Pharoah Sanders

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pharoah Sanders
Pharoah Sanders photo.jpg
Pharoah Sanders en 2006.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Saxophoniste, musicien de jazz, artiste d'enregistrementVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Autres informations
Religion
Membre de
Pharoah Sanders Quartet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instruments
Labels
Genres artistiques
Site web
Discographie
Pharoah Sanders discography (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Pharoah Sanders (nom de scène de Farrell Sanders), né le à Little Rock (Arkansas) et mort le à Los Angeles (Californie), est un saxophoniste américain de jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pharoah Sanders[1],[2],[3] naît de parents professeurs de musique. Il commence à être connu sur la scène jazz d'Oakland (Californie) au début des années 1960.

En 1962, il s'installe à New York et reçoit rapidement le surnom de Pharoah[4] par les membres de l'Arkestra de Sun Ra, avec lesquels il se produit. En 1965, il joue dans le groupe de John Coltrane, au moment où ce dernier commence à expérimenter un nouveau style de jazz, qu'on appellera plus tard le free jazz[5] (ou encore avant-garde jazz). C'est dans ce style que Pharoah Sanders s'illustrera par la suite.

Parmi ses collaborations célèbres, on peut noter celles où chante le vocaliste Leon Thomas. Les yodelling de Thomas, associés aux improvisations de Sanders, à un rythme free jazz détaché d'une structure rigoureuse, ainsi qu'à des textes religieux, spirituels et mystiques (avec un intérêt pour l'Islam), marquent une attirance et un retour vers la musique africaine.

Pharoah Sanders est ainsi considéré comme l'un des inventeurs de l'ethno-jazz.

Il est l'une des figures musicales du Black Arts Movement.

Il meurt le à Los Angeles[6], à l'âge de 81 ans.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Reggie Workman, Pharoah Sanders et Idris Muhammad en 1978.

En tant que leader[modifier | modifier le code]

  • 1964 : Pharoah First
  • 1965 : Quintet[7]
  • 1966 : Tauhid
  • 1969 : Izipho Zam
  • 1969 : Karma
  • 1969 : Jewels of Thought
  • 1970 : Deaf Dumb Blind (Summun Bukmun Umyun)
  • 1971 : Live at the East
  • 1971 : Black Unity
  • 1971 : Thembi
  • 1972 : Wisdom through Music
  • 1973 : Elevation
  • 1974 : Love in Us All
  • 1975 : Live in Paris[8]
  • 1976 : Pharoah
  • 1980 : Journey to the One
  • 1981 : Rejoice / Beyond a Dream
  • 1982 : Heart is a Melody
  • 1985 : Shukuru
  • 1987 : Africa (Curtis Lundy, Idris Muhammad, John Hicks)
  • 1990 : Welcome to Love
  • 1992 : Crescent With Love
  • 1996 : Message From Home
  • 1997 : With a Heartbeat
  • 1998 : Save our Children
  • 2003 : The Creator Has a Master Plan
  • 2005 : With a Heartbeat
  • 2012 : In The Beginning 1963-64[9]
  • 2021 : Great Moments with Pharoah Sanders[10]

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Avec John Coltrane[modifier | modifier le code]

Avec Don Cherry

  • 1966 : Where Is Brooklyn?.

Avec Michael Mantler

Avec Alice Coltrane

Avec Kenny Garrett

  • 2006 : Beyond the Wall
  • 2008 : Sketches of MD (Live at the Iridium).

Avec le groupe ARCANA

  • 1997 : Arc Of The Testimony (Axiom).

Avec Method of Defiance

  • 2007 : Inamorata (sur le morceau Ta'Will).

Avec Mahmoud Guinia

Avec David Murray

Avec Floating Points & The London Symphony Orchestra

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pharoah Sanders | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  2. (en-US) « Encyclopedia of Arkansas », sur Encyclopedia of Arkansas (consulté le )
  3. « Pharoah Sanders : portrait et biographie sur France Musique », sur France Musique (consulté le )
  4. (en-US) « Pharoah Sanders », sur NEA, (consulté le )
  5. Jacques Denis, « Mort de Pharoah Sanders, évangéliste du free jazz », sur Libération (consulté le )
  6. « Légende du jazz, le saxophoniste Pharoah Sanders est mort », Le Monde, 24 septembre 2022.
  7. « Pharoah Sanders Quintet, by Pharoah Sanders », sur Pharoah Sanders (consulté le )
  8. « Live in Paris (1975), by Pharoah Sanders », sur Transversales Disques (consulté le )
  9. « In The Beginning: 1963-1964, by Pharoah Sanders », sur Pharoah Sanders (consulté le )
  10. « Great Moments With Pharoah Sanders, by Pharoah Sanders », sur Timeless Records (consulté le )
  11. « The Trance Of Seven Colors, by Maleem Mahmoud Ghania w/ Pharoah Sanders », sur Zehra (consulté le )
  12. « Promises, by Floating Points, Pharoah Sanders & The London Symphony Orchestra », sur Floating Points (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :