Zora Neale Hurston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zora Neale Hurston
portrait d'une femme noire américaine avec un petit chapeau posé de biais.
Zora Neale Hurston (entre 1935 et 1943).
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Zora Neale Lee Hurston
Nationalité
Formation
  • Université Howard
  • Barnard College
  • Université Columbia
Activités
Autres informations
Organisation
  • Zeta Phi Beta,
  • American Folklore Society,
  • American Anthropological Association,
  • American Ethnological Society,
A travaillé pour
  • Magazine Opportunity
  • Université Bethune-Cookman
  • Université centrale de Caroline du Nord
  • Patrick Space Force Base
  • Lincoln Park Academy (Floride)
  • Parti politique
    Mouvement
    Influencée par
    Site web
    Distinctions
    Liste détaillée
    Bourse Guggenheim ( et )
    Prix Anisfield-Wolf ()
    National Women's Hall of Fame ()
    Florida Artists Hall of Fame (en)
    Florida Women's Hall of Fame (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
    Archives conservées par
    • Department of Special and Area Studies de l’université de Floride
    • Bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits, de l'université Yale
    • La New York Public Library Archives and Manuscript
    • La Bibliothèque du Congrès
    Œuvres principales
  • Their Eyes Were Watching God
  • Dust Tracks on a Road
  • Moses, Man of the Mountain
  • Barracoon : The Story of the Last "Black Cargo",
  • signature de Zora Neale Hurston
    Signature

    Zora Neale Hurston, née le à Notasulga dans l'État de l'Alabama, et morte le à Fort Pierce dans l'État de la Floride est une romancière, nouvelliste, essayiste, dramaturge, anthropologue, folkloriste et journaliste américaine qui est une des figures majeures du mouvement culturel afro-américain dit de la Renaissance de Harlem, notamment avec son roman Their Eyes Were Watching God qui célèbre la culture afro-américaine dans la ruralité du Sud.

    Elle fait partie des co-auteurs du manifeste Fire !! pour une esthétique afro-américaine libre.

    Élève de Franz Boas, elle a contribué à l'élaboration d'une anthropologie des traditions orales afro-américaines, elle a également mis en valeur la culture caribéenne exposée par son essai Voodoo and Life in Haiti and Jamaica.

    Zora Neale Hurston est l'auteure afro-américaine qui fut la plus lue de son temps.

    Biographie[modifier | modifier le code]

    Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

    Une date de naissance controversée[modifier | modifier le code]

    Zora Neale Hurston a toujours fait en sorte de donner des dates de naissance contradictoires durant sa vie 1898, 1899, 1900, 1901, 1902. Pendant longtemps, fautes de documents officiels, on a cru qu'elle était née à Eatonville en Floride en 1901, puis les recherches historiques à partir notamment des documents de recensement ont pu enfin établir la date exacte de sa naissance ainsi que son lieu de naissance, Zora Neale Hurston est née le à Notasulga dans l'État de l'Alabama, elle est la cinquième des huit enfants et la seconde fille du révérend John Hurston, pasteur baptiste affilié à la South Florida Baptist Association (« Association baptiste de la Floride du sud ») et exerçant le métier de charpentier, et de Lucy Potts Hurston, une institutrice et une couturière. La famille Hurston s’installe à Eatonville qui est la première ville incorporée[note 1] afro-américaine des États-Unis. Ville où Zora passe son enfance, et qui est l'une de ses sources d'inspiration[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12].

    Le cadre familial de Zora Neale Hurston[modifier | modifier le code]

    La vie à Notasulga[modifier | modifier le code]

    Lucy Ann Potts est née le , juste après la promulgation du treizième amendement du 6 décembre 1865 abolissant l'esclavage qui a affranchi ses parents, Richard et Sarah Potts qui se sont installés à Notasulga dans le comté de Macon après leur émancipation où ils ont pu acquérir un terrain de cinq acres[note 2] et y bâtir une ferme. Lucy Ann est la cadette de leur quatre enfants, adolescente, elle chante dans le chœur de la Macedonia Baptist Church, où elle attire l'attention de son futur mari John Hurston[13],[14].

    John Hurston est né dans la condition d'esclave le , juste avant la guerre de Sécession. Il est l’aîné des neuf enfants d'Alfred Hurston et d'Amy Hurston. Après la guerre, ils se sont installés à Notasulga, dans le quartier situé dans le comté de Lee (Alabama)[note 3]. Lucy Ann Potts, âgée de 16 ans, et John Hurston, âgé de 21 ans se marient le [15].

    Le couple Hurston travaille comme métayers d'une plantation de coton de Notasulga. C'est dans ce cadre que naît leur seconde fille Zora Neale Lee Hurston le [16],[4].

    L'emménagement à Eatonville[modifier | modifier le code]

    John Hurston cherche à s'échapper de sa condition de métayer, et d'une région où règnent les lois Jim Crow. Son métier l'amène à s'éloigner régulièrement du foyer, périodes qui peuvent durer des mois. Ainsi, lors de la naissance de Zora Neale Hurston, il était absent. Cependant, lors de ses missions, il découvre qu'il existe une ville de la Floride, proche d'Orlando, qui est dirigée par des Afro-Américains, il s'agit de la ville d'Eatonville fondée après la guerre de Sécession par deux Afro-Américains Tony Taylor et Joe Clark qui ont, pour cela, acheté un terrain à un blanc Josiah Eaton de la ville voisine de Maitland ; le terrain est divisé en parcelles disponibles pour des Afro-américains qui désirent s'y installer. John Hurston profite de l'occasion et décide alors de quitter l’Alabama pour s'y installer et que ce sera l'occasion pour sa famille et lui même de prendre un nouveau départ, loin de la pression du racisme, il envoie l'argent nécessaire pour que sa famille le rejoigne, à l'accueil de la gare de Maitland, les Hurston vont passer leur première nuit à Eatonville dans une maisonnette, ils sont à l'étroit mais Lucy Hurston est heureuse, ils sont réunis[17],[18],[19].

    Le déménagement a lieu en 1892, soit une année après la naissance de Zora Neale Hurston. John Hurston et Lucy Ann Hurston achètent un terrain agricole de cinq acres et construisent une maison de huit pièces. John Hurston commence ses premières prédications au sein de l'église baptiste locale et en 1893, la Zion Hope Baptist Church de Sanford l'élit pasteur. John Hurston devient vite populaire et il est élu maire d'Eatonville en 1897, son mandat de maire est reconduit en 1912 et 1914[20],[21].

    Après avoir appris à lire et écrire auprès de sa mère, Zora Neale Hurston suit sa scolarité jusqu'à l'âge de ses 13 ans à la Hunger Normal and Industrial School d'Eatonville fondée par Robert F. Hungerford en 1889. Durant cette période, ses enseignants remarquent ses goûts pour la littérature, plus spécialement pour les œuvres de Hans Christian Andersen, Robert Louis Stevenson et Rudyard Kipling qu'elle dévore. Son imagination est également stimulée par les contes et légendes populaires qu'elle entend racontées par Joe Clark le propriétaire de l'épicerie locale ou par sa clientèle[22],[21].

    La perte de sa mère[modifier | modifier le code]

    En 1904, Lucy Ann Hurston se rend chez sa sœur Emeline, dite Aunt Dickie (« Tante Dickie »), en Alabama, elle y apprend le lynchage de Jimmy le fils de Aunt Dickie, qui est mort après un long supplice. Les auteurs du meurtre sont connus, mais étant Blancs, ils échappent à toute enquête. Cet événement tragique traumatise Lucy Ann Hurston qui entre dans un état de dépression durable. À cela s'ajoute l'usure physique liée au fait qu'elle a accouché de neuf enfants. Sa santé se dégrade. Le dimanche , Lucy Ann Hurston parle de sa mort. Minée, le , Lucy Ann Hurston décède des suites d'une angine de poitrine, elle est âgée d'à peine 39 ans. Sa fille, Zora Neale Hurston, est âgée de 13 ans. Elle perd une mère affectueuse qui la soutenait, l'encourageait et la valorisait une mère dont elle avait besoin au moment où elle devient pubère. Selon ses mémoire la mort de sa mère marque un « changement du monde », la fin de son enfance[23],[11],[24].

    Un remariage, l'éloignement de sa sœur Sarah[modifier | modifier le code]

    Le , à peine cinq mois après la mort de son épouse, John Hurston se remarie avec Mattie Moge, une jeune femme de 20 ans originaire d'Oviedo. Sarah Hurston la sœur aîné de Zora Neale Hurston critique ce mariage hâtif, ainsi que le choix d'une si jeune femme qui pourrait être sa fille. La jeune épouse intervient pour que Sarah soit fouettée pour ses remarques désobligeantes et son insolence. John Hurston qui n'avait jamais levé la main sur ses filles, s'exécute à contre-cœur. Sarah quitte le domicile familial pour épouser un certain John Robert Mack, un pasteur baptiste, et part s'installer à Palmetto une petite ville à proximité de St. Petersburg. Cette dispute familiale affecte Zora Neale Hurston qui après la mort de sa mère, doit subir l'éloignement de sa sœur, isolement qu'elle vit d'autant plus mal qu'elle poursuit ses études secondaires en internat à la Florida Baptist Academy de Jacksonville. Elle vit comme elle peut dans une métropole bien différente de sa vie campagnarde, elle y découvre également la ségrégation au sein des moyens de transports, des magasins, etc.. Pour compenser ses blessures, elle commence à écrire pendant la nuit et les weekends[25],[11],[26],[27].

    L'abandon paternel[modifier | modifier le code]

    Sous l'influence de sa belle-mère, Mattie Moge, les relations familiales se détériorent, dès qu'ils le peuvent les frères de Zora Neale Hurston quittent le foyer familial. John Hurston cesse de payer les frais de pensionnat de Zora Neale Hurston, mais le président Collier de la Florida Baptist Academy trouve un arrangement pour qu'elle puisse finir l'année scolaire, Zora Neale Hurston en échange fera du ménage tous les samedi et participera à la cuisine. À la fin de l'année scolaire, il lui est remis un atlas mondial et une Bible. À ses 14 ans, l'année scolaire étant finie, elle doit retourner à Eatonville, son retour n'est guère chaleureux, pire elle voit la nouvelle épouse de son père se reposer sur le lit de sa mère, lit qui lui avait été légué par sa mère. Avec l'aide de ses frères aînés, Zora Neale Hurston réclame son lit. Une confrontation s'ensuit, face à son fils Cornelius, John Hurston cède, Zora Neale Hurston récupère son lit, cet épisode brise les liens de respect envers son père. Abandonnée par son père, elle a le sentiment d'être une orpheline, ne pouvant compter sur lui elle doit subvenir à ses besoins. Vu son manque de formation professionnelle, elle ne peut obtenir que des emplois de domestique ou de serveuse. Cela dit, elle n'abandonne pas, elle continue à lire et à s'instruire de façon autodidacte[28],[29].

    Errance et rebondissement[modifier | modifier le code]

    John Hurston ne veut plus la présence de sa fille Zora chez lui et la chasse de son domicile en 1905. Pour gagner sa vie, Zora Neale Hurston mène une vie d'errance en travaillant comme domestique chez différents parents d'Eatonville et des environs. Puis en 1906, elle se rend à Jacksonville ou vivent ses deux frères aînés John Cornelius et Robert (Bob) Hurston, un jeune le médecin fraîchement diplômé de la Meharry Medical College (en) ; ce dernier lui propose de venir vivre chez lui, au sein de sa famille composée de son épouse, Wilhemina et de ses trois enfants, Zora Neale Hurston accepte immédiatement la proposition. Son frère emménage à Nashville dans le Tennessee, accompagné de Zora[30],[11].

