Reptile humanoïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le reptile humanoïde est une créature imaginaire représentée sous la forme de reptile à l'allure humaine. Il est connu sous différents noms : reptilien, reptoïde, dinosauroïde, homme-lézard, saurial, reptite, draconien, voire dragon.

Le reptile humanoïde est une figure qui se retrouve dans différents mythes et légendes, ainsi que dans la culture populaire. Certains partisans de théorie du complot pensent que ces créatures existent bel et bien et qu'elles œuvrent dans l'ombre dans le but de manipuler l'espèce humaine.

Mythologie[modifier | modifier le code]

On retrouve des reptiles humanoïdes dans les différents mythes et légendes, par exemple l’histoire de la fée Mélusine[1]. Ce sont souvent des créatures mi-homme mi-serpent. On rencontre aussi des formes de dragons humanoïdes dans les cultures asiatiques. Bien que créature fantastique, le dragon est considéré comme un reptile. Les serpents, dragons ou autres appellations similaires ont souvent désigné des êtres de pouvoir liés le plus souvent aux éléments de la nature[réf. souhaitée].

Science[modifier | modifier le code]

Photographie de maquette de dinosauroïde et troodon, sans plumages.
Dinosauroïde et troodon, sans plumages.

Une expérience de pensée émise en 1982 par le paléontologue Dale Russell, basée sur sa découverte, du premier crâne de sténonychosaure[2], évoque les reptiles humanoïdes, appelés aussi les « dinosauroïdes ». Selon cette idée, l'espèce dominante sur la planète Terre aurait été une évolution des dinosaures, et non les humains (des mammifères), si les dinosaures non aviaires (entre autres) n’avaient pas disparu durant la crise K-T[3].

Ufologie[modifier | modifier le code]

Comparaison reptilien et humain selon l'ufologie.


R. A. Boulay a publié en 1990 un livre sur ce qu'il imagine être le « passé reptilen de l'Humanité »[4].

L'ufologue Max Spiers (1976-2016) soutient, quant à lui[5], la thèse que des draconiens reptiliens, issus de la planète Alpha Draconis, pilotent une gouvernance mondiale secrète de type nazi à travers les élites, les institutions et le système financier ; selon lui, d'autres extraterrestres formeraient aussi un État vampire pratiquant des sacrifices d'enfants.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Figurine reptilienne de la période d'Obeïd, Ur (Mésopotamie), actuel Irak.

Parmi des figurines en terre cuite[6] datant de 4500 à , appartenant à la culture d'Obeïd et retrouvées à Ur (Irak) entre 1919 et 1922 durant des fouilles archéologiques menées par Henry Hall, certaines sont représentées avec une « tête de lézard »[7],[8]. Certains auteurs comme David Icke[9],[10] partisans de la théorie du complot ou adhérents à la théorie des Anciens Astronautes (Anunnaki)[11] s'appuient, entre autres, sur l'existence de ces figurines pour accréditer celle des reptiliens.

Théorie du complot[modifier | modifier le code]

Le complotiste britannique David Icke affirme que des « reptiliens » ou Annunakis changeurs de forme, issus d’une lignée hybride humains-reptiles tirant leur origine de l’ancienne Babylone et de la civilisation sumérienne, gouvernent notre planète de manière occulte. L’auteur a popularisé le thème du « reptile humanoïde ». De plus, cette espèce aurait la réputation de se nourrir d'humains et de leur énergie négative créée par la peur et la haine, dont elle tirerait sa force et son éternité. Le complot serait donc une sorte d'invasion, une domination, dans le but de parfaire une nouvelle espèce en manipulant la première[12].

L’auteur John Rhodes pense quant à lui que les reptiliens sont issus du système de cavernes et galeries souterraines présentes sous la terre où les reptiliens se seraient réfugiés après une grande catastrophe.

Plusieurs auteurs, dont Fritz Springmeier et Don Bradley, les assimilent aux Nephilims mentionnés dans le Livre d'Enoch et la Bible[13].

Les mythologies ufologiques et New Age se réfèrent volontiers au mystérieux suédois Ole K. présenté comme l'auteur, le , d'une très longue interview d'une reptilienne souterraine, nommée Lacerta, se proclamant représentante du premier peuple intelligent autochtone de la Terre[14],[15].

Selon ces théories, des figures mondiales éminentes et puissantes telles qu'Élisabeth II et la maison Windsor, George W. Bush et Barack Obama, les Rockefeller et les Rothschild... seraient en fait des Reptiliens[16],[17]. Ceux-ci seraient reconnaissables à des attributs physiques subtils et vérifiables, notamment la modification de la taille de leurs pupilles.

Dans une enquête de 2013 aux États-Unis, il apparaît que 4 % des personnes interrogées penseraient que des reptiliens « contrôlent nos sociétés »[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean d’Arras (trad. Michèle Perret), Le Roman de Mélusine ou l'Histoire des Lusignan, Paris, Stock, coll. « Stock-plus », 1979. Une autre adaptation en français moderne : Louis Stouff, Mélusine : roman du XIVe siècle, publié pour la première fois d'après le manuscrit de la bibliothèque de l'Arsenal, avec les variantes des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Slatkine, 1976, reprod. en fac-sim. de l'éd. de Dijon, 1932.
  2. (en) Jeff Hecht, « Smartasaurus – If they hadn't been wiped out in a global catastrophe 65 million years ago, could dinosaurs have evolved intelligence? », sur cosmosmagazine.com, (consulté le ).
  3. (en-US) Gregory S. Paul, Predatory Dinosaurs of the World, Simon & Schuster, , p. 397
  4. (en) R.A. Boulay, Flying Serpents and Dragons: The Story of Mankind's Reptilian Past, Galaxy Books, Clearwater, Florida, 1990.
  5. (en) « The virus blood wars of draconian vampires and reptilians », sur Out of this worldx, (consulté le )
  6. Google images
  7. (en) Dominique Collon, Ancient Near Eastern Art, , 247 p. (ISBN 978-0-520-20307-5, lire en ligne), p. 46
  8. (en) I. E. S. Edwards, N. G. L. Hammond, The Cambridge Ancient History, vol. 1 (ISBN 978-0-521-07051-5), p. 359
  9. (en) David Icke et Neil Hague, The biggest secret, , 517 p. (ISBN 978-0-9526147-6-0)
  10. (en) David Icke et Neil Hague, Human race get off your knees : the lion sleeps no more, , 517 p. (ISBN 978-0-9526147-6-0)
  11. (en) Maximillien De Lafayette, Anunnaki Genetic Creation of the Human Races, Demons and Spirits., , 3e éd., 282 p. (ISBN 978-0-557-64421-6), p. 359
  12. (en) Jon Ronson, « Beset by lizards », The Guardian UK, (consulté le ).
  13. [vidéo] [1]
  14. « l'interview de Ole K. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  15. Dossier reptiliens de Patrick Delsaut.
  16. (en) Susie Mesure, « David Icke is not the Messiah. Or even that naughty. But boy, can he drone on », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en-US) Michael Barkun, A Culture of Conspiracy : Apocalyptic Visions in Contemporary America, University of California Press, , 243 p. (ISBN 978-0-520-24812-0, lire en ligne)
  18. (en-GB) Paul Harris, « One in four Americans think Obama may be the antichrist, survey says », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]