Littérature lesbienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sappho de Lesbos, représentée dans une peinture de 1904 par John William auprès de dieu est à l'origine du terme lesbienne indiquant le désir érotique entre femmes[1]

La littérature lesbienne est un sous-genre de la littérature traitant des thèmes lesbiens. Il comprend de la poésie, du théâtre, de la fiction abordant des personnages lesbiens, et de la non-fiction sur les sujets d'intérêt lesbiens en général.

Les œuvres de fiction qui se situent dans cette catégorie peuvent être de tout genre, tels que fiction historique, science-fiction, fantasy, horreur et romance.

Survol[modifier | modifier le code]

La littérature lesbienne inclue aussi bien des œuvres d'autrices lesbiennes comme les œuvres sur des thèmes lesbiens écrites par des personnes hétérosexuelles[2]. Les œuvres écrites par des autrices lesbiennes ne se préoccupant pas de la thématique lesbienne tombent aussi dans cette catégorie. Les œuvres de personnes hétérosexuelles qui ne traitent que marginalement de la thématique ne le sont par contre pas.

L'œuvre fondamentale de la littérature lesbienne est la poésie de Sappho de Lesbos. À partir de divers écrits anciens, les historiens et les historiennes ont établi qu'un groupe de jeunes femmes sont laissées à la charge de Sappho pour leur instruction ou édification culturelle[3]. Il reste peu de traces de la poésie de Sappho, mais ce qui en reste témoigne des sujets de prédilection de la poétesse : la vie quotidienne des femmes, leurs relations et leurs rituels. Elle se concentre sur la beauté des femmes et proclame son amour des jeunes filles[4].

Certaines œuvres sont reconnues d'importance historique ou artistique et le monde de la fiction lesbienne continue à se développer et à évoluer avec le temps. Jusqu'à récemment, la littérature lesbienne est centrée autour de plusieurs maisons d'éditions exclusivement lesbiennes, ainsi que les « fandoms », blogs de fans en ligne[5]. Toutefois, depuis le début du millénaire, nombre de maisons d'édition lesbiennes ont commencé à inclure les œuvres d'hommes et de femmes trans, de voix bisexuelles et gays et des œuvres queers non reprises par les maisons d'éditions dominantes. De plus, les romans comportant des personnages et des thèmes lesbiens sont mieux acceptés dans l'édition dite mainstream.

XIXe siècle : les précurseures[modifier | modifier le code]

La diariste Anne Lister.

Au début du XIXe siècle, la poétesse chinoise Wu Tsao devient célèbre pour ses poèmes d'amours lesbiens[6]. Ses chansons, selon le poète Kenneth Rexroth, sont « chantées dans toute la Chine »[7].

Bien que le genre lesbien n'ai pas évolué pour constituer un genre à part en Angleterre au XIXe siècle, les écrivaines et essayistes lesbiennes, comme l'écrivaine de fiction surnaturelle Vernon Lee, font parfois allusion dans leurs textes aux lesbiennes[8] ou, comme l'amante de Vernon Lee Amy Levy, écrivent des poèmes d'amour destinés à des femmes en prenant la voix d'un homme hétérosexuel[9]. D'autres écrivent en secret. Débutant en 1806, la propriétaire foncière et alpiniste anglaise Ann Lister tient ses journaux intimes complets durant trente-quatre ans, incluant des détails de ses relations lesbiennes et de ses entreprises de séduction, avec des sections lesbiennes écrites en langage codé. Ses journaux ne sont publiés que dans les années 1980[10]. En 2010, ils servent de base pour une production de la BBC, The secret diaries of Miss Anne Lister[11].

Au XXIe siècle, l'écrivaine et rédactrice en cheffe Susan Koppelman compile une anthologie appelée Two Friends and Other Nineteenth Century American lesbian Stories, qui inclue des histoires de Constance Fenimore Woolson, Octave Thanet, Mary Eleanor Wilkins Freeman, Kate Chopin et Sarah Orne Jewett, histoires initialement publiées dans les périodiques de leur temps. De ces histoires, qui vont de l'explicite à l'implicite en ce qui concerne la représentation des thèmes lesbiens, Koppelman dit : « Je reconnais ces histoires comme des histoires sur les femmes aimant les femmes dans la variété des moyens romantiques utilisés que nous n'aurions aucune peine à définir si nous parlions d'hommes et des femmes qui s'aiment les uns les autres.»[12].

Depuis les années 1970, la recherche en littérature lesbienne a identifié des relations lesbiennes qui n'auraient pas été étiquetés comme telles dans le contexte du XIXe siècle, en raison des différentes conceptions de l'intimité et de la sexualité. Par exemple, le poème de 1862 Marché Gobelin  de Christina Rossetti a été lu comme un récit de lesbianisme, même s'il se dépeint lui-même comme un récit d'amour fraternel[13]. La recherche a aussi identifié le potentiel lesbien dans des personnages comme Marian Halcombe dans le roman de Wilkie Collins de 1859 La Femme en Blanc. Marian est décrite comme masculine et peu attrayante, et sa motivation principale au long de l'intrigue est son amour pour sa demi-sœur, Laura Fairlie[14].

