Nikki Giovanni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nikki Giovanni
Description de cette image, également commentée ci-après
Nikki Giovanni à l'université Emory en 2008.
Nom de naissance Yolande Cornelia "Nikki" Giovanni Jr
Naissance
Knoxville, Tennessee
Activité principale
écrivaine, poète, critique, universitaire
Distinctions
NAACP Image Awards, National Endowment for the Arts Fellowship
Auteur
Mouvement Black Arts Movement, Black Power

Yolande Cornelia Giovanni, Jr., connue sous le nom de Nikki Giovanni (née le à Knoxville dans le Tennessee), est une écrivaine, poète, universitaire, et militante afro-américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nikki Giovanni[1] née Yolande Cornelia Giovanni, née le à Knoxville, dans le Tennessee, de Jones Giovanni, dit Gus[2], et de Yolande Cornelia[3] est une poète et écrivaine américaine de premier plan[4],[5],[6] surnommée la "Princesse de la poésie noire"[7],[8],[9] et qui s'est fait également connaître pour son implication dans le Black Arts Movement[10],[11],[12] de la fin des années 1960[13].

Nikki Giovanni 1.jpg

Enfance et scolarité[modifier | modifier le code]

Nikki Giovanni a grandi dans les Lincoln Heights, un quartier d'afro-américains, dans la banlieue de Cincinnati dans l'Ohio[14]. C'est sa sœur aînée Gary qui lui donne le diminutif de « Nikki ». Elle et sa sœur Gary passent régulièrement des week-ends chez leurs grands parents à Knoxville, c'est sa grand mère Louvenia[15],[16] qui lui donne le gout de la lecture et qui la soutiendra pour réaliser ses projets littéraires. Après ses études secondaires à la Lockland High School (en) puis à la Austin High School[17], elle entre à l'université Fisk de Nashville où elle obtiendra son Bachelor of Arts (licence) en 1967 avec la mention magna cum laude. Nikki y dirigera le magazine littéraire des étudiants Elan, participe au séminaire de création littéraire animé par John Oliver Killens (en)[18], et s'engage dans le comité de coordination des étudiants pour la paix (cf. guerre du Viet-Nam) - le SNCC (Student Nonviolent Coordinating Committee)-.

Les premiers pas dans la vie culturelle[modifier | modifier le code]

De retour chez elle, elle organise à Cincinnati le premier Festival des arts noirs (Black Arts Festival). Elle fait la connaissance de James Baldwin et de Sonia Sanchez, avec qui elle nouera des relations d'amitiés durables.

La même année en 1967, elle perd sa grand-mère, Louvenia Watson, qui la marque et pour exprimer sa souffrance elle se lance dans l'écriture, des poèmes inspirés par son deuil sont inclus dans son recueil de poèmes Black Feelings, Black Talk qui sera publié en 1968..

Comme beaucoup d'afro-américains, les assassinats de Malcolm X en 1965 puis de Martin Luther King.Jr en 1968, sont des déclencheurs d'une radicalisation et d'un rapprochement d'avec les Black Panthers.

En 1968, Nikki Giovianni obtient une bourse de la Fondation Ford[19],[20] qui lui permet de poursuivre ses études à l'École de l'action sociale (School of Social Work) de l'université de Pennsylvanie, puis ayant reçu une bourse de la National Foundation of the Arts - de la National Endowment for the Arts - elle entre à l'université Columbia de New York[21]où elle obtiendra un Master of Fine Arts[22].

En 1967[23], alors qu'elle est encore étudiante à l'université Columbia de New York, elle publie son premier recueil de poèmes Black Feeling, Black Talk, qui fut vendue à plus de dix mille exemplaires[4], suivi de Black Judgement[24]. Le succès de sa première publication lui permet de faire ses premiers pas d'enseignante au Livingston College de l'Université Rutgers.

Une figure de la culture afro-américaine[modifier | modifier le code]

Dès 1970 elle se fait connaître en intervenant régulièrement sur l'émission de télévision Soul ![25] elle y rencontre des personnalités afro-américaines diverses comme Carmen De Lavallade, Muhammad Ali[26], James Baldwin, Jesse Jackson, Harry Belafonte, Sidney Poitier, Gladys Knight, Miriam Makeba, Stevie Wonder, Linda Hopkins, etc.

Les années 1970 sont pour Nikki Giovanni une décennie fertile, elle publie plusieurs enregistrements sonore de sa poésie, elle lance plusieurs recueils de poésie pour la jeunesse, des recueils de poésie (The Women and the Men, Cotton Candy on a Rainy Day, etc.). Dans Gemini (1970) elle publie son premier essai sur l'expérience de la condition des poètes afro-américains. Elle prolonge sa réflexion existentielle avec la publications de deux échanges l'un avec James Baldwin (A Dialogue: James Baldwin et Nikki Giovanni, 1973) et l'autre avec Margaret Walker (A Poetic Equation: Coversations Between Nikki Giovanni and Margaret Walker, 1974) . Toujours en 1970, elle fonde la maison d’édition NikTom, Ltd[27].