    En 1914, Zora Neale Hurston, ne s'acclimatant ni à la vie de Nashville et ni à l'autorité de son frère, retourne à Jacksonville pour vivre chez son frère John Cornelius et son épouse Blanche. Mais elle se rend compte qu'elle est un poids pour son frère, il faut qu'elle trouve une issue. En 1915, une occasion se présente, en 1915, une amie lui propose un emploi de femme de chambre pour une chanteuse Miss M. de la troupe théâtrale, la Gilbert and Sullivan Theater Company, rémunéré 10 $[note 4] par semaine. Zora Neale Hurston est acceptée, elle quitte son frère pour suivre la troupe. Elle reste au service de la chanteuse jusqu'en 1916, où celle-ci, quittant la troupe pour se marier, lui recommande de reprendre les études. Pendant son passage dans la troupe, Zora Neale Hurston a pu bénéficier des livres des acteurs, chanteurs, musiciens et elle a également reçu une solide formation musicale et elle a fait l'expérience d'une troupe non ségréguée où des personnes de différentes couleurs se côtoyaient et travaillaient ensemble[31],[32],[11],[33].

    La reprise des études[modifier | modifier le code]

    En 1917, Zora Neale Hurston alors âgée de 26 ans, qui s'est installée à Baltimore, reprend ses études secondaires en suivant des cours du soir tout en ayant un emploi de serveuse de restaurant dans la journée. Comme les cours du soir sont ouverts pour les jeunes de couleurs entre 6 et 20 ans, elle triche sur sa date de naissance en déclarant qu'elle est née en 1901. Son emploi est interrompu par une crise d'appendicite qui nécessite une hospitalisation au Maryland General Hospital (aujourd’hui connu sous le nom du Centre médical de l’Université du Maryland, Campus de Midtown (en)), juste avant son opération, elle déclare Nobody would miss me very much and I had no treasures to behind me (« Je ne manquerais à personne et je ne laisse aucun trésor derrière moi »). Après son opération, elle reprend son emploi de serveuse et le complète en créant, avec une amie Martha Tucker, une entreprise de vente de confiserie, de cigarettes, de boissons rafraîchissantes et d'articles divers pour payer ses cours du soir. Très vite, ses capacités intellectuelles sont remarquées par ses professeurs, notamment Dwight O. W. Holmes (en)[34] qui la recommande pour qu'elle puisse entrer à l'établissement d'enseignement secondaire intégré du Morgan College, devenu l'université d'État Morgan[35]. Son admission à la section préparatoire du Morgan College est prononcée le . Le doyen de l'université, le docteur Baldwin, lui offre le gîte et le couvert, une allocation hebdomadaire de 2 $[note 5] ainsi que l'usage illimité de la bibliothèque en échange d'une assistance pour son épouse en situation de handicap moteur[36],[37],[38].

    L'entrée à l'université Howard (1919-1924)[modifier | modifier le code]

    La préparation[modifier | modifier le code]

    Zora Neale Hurston excelle dans la littérature anglaise et l'histoire, son niveau lui permet de présenter à sa candidature à des universités. En 1918, Elle rencontre Mae Miller la fille du mathématicien et sociologue Kelly Miller (scientifique) (en)[39] qui lui suggère de se présenter à la prestigieuse université Howard[40], qu'elle en a le niveau. Pendant l'été 1918, Zora Neale Hurston se rend à Washington (district de Columbia) pour à la fois trouver un emploi pour financer ses études et proposer sa candidature à l'université Howard. Elle cumule plusieurs emplois manucure, serveuse au très sélect Cosmos Club (en) et comme domestique pour une famille de la bourgeoisie afro-américaine de Washington. Un moment démoralisée, elle est encouragée par son ex-professeur Dwight O. W. Holmes du College Morgan, récemment nommé à l'université Howard, elle s'y présente, elle est admise à la section préparatoire, la Howard Academy, le où elle obtient son diplôme de fin d'études secondaires en diplôme qui lui permet de postuler auprès de l'université Howard, qui l'accepte[41],[42],[43],[44].

    Les premiers pas dans l'écriture[modifier | modifier le code]

    Acceptée en 1919, Zora Neale Hurston suit plus spécialement les cours d'Alan Locke et de Lorenzo Dow Turner (en)[45], qui l'un comme l'autre l’encourage dans la voie de l'écriture. Ainsi, elle participe au groupe Stylus animé par Alan Locke et devient membre du comité de rédaction du magazine de Stylus avec une autre condisciple May Miller. Elle y publie en son premier poème O Night puis sa première nouvelle « John Redding Goes to Sea » . Cette dernière est remarquée par Charles S. Johnson, le fondateur de la revue Opportunity: A Journal of Negro Life de la National Urban League, qui voit en elle un talent prometteur. Comme la plupart des membres du groupe Stylus, elle et May Miller participent aux soirées littéraires animée par la poète afro-américaine Georgia Douglas Johnson (en)[46], elle y rencontre des figures afro-américaines telles que Sterling Brown, Angelina Grimke, Jean Toomer, Richard Bruce Nugent (en)[47],[48], Rudolph Fisher, James Weldon Johnson, W.E.B. Du Bois, Marita Bonner, Waring Cuney (en)[49] et d'autres[9],[41],[50],[51],[52].

    Parallèlement, Zora Neale Hurston fait partie des première étudiantes intégrée à la sororité afro-américaine Zeta Phi Beta (en) fondée le par cinq étudiantes de l’université Howard sur le modèle de la fraternité Phi Beta Sigma[53],[54]. Elle s'inscrit également dans la troupe théâtrale de l'université, les « Howard Players » où elle contribue à la composition de deux pièces satiriques A Chapter from the Book of Life et An Academic Nightmare. Et c'est sur le campus qu'elle fait la connaissance d'Herbert Arnold Sheen son futur époux[55],[56],[8],[57].

    Zora Neale Hurstons est employée comme manucure dans un salon de coiffure réservé à une clientèle blanche proche du National Press Club, du Treasury Building et du Capitol. Ce salon est fréquenté par des journalistes, des banquiers et des législateurs qui livrent à Zora Neale Hurstons des confidences concernant, entre autres, les manœuvres de couloir et les liaisons amoureuse au sein du Congrès. Les clients, du haut de leur importance s'adressent à elle comme à un animal de compagnie, lui livrant leurs rancœurs et ressentiments, grâce à cela, Zora Neale Hurstons apprend la nature du pouvoir et de son exercice ainsi que les fondements de la vie politique[58].

    Les études au Barnard College, les premiers succès littéraires et la Renaissance de Harlem[modifier | modifier le code]

    Premiers succès littéraires et les conséquences[modifier | modifier le code]

    En , Zora Neale Hurston tombe malade, ne pouvant plus travailler, elle ne peut plus payer ses études et est obligée de les arrêter après deux années validées par le diplôme Associate of Arts[59] . Charles S. Johnson et son épouse, apprenant la nouvelle lui proposent de l'héberger à New York, ce qu'elle accepte, en , elle prend le train pour New York . En attendant son arrivée, Charles S. Johnson l'invite à écrire des articles, des nouvelles ou des pièces de théâtre qu'il publiera dans la revue Opportunity, elle y commence par publier une nouvelle Drenched in Light à la fin de l'année 1924. Publication qui la fait connaitre sur le plan national. Opportunity est la revue la plus lue au sein de la communauté de la Renaissance de Harlem, ce qui facilite la présentation de Zora Neale Hurston par Charles S. Johnson. Le , Zora Neale Hurston participe à la cérémonie de remise des prix décernés par la revue Opportunity, elle est lauréate de la deuxième place pour sa nouvelle Spunk et une mention honorable pour une autre de ses nouvelles Black Death[60], dans la catégorie théâtre, elle est lauréate de la deuxième place pour sa pièce Color Struck et obtient une mention honorable pour la pièce Spears, le montant des prix lui permet d'obtenir la somme de 75 $ (soit l'équivalent de la somme 1 200 $ en 2022)[61]. Ses premiers succès littéraires la font remarquer par Annie Nathan Meyer (en)[62] qui fait partie des membres fondateurs du Barnard College[63] et d'autres personnes membres de cette université comme la romancière Fannie Hurst et l'écrivain Carl van Vechten. Pendant que Fannie Hurst embauche Zora Neale Hurston comme secrétaire, Annie Nathan Meyer lui obtient une bourse d'études pour qu'elle puisse terminer ses études universitaires, bourse qui lui permet d'entrer au Barnard College en en littérature anglaise[7],[64],[65],[66].

    L'effervescence de la Renaissance de Harlem et l’anthropologie[modifier | modifier le code]

    Parallèlement à ses études, Zora Neale Hurston s'épanouit au contact des figures de la Renaissance de Harlem où elle noue des amitiés avec Wallace Thurman, Langston Hughes, Dorothy West, Richard Bruce Nugent (en)[67],[68], Countee Cullen, Aaron Douglas, Gwendolyn B. Bennett, Augusta Savage, Ethel Waters et bien d'autres. Elle est appréciée pour sa finesse d'esprit, son humour et surtout par la richesse de sa connaissance des histoires afro-américaines, du folklore afro-américain. Si dans un premier temps, elle a pour projet de devenir professeure de littérature anglaise et écrivaine, sa passion du folklore et des traditions rurales afro-américaine l'amènent à découvrir l'anthropologie. C'est par un article remis à sa professeure Gladys Reichard (en)[69] qu'elle attire l'attention de l'anthropologue Franz Boas qui reconnait immédiatement son génie. C'est ainsi que Zora Neale Hurston va mener des recherches anthropologiques sous la supervision d'un élève de Franz Boas, Melville Herskovits[70],[71],[9].

    L'adhésion à la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP)[modifier | modifier le code]

    C'est durant l'année 1926, que Zora Neale Hurston est admise à la NAACP, sur les recommandations de James H. Hubert (en) et d'Eugene Kinckle Jones (en)[72], tous les deux membres influents de la National Urban League. Au sein de la NAACP, elle rencontre des écrivains tels que Eric D. Walrond (en)[73], Walter White, Jessie Redmon Fauset, Arna Bontemps en plus de ceux qu'elle connaissait au sein de la Renaissance de Harlem[74].

    La participation à la revue Fire !![modifier | modifier le code]

    Les artistes de la Renaissance de Harlem sont divisés sur la place de l'art, sa signification, d'un côté il y a la position de W.E.B. Du Bois, pour qui les œuvres du mouvement doivent servir d'apologie, de propagande de la culture afro-américaine et la position de d'Alan Locke pour qui les œuvres du mouvement sont des œuvres d'art au même titre que n'importe quelles œuvres. Les partisans d'Alan Locke dont fait partie Zora Neale Hurston, pour éviter toute récupération idéologique, décident qu'il est nécessaire de rédiger un manifeste de leur esthétique, manifeste prônant la libre expression des artistes, expression libre vis à vis des canons de l’esthétique bourgeoise quitte à « épater le bourgeois (en français dans le texte) » et s'appuyant sur les traditions afro-américaines. Plusieurs artistes se joignent à l'opération sous la houlette de Wallace Thurman : Zora Neale Hurston, Aaron Douglas, Richard Bruce Nugent, Gwendolyn Bennett, Countee Cullen, Langston Hughes et John P. Davis (en)[75]. L'entreprise aboutit au lancement de la revue Fire !![76] en , qui se définit comme un trimestriel dédié aux arts. La contribution de Zora Neale Hurston est sa pièce de théâtre Color Struck, précédemment publiée par la revue Opportunity en 1925 et d'une nouvelle Sweat. La réédition de Color Struck est la marque de son souci de créer un théâtre afro-américain, qui l'a conduite à travailler avec W.E.B. Du Bois avec en tête le projet de la création du « Little Negro Theater »[77],[9],[5],[78].