De plus, les chercheurs et les chercheuses se sont engagées dans la lecture avec un angle queer des romans de Charlotte Brontë, en particulier Shirley et la Villette, dans lesquels les personnages principaux féminins s'engagent dans des relations proches voire obsessionnelles avec d'autres femmes. Certaines ont même supposé que Brontë elle-même pourrait avoir été amoureuse de son amie Ellen Nussey ; Vita Sackville-West pense que les lettres entre les deux femmes sont des « lettres d'amour pur et simple. »[15].

Les universitaires ont également recherché des traces d'amours lesbiens chez la poétesse Emily Dickinson dans sa relation avec sa belle-sœur, Susan Gilbert, une possibilité qui encourage la lecture queer de nombreux poèmes d'amour de Dickinson[16].

Michel Field est le pseudonyme utilisé par deux femmes britanniques, Katherine Bradley et Edith Cooper, qui écrivaient de la poésie et des poèmes dramatiques ensemble. Bradley est la tante d'Edith, et les deux ont vécu ensemble comme amantes de 1870 à leur décès en 1913 et 1914. Leur poésie a souvent pris leur amour comme objet d'écriture, et elles ont également écrit un livre de poèmes pour leur chien, Whym Chow[17].

Une illustration de "Carmilla", de Joseph Sheridan Le Fanu

Certains auteurs masculins canoniques du XIXe siècle ont également incorporé des thématiques lesbiennes dans leur œuvre. Au début du siècle, Samuel Taylor Coleridge, publie son poème narratif inachevé Christabel. Les interactions dans ce poème entre le personnage éponyme féminin et une inconnue nommée Geraldine peuvent avoir des connotations lesbiennes[18]. Algernon Charles Swinburne est devenu célèbre pour avoir traité de thèmes scandaleux à l'époque, y compris le lesbianisme et le sadomasochisme. En 1866, il publie des Poems and ballads, qui contient les poèmes Anactoria et Sapphics qui concernent Sappho de Lesbos, et traitent explicitement de thèmes lesbiens. Enfin, Henry James dépeint un mariage de Boston, considéré comme une forme de relation lesbienne, entre les personnages féministes d'Olive Chancelier et Verena Tarrant dans son roman de 1886 Les Bostoniens.

L'une des œuvres les plus explicitement lesbiennes du XIXe siècle est le roman de style Gothique novella Carmilla de Joseph Sheridan Le Fanu, d'abord publié sous forme de série entre 1871 et 1872. Considéré comme un précurseur et une source d'inspiration pour le roman de Bram Stoker intitulé Dracula, Carmilla raconte l'histoire de la relation entre l'innocente Laura et la vampire Carmilla, qui suce le sang de Laura dans un acte décrit clairement de façon érotique. Cette histoire a inspiré de nombreuses autres œuvres qui prennent avantage de la figure d'une vampire lesbienne[19]. Il a également été adapté en une websérie sur Youtube du même nom dès 2014[20].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

1900-1950 : les débuts[modifier | modifier le code]

Natalie Barney tient un salon au début du XXe siècle à Paris fréquenté par les autrices lesbienne.
Le roman de Radclyffe Hall, en 1928 Le Puits De Solitude rencontre des problèmes de censure aux états-UNIS et en Angleterre.

Le premier roman en langue anglaise reconnu comme ayant une thématique lesbienne est Le Puits de Solitude (1928) par Radclyffe Hall, qu'un tribunal Britannique trouve obscène parce qu'il défend des «pratiques contre nature entre les femmes». Le livre est interdit en Grande-Bretagne durant des décennies; c'est dans le contexte d'une censure similaire de l'Amant de Lady Chatterley, qui comportait aussi un thème transgressif lié à la la sexualité féminine, quoique hétérosexuelles. Aux États-Unis, Le Puits de Solitude passe la censure et les défis juridiques de New York et de la U.S.Customs Court[21],[22].

En 1923, Elsa Gidlow, née en Angleterre, publie le premier volume de poésie ouvertement lesbienne aux États-Unis, intitulé On a Grey Thread[23],[24].

Au début du XXe siècle à Paris, une communauté lesbienne devient de plus en plus visible et centrée sur les salons littéraires organisé par des lesbiennes comme Nathalie Barney et Gertrude Stein. Cette communauté produit des œuvres lesbiennes en français et en anglais, y compris Nightwood par Djuna Barnes, Idylle Saphique par Liane de Pougy, des poèmes de Renée Vivien, les propres épigrammes de Barney, de la poésie et de plusieurs ouvrages de Stein. Radclyffe Hall passe également du temps à Paris dans le salon de Barney et la prend pour modèle de l'un de ses personnages dans Le Puits de Solitude d'après Barney[25].

