Barbara Kingsolver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barbara Kingsolver
Description de cette image, également commentée ci-après
Barbara Kingsolver (à droite) interviewée lors du National Book Festival
Naissance (66 ans)
Annapolis, Maryland, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain

Œuvres principales

  • Les Yeux dans les arbres
  • Un Jardin dans les Appalaches
  • Un autre monde

Barbara Kingsolver, née le à Annapolis dans le Maryland, est une écrivaine américaine. Sous forme de romans, d'essais, de nouvelles ou encore de poèmes, ses écrits reflètent son intérêt pour la justice sociale et la biodiversité[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Peu après la naissance de Barbara, sa famille emménage en 1956 à Carlisle, un village rural du Kentucky. Elle a sept ans quand sa famille part pour deux ans au Congo, l'actuelle République Démocratique du Congo[2], où son père exerce comme médecin. Ils y vivront sans électricité ni eau courante.

Après le lycée, Barbara Kingsolver obtient une bourse pour suivre des études musicales à l'Université DePauw, à Greencastle, Indiana[3]. Elle s'engage dans une formation classique comme pianiste. Se rendant compte combien les débouchés sont rares, elle se réoriente vers un cursus de biologie[4]. C'est ainsi qu'elle obtient une licence en sciences en 1977. En parallèle à ses études, elle s'investit dans le militantisme, contestant l'engagement américain au Viêt Nam, lisant Karl Marx et Betty Friedan[5].
Après l'obtention de sa licence, elle passe une année en France puis emménage à Tucson, en Arizona. En 1980, elle s'inscrit à l'Université d'Arizona, dont elle sort diplômée avec un mastère en écologie et biologie de l'évolution.

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Pendant ses dernières années d'études, Barbara Kingsolver se met à écrire. Son premier roman, L'arbre aux haricots, est né de ses nuits d'insomnies[6]. Il raconte l'histoire d'une jeune femme quittant son Kentucky natal à la découverte de l'Ouest des États-Unis[7].

A peine un an plus tard, en 1989, Barbara Kingsolver publie un second ouvrage. Il s'agit d'un recueil de nouvelles qui ne sera édité en France qu'en 2015, sous le nom d'Une île sous le vent. Les douze nouvelles qu'il contient racontent toutes des histoires d'amour, libératrices ou étouffantes, du point de vue de femmes[8].

Dans Un autre monde, elle fait vivre un jeune garçon entre Mexique et États-Unis. Elle y évoque aussi bien les manifestations de vétérans et leur répression violente sous Hoover, que les amours de Frida Kahlo et de Léon Trotsky, son assassinat en 1940 ou que le Maccarthisme qui vient à bout du jeune héros. Ce roman a reçu le Prix Orange pour la fiction en 2010.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle vit aujourd'hui dans les Appalaches. Contrairement à de nombreux auteurs, elle a choisi de vivre en milieu rural et déplore le mépris des élites envers les habitants des campagnes[9].

Barbara Kingsolver a deux filles : Camille, née en 1987 d'une première union avec Joseph Hoffmann, et Lily, née en 1996, de son union avec Steven Hopp, professeur en sciences de l'environnement[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

Par date de parution des traductions en français :

Non traduits :

  • 1989 : Holding the Line: Women in the Great Arizona Mine Strike of 1983 (essai)
  • 2002 : Last Stand: America's Virgin Lands (essai) avec la photographe Annie Griffiths Belt

Essais[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Petit miracle et autres essais — (Small Wonder : Essays, 2002)

Non traduits :

  • 1989  : Holding the Line: Women in the Great Arizona Mine Strike of 1983
  • 1995  : High Tide in Tucson

Poèmes[modifier | modifier le code]

Non traduit :

  • 1992 : Another America

Articles, contributions à des revues[modifier | modifier le code]

Barbara Kingsolver a contribué à de nombreux magazines, journaux ou revues scientifiques[11].

Au début de sa carrière de scientifique, Barbara Kingsolver a publié des thèses et articles au sujet des plantes et leur développement dans des zones désertiques.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. At lunch with : Barbara Kingsolver: « Ms. Kingsolver writes books with strong idealistic messages, about the environment, the working poor, Central American refugees, single motherhood, and Indian rights ».
  2. Barbara Kingsolver turns to her past to understand the present: « Barbara Kingsolver was a little girl of seven when she and her family left their Kentucky home to spend two years in the Congo ».
  3. At lunch with: Barbara Kingsolver : « [...] she fled for DePauw University in Greencastle, Ind., winning a music scholarship. ».
  4. Idem, ibidem: « "I was trained in classical piano, but it kind of dawned on me that classical pianists compete for six job openings a year, and the rest of us get to play 'Blue Moon' in a hotel lobby," she said. So she switched to biology. ».
  5. The Novel As Indictment : « Soon she found a comfortable role as a campus activist, reading The Feminine Mystique (a book that changed my life) and Karl Marx (the scales fell from my eyes) and joining sit-ins in front of the R.O.T.C. building. »
  6. « Barbara Kingsolver », sur Babelio (consulté le 2 décembre 2020)
  7. « L'Arbre aux haricots - Barbara Kingsolver - SensCritique », sur www.senscritique.com (consulté le 2 décembre 2020)
  8. (en) Russell Banks, « Distant as a Cherokee Childhood », sur nytimes (consulté le 2 décembre 2020)
  9. (en) James Marriott, « Barbara Kingsolver interview: The Poisonwood Bible author talks about how her mother’s death allowed her to write about family », sur thetimes.co,
  10. « Brief Biography | Barbara Kingsolver », sur www.kingsolver.com (consulté le 2 décembre 2020)
  11. (en) « Barbara Kingsolver's Bibliography », sur http://barbarakingsolver.com (consulté le 4 décembre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]