    La reconnaissance de la chercheuse[modifier | modifier le code]

    En 1926, Zora Neale Hurston obtient son Bachelor of Arts (licence) décerné par le Barnard College faisant d'elle la première Afro-Américaine à décrocher ce diplôme de cet établissement universitaire. Elle continue son travail de chercheuse sous la direction de Franz Boas, ses travaux publiés la font admettre au sein de sociétés académiques telles que l'American Folklore Society (en)[79], l'American Ethnological Society (en)[80] et l'American Anthropological Association. Franz Boas l'encourage à poursuivre des études en cycle de recherche, et pour mener à bien ces travaux, il lui obtient une bourse d'un montant de 1 400 $[note 6] et de son côté Carter G. Woodson le fondateur et président de l'Association for the Study of African American Life and History lui débloque une somme de 700 $[note 7] également pour réaliser des travaux de recherche sur le terrain pour une durée de six mois[81].

    D'autre part, Langston Hughes sachant les difficultés financières de Zora Neale Hurston en parle à la mécène Charlotte Osgood Mason (en)[82] , qui patronne les initiatives valorisant la culture afro-américaine et les artistes afro-américains, elle est la mécène, entre autres, des peintres Miguel Covarrubias et Aaron Douglas, du sculpteur Richmond Barthé. Charlotte Mason rencontre Franz Boas pour savoir ce qu'il pense de Zora Neale Hurston, convaincue, elle l'invite à passer dans son appartement de Park Avenue. Zora Neale Hurston accepte l'invitation et se rend chez Charlotte Mason à la mi-septembre 1927. La rencontre conduit Charlotte Mason à signer en un contrat avec Zora Neale Hurston lui allouant une rente mensuelle de 200 $[note 8] sur une année, et les fonds nécessaires pour acheter une caméra et une automobile sous condition de faire des recherches sur le terrain et de publier ses études ; au total, Charlotte Mason aura versé la somme de 15 000 $[note 9] à Zora Neale Hurston sur une durée de cinq ans[83],[84],[85].

    Les études à l'université Columbia (1926-1928)[modifier | modifier le code]

    Après son Bachelor of Arts, Zora Neale Hurston prolonge ses études supérieures à l'université Columbia où elle peut suivre directement l'enseignement de Franz Boas[1],[8],[11],[12].

    Les recherches sur le terrain et les obstacles de la ségrégation[modifier | modifier le code]

    En 1927, Franz Boas demande à Zora Neale Hurston où souhaiterait-elle mener des enquêtes ? Elle lui répond en Floride ! Franz Boas répond favorablement ce sera l'occasion d'enquêter sur elle-même, l'environnement d'Eatonville pour collecter des éléments nécessaires à une première étude du folklore afro-américain. Elle se rend à Jacksonville pour faire une halte chez son frère John Cornelius qui le l'accompagne pour faire l'acquisition d'une automobile qu'elle nomme « Sassie Suzie ». Lors de sa visite, elle devise avec son frère John Cornelius sur les possibilités de réalisation de son projet dans un État ségrégué tel que la Floride, où sévissent les lois Jim Crow , le Ku Klux Klan et les menaces concernant toute jeune femme de couleur circulant seule sur les routes de la Floride. Pour surmonter ses peurs, elle achète un pistolet pour se rassurer et continuer et surtout elle est motivée par la fierté de la confiance que lui accorde Franz Boas[86],[87].

    Lynchage de George Meadows à Pratt Mines (dans le comté de Jefferson) Alabama le 15 janvier 1889

    Son premier voyage avec « Sassie Suzie » est pour se rendre à Eatonville afin de comprendre comment une culture afro-américaine y a pu s'y développer. Zora Neale Hurston loge chez une amie d'enfance, Armetta Jones. Puis elle invite la population d'Eatonville à se rassembler autour d'un buffet. Le résultat, d'un point de vue anthropologique, est assez décevant, elle n'y récolte rien de plus que ce qu'elle savait déjà. Au bout de dix jours, elle quitte Eatonville pour se rendre dans les villes et États environnants, avec la crainte d'être victime d'un viol ou de maltraitances diverses, voire d'un lynchage de la part de Blancs, aussi se montre-t-elle prudente, elle doit se renseigner sur les villes qui pratiquent le sundown town[88],[89] et repérer les endroits où elle peut loger et se restaurer dans des régions où la plupart des motels et restaurants portent à leur entrée l'affiche Whites Only (« Réservé aux Blancs »). Elle se résigne à cet état de fait, car elle n'a pas de choix si elle veut mener à bien ses recherches anthropologiques[90].

    Une parenthèse, un mariage incertain[modifier | modifier le code]

    Avant de rouler vers la Floride, Zora Neale Hurston tient à épouser un ami de longue date, qu’elle connait depuis ses études à l'université Howard, le docteur Herbert Arnold Sheen. Si elle a attendu six ans avant de se marier, c'est selon ses mémoires, les doutes à mener des carrières différentes, celle de médecin pour son fiancé et celle d'anthropologue appelée à sillonner les États-Unis. La cérémonie du mariage a lieu le à Saint Augustine dans l'État de la Floride . Très rapidement Herbert Sheen réalise que Zora Neale Hurston ne sacrifiera jamais sa carrière. De fait trois après leur union, Zora Neale Hurston reprend ses périples tandis que Herbert Sheen se rend à Chicago, et à partir de , les relations du couple se dégradent et conduit à un divorce qui sera prononcé le [91],[92],[8],[93].

    Un exemple des obstacles de la ségrégation, l'enquête sur Kossola Cudjo Lewis[modifier | modifier le code]

    En 1928, après son travail en Floride, et son mariage avec Herbert Arnold Sheen, Zora Neale Hurston reprend un projet qu'elle avait en tête, à savoir interviewer Cudjo Lewis (en)[94], le dernier survivant des 116 esclaves livrés aux États-Unis par le Clotilda, supposé être le dernier navire négrier pratiquant la traite transatlantique clandestine[note 10] encore en activité au milieu du XIXe siècle[95]. Pour cela, il faut qu'elle se rende au lieu de résidence de Kossola Cudjo Lewis à Mobile, en Alabama. En roulant vers le sud, elle fait une halte à Memphis dans l'État du Tennessee pour rendre une visite à son frère médecin Robert (Bob) Hurston qui est un moment d'échanges sur leurs parents et notamment de leur père décédé des suites d'un accident automobile en 1917. Puis elle reprend la route vers Mobile. Arrivée sur place elle rédige les fruits de ses entretiens avec Kossola Cudjo Lewis. Son travail est publié sous le titre de Cudjo's Own Story of the Last African Slaver (« La propre histoire de Cudjo, le dernier esclave africain »). En regard de la quasi impossibilité de se déplacer seule pour une jeune femme afro-américaine dans un État ségrégationniste comme l'Alabama, il est très difficile de savoir ce qui relève du travail propre de Zora Neale Hurston et d'emprunts de données rédigées par Emma Langdon Roche (en) et publié en 1914 dans son livre Historic Sketches of The South[96], qui consacre de nombreux chapitres sur le Clotilda et sur Kossola Cudjo Lewis. Ce premier article est suspecté de plagiat. Selon le biographe Robert Hemenway (en), seul le quart de l'article serait propre à Zora Neale Hurston, soupçon reconnu par l'intéressée elle-même. Malgré cela, Franz Boas comprend la situation, d'autant que Zora Neale Hurston exprime sincèrement ses regrets, aussi lui donne-t-il une seconde chance. Elle repart pour trois mois pour interviewer Kossola Cudjo Lewis et confronter son récit avec les éléments de son premier article et le réviser point par point au cours de repas pris en commun. En 1931 elle rédige un manuscrit qu'elle présente à son éditeur qui lui répond qu'il n'est pas publiable en l'état. Le manuscrit ne sera édité que de façon posthume sous le titre de « Barracoon, the Story of the Last "Black Cargo" », édition tardive probablement lié au discrédit jeté sur son premier article. Cela dit, comme le rappelle Robert E. Hemenway, cet épisode malheureux, unique dans la carrière de Zora Neale Hurston, ne doit nullement entacher son œuvre et sa réputation d'anthropologue, d'après lui et Genevieve Sexton ce serait avant tout le signe des difficultés d'une jeune femme noire à mener des enquêtes dans un État ségrégationniste où le Ku Klux Klan sème la terreur auprès des Afro-Américains[97],[98],[99],[100].

    Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

    En 1928, Zora Neale Hurston ayant achevé ses études universitaires, elle se consacre à la seule écriture d'articles et d'essais anthropologiques et ethnographiques, de romans, de nouvelles et de pièces de théâtre[9],[11]

    La culture du Hoodoo[modifier | modifier le code]

    Après la publication de son essai How It Feels to Be Colored Me en , Zora Neale Hurston, désireuse de découvrir les mystères du Hoodoo qui est une variation du culte vaudou, se rend en à Algiers (quartier de la Nouvelle Orléans) (en), sur la rive du Mississippi où elle loue un appartement de trois pièces. Grâce au ferry, elle peut joindre rapidement le Vieux carré français de La Nouvelle Orléans où habitait la légendaire Marie Laveau[101] surnommée « la reine de l'invocation des esprits », « la papesse du vaudou » ; une de ses filles qui porte le même nom a repris le flambeau. Le , Zora Neale Hurston écrit à Langston Hugues où elle lui fait savoir qu'elle espère pouvoir découvrir le royaume de Marie Leveau[102].

    Le Vaudou comme son dérivé le Hoodoo désignent des ensembles de croyances par lesquelles les humains peuvent entrer en contact avec les forces spirituelles par la pratique et l’observance de certains rites. L'un comme l'autre font partie des religions syncrétiques avec le candomblé ou la Santeria, religions aux racines multiples africaines, caribéennes, sud-américaines, avec des éléments de la religion catholique. Le mot de Vaudou serait un mot issu de la langue des Fon du royaume du Dahomey signifiant « déité », « divinité », « esprit ». Le Vaudou a aussi pour origines les Yoruba et autres populations africaines vendues comme esclaves sur le sol des Amériques : États-Unis, Haïti, Antilles, Brésil. Le Hoodoo s'est enraciné à La Nouvelle Orléans, car du temps la Louisiane française, les esclaves étaient importés des îles caribéennes françaises où ils avaient mélangé leurs traditions à la religion catholique[103],[104].