L'écrivaine japonaise Nobuko Yoshiya est une autrice importante du début du XXe siècle, écrivant des histoires à propos d'une intense histoire d'amour entre jeunes femmes, bien que son écriture ne soit pas accepté dans la culture dominante, car aucune des relations décrites n'est consommées[26].

Virginia Woolf publie en 1928 le roman racontant l'histoire d'un poète transgressant les normes de genres Orlando, qui se base sur son amante, Vita Sackville-West, et est  réexaminé dans les années 1970 comme un texte subversif lesbien[27],[28].

La plupart de la littérature américaine des années 1930, 40 et début des années 50, présente la vie lesbienne comme une tragédie, se terminant avec le suicide du personnage principal ou sa conversion à l'hétérosexualité[29]. Ceci est requis par les autorités afin de ne pas que le texte soit déclaré obscène[30] Par exemple The Stone Wall, une autobiographie lesbienne avec une fin malheureuse publié en 1930 sous le pseudonyme de Marie Casal est l'une des premières autobiographies lesbiennes. Dès 1939, Frances V. Rummel, une éducatrice et  enseignante de français au Stephens College, publie la première autobiographie explicitement lesbienne se terminant bien, dans laquelle deux femmes finissent heureuses ensemble, intitulé Diana: A Strange Autobiography[31]. Cette autobiographie est publiée avec une note disant: «Les éditrices souhaitent qu'il soit expressément compris qu'il s'agit  d'une histoire vraie, la première de son genre dans le cadre d'une lecture publique». Les critiques littéraires ont depuis décrite cette autobiographie comme une  «fiction»[32].
L'unique roman de Jane Bowles Two Serious Ladies publié en 1943, raconte l'histoire d'une romance entre une femme de la bourgeoisie et une prostituée dans un port panaméen[33].

De 1950 à 1970 : Pulp fiction et autres[modifier | modifier le code]

Lesbiennes Pulp Fiction, comme le Sping Fire  de Vin Packer (Marijane Meaker 1952) a été populaire pendant les années 50 et 60.
Article détaillé : Lesbian pulp fiction.

La fiction lesbienne fiction en anglais connait un développement phénoménal avec l'avènement du roman de type pulp fiction. Le Lesbian pulp fiction est devenu un genre de fiction dans les années 1950 et 60[34], bien qu'un nombre important d'auteurs de ce genre soient des hommes utilisant soit un pseudonyme masculin ou un nom de plume féminin. Une des autrices féminines de pulp fiction lesbienne, qui fait son coming out plus tard en tant que lesbienne, est Ann Bannon, qui a créé la série Beebo Brinker.

Le Prix du Sel par Patricia Highsmith, considéré comme le premier roman lesbien roman avec une fin heureuse[note 1], est révolutionnaire dans le sens où c'est le premier où aucune des deux femmes n'a une dépression nerveuse, ne meurt tragiquement, et ne fait face à un océan de solitude, se suicide, ou retourne avec un homme. Le manuscrit est rejeté par l'éditeur de Highsmith, Harper & Brothers et publié en couverture rigide par Coward-McCann en 1952, sous le pseudonyme de Claire Morgan, suivi par Bantam Books pour une édition en livre de poche en 1953. Les éditions de poche sont vendues à près d'un million d'exemplaires[36],[37]. En 1990, il est réédité par Bloomsbury sous le propre nom de Highmith, avec un nouveau  titre, Carol [38] (le roman est adapté dans un film en 2015 film portant le même nom).

Dans les années 1950, les pièces de l'autrice française Violette leDuc Ravages sont censurées parce qu'elles contiennent des passages lesbiens explicite. Les passages supprimés sont publiés dans les années 1960 sous le titre Thérèse et Isabelle et adapté dans un film  en 1968 portant le même titre[39].

Le roman de Jane Rule Desert of the Heart est en mesure de sortir du genre de la pulp fiction quand il est publié dans une édition reliée par Macmillan Canada en 1964. Plusieurs éditeurs l'ont cependant refusé, l'un d'entre eux disant à Rule, «Si ce livre n'est pas pornographique, quel est l'intérêt de l'imprimer? ... Si vous pouvez écrire des parties salaces  nous allons le prenons, mais sinon non»[40]. Le roman est approximativement adapté en 1985 dans le film Desert Hearts.

Lors de la publication de son roman Mrs. Stevens Hears the Mermaids Singing  en 1965, la romancière May Sarton craint que le fait d'écrire ouvertement sur le lesbianisme conduira à une diminution de la valeur de son travail. «La peur de l'homosexualité est si grande qu'il a fallu du courage pour écrire Mme Stevens Entend les Sirènes Chantant.» dit-elle, «d'écrire un roman sur une femme homosexuelle qui n'est pas une maniaque du sexe, une ivrogne, une candidate aux médicaments, ou répulsive d'un manière ou d'une autre, pour faire le portrait d'une homosexuelle qui n'est ni pitoyable, ni dégoûtante, sans sentimentalité …»[41].