La reconnaissance nationale[modifier | modifier le code]

Elle est acceptée comme membre de la Delta Sigma Theta (en)Sorority[28],[29],[30] et nommée membre à vie du National Council of Negro Women (en)[31].

Nikki Giovanni est régulièrement invitée à donner des conférences ou y animer des ateliers de création littéraire dans diverses universités américaines[32] : la Texas Christian University, l'Université de l'Oregon, l'Université du Minnesota, l'Université de la Californie du Sud, l'Université de l'Indiana, la Johnson & Wales University (en), etc. En 1987 elle devient professeur de littérature anglaise à la Virginia Tech[33],[34].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , elle donne naissance à son fils Thomas Watson Giovanni.

En 1995, les médecins annoncent qu'elle est atteinte d'un cancer du poumon[14], après de nombreuses interventions, Nikki s'en sort[35] et écrit Blues: For All the Changes en 1999, qui contient des poèmes sur sa lutte contre le cancer[36].

Regards sur son œuvre[modifier | modifier le code]

Avec un corpus d'œuvres comprenant des poèmes défendant l'égalité raciale et des droits civiques, des recueils de poésies pour enfants et des pièces personnelles et introspectives, la polyvalence et la créativité caractérisent l'œuvre de Nikki Giovanni[37],[9],[10],[38],[39] ainsi que l'utilisation du vers libre, de la répétition, de la métaphore étendue.

Le vers libre est une forme qui crée son propre arrangement d'écriture unique. chaque poème est structuré en fonction d'effets rythmiques et des sujets abordés. Ce style proche de la conversation permet une plus grande proximité avec les lecteurs.

Nikki Giovanni utilise la répétition pour rythmer ses poèmes, elle répète souvent des lettres, des syllabes, des mots, des phrases ou des idées afin de valoriser un thème, de le renforcer.

L'utilisation de la métaphore étendue permet de comparer deux choses différentes dans une même œuvre, style qui provoque la surprise, casse les associations ordinaires, figure de rupture qui permet de susciter des émotions chez les lecteurs.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

2007 Virginia Tech massacre - Nikki Giovanni speaks.jpg

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Black Judgement, éd. Broadside Lotus Press (en), 1968
  • Black Feeling, Black Talk, éd. Broadside Lotus Press, 1970
  • Black Feeling, Black Talk / Black Judgement, éd. Harper Perennial, 1970
  • Re:Creation, éd. Broadside Lotus Press, 1971
  • My House, éd. Harper Perennial, 1972
  • The Women and the Men, éd. Harper Perennial, 1975
  • Cotton Candy on a Rainy Day, éd. Harper Perennial, 1980
  • The Selected Poems, 1968-1995, éd. William Morrow and Company (en) 1996
  • Love Poems, éd. William Morrow, 1997
  • Blues: For All the Changes, éd. William Morrow, 1999
  • Those Who Ride the Night Winds, éd. Harper Perennial, 1999
  • Quilting the Black-Eyed Pea, éd. William Morrow, 2002
  • The Collected Poetry, 1968-1998, éd. Harper Perennial Modern Classics, 2007
  • Acolytes, éd. William Morrow, 2007
  • Bicycles, éd. William Morrow, 2009
  • The 100 Best African American Poems, éd. Sourcebooks MediaFusion, 2010
  • Chasing Utopia: A Hybrid, éd. William Morrow, 2013
  • A Good Cry: What We Learn From Tears and Laughter, éd. William Morrow, 2017[40]

Livres pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Spin a Soft Black Song: Poems for Children, éd. Square Fish, 1971
  • Ego-Tripping and Other Poems for Young People, éd. Chicago Review Press (en), 1974[38]
  • Vacation time: Poems for children, éd .William Morrow, 1980
  • Knoxville, Tennessee, éd. Scholastic, 1994
  • The Genie in the Jar, éd. Henry Holt and Co, 1996
  • The Sun Is So Quiet, éd. Henry Holt and Co, 1996
  • Just For You!: The Girls in the Circle, éd. Scholastic Teaching Resources, 2004
  • Hip Hop Speaks to Children: A Celebration of Poetry with a Beat, éd. Sourcebooks, 2008
  • Lincoln and Douglass: An American Friendship, éd. Henry Holt and Co, 2008
  • The Grasshopper's Song: An Aesop's Fable Revisited, éd. Candlewick Press (en), 2008
  • I Am Loved, éd. Atheneum Books (en), 2018[41]

