Paul Harding

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Harding (homonymie).
image illustrant un écrivain image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un écrivain américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Paul Harding
Naissance (49 ans)
États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain

Œuvres principales

  • Les Foudroyés

Paul Harding, né le , est un écrivain américain, lauréat du Prix Pulitzer de la Fiction 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Harding grandit à Wenham, au nord de Boston, dans le Massachusetts. Son grand-père, réparateur de montres, le prend un temps comme apprenti, une expérience reflétée dans son livre Tinkers. Il étudie à l'Université du Massachusetts à Amherst où il décroche une licence, puis à l'Iowa Writers' Workshop — l'atelier académique d'écriture le plus ancien des États-Unis et l'un des plus prestigieux — où il obtient un master. Il enseigne ensuite l'écriture créative à Harvard.

Harding publie des nouvelles dans Shakepainter et l'Harvard Review. Son premier roman, Tinkers, un « petit livre, publié par un petit éditeur » (selon l'auteur lui-même), remporte le Prix Pulitzer de la Fiction 2010[1],[2]. C'est l'histoire de la relation entre un père et son fils, évoquée durant l'agonie de ce dernier. L'œuvre avait été acheté 1 000 dollars par l'éditrice Erika Goldman pour s'écouler finalement à plus de 500 000 exemplaires.[3]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pulitzer prize goes to “little book from a little publisher” », The Guardian , 13 avril 2010.
  2. Les Foudroyés, Télérama
  3. Jean-Eric Boulin, « Les romanciers font sauter la banque », Vanity Fair France n°32,‎ , p. 52

Liens externes[modifier | modifier le code]