La première romancière anglaise contemporaine  à se présenter ouvertement comme une lesbienne est Maureen Duffy, dont le livre de 1966 lMicrocosm explore la sous-cultures des bars pour lesbiennes[42].

1970 à aujourd'hui : la seconde vague du féminisme, l'acceptation du public, et la diversification[modifier | modifier le code]

Lesbienne, féministe et womanist Audre Lorde a écrit plusieurs livres, entre les années 1970 et les années 1990.

Le mouvement féministe à la fin des années 1960 et au début des années 1970 voit le développement de voix de lesbiennes plus politisés dans la littérature ainsi que l'acceptation du public que les thèmes lesbiens s'écartent de la «tragédie lesbienne» imposée dominant dans les œuvres antérieures. Un pionnier dans le roman autobiographique de cette époque est le roman picaresque de 1973 Rubyfruit Jungle de Rita Mae Brown, qui devient un best-seller[43],[44]. Jill Johnston plaide pour un lesbianisme séparatiste en 1973 dans son livre Lesbian Nation. Dans les années 1970, des lesbiennes de couleur commencent également à devenir visibles, comme Audre Lorde, Jewelle Gomez, Paula Gunn Allen Cherrie Moraga, et Gloria Anzaldua. En France, Monique Wittig publie Les Guérillères,  qui prévoit un monde dominé par des lesbiennes. De même, le roman de Joanna Russ's de 1975 The Female Man décrit un univers alternatif habité uniquement par des lesbiennes. Les années 1970 ont également vu l'avènement de maisons d'éditions féministes et LGBT  telles que la Naiad Press, et de magazines littéraires comme  Sinister Wisdom[45] et Conditions[46] qui a publié des œuvres de lesbiennes. Adrienne Rich et Judy Grahn sont des poètes et essayistes importantes de l'époque. Patience and Sarah d'Alma Routsong, publié sous le nom de plume Isabel Miller en 1971, examine l'histoire d'une romance entre deux femmes du XIXe siècle dans un Mariage de Boston.

Après la naissance d'une littérature explicitement gay et lesbienne dans les années 1970, les décennies suivantes voient  une augmentation de la production d'œuvres appartenent à ce genre. Tandis que les romans d'hommes gais sont davantage plebiscités et se situent souvent en milieu de liste des bestseller des principales maisons d'édition, la littérature lesbienne, dépendant de petites maisons d'édition, développe une audience limitée mais respectable[47]. Dans les années 1980, avec l'avènement du féminisme pro-sexe, quelques revues littéraires lesbiennes commencent à se spécialiser dans des œuvres explicitement érotiques comme On our Backs, une référence  satirique au magazine féministe des années 1970 Off our backs[48].  En 1988, la création du Prix Lammbda Literary avec plusieurs catégories lesbiennes  contribue à augmenter la visibilité de la littérature LGBT[49].

Alison Bechdel, primée  pour ses dessins animés et ses romans graphiques, Fun home, incarne la diversification croissante de lal itttérature lesbienne  du XXIe siècle.

Dans les années 1980 à 1990, la littérature lesbienne se  diversifie en plusieurs genres:  fantasy, mystère, science-fiction, romance, romans graphiques, et littérature pour jeunes adultes[50].

L'influence du féminisme de la fin du xxe siècle, ainsi qu'une plus grande acceptation des œuvres LGBT au travail a également été ressenti au Mexique, avec l'émergence des poétesses lesbiennes Nancy Cardenas, Magaly Alabau, Mercedes Roffe, et d'autres. En Argentine et en Uruguay, Alejandra Pizarnik et Cristina Peri Rossi combinent l'érostime lesbien avec des problématiques artistiques et socio-politiques dans leurs œuvres[51]

L'écrivain uruguayen Cristina Peri Rossi a écrit à propos de l'érotisme de relations lesbiennes.

En Asie, à Singapour la dramaturge Eleanor Wong et l'écrivaine taiwanaise Qiu Miaojin ont écrit à propos des relations lesbiennes, tout comme les écrivaines chinoises Bai Lin et Chen Ran[52]. Spinning Tropics de Aska MochizukiBeauté et tristesse de Yasunari Kawabata, Sables mouvants (卍 Manji) par Junichiro Tanizaki et Monde Réel de Natsuo Kirino sont des romans qui explorent l'amour lesbien au Japon[53]. Le romancier Indien Abha Dawesar en gagne avec Babyji sorti en 2006 un prix Stonewall et un prix Lambda literary.

Au XXIe siècle, la littérature lesbienne émerge comme un genre à part entière dans les pays de langue arabe, avec des romans, comme Ana Hiya Anti (Je suis toi) d'Elham Mansour, qui deviennent des best-seller[54],[55],[56]. Ce siècle apporte également plus d'attention à la littérature et les autrices africaines, telles que les romancières camerounaises Frieda Ekotto et l'écrivaine ghanéene Ama Ata Aido[57],[58],[59]-

Pendant ce temps, les romans de langue anglaise qui incluent des relations ou des personnages lesbiens  continuent à susciter des prix nationaux et attirent l'acclamation de la critique, comme La Couleur Pourpre (1982), d'Alice Walker, Bastard out of Carolina (1992) de Dorothy Allison, Les Heures (1998), de Michael Cunningham, Du bout des doigts (2002), de Sarah Waters et Lost and found (2006) de Carolyn Parkhurst[60],[61].

Comme la littérature comprenant les personnages et des relations lesbiennes est mieux acceptée dans le courant dominant de la société Occidentale, certains écrivains et critiques littéraires interrogent le fait qu'il y ai une catégorie distincte pour la littérature lesbienne. «Je n'ai jamais compris pourquoi la fiction hétéro est censée être pour tout le monde, mais quoi que ce soit incluant un personnage gay ou qui comprenne une expérience gay est seulement pour les queers.» indique Jeanette Winterson, auteur du best-seller de 1985 roman Oranges are not the only fruits[62]. D'autres ont souligné la nécessité de continuer la littérature à thématique LGBTIQ, en particulier pour le jeune lectorat LGBTIQ[63].

Fiction pour jeune adulte[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Dans Ruby (1976) de Rosa Guy, le personnage principal est une jeune femme originaire des Indes Occidentales. Le roman décrit sa relation avec une autre jeune fille. On trouve également à cette époque des romans pour jeunes adultes avec des personnages de lesbiennes comme Happy Endings Are All Alike (1978) de Sandra Scoppettone. Selon l'autrice «je n'ai presque pas été interviewée et quand je l'ai été ce n'était pas positif». À l'opposé le roman de Scoppettone à propos des garçons gays est mieux reçu[64].

Un des thèmes fréquemment abordé dans les livres publiés au cours des années 1970 est l'idée que l'homosexualité serait une «phase», ou qu'il n'existe pas de fin heureuse pour les lesbiennes, et qu'elles mènent généralement une vie difficile[65].

La School Library Journal rapporte :

«Durant les années 1970 il y avait en moyenne un livre par année publié sur le thème LGBTIQ. Bien que ces livres précurseurs soient bien écrits et aient des critiques positives, les personnages gays étaient au mieux secondaires ou attirés par le personnage principal hétéro et au pire des victimes faisant face à la violence, les injures ou la mort (les accidents de voitures étant la norme). Les jeunes personnages se questionnnant sur leur orientation homosexuelle avec inquiétude concluaient invariablement que leur attirrance pour les personnes du même sexe était une phase temporaire dans leur périple les menant vers leur maturité sexuelle d'adultes hétéros.»[66]

Judy Blume est souvent citée en tant que catalyseure dans les années 1970 œuvrant pour une augmentation de l'inclusion de sujets considérés comme tabous (comme l'homosexualité) dans la littérature pour enfants[67].

Années 1980[modifier | modifier le code]

Annie on my mind (1982) de Nancy Garden raconte l'histoire de deux jeunes filles du secondaire qui tombent amoureuses. Le roman qui est toujours publié dans les années 2000 constitue un pas en avant sur le sujet de l'homosexualité dans la littérature pour jeunes adultes[68]

Il est publié dans une édition reliée et par l'une des grandes maisons d'édition. Dans le livre, l'homosexualité est perçue comme quelque chose de permanent et méritant d'être exploré, et non pas une notion "«fixe».

Dans le Kansas, un ministre de culte préside un bûcher public pour brûler Annie on my mind à la suite d'une controverse après que ce dernier fut donné à la bibliothèque d'une école[69].

Années 1990[modifier | modifier le code]

Au cours de cette décennie, le nombre de romans publiés sur le thème du lesbianisme pour les jeunes adultes augmente. Nancy Garden publie deux romans avec des personnages de lesbiennes Lark in the Morning (1991) et Good Moon Rising, et reçoit des critiques positives, les livres se vendant également bien. En 1994, M. E. Kerr publie Deliver Us From Evie, à propos d'un garçon qui a une sœur lesbienne, bien reçu par le public. D'autres livres publiés au cours de cette décennie comprennent Dive (1996) de Stacey Donovan, The Necessary Hunger (1997) de Nina Revoyr, The House You Pass On the Way (1997) de Jacqueline Woodson, Girl Walking Backwards (1998) de Bett Williams (visant au départ un public de jeunes adultes mais qui devient très populaire parmi les adolescents), Hard Love (1999) de Ellen Wittlinger et Dare Truth or Promise (1999) de Paula Boock.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Les années 1990 marquent un tournant dans les romans pour jeunes adultes, romans qui explorent la thématique lesbienne, et depuis l'année 2000, un flot de ces livres  arrive sur le marché. L'attitude du public envers les thématiques lesbiennes est plus positive et les thèmes lesbiens sont mieux acceptés.

En 2000, le School library journal inclut Annie on my mind , dans sa liste des 100 livres les plus influents du 20ème siècle[70]-

Dans le passé, la plupart des livres dépeignent les personnes homosexuelles comme «vivant une vie isolée, en marge de la réalité dans une communauté étonnement active.» Par la suite, les livres montrent des personnages gays moins stigmatisés et séparés.