Essais et conversations[modifier | modifier le code]

  • Night Comes Softly: An Anthology of Black Female Voices, éd. Medic Press, 1970
  • Gemini: An Extended Autobiographical Statement on My First Twenty-Five Years of Being a Black Poet, éd. Penguin Books, 1971
  • A Poetic Equation: Coversations Between Nikki Giovanni and Margaret Walker, éd. Howard University Press (en), 1974
  • Sacred Cows-- And Other Edibles, éd. Quill, 1989
  • Applachian Elders: A Warm Hearth Sampler, éd. Pocahontas Press, 1991
  • Racism 101, éd. Quill, 1994
  • Shimmy Shimmy Shimmy Like My Sister Kate: Looking At The Harlem Renaissance Through Poems, éd. Henry Holt and Co, 1996
  • Grand Mothers: Poems, Reminiscences, and Short Stories About The Keepers Of Our Traditions, éd. Henry Holt and Co, 1996
  • The Prosaic Soul of Nikki Giovanni, éd. Harper Perennial, 2003
  • On My Journey Now: Looking at African-American History Through the Spirituals, éd. Candlewick Press, 2007
  • Rosa, éd. Henry Holt and Co, 2005

Enregistrements sonores (cassettes, vinyls et CD)[modifier | modifier le code]

  • Ego Tripping, éd. Smithsonian Folkways Recordings, 1976
  • Like A Ripple On A Pond, Vol.1, éd. Collectables, 1993
  • Truth Is On Its Way, Vol.2, éd. Collectables, 1993
  • Jackie Robinson Tribute: Stealing Home, éd. Sony Music, 1997
  • In Philadelphia, éd. Collectables, 1997
  • Nikki Giovanni Poetry Collection, éd. Caedmon, 2002
  • The Reason I Like Chocolate, éd. Smithsonian Folkways Recordings, 2007
  • The Way I Feel, éd. I Am Digital, 2008
  • An Evening with Nikki Giovanni, éd. I Am Digital, 2008
  • Poems, éd. I Am Digital, 2008
  • Only The Best Of Nikki Giovanni, éd. Collectables, 2009
  • Legacies: The Poetry of Nikki Giovanni, éd. Folkways Records, 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nikki Giovanni in the Classroom: The Same Ol Danger But a Brand New Pleasure, par Carol Jago, éd. National Council of Teachers of English, 1999
  • Nikki Giovanni: A Special Poet, par Jacqueline Churchill, éd. Houghton Mifflin, 2004
  • Nikki G: A Portrait of Nikki Giovanni in Her Own Words, par Darryl L. Lacy, éd. iUniverse, 2012
  • The Fire Inside: The Story and Poetry of Nikki Giovanni, par Susan Watson Turner, éd. Xlibris, 2012
  • Nikki Giovanni: A Literary Biography, par Virginia Fowler, éd. Praeger, 2013

Prix et distinctions (sélection)[modifier | modifier le code]

