débats entre les habitants du sud de la commune, qui avaient la légitimité du chef-lieu, et ceux du Nord, autour des villages de La Bussière et Coissac, dont les effectifs de population l'emportaient sur ceux du chef-lieu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Lestards (Corrèze).svg

Les armoiries de Lestards se blasonnent ainsi :

Écartelé, au 1 et 4 d'argent à l'arbre arraché de sinople fûté de sable et fruité de gueules et accompagné en chef de trois étoiles de même, au 2 et 3 d'azur à la tour d'argent maçonnée et ajourée de sable.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martial.
  • Église Saint-Martial, construite vers la fin du XIIe siècle ou le début du XIIIe siècle et modifiée au XVIe siècle, inscrite sur l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques le et classée Monument historique le [10]. C'est aujourd'hui la seule église de France à être couverte en chaume (paille de seigle). D'ailleurs, elle a été mise à l'honneur en grâce à l'émission d'un timbre philatélique national et d'une médaille souvenir frappée par la monnaie de Paris.
Chapelle N.-D. de la Bussière, Lestards.

Patrimoine campanaire[modifier | modifier le code]

La commune est membre de l'Association Campanaire Limousine (voir : www.clocheslimousines.fr). Elle dispose de cloches dans les bâtiments suivants :

  • Église Saint Martial (nombre : 2)
  • Chapelle Notre-Dame-de la Bussière (nombre : 1)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. « Église Saint-Martial », notice no PA19000005, base Mérimée, ministère français de la Culture