Le roman populaire pour jeunes adultes de 2012, The Miseducation of Cameron Post de Emily M. Danforth, raconte l'histoire d'une fille de 12 ans  envoyée dans un camp afin de suivre une thérapie de conversion dans le Montana[71]. En 2016, débute le tournage d'une adaptation cinématographique du livre.

Il y a moins de livres concernant l'homosexualité féminine que l'homosexualité masculine[72], et plus encore moins de livres sur la bisexualité. Malgré le fait que la disponibilité des livres pour les adolescentes sur les thèmes lesbiens et bisexuels se soit accrue depuis les années 1960, des livres comprenant des personnages qui ne soient pas uniquement blancs sont toujours difficiles à trouver.

Les éditeurs et éditrices[modifier | modifier le code]

Alyson Livres publie  une série de roman policiers d'Elizabeth Sims (sur la photo).

La première maison d'édition lesbienne consacrée à la publication de livres lesbiens et féministes est Daughters, Inc[73] à Plainfield, dans le Vermont, qui publie Rubyfruit Jungle de Rita Mae Brown en 1973. Naïad Press suit qui publie la romance  lesbienne Curious wine de Katherine V. Forrest et de nombreux autres livres. La maison d'édition ferme en 2003 après 31 ans d'existence[74]. La co-fondatrice Barbara Grier transmet ses livres et l'exploitation à une nouvelle maison d'édition Bella Books. Créée en 2001, Bella Books acquiert le catalogue de Naïad Press, y compris la majorité des œuvres de Jane Règle et toutes les œuvres de Karin Kallmaker. Leur catalogue comprend plus de 300 titres de romance lesbienne, roman policier lesbien et érotisme lesbien. 

Parmi les premières maisons d'édition on compte Spinsters Ink (vendue à plusieurs rerprises et maintenant intégrée à Bella Books), Rising Tide Press, Crossing Press, Kitchen Table Press, et New Victoria. Dans de nombreux cas, ces maisons d'éditions sont dirigées par les autrices qui publient leur livres via leur propre maison d'édition, comme Barbara Wilson au Da capo Press, qui fait partie ensuite de Perseus books Group, et Joan Drury chez Spinsters Ink.

Les plus grandes maisons de presse des années 2000 de fictions lesbiennes sont Bella Books, Bold Strokes Books, and Regal Crest Enterprises. Bold Strokes Book, créée en 2005, publie des romans policiers gays lesbiens et masculins, des thrillers, de la science-fiction, des romans d'aventure, et d'autres livre de genre LGBTIQ. Le catalogue comprend 130 titres. Regal Crest Enterprises, créée en 1999, a un catalogue de plus de 150 œuvres, et publie des romances lesbienne, des policiers, des livres érotiques, de la science-fiction, du fantasy et des sagas. Alyson Books se spécialise dans les autrices et auteurs LGBTIQ et dispose  d'un certain nombre de titres lesbiens.

Les maisons d'éditions plus petites comprennent Bedazzled Ink, Bywater Books, Intaglio Publications, Sapphire Books Publishing, Supposed Crimes, Ylva Publishing et Ylva de publishing. Certaines maisons d'édition féminines publient également des fictions lesbiennes de la fiction, comme  Firebrand Books and Virago Press.

Travaux notables[modifier | modifier le code]

Autrices notables (par ordre alphabétique)[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marijane Meaker stated in her 2003 memoir: "[The Price of Salt ] was for many years the only lesbian novel, in either hard or soft cover, with a happy ending."[35]