    Le Hoodoo est pratiqué par des personnes qui se font appeler médecins hoodoo ou prêtres hoodoo qui invoquent les forces magiques, spirituelles pour aussi bien guérir des maladies que pour jeter des sorts maléfiques ou bénéfiques. Ceux qui consultent les médecins hoodoo le font quand la médecine scientifique est impuissante à soigner une maladie ou quand ils sont persuadés qu'ils sont victimes d'un sort. Les médecins hoodoo sont consultés pour résoudre des problèmes d'amour, influencer des décisions de justice, voire provoquer la mort d'un ennemi. Cela dit la majorité des personnes pratiquant le Hoodoo sont des guérisseurs qui ont hérité des traditions populaires afro-américaines. Tradition médicale qui se veut intervenir à la fois sur le corps et l'esprit. Zora Neale Hurston s'implique corps et âme dans son enquête, interviewant plusieurs médecins pratiquant le Hoodoo et en participant à des cérémonies hoodoo comme le Black cat bone (rite hoodoo) (en), des bains rituels, le rite dit du Boss of Candles (« Maître des chandelles ») auquel elle initiée par un prêtre hoodoo réputé Father Watson. Elle apprend comment faire des potions thérapeutiques, comment jeter des sorts. Elle apprend également des danses sacrée comme la danse de la mort auprès de Kitty Brown (en). Elle consulte également un médecin hoodoo réputé, Luke Turner, qui se dit être le neveu de Marie Laveau et être en possession de la peau de crotale qui parait l'autel de sa tante ; lors de leurs échanges elle lui demande s'il pouvait l'initier une de ses cérémonies. Luke Turner refuse dans un premier temps car il doute de la sincérité de Zora Neale Hurston, mais devant son instance répétée, il lui fait faire un test en la faisant asseoir face à son autel durant une heure, l'épreuve étant satisfaisante il accepte de la prendre comme apprentie et de l'initier. Pour cela, elle suit un jeûne préparatoire de neuf jours, puis bénéficie de la cérémonie initiatique qui dure trois jours, Zora Neale Hurston demeure nue sur une couche couverte de la peau de crotale héritée de Marie Laveau, sans boire ni manger afin que son âme soit acceptée par l'esprit de l'autel. À la fin de la cérémonie, elle reçoit un nom d'initiée Rainbringer (« La porteuse de pluie »), nom supposé la faire communiquer avec les esprits malgré les tourmentes. Zora Neale Hurston rend compte de son expérience du Hoodoo dans un article paru en 1931 au sein de la revue Journal of American Folklore (en) sous le titre de Hoodoo in America[105]. Elle reste pendant cinq mois auprès de Luke Turner pour parfaire sa connaissance du Hoodoo jusqu'au printemps 1929. Selon ses mémoires, elle dit que cette expérience a eu une grande influence sur elle, sans toutefois dévoiler les secrets reçus lors de son initiation. Son intérêt tant pour la culture Hoodoo que Vaudou durera toute sa vie, ainsi elle écrira une chronique au sein du Fort Pierce Chronicle intitulée « Hoodoo and Black Magic » de 1957 à 1959[106],[107],[108],[109],[110].

    La musique des Bahamas[modifier | modifier le code]

    Zora Neale Hurston quitte La Nouvelle Orléans pour rejoindre la Floride. Après une halte chez son frère John, elle loue une maisonnette à Eau Gallie (Floride) (en) à proximité de Saint Augustine. Elle analyse et classe toutes ses notes et ses photographies sur le Hoodoo pour les présenter à Franz Boas avant la rédaction de son étude, ce dernier lui pose des questions qui élargissent son travail innovant sur la culture des Afro-Américains, ses racines africaines et pour l'aider, il demande à Otto Klineberg qui s'est spécialisé sur les caractéristiques des mentalités. Otto Klineberg et Zora Neale Hurston se rencontrent et partage avec elle l'intérêt à définir les capacités et spécificités de la musique noire et il lui propose une bourse de 150 $[note 11] mensuel. Pour cela, il faut mener des études comparatives notamment en enquêtant sur la culture afro-caribéenne. Après une hospitalisation consécutive liée à une indigestion au Flagler Hospital (en) de Saint Augustine pour y subir une opération chirurgicale de l'estomac, elle quitte la Floride le pour s'embarquer vers l'île de Nassau faisant partie de l'archipel des Bahamas. Sur place, elle enquête sur la musique du pays qu’elle avait entendue auparavant sur le continent. Elle y recueille plus d'une centaine de partitions de chansons et de danses, plusieurs artefacts d'origine africaine comme un tambour de type congolais. Malgré un violent cyclone qui dévaste Nassau le pendant lequel elle a failli perdre la vie, elle continue son enquête tout en participant à la reconstruction de l'île. Elle recueille des informations partielles concernant les pratiques du Hoodoo et de Obeah aux Bahamas. Elle publie les résultats de son étude au sein de la revue Journal of American Folklore (en) dans son numéro de Juillet- Septembre 1930 sous le titre de « Dance Songs and Tales from the Bahamas ». Article qui suscite l'admiration de Franz Boas qui va alors chercher des fonds pour que Zora Neale Hurston puisse suivre des études doctorales. Plus tard, Zora Neale Hurston organisera plusieurs festivals et concerts pour faire connaître la musique des Bahamas[111],[112],[113],[114].

    Mule Bone et la brouille entre Zora Neale Hurston et Langston Hughes[modifier | modifier le code]

    De retour des Bahamas, Zora Neale Hurston rejoint une pension de famille située dans le village de Westfield dans l'État du New Jersey, avec pour voisin Langston Hughes. Cette location est financée par Charlotte Mason, qui tient à ce que ses « protégés » puissent écrire dans des conditions paisibles. Zora Neale Hurston, travaille de son côté sur les matériaux recueillis à Nassau pendant que de son côté, Langston Hughes rédige son premier roman Not Without Laughter (roman) (en) qui sera récompensé par la médaille d'or décernée par la William E. Harmon Foundation (en) [115].

    Pendant que Zora Neale Hurston consigne son travail par la rédaction d'une nouvelle The Bone of Contention qu'elle reprend par l'écriture d'un essai sur différents récits sous le titre de Mules and Men, de son côté Langston Hughes contacte Theresa Helburn (en)[116], dramaturge, productrice et surtout cofondatrice de la Theatre Guild (en) pour savoir comment serait accueillie la notion d'un théâtre spécifiquement noir dans le milieu des producteurs de théâtre. Theresa Hellburn déplore que la plupart des pièces afro-américaines soumises à la Theatre Guild ne sont que des drames, et qu'il serait bon d'écrire une comédie. Langston Hughes transmet l'avis de Theresa Hellburn à Zora Neale Hurston, c'est ainsi que tous les deux se lancent dans la composition d'une pièce de théâtre, Mule Bone, qui sera une comédie folklorique montrant la capacité de résilience des Afro-Américains à supporter leurs conditions de vie par l'humour[117],[118].

    Pour faciliter le travail d'écriture de Langston Hughes et de Zora Neale Hurston, Charlotte Mason engage une secrétaire-dactylographe, Louise Thompson. Si la collaboration commence bien, l'atmosphère se dégrade notamment quant au rôle de Louise Thompson, au point que Zora Neale Hurston quitte Westfield pour rédiger la partie de Mule Bone qui lui revient ; elle prend ses distances vis-à-vis de Langston Hughes qui considère Louise Thompson comme une partenaire à part égale, ce qui irrite Zora Neale Hurston qui veut que Louise Thompson se cantonne dans son strict rôle de dactylographe. Mais cette dernière a le soutien de Charlotte Mason qui l'a engagée pour son expérience de productrice de pièces pour les théâtres de Broadway. Les relations s'enveniment notamment quand la pièce est prête à être montée. La Theatre Guid reconnait uniquement Zora Neale Hurston comme auteure de la pièce. Quand Zora Neale Hurston dépose ses droits de copyright, des disputes éclatent au sujet des droits d'auteurs et de la place de productrice de Louise Thompson que lui a donné Langston Hughes. Des échanges de courriers et de télégrammes entre les avocats de Langston Hughes et de Zora Neale Hurston pour trouver une issue à ce conflit. Langston Hughes fait appel à Arthur Spingarn (en)[119], l'un fondateurs de la National Association for the Advancement of Colored People, pour défendre ses intérêts, en vain. Malgré tout, après un arrangement, la pièce est montée à Cleveland en 1931. Mais des rencontres entre Langston Hughes et Louise Thompson sont soupçonnées d'être des manigances contre Zora Neale Hurston, le conflit est relancé malgré les tentatives d’arbitrage menées conjointement par Carl Von Vechten et Arthur Spingarn. Cette controverse signe la fin de l'amitié entre Langston Hughes et Zora Neale Hurston. À cause des problèmes de droits d'auteurs, Mule Bone ne sera plus représentée pendant 60 années, où en la pièce est montée à New York successivement au Lincoln Center et au Théâtre Ethel Barrymore sur Broadway[120],[121],[122].

    La grande dépression de 1929 et The Great Day[modifier | modifier le code]

    Le mouvement de la Renaissance de Harlem décapité[modifier | modifier le code]

    La dépression de 1929 frappe de plein fouet le coeur de la Renaissance de Harlem, Harlem, devient un ensemble de taudis. Même si le quartier continue à être attractif, le chômage et la hausse des loyers limitent l'installation de nouveaux venus. Les figures de la Renaissance de Harlem doivent se reconvertir pour survivre. Charles S. Johnson abandonne la direction de la revue Opportunity pour devenir professeur à l'université Fisk de Nashville, il est rejoint par James Weldon Johnson en 1931. Jessie Fauset a quitté la rédaction de Crisis pour se consacrer à sa vie de famille tout en occupant un emploi d’enseignante dans un établissement secondaire et Alan Locke s'investit dans son travail à l'université Howard. Langston Hugues profite de son prix qui a couronné son premier roman pour chercher le soleil à La Havane. Wallace Thurman annonce le décès de la Renaissance de Harlem dans son roman The Blacker the Berry. Décès également symbolisé par la mort d'A'Lelia Walker la mécène et animatrice du mouvement qui a lieu le , dont les funérailles ont été suivies par une foule de 11 000 personnes[123].

    La survie du mouvement[modifier | modifier le code]

    Malgré tout Harlem reste un foyer de boites de nuit de speakeasies, de salles de danse où les gens s'empressent de venir pour danser. La scène de Broadway attire les spectateurs pour des pièces ayant pour thème des sujets afro-américains comme l'atteste le succès de The Green Pastures (en), une pièce de théâtre écrite en 1930 par Marc Connelly, une adaptation d'une nouvelle de Roark Bradford (en) qui connait 557 représentations au Mansfield Theatre, aujourd’hui connu sous le nom du Lena Horne Theatre[124]. Mais si Zora Neale Hurston reconnait que ce spectacle est « formidable », en revanche elle déplore qu'il s'agit d'une vision qui n'a rien à voir avec la réalité des plantations et a peu à voir avec le folklore des Afro-Américains. Cela la conforte dans son désir d'établir un théâtre afro-américain[125].

    The Great Day[modifier | modifier le code]

    Bien que les querelles autour de Mule Bone soient une déception, Zora Neale Hurston n'abandonne pas son projet à contribuer à la création d'un théâtre à l'esthétique afro-américaine, elle contacte diverses personnes pour relancer son projet. Dans un premier temps, elle rédige trois courtes pièces de théâtre où elle intègre des chants et des danses. La trilogie porte le titre de Fast and Furious, la revue est montée au New Yorker Theatre, le . La réception par la critique est mauvaise, les représentations s'arrêtent au bout d'une semaine le . Elle reprend son projet, et ne voulant plus connaitre les déboires de Mule Bone, Zora Neale Hurston assure la rédaction, la mise en scène et la production de ses prochaines revues[126],[127].