Nikki Giovanni est la poète américaine la plus récompensée[43],[44],[32] aussi ne figurent dans cette liste que les prix les plus significatifs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Nikki Giovanni | Biography, Books, Poetry, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 7 juin 2019)
  2. (en-US) « Yolande Cornelia Giovanni Jr Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 7 juin 2019)
  3. « Nikki Giovanni », sur www.nndb.com (consulté le 7 juin 2019)
  4. a et b (en) Poetry Foundation, « Nikki Giovanni », sur Poetry Foundation, (consulté le 7 juin 2019)
  5. (en-GB) Sara Sherwood, « Nikki Giovanni – Poet, Activist », sur The Heroine Collective, (consulté le 7 juin 2019)
  6. « 15 Black Women Poets Everyone Should Know », sur For Harriet | Celebrating the Fullness of Black Womanhood (consulté le 9 juin 2019)
  7. « Nikki Giovanni | Americans Who Tell The Truth », sur www.americanswhotellthetruth.org (consulté le 9 juin 2019)
  8. (en-GB) Philip French, « Details: Philip French in praise of Nikki Giovanni », The Observer,‎ (ISSN 0029-7712, lire en ligne, consulté le 9 juin 2019)
  9. a et b « Nikki Giovanni », sur sites.psu.edu (consulté le 9 juin 2019)
  10. a et b « Nikki Giovanni | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 7 juin 2019)
  11. (en-US) « Historical Overviews of the Black Arts Movement », sur www.english.illinois.edu (consulté le 7 juin 2019)
  12. (en) « Passionate words, Nikki Giovanni », sur African American Registry (consulté le 9 juin 2019)
  13. (en-US) « Nikki Giovanni », sur Biography (consulté le 7 juin 2019)
  14. a et b (en-US) « Nikki Giovanni: African American Writer », sur www.myblackhistory.net (consulté le 7 juin 2019)
  15. Patrick A. Howell interviews Nikki Giovanni, « Nikki Giovanni: In Her Revolutionary Dream », sur Los Angeles Review of Books (consulté le 9 juin 2019)
  16. (en-US) « Book Review: Nikki Giovanni - Still Feisty After All These Years », sur The Arts Fuse, (consulté le 9 juin 2019)
  17. (en-US) Randal Rust, « Yolande Cornelia "Nikki" Giovanni », sur Tennessee Encyclopedia (consulté le 7 juin 2019)
  18. (en) « John Oliver Killens | American writer and activist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 7 juin 2019)
  19. « Nikki Giovanni Page », sur www.soulwalking.co.uk (consulté le 7 juin 2019)
  20. (en-US) « Ohio Reading Road Trip | Nikki Giovanni Biography », sur www.orrt.org (consulté le 7 juin 2019)
  21. Academy of American Poets, « Nikki Giovanni | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le 7 juin 2019)
  22. (en) « Nikki Giovanni: Biography & Poems », sur Study.com (consulté le 7 juin 2019)
  23. (en-US) « March 22. 1967- The Book, Black Feeling, Black Talk, Goes Over », sur American Champions 365, (consulté le 25 juillet 2019)
  24. (en-US) « Yolande Cornelia "Nikki" Giovanni (1943- ) • BlackPast », sur BlackPast, (consulté le 7 juin 2019)
  25. Soul! (TV Series 1968–1973) - IMDb (lire en ligne)
  26. (en-US) « Soul!: 1971-Miriam Makeba, Muhammad Ali, Nikki Giovanni, the Delfonics », sur Broadcasting While Black, (consulté le 9 juin 2019)
  27. (en) « Nikki Giovanni », sur Soul Walking
  28. « Delta Sigma Theta Sorority, Inc. », sur www.deltasigmatheta.org (consulté le 9 juin 2019)
  29. (en-US) « We Marched: Nikki Giovanni’s Tribute to Delta Sigma Theta », sur Watch The Yard, (consulté le 9 juin 2019)
  30. (en-US) « We make an offering, a conversation with Nikki Giovanni », sur Heat magazine
  31. (en) « Acclaimed poet Nikki Giovanni to speak at Colgate », sur Colgate University News, (consulté le 9 juin 2019)
  32. a et b (en-US) « Library System - Howard University », sur www.howard.edu (consulté le 9 juin 2019)
  33. « Nikki Giovanni | Department of English | Virginia Tech », sur archive.is, (consulté le 8 juin 2019)
  34. (en) « Poet Nikki Giovanni Speaks at Black Heritage Celebration Event », sur gwtoday.gwu.edu (consulté le 9 juin 2019)
  35. (en-US) « Nikki Giovanni's Aha! Moment », Oprah.com,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2019)
  36. (en) « Poet Nikki Giovanni On Change: 'Approach It With A Smile' », sur NPR.org (consulté le 9 juin 2019)
  37. (en) « Nikki Giovanni: Biography & Poems », sur Study.com (consulté le 9 juin 2019)
  38. a et b « Ego-Tripping | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 9 juin 2019)
  39. (en-US) « God Parent of Hip Hop Nikki Giovanni », sur www.nathanielturner.com (consulté le 9 juin 2019)
  40. (en-US) Anne Branigin, « The Unsinkable Nikki Giovanni Reflects on a Life of Tears and Laughter in New Collection », sur The Root (consulté le 9 juin 2019)
  41. (en) I AM LOVED by Nikki Giovanni , Ashley Bryan | Kirkus Reviews (lire en ligne)
  42. (en-US) « James Baldwin and Nikki Giovanni in Conversation », sur AALBC.com's Discussion Forums (consulté le 9 juin 2019)
  43. (en-US) « Nikki Giovanni, Poet Laureate », sur Literacy Empowerment Action Project (consulté le 8 juin 2019)
  44. (en) « Nikki Giovanni to be honored for lifetime contributions to literature », sur www.vtnews.vt.edu (consulté le 8 juin 2019)
  45. (en-US) Website Admin, « Medallion Recipients | The City College of New York », sur www.ccny.cuny.edu, (consulté le 8 juin 2019)
  46. (en-US) « NAACP Image Award for Outstanding Literary Work – Poetry »
  47. (en-US) « Rosa | Awards & Grants », sur www.ala.org (consulté le 8 juin 2019)
  48. (en-US) LMCLELLAN, « Rosa, 2006 Caldecott Honor Book », sur Association for Library Service to Children (ALSC), (consulté le 8 juin 2019)
  49. (en-US) #TeamEBONY, « Nikki Giovanni Honored with Maya Angelou Lifetime Achievement Award », sur EBONY, (consulté le 9 juin 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]