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Lesbian", Oxford English Dictionary, Second Edition, 1989. Retrieved on January 7, 2009.
  2. Laure Murrat, « Un siècle de littérature lesbienne », Le nouveau magazine littéraire,‎ 29 juin 2018 (réédition de décembre 2003) (lire en ligne, consulté le 29 août 2018)
  3. Foster, Jeannette H. (1985). Sex Variant Women in Literature, Naiad Press. (ISBN 0-930044-65-7), p. 18.
  4. Aldrich, Robert, ed. (2006). Gay Life and Culture: A World History, Thames & Hudson, Ltd. (ISBN 0-7893-1511-4), p. 47–49.
  5. Carol Seajay, « The Backlash and Backlist », The Women's Review of Books,‎
  6. Meredith Miller, Historical Dictionary of Lesbian Literature, Scarecrow Press, 2006
  7. Kenneth Rexroth, Women Poets of China, New Directions Publishing, 1972, p. 135
  8. « Violet Paget Archives – The Paris Review »
  9. Naomi Hetherington, Nadia Valman, Amy Levy: Critical Essays Ohio University Press, Apr 6, 2010
  10. The life and loves of Shibden Hall's Anne Lister, BBC, (lire en ligne)
  11. « BBC Two announces brand new drama: The Secret Diaries Of Miss Anne Lister », BBC Press Office, BBC, (consulté le 1er février 2010)
  12. Fiction Book Review: Two Friends and Other 19th-Century American Lesbian Stories: By American Women Writers by Susan Koppelman, Author, Various, Author, Susan Koppelman, Editor Plume Books $17 (256p) (ISBN 978-0-452-01119-9, lire en ligne)
  13. The Literature of Lesbianism: A Historical Anthology from Ariosto to Stonewall. Ed. Terry Castle. New York: Columbia University Press 2003.
  14. Heller, Tamar. Dead Secrets: Wilkie Collins and the Female Gothic. New Haven, CT: Yale University Press, 1992
  15. https://www.out.com/art-books/2015/6/16/was-charlotte-bronte-gay
  16. Mason, Janet. "The American Sappho: In Pursuit of a Lesbian Emily Dickinson". Harrington Lesbian Fiction Quarterly, 3(3), Sept. 2002, p. 91.
  17. Donoghue, Emma. We Are Michael Field. Bello 2014
  18. Grossberg, Benjamin Scott. “Making Christabel: Sexual Transgression and Its Implication in Coleridge’s ‘Christabel.’” Journal of Homosexuality 41(2), 145-165. 10 July 2001.
  19. Jones, David J. Sexuality and the Gothic Magic Lantern: Desire, Eroticism and Literary Visibilities from Byron to Bram Stoker. Basingstoke: Palgrave Macmillan 2014
  20. Pfeiffer, Dean. "‘Carmilla’: From Web Series to Film, a Review." University Wire, Nov 05, 2017, Social Science Premium Collection, http://search.proquest.com.ezp-prod1.hul.harvard.edu/docview/1961623865?accountid=11311
  21. David Smith, « Lesbian novel was 'danger to nation' », sur The Guardian, (consulté le 16 mars 2017)
  22. Sherri Machlin, « Banned Books Week: The Well of Loneliness by Radclyffe Hall », sur New York Public Library, (consulté le 16 mars 2017)
  23. Walker Rumble, « Publishing Elsa: Will Ransom's Grey Thread », Printing History, American Printing History Association, (consulté le 3 juin 2018)
  24. Gil Troy, « How the American Sappho Published the First Book of Lesbian Love Poetry », sur The Daily Beast, (consulté le 3 juin 2018)
  25. Nicole G Albert, "De la topographie invisible à l'espace public et littéraire :les lieux de plaisir lesbien dans le Paris de la Belle Époque".
  26. Michiko Suzuki, « Writing Same-Sex Love: Sexology and Literary Representation in Yoshiya Nobuko's Early Fiction », The Journal of Asian Studies, vol. 65, no 3,‎ , p. 575 (DOI 10.1017/S0021911806001148, lire en ligne)
  27. Maria Popova, « How Virginia Woolf’s Orlando Subverted Censorship and Revolutionized the Politics of LGBT Love in 1928 »,
  28. Eileen Barrett, Virginia Woolf: Lesbian Readings, NYU Press, Jul 1, 1997
  29. Diana Frederics: Diana, A Strange Autobiography, 1939 « https://web.archive.org/web/20110727161617/http://www.outhistory.org/wiki/Diana_Frederics%3A_Diana%2C_A_Strange_Autobiography%2C_1939 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), . OutHistory (2010-09-26). Retrieved on 2010-11-30.
  30. Gallo, p. 67
  31. History Detectives . Investigations – Diana. PBS. Retrieved on 2010-11-30.
  32. Meredith Miller, « Historical Dictionary of Lesbian Literature », Scarecrow Press,
  33. « The Madness of Queen Jane »,
  34. Grier, Barbara (1973). The Lesbian in Literature. [Naiad Press], 1973.
  35. Marijane Meaker, Highsmith: A Romance of the 1950s, Cleis Press, (ISBN 1573441716), « One », p. 1
  36. Frank Rich, « Loving Carol », Vulture, New York, (consulté le 16 mars 2017)
  37. Patricia Highsmith, « Happily ever after, at last: Patricia Highsmith on the inspiration for Carol », The Daily Telegraph, (consulté le 16 mars 2017)
  38. Patricia Highsmith, Carol, Bloomsbury Publishing, (ISBN 0747507198)
  39. Stockinger, Jacob (4 February 2006). "Leduc, Violette". glbtq: An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture
  40. Hannon, Gerald. « Jane Rule: The woman behind Lesbian Images. » Xtra.ca (Toronto). Retrieved November 29, 2007.
  41. Journal of a Solitude, 1973, pp. 90-91.
  42. Julie Bindel, « A literature of our own »,
  43. Kim Emery, The Lesbian Index: Pragmatism and Lesbian Subjectivity in the Twentieth-Century United States, SUNY Press, 2002
  44. A Study Guide for Rita Mae Brown's "Ruby Fruit Jungle", Gale Cengage Learning, (ISBN 9781410357069, lire en ligne)
  45. (en) Emmanuel S. Nelson, Encyclopedia of Contemporary LGBTQ Literature of the United States, ABC-CLIO, (ISBN 9780313348600, lire en ligne), p. 203
  46. Busia, Abena P. A. Theorizing Black Feminisms: The Visionary Pragmatism of Black Women, Routledge, 1993, (ISBN 0-415-07336-7), p. 225n.
  47. Herring, Scott, 1976-, The Cambridge Companion to American Gay and Lesbian Literature (ISBN 9781107646186, 1107646189 et 9781107046498, OCLC 898029216, lire en ligne)
  48. Sides, Josh, 1972-, Erotic city : sexual revolutions and the making of modern San Francisco, Oxford University Press, (ISBN 9780199703395 et 0199703396, OCLC 496017615, lire en ligne)
  49. Windy City Times, « Lambda Literary Foundation marks 25 years of LGBT writers - Gay Lesbian Bi Trans News Archive - Windy City Times », sur Windy City Times (consulté le 29 août 2018)
  50. George Haggerty, Bonnie Zimmerman Encyclopedia of Lesbian and Gay Histories and Cultures, Taylor & Francis, Sep 2, 2003
  51. Bonnie Zimmerman, Encyclopedia of Lesbian Histories and Cultures, Routledge, Aug 21, 2013, p. 439
  52. Leng Lin Leung Ping-kwan, « lesbianism in literature », Encyclopedia of Contemporary Chinese Culture (consulté le 27 juin 2017)
  53. « (Japanese) Lesbian Literature Recommendations »
  54. Samir Habib, « The Historical Context and Reception of the First Arabic-Lesbian Novel, I Am You, by Elham Mansour », Brunel University London (consulté le 27 juin 2017)
  55. Iman Al-Ghafari, « The Lesbian Subjectivity in Contemporary Arabic Literature: ‘An Absent Presence’ Disciplined by the Gaze », Al-raida; Issue 138-139-140, 2012–2013 (consulté le 27 juin 2017)
  56. Jolanda Guardi, Female Homosexuality in Contemporary Arabic Literature in DEP, 2014, 25, Special Issue "Queerness in the Middle East and South Asia, guest editor, pp. 17-30
  57. Naminata Diabate et Frieda Ekotto, « From Women Loving Women in Africa to Jean Genet and Race: A Conversation with Frieda Ekotto », Journal of the African Literature Association, vol. 4, no 1,‎ , p. 181–202 (lire en ligne)
  58. « A Look at LGBT Literature in sub-Saharan Africa »,
  59. Miller, p. 3
  60. Carolyn Parkhurst, Lost and Found, Back Bay Books, (ISBN 978-0-316-06639-6)
  61. Guy Savage, « Carolyn Parkhurst: Lost and Found », sur MostlyFiction Book Reviews, (consulté le 20 mai 2014)
  62. Jeanette Winterson, « Oranges Are Not The Only Fruit », sur jeanettewinterson.com, (consulté le 20 août 2010)
  63. « (Volume 16, 2013) Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, and Questioning (LGBTQ)-Themed Literature for Teens: Are School Libraries Providing Adequate Collections? », American Library Association, (ISSN 2165-1019, consulté le 27 juin 2017)
  64. Ellen Hart, « ELLEN INTERVIEWS SANDRA SCOPPETTONE » [archive du ], sur EllenHart.com (consulté le 24 juin 2007)
  65. Julia Murphy, « 'Targeted' young adult fiction: the need for literature speaking to gay/lesbian and African-American youth », sur crowbold.com (consulté le 4 mars 2007)
  66. « Annie on Her Mind - 6/1/2003 - School Library Journal », (consulté le 29 août 2018)
  67. « Tacoma writer's gay-theme teen novel offers insights to young adults », (consulté le 29 août 2018)
  68. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées SLJ
  69. « Books in Trouble: Annie on My Mind » [archive du ], National Coalition Against Censorship,
  70. Staff, « One Hundred Books that Shaped the Century » [archive du ], School Library Journal, (consulté le 25 février 2007)
  71. Curtis Sittenfeld, « The Best Novel About a "De-Gaying Camp" Ever Written »,
  72. Blanche Woolls et David V. Loertsche, The Whole School Library Handbook, American Library Association, , 109–112 p. (ISBN 0-8389-0883-7, lire en ligne)
  73. « Daughters, Inc. », sur Lesbian Poetry Archive, (consulté le 6 juillet 2017)
  74. Bullough, Vern L. (2003). Before Stonewall. Haworth, 2003 (262).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Devon W. Carbado, Black Like Us: A Century of Lesbian, Gay, and Bisexual African American Fiction, Cleis Press, 2011
  • Terry Castle, The Literature of Lesbianism: A Historical Anthology from Ariosto to Stonewall, Columbia University Press, 2003
  • Jodie Medd, The Cambridge Companion to Lesbian Literature, Cambridge University Press, 2016
  • Meredith Miller, Historical Dictionary of Lesbian Literature, Scarecrow Press, 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]