    Zora Neale Hurston boucle sa nouvelle revue qu'elle nomme The Great Day, elle est montée le au Théâtre John Golden (en) de New York. Si The Great Day ne fait guère de bénéfices, en revanche, les critiques sont bonnes. Malgré l'arrêt du soutien financier de Charlotte Mason lié aux conséquences de la Grande Dépression de 1929, Zora Neale Hurston arrivera à produire des représentations de The Great Day pendant trois années. Dans la foulée, elle parvient à persuader Robert Wunsch, le directeur du département de littérature anglaise, du Rollins College (en) à accepter une représentation de la pièce au Winter Park sous le titre de From Sun to Sun, c'est un succès tel qu'une seconde représentation est organisée. Si Zora Neale Hurston continue d'écrire et de monter des pièces de théâtre, force est de constater que financièrement, elle n'y trouve pas son compte et décide de concentrer ses efforts sur la littérature et plus particulièrement des recueils de nouvelles[128],[129].

    L'amitié entre Fannie Hurst et le racisme[modifier | modifier le code]

    Les méfiances de Zora Neale Hurston envers les stéréotypes racistes sont renforcées lorsqu'en , elle fait un voyage avec la romancière, nouvelliste et dramaturge de confession juive Fannie Hurst[130], Cette dernière lui a été recommandée par Ruth Benedict. Il s'avère que Fannie Hurst et Zora Neale Hurston le même agent littéraire Elisabeth Marbury (en) et décide de faire un voyage commun pour se rendre à la résidence d'été de leur agent littéraire situé dans l'État du Maine. Lorsqu'elles font étape à un hôtel dans le comté de Westchester et prennent place dans la salle de restaurant, le chef de salle leur répond que toutes les tables vides sont déjà réservées, visiblement pour des raisons de son hostilité envers un duo interracial, Fanny Hurst lui répond alors « La princesse Zora et moi même aimerions avoir une table », aussitôt ce dernier, confus par le titre princier, les attable à la meilleure table. Tout au long de leur voyage, elles doivent subir de multiples attitudes et comportements discriminatoires de la part du personnel des restaurants et des hôtels, parfois elles doivent même loger dans des hôtels différents. Fannie Hurst est surprise par le manque de réaction Zora Neale Hurston envers ces attitudes, elle lui répond « C'est comme ça et je dois me protéger comme je l'ai fait tout au long de ma vie ! » [131],[132].

    Vers le premier roman Jonah's Gourd Vine[modifier | modifier le code]

    Au début de l'année 1933, Zora Neale Hurston soumet une nouvelle The Gilded Six-Bits à Robert Wunsch, l'ayant appréciée il l'envoie à la rédaction de Story (magazine) (en) qui la publie dans son numéro d'. Parmi les lecteurs, il y a Bertram Lippincott de la maison d'édition J. B. Lippincott & Co. (en) qui écrit une lettre à Zora Neale Hurston pour lui demander si elle a d'autres manuscrits en cours, elle lui répond qu'elle travaille sur un roman au titre de Jonah's Gourd Vine. Elle finalise son manuscrit qu'elle envoie à Bertram Lippincott au début du mois d', elle reçoit l'accord le avec une avance de 200 $[note 12]. Le roman est publié en [133],[134].

    Les critiques de Jonah's Gourd Vine sont positives comme celles de Crisis, Opportunity mais aussi du New York Times Book Review où la critique Margaret Wallace écrit au sujet de ce roman « C'est le roman le plus original et plus captivant qui a été écrit au sujet des Afro-Américains par un membre de la race noire ]...[ il s'en dégage une authentique saveur ]...[ et une excellente restitution du dialecte des Noirs ». La critique Martha Gruenig du magazine New Republic écrit au sujet de Zora Neale Hurston « Elle a le regard d'une personne de l’intérieur sans les biais d'une personne de l'intérieur ». L’ensemble de ces critiques montre l'intérêt national suscité par ce premier roman[135],[136].

    La rencontre conflictuelle avec Mary McLeod Bethune[modifier | modifier le code]

    Les succès de From Sun to Sun et de Jonah's Gourd Vine attirent l'attention de Mary McLeod Bethune, la présidente du collège universitaire Bethune-Cookman de Daytona Beach aujourd’hui connu sous le nom de l'université Bethune-Cookman. Dès le mois de , Zora Neale Hurston est invitée par Mary McLeod Bethune pour qu'elle crée une école d'art dramatique au collège Bethune-Cookman, école qui serait fondé sur une expression purement afro-américaine. Zora Neale Hurston arrive, pleine d'espoir, au collège Bethune-Cookman à la mi . la rencontre vire au fiasco, notamment par la confrontation entre les deux personnalités. Mary McLeod Bethune comme Zora Neale Hurston sont des personnalités fortes, aux idées bien arrêtées. L'autorité de Mary McLeod Bethune fait d'elle la femme afro-américaine la plus connue et la plus puissante des États-Unis. Les querelles s'enveniment, l'école d'art dramatique ne verra jamais le jour malgré les quelques représentations organisées par Zora Neale Hurston. La brouille est consommée à la fin de l'année 1934[137],[138],[139].

    La fin[modifier | modifier le code]

    Zora Neale Hurston passe les dix dernières années de sa vie à faire de la pige pour différents journaux et magazines. Elle travaille dans une bibliothèque à Cape Canaveral en Floride, puis est professeur remplaçante à Fort Pierce

    Vie privée[modifier | modifier le code]

    Mariages[modifier | modifier le code]

    Le , Zora Neale Hurston épouse le médecin Herbert Arnold Sheen, le couple divorce en 1931. Le , elle épouse Albert Price III, le couple divorce en 1943[8].

    Une fin de vie dans la solitude et le dénuement[modifier | modifier le code]

    À partir de 1956, la santé de Zora Neale Hurston se dégrade au point qu'elle n'est plus capable d'assurer son autonomie, face à cette situation, le , son médecin traitant l'hospitalise dans une maison de retraite médicalisée la St. Lucie County Welfare Home de Fort Pierce où elle pourra bénéficier de soins adaptés et financés par des fonds publics, elle y décède le des suites d'une crise cardiaque consécutive à une forte hypertension artérielle. Ayant sombré dans la pauvreté, elle a honte et ne prévient nulle personne de son état de santé et meurt seule. Le certificat de décès confirme bien que personne n'a été averti. Ses frais d'inhumation sont pris en charge par la commune, elle enterrée dans une tombe anonyme au cimetière ségrégué le Garden of Heavenly Rest de Fort Pierce. Une semaine après la nouvelle de sa mort un service funèbre est célébré dans la chapelle du St. Lucie County Welfare Home en présence d'une centaine de personnes dont seize blancs[140],[11],[141].

    La sortie de l'oubli[modifier | modifier le code]

    En 1973, la romancière afro-américaine Alice Walker et la chercheuse en littérature Charlotte Hunt explorent le Garden of Heavenly Rest pour trouver l'emplacement de la tombe de Zora Neale Hurston, après des recherches elles s'arrêtent sur le choix d'une tombe et d'y graver son nom et une épitaphe[11].

    La parution de l'article d'Alice Walker In Search of Zora Neale Hurston (« À la recherche de Zora Neale Hurston »)[142] dans le numéro de du magazine Ms. Magazine est à l'origine d'un regain d'intérêt pour son œuvre[143],[144].

    Œuvres[modifier | modifier le code]

    une femme noire américaine en robe sombre, collier, un chapeau de biais.
    Zora Neale Hurston en 1938.

    Essais et récits anthropologiques et ethnographiques[modifier | modifier le code]

    • How It Feels to Be Colored Me, American Roots (réimpr. 2015) (1re éd. 1928), 32 p. (ISBN 9781429096171),
    • Mules and Men, New York, Amistad (réimpr. 1990, 1998, 2008) (1re éd. 1935), 368 p. (ISBN 9780061350177, lire en ligne),
    • Tell My Horse : Voodoo and Life in Haiti and Jamaica, New York, HarperCollins, 1938, rééd. 1990, 311 p. (ISBN 9780060916497, lire en ligne),
    • The Sanctified Church, Berkeley, Californie, Turtle Island, , 114 p. (ISBN 9780913666449, lire en ligne),
    • Cheryl A. Wall (dir.), Folklore, Memoirs, and Other Writings, New York, Library of America, , 1032 p. (ISBN 9780940450844, lire en ligne),
    • Pamela Bordelon (dir.), Go Gator and Muddy the Water, New York, W. W. Norton & Company, , 228 p. (ISBN 9780393046953, lire en ligne)
    • Carla Kaplan (dir.) (préf. John Edgar Wideman), Every Tongue Got to Confess : Negro Folk-tales from the Gulf States, New York, HarperCollins, , 328 p. (ISBN 9780060188931, lire en ligne),
    • Henry Louis Gates Jr. & M. Genevieve West (dir.) (préf. Henry Louis Gates Jr. & M. Genevieve West), You Don't Know Us Negroes and Other Essays, Amistad Press, , 465 p. (ISBN 9780063043855),

    Romans et recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

    Éditions originales[modifier | modifier le code]

    • Jonah's Gourd Vine (préf. Rita Dove, postface Henry Louis Gates. Jr), New York, Amistad (1re éd. 1934, 1990, 2008, 2009, 2014, 2020), 229 p. (ISBN 9780061350191, lire en ligne),
    • Their Eyes Were Watching God, Amistad, 1937, rééd. 2006, 219 p. (ISBN 9780061120060),
    • Moses, Man of the Mountain (préf. Blyden Jackson) (réimpr. 1975, 1984, 1991, 2008, 2010) (1re éd. 1939), 336 p. (lire en ligne),
    • Dust Tracks on a Road : An Autobiography, Amistad, (réimpr. 1969, 1996, 2006, 2017, 2022), 324 p. (ISBN 9780060854089, lire en ligne),
    • Seraph on the Suwanee, New York, Charles Scribner's Sons (réimpr. 1974, 1991, 1998, 2008) (1re éd. 1948), 400 p. (ISBN 9780404113919, lire en ligne),
    • Alice Walker (dir.) (préf. Mary Helen Washington), I Love Myself When I Am Laughing... And Then Again : A Zora Neale Hurston Reader, New York, The Feminist Press at CUNY, 1979, rééd. 1993, 332 p. (ISBN 9780912670669, lire en ligne),
    • Spunk : Selected Short Stories, Berkeley, Californie, Turtle Island Foundation (réimpr. 1997, 1998) (1re éd. 1985), 132 p. (ISBN 9780913666791, lire en ligne),
    • The Gilded Six-Bits, Redpath Press, , 40 p. (ISBN 9781556280061),
    • The Complete Stories (préf. Henry Louis Gate, Jr & Siegliende Lemke), New York, Harper Perennial, (réimpr. 1996, 1999, 2008), 372 p. (ISBN 9780061350184, lire en ligne),
    • Cheryl A. Wall (dir.) (préf. Cheryl A. Wall), "Sweat", New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press, , 256 p. (ISBN 9780813523156, lire en ligne),
    • Barracoon : The Story of the Last "Black Cargo", HarperCollins Publishers, , 193 p. (ISBN 9780060921705, lire en ligne)

    Éditions francophones[modifier | modifier le code]

    • Spunk [« Spunk: Selected Short Stories »] (trad. Françoise Brodsky), Cadeilhan, Gers, Zulma (réimpr. 2002, 2004) (1re éd. 1993), 137 p. (ISBN 9782909031255)
    • Des pas dans la poussière [« Dust Tracks on a Road : An Autobiography »] (trad. Françoise Brodsky), La Tour-d'Aigue, Vaucluse, Editions de l'Aube, (réimpr. 2006), 200 p. (ISBN 9782752602589),
    • Mais leurs yeux dardaient sur Dieu [« Their Eyes Were Watching God »], Honfleur, Calvados, Zulma, , 320 p. (ISBN 9782843048326),
    • Barracoon : l'histoire de la dernière "cargaison noire" [« Barracoon : The Story of the Last "Black Cargo" »], Paris, L.G.F - Le livre de poche (réimpr. 2021) (1re éd. 2019), 237 p. (ISBN 9782253101277),

    Livres pour enfants[modifier | modifier le code]

    • Joyce Carol Thomas (adaptation) (ill. Leonard Jenkins), The Skull Talks Back : And Other Haunting Tales, HarperCollins, , 56 p. (ISBN 9780060006310)
    • Joyce Carol Thomas (adaptation) (ill. Christopher Myers), Lies and Other Tall Tales, HarperCollins, , 40 p. (ISBN 9780060006556),

    Correspondance[modifier | modifier le code]

    Théâtre[modifier | modifier le code]

    • Mule Bone, co-écrit avec Langston Hughes, en 1931, la première est montée à Cleveland et sera montée à Broadway au théâtre Ethel Barrymore en 1991[121],[145],[146],[147],
    • Color Struck, éditée en 1925 au sein de la revue Opportunity et reprise au sein du magazine Fire !! [145],[148],
    • The First One, éditée en 1926 au sein de la revue Opportunity[145],[148],
    • The Court Room, éditée en 1931[145],
    • The Great Day, revue musicale écrite en 1931 et montée en 1932, puis renommée From Sun to Sun pour ses représentations en Floride et à nouveau renommée Singing Steel lors de ses représentations à Chicago[145],[148],
    • Poker!, Kindle Edition (réimpr. 2010, 2021) (1re éd. 1931),
    • Jean Lee Cole & Charles Mitchell (dir.), Zora Neale Hurston: Collected Plays, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press, , 424 p. (ISBN 9780813542911),

    Spectacles sur Broadway[modifier | modifier le code]

    Articles (sélection)[modifier | modifier le code]

    • « Communications », The Journal of Negro History, Vol. 12, No. 4,‎ , p. 664-669 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « Cudjo's Own Story of the Last African Slaver », The Journal of Negro History, Vol. 12, No. 4,‎ , p. 648-663 (16 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « Dance Songs and Tales from the Bahamas », The Journal of American Folklore, Vol. 43, No. 169,‎ , p. 294-312 (19 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « Hoodoo in America », The Journal of American Folklore, Vol. 44, No. 174,‎ , p. 317-417 (101 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « Florida's Migrant Farm Labor », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 12, No. 1,‎ , p. 199-203 (5 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « Folklore and Music », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 12, No. 1,‎ , p. 182-198 (17 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « Grave Matters », Southern Cultures, Vol. 5, No. 3,‎ , p. 99-102 (4 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « The Back Room », Amerikastudien / American Studies, Vol. 55, No. 4,,‎ , p. 576-581 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « The Book of Harlem », Amerikastudien / American Studies, Vol. 55, No. 4,‎ , p. 566-569 (4 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « The Country in the Woman », Amerikastudien / American Studies, Vol. 55, No. 4,‎ , p. 587-591 (5 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « Monkey Junk », Amerikastudien / American Studies, Vol. 55, No. 4,‎ , p. 570-575 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « She Rock », Amerikastudien / American Studies, Vol. 55, No. 4,‎ , p. 592-597 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • « From "Herod the Great" », Callaloo, Vol. 34, No. 1,‎ , p. 121-125 (5 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),

    Regards sur son œuvre[modifier | modifier le code]

    Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

    Archives[modifier | modifier le code]

    Les archives de Zora Neale Hurston sont disponibles et consultables auprès de diverses bibliothèques :

    Hommages[modifier | modifier le code]

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    Notes[modifier | modifier le code]

    Références[modifier | modifier le code]

    1. a et b (en) « Zora Neale Hurston », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
    2. (en-US) Robert E. Hemenway (préf. Alice Walker), Zora Neale Hurston: A Literary Biography, Urbana, Illinois, University of Illinois Press (réimpr. 1980) (1re éd. 1977), 383 p. (ISBN 9780252008078, lire en ligne), p. 13
    3. (en-US) Della A. Yannuzzi, Zora Neale Hurston : Southern Storyteller, Springfield, New Jersey, Enslow Publishers, , 104 p. (ISBN 9780894906855, lire en ligne), p. 13
    4. a et b (en-US) Valerie Boyd, Wrapped in Rainbows : The Life of Zora Neale Hurston, New York, Scribner, , 527 p. (ISBN 9780743253291, lire en ligne), p. 17
    5. a et b (en-US) Darlene Clark Hine & Kathleen Thompson (dir.), Facts on File Encyclopedia of Black Women in America : Literature, vol. 2, New York, Facts on File, , 214 p. (ISBN 9780816034307, lire en ligne), p. 106-113
    6. (en-US) « Notasulga, Alabama: Birthplace of Zora Neale Hurston », sur Clio (consulté le )
    7. a b et c (en-US) Cheryl Dowe, « Zora Neale Hurston », sur Encyclopedia of Alabama, (consulté le )
    8. a b c d e f et g (en-US) Iva Sipal, « Zora Neale Hurston », sur encyclopedia.com (consulté le )
    9. a b c d et e (en-US) John A. Garraty (dir.), American National Biography, vol. 11: Hofstadter - Jepson, New York, Oxford University Press, USA, , 956 p. (ISBN 9780195127904, lire en ligne), p. 569-571
    10. (en-US) Barbara C. Bigelow, Contemporary Black Biography, vol. 3, Detroit, Michigan, Gale Research Inc., , 287 p. (ISBN 9780810385559, lire en ligne), p. 91-94
    11. a b c d e f g h i j k l m et n (en-US) Anne Commire & Deborah Klezmer (dir.), Women in World History, vol. 7: Harr - I, Waterford, Connecticut, Yorkin Publications / Gale Group, , 746 p. (ISBN 9780787640668, lire en ligne), p. 591-598. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    12. a et b (en-US) Jessie Carney Smith & Nikki Giovanni (dir.), The Complete Encyclopedia of African American History : Heroes and Heroines, vol. 3, Chalfont, Pennsylvanie, African American Publications, , 737 p. (ISBN 9781578595372, lire en ligne), p. 341-345
    13. (en-US) Deborah G. Plant, Zora Neale Hurston : A Biography of the Spirit, Westport, Connecticut, Praeger Publishers, , 247 p. (ISBN 9780275987510, lire en ligne), p. 8-9
    14. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 15-16
    15. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 9
    16. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 10
    17. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 11
    18. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 14-15
    19. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 20-23
    20. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 12-13
    21. a et b Valerie Boyd, op.cit. (lire en ligne), p. 24
    22. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 16
    23. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 18
    24. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 42-47
    25. Deborah G. Plant, op.cit. (lire en ligne), p. 18-19
    26. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 17
    27. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 52-53
    28. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 20
    29. Valerie Boyd, op.cit. (lire en ligne), p. 53-56
    30. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 60 ; 66
    31. Deborah G. Plant, op. cit (lire en ligne), p. 23-25
    32. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 21-22
    33. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 68-69
    34. (en-US) Edwin T. Johnson, « Holmes, Dwight Oliver Wendell | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
    35. (en-US) « Morgan State University History: Founding, Timeline, and Milestones », sur www.zippia.com, (consulté le )
    36. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 23
    37. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 30
    38. Valerie Boyd (lire en ligne), p. 74-76
    39. (en-US) Casey Nichols, « Kelly Miller (1863-1939) • », sur Black Past, (consulté le )
    40. (en-US) Alonzo Smith, « Howard University (1867- ) • », sur Black Past, (consulté le )
    41. a et b Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 25
    42. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 31
    43. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 18-19
    44. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 80
    45. (en-US) Noah Genatossio, « Lorenzo Dow Turner (1890-1972) • », sur Black Past, (consulté le )
    46. (en-US) Carmine D. Palumbo, « Georgia Douglas Johnson », sur New Georgia Encyclopedia, (consulté le )
    47. (en-US) Wilfred D. Samuels, « Richard Bruce Nugent (1906-1987) • », sur Black Past, (consulté le )
    48. (en-US) « Richard Nugent | American writer, artist and actor | Britannica », sur www.britannica.com (consulté le )
    49. (en-US) Poetry Foundation, « William Waring Cuney », sur Poetry Foundation, (consulté le )
    50. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 32-33
    51. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 20
    52. Valerie Boyd, op.cit. (lire en ligne), p. 84-85
    53. (en-US) Lakeisha Harding, « Zeta Phi Beta Sorority (1920- ) • », sur Black Past, (consulté le )
    54. (en-US) Lawrence C. Ross, The Divine Nine : The History of African American Fraternities and Sororities, New York, Kensington Books, , 496 p. (ISBN 9780758202703, lire en ligne), p. 265-296
    55. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 27
    56. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 32
    57. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 87
    58. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 81
    59. (en-US) Danielle Gagnon, « What is an Associate of Arts Degree? », sur www.snhu.edu, (consulté le )
    60. Zora Neale Hurston, The Complete Stories, New York, HarperCollins Publishers (réimpr. 1996, 1999, 2008) (1re éd. 1995), 372 p. (ISBN 9780060167325, lire en ligne)
    61. (en) « $70 in 1925 → 2022 | Inflation Calculator », sur www.in2013dollars.com (consulté le )
    62. (en-US) « Annie Florance Nathan Meyer | American writer, educator, and antisuffragist | Britannica », sur www.britannica.com (consulté le )
    63. (en-US) Lynn D. Gordon, « Annie Nathan Meyer and Barnard College: Mission and Identity in Women's Higher Education, 1889-1950 », History of Education Quarterly, Vol. 26, No. 4,‎ , p. 503-522 (20 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire)
    64. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 34-34
    65. (en-US) Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 28-32
    66. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 88-97
    67. (en-US) « Richard Nugent | American writer, artist and actor | Britannica », sur www.britannica.com (consulté le )
    68. (en-US) Wilfred D. Samuels, « Richard Bruce Nugent (1906-1987) • », sur Black Past, (consulté le )
    69. (en-US) Jacquie Maurice, « Reichard, Gladys (1893–1955) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
    70. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 36
    71. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 28-34
    72. (en-US) W. Gabriel Selassie, « Eugene Kinkle Jones (1885-1954) • », sur Black Past, (consulté le )
    73. (en-US) Aaron Modica, « Eric Walrond (1898-1966) • », sur Black Past, (consulté le )
    74. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 23
    75. (en-US) Nicholas Iaroslavtsev, « John Preston Davis (1905-1973) • », sur Black Past, (consulté le )
    76. (en-US) « Fire !! » [PDF], sur monoskop.org
    77. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 37
    78. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 38 ; 43-50
    79. (en-US) « American Folklore Society on JSTOR », sur www.jstor.org (consulté le )
    80. (en-US) J. G. W., « Proceedings of the American Ethnological Society », American Anthropologist, New Series, Vol. 2, No. 4,‎ oct / décembre 1900, p. 785-796 (12 pages) (lire en ligne Accès libre)
    81. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 37-38
    82. (en-US) « Charlotte Mason | American philanthropist | Britannica », sur www.britannica.com (consulté le )
    83. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 38-40
    84. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 41
    85. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 104-105
    86. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 34
    87. Valerie Boyd, op.cit. (lire en ligne), p. 142-143
    88. (en-US) « Encyclopedia of Arkansas », sur Encyclopedia of Arkansas (consulté le )
    89. (en) « sundown town | Meaning & History | Britannica », sur www.britannica.com (consulté le )
    90. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 144-145
    91. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 93-94
    92. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 38
    93. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 39-40
    94. (en-US) Catherine Roth, « Kossola Cudjo Lewis », sur Black Past,
    95. (en-US) Sylviane A. Diouf, « Cudjo Lewis », sur Encyclopedia of Alabama, (consulté le )
    96. (en-US) Emma Langdon Roche, Historic Sketches of the South (réimpr. 2008, 2010, 2016, 2018) (1re éd. 1914), 180 p. (ISBN 9781330348116, lire en ligne)
    97. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 38
    98. (en-US) Genevieve Sexton, « The Last Witness: Testimony and Desire in Zora Neale Hurston's "Barracoon" », Discourse, Vol. 25, No. 1/2,‎ hiver / printemps 2003, p. 189-210 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire)
    99. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 40-43
    100. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 96-102
    101. (en-US) Rich Mealey, « Marie Laveaux (1801-1881) », sur Black Past,
    102. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 174-175
    103. (en-US) « Voodoo | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
    104. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 174-176
    105. Zora Hurston, « Hoodoo in America », The Journal of American Folklore, Vol. 44, No. 174,‎ , p. 317-417 (101 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire)
    106. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 45-46
    107. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 44-45
    108. (en-US) Wendy Dutton, « The Problem of Invisibility: Voodoo and Zora Neale Hurston », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 13, No. 2,‎ , p. 131-152 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire)
    109. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 116-120
    110. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 178-182
    111. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 46-47
    112. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 45-46
    113. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 128-129
    114. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 186-188
    115. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 47-48
    116. (en-US) Barbara Morgan, « Helburn, Theresa (1887–1959) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
    117. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 48
    118. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 137
    119. (en-US) Francis H. Thompson, « Arthur Barnett Spingarn : Advocate for Black Rights », The Historian, Vol. 50, No. 1,‎ , p. 54-66 (13 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire)
    120. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 48-52
    121. a et b (en-US) « Mule Bone – Broadway Play – Original | IBDB », sur www.ibdb.com (consulté le )
    122. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 136-157
    123. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 218-220
    124. (en-US) « The Green Pastures », sur Internet Broaway Database
    125. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 220
    126. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 53
    127. (en-US) « Fast and Furious », sur Internet Broadway Database
    128. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 54-55
    129. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 50
    130. (en-US) Wendy Graham, « Fannie Hurst », sur Encyclopedia of Jewish Women, mis à jour le 23 juin 2021
    131. Valerie Boyd, op. cit. (lire en ligne), p. 221-222
    132. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 52
    133. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 188-189
    134. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 59
    135. (en-US) Sharon L. Jones, Critical Companion to Zora Neale Hurston : A Literary Reference to Her Life and Work, New York, Facts on File, , 291 p. (ISBN 9780816068852, lire en ligne), p. 7-8
    136. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 194
    137. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 201-202
    138. Deborah G. Plant, op. cit. (lire en ligne), p. 51
    139. Della A. Yannuzzi, op. cit (lire en ligne), p. 60-61
    140. (en-US) « Zora Neale Hurston (1891-1960) - Mémorial Find a... », sur Find a grave (consulté le )
    141. Robert E. Hemenway, op. cit. (lire en ligne), p. 347-348
    142. (en-US) Alice Walker, « In Search of Zora Neale Hurston » [PDF], sur https://www.allisonbolah.com/,
    143. (en-US) Sohel Sarkar, « 9 Fascinating Facts About Zora Neale Hurston », sur Mental Floss, (consulté le )
    144. (en-US) « Archaeology of a Classic: Celebrating Zora Neale Hurston '28 », sur Barnard College, (consulté le )
    145. a b c d et e (en-US) Christy Gavin, African American Women Playwrights, New York, Routledge, , 257 p. (ISBN 9780815323846, lire en ligne), p. 129-135
    146. (en-US) Langston Hughes & Zora Neale Hurston, Mule Bone : A Comedy of Negro Life (réimpr. 1991, 2002, 2005,) (1re éd. 1930) (lire en ligne)
    147. Della A. Yannuzzi, op. cit. (lire en ligne), p. 50
    148. a b et c (en-US) Emmanuel S. Nelson (dir.), African American Dramatists : An A-To-Z Guide, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 533 p. (ISBN 9780313322334, lire en ligne), p. 247-252
    149. (en-US) « Zora Neale Hurston – Broadway Cast & Staff | IBDB », sur www.ibdb.com (consulté le )
    150. (en-US) « Mule Bone », sur Internet Broadway Database
    151. a et b (en-US) « Zora Neale Hurston », sur John Simon Guggenheim Memorial Foundation (consulté le )
    152. (en-US) « Dust Tracks on a Road », sur Anisfield-Wolf Book Awards (consulté le )
    153. (en-US) « Zora Neal Hurston Award », sur Southern Anthropological Society (consulté le )
    154. (en-US) « Quote of the Week | Zora Neale Hurston | MS in Publishing », sur mspublishing.blogs.pace.edu (consulté le )
    155. (en-US) « Hurston, Zora Neale », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le )
    156. (en-US) « Library of Congress Finding Aids: Search Results », sur Bibliothèque du Congrès (consulté le )
    157. (en-US) « archives.nypl.org -- Zora Neale Hurston collection », sur Schomburg Center for Research in Black Culture (consulté le )
    158. (en-US) « Collection: Zora Neale Hurston Collection | Archives at Yale », sur Bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits (consulté le )
    159. (en-US) « Zora Neale Hurston Papers », sur université de Floride
    160. (en-US) « Documents on Zora Neale Hurston from the Barnard College Archives », sur The Scholar & Feminist Online, (consulté le )
    161. « Zora Neale Hurston Dust Tracks Heritage Trail », sur cityoffortpierce.com (consulté le )
    162. (en-US) Brandon D Cross, « Zora Neale Hurston House Historical Marker », sur www.hmdb.org, (consulté le )
    163. (en-US) « Zora Neale Hurston's Fort Pierce Home », sur Clio (consulté le )
    164. « Venus Crater Database, $name », sur lpi.usra.edu (consulté le )
    165. (en) « Zora! Festival of the Arts and Humanities », sur visitorlando.com (consulté le )
    166. (en-US) « Zora Neale Hurston Festival of the Arts and Humanities », sur ZORA! Festival (consulté le )

    Bibliographie[modifier | modifier le code]

    Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

    Notices dans des encyclopédies et manuels de référence[modifier | modifier le code]

    • (en-US) Lina Mainiero (dir.), American Women Writers: A Critical Reference Guide From Colonial Times To The Present, volume 2, New York, Frederick Ungar, , 583 p. (ISBN 9780804431514, lire en ligne), p. 363-366,
    • (en-US) Trudier Harris & Thadious M. Davis, Afro-American Writers from the Harlem Renaissance to 1940, Detroit, Michigan, Gale Research Co, coll. « Dictionary of Literary Biography, » (no 51), , 339 p. (ISBN 9780810317291, lire en ligne), p. 133-145,
    • (en-US) Ute Gacs (dir.), Women Anthropologists : A Biographical Dictionary, New York, Greenwood Press, , 431 p. (ISBN 9780313244148, lire en ligne), p. 160-166,
    • (en-US) Jessie Carney Smith (dir.), Notable Black American Women: Book I, Detroit, Michigan, Gale Research, , 1334 p. (ISBN 9780810347496, lire en ligne), p. 543-548,
    • (en-US) Eileen Barrett, American Women Writers : Diverse Voices In Prose Since 1845, New York, St. Martin's Press, , 776 p. (ISBN 9780312041212, lire en ligne), p. 341-354,
    • (en-US) Barbara C. Bigelow, Contemporary Black biography., vol. 3, Detroit, Michigan, Gale Research, , 287 p. (ISBN 9780810385559, lire en ligne), p. 91-94. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Darlene Clark Hine (dir.), Black Women in America: An Historical Encyclopedia, Vol 1 : A-L, Brooklyn, New York, Carlson Publisher, , 737 p. (ISBN 9780926019614, lire en ligne), p. 598-603,
    • (en-US) Elaine Showalter & Lea Baechler (dir.), Modern American Women Writers, New York, Collier Books, , 416 p. (ISBN 9780020820253, lire en ligne), p. 137-147,
    • (en-US) Christina Gombar, Great Women Writers: 1900-1950, New York, Facts on File, , 171 p. (ISBN 9780816030606, lire en ligne), p. 81-104,
    • (en-US) Darlene Clark Hine & Kathleen Thompson (dir.), Encyclopedia of Black Women in America: Literature, New York, Facts on File, , 214 p. (ISBN 9780816034307, lire en ligne), p. 106-113. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Suzanne Michele Bourgoin (dir.), Encyclopedia of World Biography , volume 8 : Hoxha-Kierkegaard, Detroit, Michigan, Gale Research, , 549 p. (ISBN 9780787619695, lire en ligne), p. 55-56,
    • (en-US) John A. Garraty (dir.), American National Biography, vol. 11: Hofstadter - Jepson, New York, Oxford University Press, USA, , 956 p. (ISBN 9780195127904, lire en ligne), p. 569-571. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Christy Gavin, African American Women Playwrights : A Research Guide, New York, Routledge, , 257 p. (ISBN 9780815323846, lire en ligne), p. 129-135. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    • (en-US) Emmanuel S. Nelson, African American Authors, 1745-1945 : A Bio-Bibliographical Critical Sourcebook, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 529 p. (ISBN 9780313309106, lire en ligne), p. 259-269
    • (en-US) Anne Commire & Deborah Klezmer (dir.), Women in World History, Volume 7: Harr - I, Waterford, Connecticut, Yorkin Publications / Gale Group, , 746 p. (ISBN 9780787640668, lire en ligne), p. 591-598. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Carol Kort, American Women Writers: A Biographical Dictionary, New York, Checkmark Books, , 275 p. (ISBN 9780816044344, lire en ligne), p. 101-103,
    • (en-US) R. Kent Rasmussen (dir.), African American Encyclopedia, Vol. 5. Hil-Lee, New York, Cavendish Square Publishing, , 1496 p. (ISBN 9780761472155, lire en ligne), p. 1262-1265,
    • (en-US) Alfred Bendixen (dir.), The Continuum Encyclopedia of American Literature, New York, Bloomsbury Academic, , 1316 p. (ISBN 9780826415172, lire en ligne), p. 560-561,
    • (en-US) Jay Parini (dir.), The Oxford Encyclopedia of American Literature, Volume 2: William Faulkner - Mina Loy, New York, Oxford University Press, USA, , 533 p. (ISBN 9780195167252, lire en ligne), p. 247-254,
    • (en-US) Emmanuel S. Nelson (dir.), African American Dramatists : An A-To-Z Guide, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 533 p. (ISBN 9780313322334, lire en ligne), p. 247-252. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    • (en-US) Elizabeth Ann Beaulieu (dir.), Writing African American Women: An Encyclopedia of Literature by and about Women of Color, Vol. 1 : A-J, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 515 p. (ISBN 9780313331961, lire en ligne), p. 437-440,
    • (en-US) Steven G. Kellman, Magill's Survey of American Literature-Vol.3 : H.D.-Larsen, Pasadena, Californie, Salem Press, , 1453 p. (ISBN 9781587652882, lire en ligne), p. 1175-1183,
    • (en-US) Yolanda W. Page (dir.), Encyclopedia of African American Women Writers, Vol. 1 : A-J, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 351 p. (ISBN 9780313334290, lire en ligne), p. 283-291,
    • (en-US) Shari Dorantes Hatch (dir.), Encyclopedia of African-American Writing, volume 2, Amenia, New York, Grey House Publishing, , 869 p. (ISBN 9781592372911, lire en ligne), p. 293-295,
    • (en-US) Jessie Carey Smith & Nikki Giovanni, The Complete Encyclopedia of African American History : Heroes and Heroines, vol. 3, Chalfont, Pennsylvanie, African American Publications, , 737 p. (ISBN 9781578595372, lire en ligne), p. 341-345. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,

