Pharoah Sanders

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pharoah Sanders
Description de cette image, également commentée ci-après
Pharoah Sanders à l'Iridium (New York, 2006)
Informations générales
Nom de naissance Farrell Sanders
Naissance (80 ans)
Little Rock (Arkansas)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Jazz, free jazz, ethno-jazz
Instruments Saxophone ténor
Site officiel pharoahsandersjazz.com

Pharoah Sanders, né Farrell Sanders le à Little Rock (Arkansas, États-Unis) de parents professeurs de musique, est un saxophoniste de jazz américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pharoah Sanders[1], [2],[3] commence à être connu sur la scène jazz d'Oakland (Californie) au début des années 1960.

En 1962, il s'installe à New York et reçoit rapidement le surnom de Pharoah[4] par les membres de Sun Ra, avec lesquels il se produit. En 1965, il joue dans le groupe de John Coltrane, au moment où ce dernier commence à expérimenter un nouveau style de jazz, qu'on appellera plus tard le free jazz (ou encore avant-garde jazz). C'est dans ce style que Pharoah Sanders s'illustrera par la suite.

Parmi ses collaborations célèbres, on peut noter celles où chante le vocaliste Leon Thomas. Les yodelling de Thomas associés aux improvisations de Sanders, à un rythme free jazz détaché d'une structure rigoureuse, ainsi qu'à des textes religieux et mystérieux (avec un intérêt pour l'Islam), marquent une attirance et un retour vers la musique africaine.

Pharoah Sanders est ainsi considéré comme l'un des inventeurs de l'ethno-jazz.

Il est l'une des figures musicales du Black Arts Movement.

Reggie Workman, Pharoah Sanders, et Idris Muhammad, en 1978.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Avec John Coltrane[modifier | modifier le code]

Avec Don Cherry[modifier | modifier le code]

  • 1966 - Where Is Brooklyn?

Avec Michael Mantler[modifier | modifier le code]

Avec Alice Coltrane[modifier | modifier le code]

Avec Kenny Garrett[modifier | modifier le code]

  • 2006 - Beyond the Wall
  • 2008 - Sketches of MD (Live at the Iridium)

Avec Method of Defiance[modifier | modifier le code]

  • 2007 - Inamorata (sur le morceau Ta'Will)

Avec Maleem Mahmoud Ghania[modifier | modifier le code]

Avec David Murray[modifier | modifier le code]

Avec Floating Points & The London Symphony Orchestra[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pharoah Sanders | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 12 juin 2019)
  2. (en-US) « Encyclopedia of Arkansas », sur Encyclopedia of Arkansas (consulté le 12 juin 2019)
  3. « Pharoah Sanders : portrait et biographie sur France Musique », sur France Musique (consulté le 12 juin 2019)
  4. (en-US) « Pharoah Sanders », sur NEA, (consulté le 12 juin 2019)
  5. « In The Beginning: 1963-1964, by Pharoah Sanders », sur Pharoah Sanders (consulté le 16 avril 2021)
  6. « Pharoah Sanders Quintet, by Pharoah Sanders », sur Pharoah Sanders (consulté le 16 avril 2021)
  7. « Great Moments With Pharoah Sanders, by Pharoah Sanders », sur Timeless Records (consulté le 16 avril 2021)
  8. « Live in Paris (1975), by Pharoah Sanders », sur Transversales Disques (consulté le 16 avril 2021)
  9. « The Trance Of Seven Colors, by Maleem Mahmoud Ghania w/ Pharoah Sanders », sur Zehra (consulté le 16 avril 2021)
  10. « Promises, by Floating Points, Pharoah Sanders & The London Symphony Orchestra », sur Floating Points (consulté le 16 avril 2021)