Bernard Malamud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bernard Malamud
Description de cette image, également commentée ci-après
Bernard Malamud en 1979.
Naissance
Brooklyn, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 71 ans)
Manhattan, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture anglais américain

Œuvres principales

Bernard Malamud (né le à Brooklyn et mort le à Manhattan) est un écrivain américain considéré comme l'un des principaux représentant de la littérature juive d'Amérique du Nord.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Malamud est né le 26 avril 1914 dans le quartier new-yorkais de Brooklyn. Ses parents, Mendel Malamud et Brucha Fidelman , sont un couple de migrants juifs fuyant la Russie tsariste. Bernard les décrira comme "doux, honnêtes et aimables (Bernard Malamud biography). Le père tient une épicerie à Brooklyn, au numéro 1111 de Gravesend Avenue, de 1924 à sa mort en 1954. Sa mère souffre d'une maladie mentale et meurt en 1929 à l'hôpital psychiatrique: le futur novelliste n'a que quinze ans. Le seul frère de Bernard, Eugène, naît en 1917 et est diagnostiqué très tôt schizophrène ; il passera l'essentiel de sa vie hospitalisé. Le milieu familial dans lequel grandit Bernard ne porte pas d'intérêt particulier pour les manifestations artistiques, et cependant il aime très tôt la lecture. Il assiste aussi fréquemment à des représentations théâtrales en yiddish. Malamud étudie à l'école secondaire Erasmus Hall de Brooklyn entre 1928 et 1932. durant cette époque il aime beaucoup le cinéma et en particulier les comédies de Charlie Chaplin. Il en parle fréquemment avec ses camarades de classe. Il est reçu comme bachelor au City College de New-York en 1936. Il travaille durant un an pour quatre dollars par jour comme stagiaire avant d'obtenir une bourse du gouvernement pour continuer ses études universitaires. Il obtient le titre de Master à l'Université de Columbia en 1942. Peu après il commence à publier dans des revues ses premiers récits brefs. Bien que son désir soit d'être professeur d'anglais, les circonstances feront qu'il terminera employé au Bureau du recensement à Washington D.C. En 1945, il se marie avec Ann de Chiara,avec qui il aura un fils Paul en 1947, et une fille Janna en 1952. En 1949, il obtient un emploi de professeur à l'Université d'état de l'Oregon.Il laisse ce poste en 1961 pour enseigner l'écriture créative au Bennington College dans le Vermont

Il est enterré au cimetière de Mount Auburn à Cambridge au Massachusetts[1](p177).

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Bernard Malamud est renommé pour ses nouvelles, notamment le recueil Le Tonneau magique (1958), chroniquant sous une forme proche de la parabole la vie des immigrés et descendants d'immigrés juifs d'Europe de l'Est aux États-Unis, dans les quartiers pauvres de Manhattan et Brooklyn. Paru en 1969, Portraits de Fidelman est un recueil de nouvelles satiriques dans lesquelles le personnage récurrent, le peintre Fidelman, incarne la relation ambivalente de Malamud à la figure de l'artiste. Avec Saul Bellow, Malamud est considéré comme l'un des deux maîtres du roman juif-américain, qui ont considérablement influencé les écrivains de la génération suivante tels que Cynthia Ozick et surtout Philip Roth, qui lui consacre un émouvant portrait dans Parlons travail.

Parmi les romans de Malamud, il faut retenir le premier, Le Meilleur (1952), fable parodique sur le baseball imprégnée par la mythologie du Graal, qui a été adaptée au cinéma dans Le Meilleur avec Robert Redford, Les Locataires (The Tenants, 1971), qui aborde les tensions entre la communauté noire et la communauté juive en Amérique, et surtout Le Commis (The Assistant, 1957), fable crépusculaire dans laquelle Malamud développe une éthique de la résignation qui lui est caractéristique.

En 1966, son roman L'Homme de Kiev (The Fixer), inspiré de l'affaire Beilis, est récompensé par le National Book Award et le prix Pulitzer de fiction. Il est adapté deux ans plus tard au cinéma sous le même titre.

Romans[modifier | modifier le code]

  • The Natural (Le Meilleur), 1952
  • The Assistant (Le Commis), 1957
  • A New Life (Une nouvelle vie), 1961
  • The Fixer (L'Homme de Kiev), 1966
  • The Tenants (Les Locataires), 1971
  • Dubin's Lives (La Vie multiple de William D.), 1979
  • God's Grace (La Grâce de Dieu), 1982

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • The Magic Barrel (Le Tonneau magique), 1958
  • Idiots First (Les Idiots d'abord), 1963
  • Pictures of Fidelman (Portraits de Fidelman), 1969
  • Rembrandt's Hat (L'Homme dans le tiroir), 1973
  • The Stories of Bernard Malamud, 1983
  • The People and Uncollected Stories (Le Peuple élu et Pluie de printemps), 1989
  • The Complete Stories, 1997

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lynn Schweikart, Peaceful places, Boston : 120 tranquil sites in the city and beyond, Menasha Ridge Press, , 240 p. (ISBN 978-0-89732-542-4, OCLC 793737805, lire en ligne)
  • Bernard Malamud Biography dans notablebiographies.com
  • Yardley, Jonathan :"Bernard Malamud Put'New Life' into the American Novel" The Washington Post , 3 décembre 2004
  • Maydeu, Javier Aparicio:3Esplendor y miserias de un escritor serio" El Pais, 24 décembre 2005

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]