Saint-Merd-la-Breuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Merd-la-Breuille
Saint-Merd-la-Breuille
L'église Saint-Médard de Saint-Merd-la-Breuille.
Blason de Saint-Merd-la-Breuille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Auzances
Intercommunalité C.C. des Sources de la Creuse
Maire
Mandat
Guy Faugeron
2014-2020
Code postal 23100
Code commune 23221
Démographie
Population
municipale
189 hab. (2016 en diminution de 5,03 % par rapport à 2011)
Densité 4,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 36″ nord, 2° 25′ 47″ est
Altitude Min. 717 m
Max. 846 m
Superficie 40,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Merd-la-Breuille

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Saint-Merd-la-Breuille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Merd-la-Breuille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Merd-la-Breuille

Saint-Merd-la-Breuille est une commune française située dans le département de la Creuse, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Méouzette au pont près du lieu-dit Ganne Courtioux.

À l'extrême sud-est du département de la Creuse, la commune de Saint-Merd-la-Breuille s'étend sur 40,19 km2. Limitrophe des départements de la Corrèze et du Puy-de-Dôme, son territoire est arrosé par la Méouzette et très brièvement par la Ramade. Il est bordé au sud sur près de cinq kilomètres par le ruisseau de Feyt.

L'altitude minimale 717 mètres se trouve localisée à l'extrême sud-est, près du lieu-dit les Allys, là où la Méouzette quitte la commune et entre sur celle de Laroche-près-Feyt. L'altitude maximale avec 846 mètres est située à l'extrême sud-ouest, en limite de la commune d'Eygurande, près du lieu-dit le Travers.

Traversé par la route départementale (RD) 18, le bourg de Saint-Merd-la-Breuille est situé, en distances orthodromiques, 23 kilomètres au nord-nord-est d'Ussel et 31 kilomètres au sud-est d'Aubusson.

Le territoire communal est également desservi par les RD 18A4 et 79.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Saint-Merd-la-Breuille et des communes avoisinantes.

Saint-Merd-la-Breuille est limitrophe de sept autres communes, dont trois dans le département de la Corrèze et deux dans celui du Puy-de-Dôme.

Au sud-ouest, son territoire est distant de moins de 500 mètres de la commune corrézienne de Lamazière-Haute.

Communes limitrophes de Saint-Merd-la-Breuille
Flayat Giat
(Puy-de-Dôme),
Verneugheol
(Puy-de-Dôme)
Saint-Merd-la-Breuille Laroche-près-Feyt
(Corrèze)
Saint-Oradoux-de-Chirouze Eygurande
(Corrèze)
Feyt
(Corrèze)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint Merd est la déformation de saint Médard de Noyon (Médardus).

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve une occupation humaine sur la commune de Saint-Merd-la-Breuille dès l'Antiquité. Au lieu-dit Manoux, une butte avec un dolmen semble indiquer une occupation au Néolithique.

Au Moyen Âge, sur le territoire actuel de la commune se trouvait le château de Hautefeuille. Il est possible de retrouver des traces de son existence dans des documents du XVIe siècle. En effet, cette terre a été vendue par Jean de Rochefort à Antoine de la Fayette en 1539. Elle est ensuite restée dans les mains de la famille de La Fayette, d'après ce qui en est dit par Guillaume-Michel Chabrol, dans le tome IV de son ouvrage sur les Coutumes générales et locales de la province d'Auvergne (1784) :

« La terre de Hautefeuille, paroisse de Flayat, a appartenu à Louis de la Fayette. Jean Motier de la Fayette, tué à la journée de Cognac en 1568, en étoit seigneur, ainsi que de Nades. Claude de la Fayette, son fils, seigneur des mêmes terres, épousa, le 22 novembre 1579, Marie d'Allègre, fille de Gaspard, seigneur de Viverols et de Beauvoir. Elle passa à François de la Fayette, qui épousa, en 1655, Magdeleine Pioche de la Vergne, célèbre dans la république des lettres. Cette branche de la maison de la Fayette s'est éteinte dans celle de la Trimouille. »

Le château fut détruit par les protestants pendant les guerres de Religion, en représailles à la bataille de Cognac en 1568, où son seigneur a trouvé la mort. Il était érigé sur la colline au nord des villages de Gourseix et du Vaudeix (au point coté à 766 mètres d'altitude sur la carte IGN) mais sur place, il ne reste pas de trace de son existence. Cependant, dans les villages environnants, des pierres provenant de ses ruines ont été réemployées pour la construction des maisons. Une pierre comportant un blason a ainsi été retrouvée sur le mur d'une maison. Ce blason a été repris comme blason de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2018.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 En cours Guy Faugeron PS Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2016, la commune comptait 189 habitants[Note 1], en diminution de 5,03 % par rapport à 2011 (Creuse : -2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2351 0878241 2761 2351 2661 1631 2841 249
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2321 0871 1041 0771 0801 0331 0461 0771 128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1351 0351 051905813740719648538
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
461416330271238238215212208
2013 2016 - - - - - - -
190189-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Merd-la-Breuille se blasonnent ainsi :

« Coupé : au 1er parti au I d'argent à trois fusées de gueules rangées en fasce, au II de gueules au lion d'argent, au 2e d'azur à deux chevrons d'or[8] ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]