Gioux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gioux (homonymie).

Gioux
Gioux
Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Felletin
Intercommunalité Communauté de communes Creuse Grand Sud
Maire
Mandat
Isabelle Grand
2014-2020
Code postal 23500
Code commune 23091
Démographie
Population
municipale
168 hab. (2016 en diminution de 5,08 % par rapport à 2011)
Densité 4,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 40″ nord, 2° 07′ 21″ est
Altitude Min. 608 m
Max. 886 m
Superficie 37,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Gioux

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Gioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gioux

Gioux (Juòus en occitan) est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau qui arrose la commune de Gioux se nomme la Gioune.

Sur l'ancien cadastre de la commune qui a été réalisé vers 1835 par le même géomètre qui avait précédemment réalisé celui de la commune de Féniers ce cours d'eau est désigné sous la double appellation de Gioune ou Creuse. Il s'agit là d'une " pirouette " du technicien afin d'être en conformité avec le cadastre de Croze établi en 1819 sur lequel le cours d'eau dont il s'agit est bien nommé Gioune, et aussi en accord avec le cadastre qu'il venait de réaliser sur la commune de Féniers et sur lequel il avait placé la source de la Creuse. Au cours de ces dernières années une polémique est née de cette situation, la commune du Mas d'Artige s'élevant à juste titre contre l'argument touristique de Féniers s'attribuant la source de la rivière qui a donné son nom à tout le département. En effet on peut affirmer qu'en établissant 15 ans avant celui de Féniers le cadastre de Croze, le géomètre a pu désigner les cours d'eau suivant les appellations qui étaient pratiquées à cette époque par l'ensemble de leurs riverains. Ceci est d'autant plus vraisemblable que cela est en parfait accord avec la géomorphologie des lieux, la vallée de la rivière se poursuivant très naturellement sur Clairavaux puis sur Le Mas d'Artige

La commune culmine, au nord est du bourg de Gioux, à 886 mètres, au Puy d'Hyverneresse, à proximité du hameau du même nom, tel qu'il apparaît sur une carte du Fond topographique IGN au 1/25000

Communes limitrophes de Gioux
La Nouaille Saint-Quentin-la-Chabanne Croze
Gioux
Gentioux-Pigerolles Féniers Clairavaux

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Régine Bonifas    
mars 2008 2014 Mireille Grégoire    
mars 2014 En cours Isabelle Grand SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2016, la commune comptait 168 habitants[Note 1], en diminution de 5,08 % par rapport à 2011 (Creuse : -2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1451 2051 2391 3651 3461 1931 1761 2001 183
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1561 1721 1501 0231 0419769691 021983
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0331 052986823785754693600387
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
317313233210214198174171179
2016 - - - - - - - -
168--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom même de Gioux, issu du nom de Jupiter[5], renvoie à l'époque gallo-romaine. De cette époque également, sur le territoire de la commune, on trouve les vestiges de la villa de La Valette, une ferme gallo-romaine spécialisée dans l'élevage du mouton et, à proximité des Farges, des traces d'occupation remontant au IIe siècle.

La paroisse St Pierre et St Paul de Gioux, qui occupait le bassin hydrographique de la Gioune, mais dont l'église occupe un point haut, fait partie des anciennes paroisses de cette région. Elle fût toujours rattachée à l'Evêque de Limoges. Son activité était contrôlée dans le cadre territorial de l'archiprêtré d'Aubusson.

Dans le Pouillé de 1315, la paroisse de Gioux est citée dans la liste de l'archiprêtré d'Aubusson, entre celle de Clairavaux et celle de Saint Quentin.

Extrait du Pouillé de 1315. Ancien diocèse de Limoges.

Entre le XVIe et le XVIIe siècle, le haut du bassin de la Gioune est laissée, d'une part au Prieuré de Port-Dieu, d'autre part à l'ordre de Jérusalem, pour former respectivement Pigerolles et Féniers. Ces deux nouvelles paroisses sont intégrées à l'archiprêtré de Chirouze, qui s'était fait une spécialité de ce type d'établissements, alors que Gioux reste dans l'archiprêtré d'Aubusson.

Au XIXe siècle, après avoir hésité quelques années entre une implantation à Chissac ou à Cruchant, une "école de hameau" est construite dans le village de Cruchant.


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Villa gallo-romaine

Patrimoine campanaire[modifier | modifier le code]

La commune est membre de l'Association Campanaire Limousine (voir : www.clocheslimousines.fr). Elle dispose de cloches dans les bâtiments suivants :

Cartes postales anciennes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alexandre de Sarrazin seigneur de Gioux, Ronteix et Cubeyne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Joseph Nadaud [8],
  • A Ramade, curé de Gioux [9],
  • Jean François Durieux, Patrick Courty et Bernard Daubigny [10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. Marcel Villoutreix, Les noms de lieux du Limousin, témoins de l'Histoire d'une région, Association des Antiquités Historiques du Limousin, Limoges 2002
  6. Notice no PA00100226, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Notice no PA00100081, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Joseph Nadaud, Pouillé historique du diocèse de Limoges,
  9. A Ramade, Recherches sur la paroisse de Gioux,
  10. jean François Durieux, Patrick Courty et Bernard Daubigny, « Les structures gallo-romaines de Cubeyne », Bulletin de la Société Archéologique de la Creuse,‎ , p. 267

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :