Alice Walker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Walker.
Alice Walker
Alice Walker.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Alice Malsenior WalkerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Spelman College (en) (depuis )
Sarah Lawrence College (baccalauréat universitaire ès lettres) (jusqu'en )
Russell Sage College (en) (Philosophiæ doctor) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Melvyn R. Leventhal (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Alpha Kappa Alpha (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Lillian Smith Book Award (en) ( et )
Bourse Guggenheim ()
Prix Candace ()
Prix Pulitzer de la fiction ()
National Book Award ()
National Book Award pour la fiction ()
Prix O. Henry ()
Humaniste de l'année ()
California Hall of Fame (en) ()
LennonOno Grant for Peace (en) ()
Carl Sandburg Literary Award ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enregistrement vocal
Œuvres principales
La Couleur pourpre, The Third Life of Grange Copeland (d), Meridian (d), The Temple of My Familiar (d), Possessing the Secret of Joy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alice Malsenior Walker, née le à Eatonton en Géorgie, est une écrivaine et une militante féministe américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans une famille paysanne[1] à Eatonton, Géorgie, États-Unis, Walker possède des origines afro-américaine, Cherokee, écossaise et irlandaise. Elle entame ses études à l'université Spelman (Atlanta, Géorgie) et est diplômée en 1965 de l'université Sarah Lawrence (Yonkers, New York). Elle a été mariée à Mel Leventhal de 1967 à 1976. Ensemble, ils ont eu une fille, Rebecca Walker, qui devient également écrivaine et militante (voir Rebecca Walker).

Elle écrit des romans, des nouvelles, des essais et des poèmes. Ces écrits mettent en valeur la lutte des femmes de couleur contre le racisme, le sexisme et la violence répandus dans la société américaine. Elle se proclame ouvertement bisexuelle.

Elle a composé son premier recueil de poésies lors de sa dernière année à l'université Sarah Lawrence. Elle suspend son activité d'écriture lorsqu'elle s'installe avec Leventhal dans le Mississippi et qu'elle rejoint le Mouvement des droits civiques. Elle coopère à la revue culturelle et politique Freedomways[2].

Elle reprend sa carrière littéraire quand elle se joint au MS Magazine.

En plus des nouvelles et des poèmes, elle écrit son premier roman, The Third Life of Grange Copeland, en 1970. En 1976, paraît Meridian ; ce livre raconte la lutte des militants pour les droits civiques dans le Sud, et Walker y relate certaines de ses propres expériences.

En 1982, elle publie La Couleur pourpre (voir adaptation cinématographique La Couleur pourpre) qui deviendra son roman phare. Il s'agit de l'histoire d'une jeune femme noire qui lutte à la fois contre le racisme des Blancs et le patriarcat des Noirs. Ce roman rencontre un grand succès dans toutes les communautés. Il sera adapté au cinéma en 1985 et en comédie musicale en 2005 à Broadway.

Elle s'engage en politique en partie sous l'influence d'Howard Zinn qui a été l'un de ses professeurs au Collège Spelman. Elle a milité longtemps dans les années 1960 dans le mouvement pour les droits civiques, et elle continue à défendre l'égalité des droits pour tous.

Elle s'illustre dans la défense de l'environnement, le féminisme, la protection des animaux et a fait campagne contre les mutilations génitales des femmes (voir excision et infibulation). Elle s'est aussi engagée pour la cause cubaine, notamment contre l'embargo, et s'est rendue à plusieurs reprises à Cuba.

En Alice Walker refuse de céder les droits de son roman La Couleur pourpre en Israël au groupe de médias israélien « Yediot », en réponse à la politique israélienne dans les territoires palestiniens occupés. Elle est aussi une membre du comité du Tribunal Russell sur la Palestine.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Alice Walker (à gauche) avec Gloria Steinem en 2009
  • La Couleur pourpre reçoit le Prix Pulitzer de la Fiction et l'American Book Award.
  • La nouvelle Kindered Spirits parue en août 1985 reçoit le O. Henry Award 1986.
  • Pour l'ensemble de son œuvre, elle reçoit le Lillian Smith Award du National Endowment for the Arts, le Rosenthal Award du National Institute of Arts & Letters, Membre d'honneur du Radcliffe Institute, de Merrill, et de Guggenheim, le Front Page Award for Best Magazine Criticism du Newswoman's Club de New York.

« Whether you're black or white or red or yellow or a beautiful mixture of all these colors of the world, Alice Walker's "The Temple of my Familiar", described by the author as "a romance of the last 500,000 years" will communicate to some level of your conscience. I haven't found a French translation (I live in France) unfortunately, since I would love to share this book with people in my vicinity (Alice: I would love to translate this!) through lives, through dreams, through centuries, through cultures, through pain, through sorrow, through joy and laughter, an exploration of identity and construction of being and why (self) love and and forgiveness are the hardest things to achieve, but the most beautiful, the most satisfying, the only aim worth pursuing in this life and the ensuing lives we are creating and experiencing in time eternal[3]. »

« The richness of Alice Walker's new novel is amazing, overwhelming. A hundred themes and subjects spin through it, dozens of characters, a whirl of people are passionate actors and sufferers, and everything they talk about is urgent, a matter truly of life and death. They're like Dostoïevski's characters, relentlessly raising the great moral questions and pushing one another towards self-knowledge, honesty, engagement[4]. »

— Ursula K. Le Guin

Controverse[modifier | modifier le code]

En décembre 2018, Alice Walker suscite la polémique en faisant l'éloge, au cours d'une interview pour le New York Times, du livre And the Truth Shall Set You Free de David Icke, qui contient des thèses complotistes antisémites. Elle déclare à son sujet : « Dans les livres de Icke il y a l'entièreté de l'existence, sur cette planète et sur d'autres, sur laquelle réfléchir. Le rêve d'une personne curieuse devenu réalité »[5],[6]. Elle déclare également avoir tenté de lire Mein Kampf, « mais j’ai trouvé que c’était trop ancré dans l’histoire allemande pour avoir un sens. J’ai aussi trouvé le livre trop pédant, ennuyeux »[7].

Alice Walker et David Icke se sont par ailleurs déjà rencontrés en septembre 2016[8].

En 2017, elle compose un poème intitulé It is our frightful duty to study the talmud[9] (c'est notre devoir effroyable d'étudier le Talmud) dans lequel elle véhicule des fausses citations trouvées en ligne sur des sites ou des vidéos dont elle conseille la consultation sur YouTube. Ceci lui vaut la réponse du journal juif en ligne Tablet[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Howard Zinn, l'impossible neutralité, agone-p60-61
  2. Gore, Dayo F., Theoharis, Jeanne. et Woodard, Komozi., Want to start a revolution? : radical women in the Black freedom struggle, New York University Press, (ISBN 9780814783146, OCLC 326484307, lire en ligne)
  3. The Temple of my Familiar (ISBN 0-671-68399-3)
  4. Ursula K. Le Guin, San Francisco Review of Books.
  5. (en-US) Associated Press, « Author Alice Walker Criticized for Support of David Icke Book », sur Snopes.com (consulté le 19 décembre 2018)
  6. « New York Times assailed for Alice Walker interview endorsing ‘anti-Semitic’ conspiracy theorist », sur https://www.washingtonpost.com,
  7. « Alice Walker défend les lectures antisémites dans le New York Times », sur https://fr.timesofisrael.com/, (consulté le 24 décembre 2018)
  8. « L’écrivain américaine Alice Walker recommande de lire David Icke », conspiracywatch.info,‎ (lire en ligne)
  9. « It Is Our (Frightful) Duty To Study The Talmud | Alice Walker | The Official Website for the American Novelist & Poet », sur alicewalkersgarden.com (consulté le 25 décembre 2018)
  10. (en) « The Talmud Responds to Alice Walker », sur Tablet Magazine, (consulté le 25 décembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]