    Essais et biographies[modifier | modifier le code]

    • (en-US) Robert E. Hemenway (préf. Alice Walker), Zora Neale Hurston : A Literary Biography, Urbana, Illinois, University of Illinois Press (réimpr. 1980) (1re éd. 1977), 412 p. (ISBN 9780252008078, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Lillie P. Howard, Zora Neale Hurston, Boston, Twayne Publishers, , 200 p. (ISBN 9780805772968, lire en ligne),
    • (en-US) Harold Bloom, Zora Neale Hurston, New York, Chelsea House Publications, , 208 p. (ISBN 9780877546276, lire en ligne),
    • (en-US) N.Y. Nathiri (dir.), Zora!: Zora Neale Hurston, a Woman and Her Community, Orlando, Floride, Sentinel Communications Co., , 152 p. (ISBN 9780941263214, lire en ligne),
    • (en-US) Henry Louis Gates Jr. & Kwame Anthony Appiah (dir.), Zora Neale Hurston: Critical Perspectives Past And Present, New York, Amistad Press, , 360 p. (ISBN 9781567430158, lire en ligne),
    • (en-US) Della A. Yannuzzi, Zora Neale Hurston : Southern Storyteller, Springfield, New Jersey, Enslow Publishers, , 112 p. (ISBN 9780894906855, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Josie P. Campbell, Student Companion to Zora Neale Hurston, Westport, Connecticut, Greenwood Press (réimpr. 2001) (1re éd. 2000), 184 p. (ISBN 9780313309045, lire en ligne),
    • (en-US) Robert W. Croft, A Zora Neale Hurston Companion, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 296 p. (ISBN 9780313307072, lire en ligne),
    • (en-US) Valerie Boyd, Wrapped in Rainbows : The Life of Zora Neale Hurston, New York, Scribner, , 548 p. (ISBN 9780743253291, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Laura Baskes Litwin, Zora Neale Hurston: I Have Been in Sorrow's Kitchen, Berkeley Heights, New Jersey, Enslow Publishing, , 136 p. (ISBN 9780766025363, lire en ligne),
    • (en-US) Deborah G. Plant, Zora Neale Hurston : A Biography of the Spirit, Westport, Connecticut, Praeger Publishers, , 272 p. (ISBN 9780275987510, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Anthea Kraut, Choreographing the Folk: The Dance Stagings of Zora Neale Hurston, Minneapolis, Minnesota, University of Minnesota Press, , 324 p. (ISBN 9780816647125, lire en ligne),
    • (en-US) Sharon L. Jones, Critical Companion to Zora Neale Hurston : A Literary Reference to Her Life and Work, New York, Facts on File, , 291 p. (ISBN 9780816068852, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) Deborah G. Plant (dir.), The Inside Light: New Critical Essays on Zora Neale Hurston, Santa Barbara, Californie, Praeger, , 312 p. (ISBN 9780313365171, lire en ligne),

    Articles[modifier | modifier le code]

    Les articles de JSTOR, sont librement accessibles à la lecture en ligne jusqu'à la concurrence de 99 articles par mois.

    • (en-US) Hugh M. Gloster, « Zora Neale Hurston, Novelist and Folklorist », Phylon (1940-1956), Vol. 4, No. 2,‎ second trimestre 1943, p. 153-159 (7 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) « Zora Hurston , 57, Writer is Dead, : Author in Negro Folklore , Was Praised for 8 Booksu i Studied Haitian Voodoo », The New York Times,‎ , p. 27 (lire en ligne [PDF]),
    • (en-US) Fannie Hurst, « Zora Hurston : a Personnality Sketch », The Yale University Library Gazette, Vol. 35, No. 1,‎ , p. 17-22 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Theodore Pratt, « Zora Neale Hurston », The Florida Historical Quarterly, Vol. 40, No. 1,‎ , p. 35-40 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Emma L. Blake, « Zora Neal Hurston : Author and Folklorist », Negro History Bulletin, Vol. 29, No. 7,‎ , p. 149-150, 165 (3 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) James R. Giles, « The Significance of Time in Zora Neale Hurston's: Their Eyes Were Watching God », Negro American Literature Forum, Vol. 6, No. 2,‎ , p. 52-53+60 (3 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Ann L. Rayson, « Dust Tracks on a Road : Zora Neale Hurston and the Form of Black Autobiography », Negro American Literature Forum, Vol. 7, No. 2,‎ , p. 39-45 (7 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) S. Jay Walker, « Zora Neal Hurston's : "Their Eyes were Watching God ": Black Novel of Sexism », Modern Fiction Studies, Vol. 20, No. 4,‎ hiver 1974-1975, p. 519-527 (9 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Robert Hemenway, « Folklore Field Note from Zota Neal Hurston », The Black Scholar, Vol. 7, No. 7,‎ , p. 39-46 (8 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Peter Schwalbenberg, « Time as Point of View in Zora Neale Hurston's Their Eyes Were Watching God », Negro American Literature Forum, Vol. 10, No. 3,‎ , p. 104-105+107-108 (4 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Virginia M. Burke, « Zora Neal Hurston and Fanny Hurst as They Saw Each Other », CLA Journal, Vol. 20, No. 4,‎ , p. 435-447 (13 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Lillie P. Howard, « Marriage : Zora Neale Hurston' System Of Values », CLA Journal, Vol. 21, No. 2,‎ , p. 256-268 (13 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Mary Jane Lupton, « Zora Neale Hurston and the Survival of the Female », The Southern Literary Journal, Vol. 15, No. 1,‎ , p. 45-54 (10 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Dianne F. Sadoff, « Black Matrilineage: The Case of Alice Walker and Zora Neale Hurston », Signs, Vol. 11, No. 1,‎ , p. 4-26 (23 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Barbara Johnson, « Thresholds of Difference: Structures of Address in Zora Neale Hurston », Critical Inquiry, Vol. 12, No. 1,‎ , p. 278-289 (12 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Ruthe T. Sheffey, « Zora Neale Hurston's "Moses, Man of the Mountain" : A Fictionalized Manifesto on the Imperatives of Black Leadership », CLA Journal, Vol. 29, No. 2,‎ , p. 206-220 (15 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Jennifer Jordan, « Feminist Fantasies: Zora Neale Hurston's Their Eyes Were Watching God », Tulsa Studies in Women's Literature, Vol. 7, No. 1,‎ , p. 105-117 (13 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Dorothy Abbott, « Recovering Zora Neale Hurston's Work », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 12, No. 1,‎ , p. 174-181 (8 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Priscilla Wald, « Becoming "Colored": The Self-Authorized Language of Difference in Zora Neale Hurston », American Literary History, Vol. 2, No. 1,‎ , p. 79-100 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Wendy Dutton, « The Problem of Invisibility: Voodoo and Zora Neale Hurston », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 13, No. 2,‎ , p. 131-152 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    • (en-US) William M. Ramsey, « The Compelling Ambivalence of Zora Neale Hurston's "Their Eyes Were Watching God" », The Southern Literary Journal, Vol. 27, No. 1,‎ , p. 36-50 (15 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Geneva Cobb-Moore, « Zora Neale Hurston as Local Colorist », The Southern Literary Journal, Vol. 26, No. 2,‎ , p. 25-34 (10 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Susan Meisenhelder, « Conflict and Resistance in Zora Neale Hurston's Mules and Men », The Journal of American Folklore, Vol. 109, No. 433,‎ , p. 267-288 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Robert J. Morris, « Zora Neale Hurston's Ambitious Enigma : Moses, Man of the Mountain », CLA Journal, Vol. 40, No. 3,‎ , p. 305-335 (31 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Andrew Delbanco, « The Political Incorrectness of Zora Neale Hurston », The Journal of Blacks in Higher Education, No. 18,‎ hiver 1997/1998, p. 103-108 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Annette Trefzer, « Possessing the Self: Caribbean Identities in Zora Neale Hurston's Tell My Horse », African American Review, Vol. 34, No. 2,‎ , p. 299-312 (14 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Peter Kerry Powers, « Gods of Physical Violence, Stopping at Nothing: Masculinity, Religion, and Art in the Work of Zora Neale Hurston », Religion and American Culture: A Journal of Interpretation, Vol. 12, No. 2,‎ , p. 229-247 (19 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Genevieve Sexton, « The Last Witness: Testimony and Desire in Zora Neale Hurston's "Barracoon" », Discourse, Vol. 25, No. 1/2,‎ hiver / printemps 2003, p. 189-210 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    • (en-US) Mark Christian Thompson, « National Socialism and Blood-Sacrifice in Zora Neale Hurston's "Moses, Man of the Mountain" », African American Review, Vol. 38, No. 3,‎ , p. 395-415 (21 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Stephen Spencer, « The Value of Lived Experience: Zora Neale Hurston and the Complexity of Race », Studies in Popular Culture, Vol. 27, No. 2,‎ , p. 17-33 (17 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Amy Fass Emery, « The Zombie In/As the Text: Zora Neale Hurston's "Tell My Horse" », African American Review, Vol. 39, No. 3,‎ , p. 327-336 (10 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Susan Millar Williams, « "Something to Feel About": Zora Neale Hurston and Julia Peterkin in African Town », The Mississippi Quarterly, Vol. 63, No. 2,‎ , p. 291-298 (8 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Megan Obourn, « Early Civil Rights "Voice Work" in Richard Wright and Zora Neale Hurston », Twentieth Century Literature, Vol. 58, No. 2,‎ , p. 238-266 (29 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Faye V. Harrison, « Writer, Ethnographer, Performance Artist: A Documentary Lens on Zora Neale Hurston's Interdisciplinary Praxis », Fire!!!, Vol. 1, No. 2,‎ été / hiver 2012, p. 139-150 (12 pages) (lire en ligne Accès libre),
    • (en) Péter Gaál-Szabó, « Luminal Places and Zora Neale Hurston's Religio-Cultural Space in "Their Eyes Were Watching God" and "Jonah's Gourd Vine" », Hungarian Journal of English and American Studies (HJEAS), Vol. 19, No. 1,‎ , p. 101-120 (20 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Amy Schmidt, « Horses Chomping at the Global Bit: Ideology, Systemic Injustice, and Resistance in Zora Neale Hurston's "Tell My Horse" », The Southern Literary Journal, Vol. 46, No. 2,‎ , p. 173-192 (20 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Katherine Biers, « Practices of Enchantment: The Theatre of Zora Neale Hurston », TDR (1988-), Vol. 59, No. 4,‎ , p. 67-82 (16 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Jill C. Jones, « Taking the Axe to Babylon », The Mississippi Quarterly, Vol. 69, No. 4,‎ , p. 481-500 (20 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en) Julia Zeppenfeld, « Zora Neale Hurston’s Moses, Man of the Mountain », AAA: Arbeiten aus Anglistik und Amerikanistik, Vol. 43, No. 1,‎ , p. 45-62 (18 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
    • (en-US) Trudier Harris, « ‘You Don’t Know Us Negroes’: Zora Neale Hurston, in Her Own Words », The New York Times,‎ (lire en ligne Accès limité)

    Liens externes[modifier | modifier le code]

    Sur les autres projets Wikimedia :