Thelonious Monk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monk (homonymie).
Thelonious Monk
Description de cette image, également commentée ci-après
Thelonious Monk en 1947.
Informations générales
Nom de naissance Thelonious Sphere Monk
Naissance
Rocky Mount (Caroline du Nord)
Décès (à 64 ans)
Englewood (New Jersey)
Activité principale pianiste, compositeur
Genre musical jazz, bebop, hard bop
Instruments piano
Années actives 1944-1971
Labels Blue Note, [[Prestige]], Riverside, Columbia

Thelonious Monk () est un pianiste et compositeur de jazz américain célèbre pour son style d'improvisation, ainsi que pour avoir écrit de nombreux standards de jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Le nom de famille de Monk vient d'un certain Archibald Monk, propriétaire d'une plantation, qui avait comme esclave au milieu du XIXe siècle l'arrière-grand-père de Thelonious Monk[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Thelonious Sphere Monk naît à Rocky Mount en Caroline du Nord le [2]. Il semblerait que le nom figurant sur l'acte de naissance soit « Thellous Junior Monk », probablement une mauvaise écriture de Thelonious Monk, Junior – le père de Monk s'appelait lui-même Thelonious[3]. Ce prénom vient d'un moine bénédictin du VIIe siècle ; le pianiste s'est inventé son deuxième prénom « Sphere », issu d'une déformation du nom de famille de sa mère, Speer[1].

En 1922, alors qu'il a quatre ans, le futur pianiste, sa mère Barbara, sa grande sœur Marion et son petit frère Thomas s'établissent à Manhattan, au 243 West 63rd Street, à proximité de l'Hudson River. Alors que la plupart des Noirs venus du Sud s'installaient plutôt à Harlem[4], les Monk choisissent de s'installer dans ce quartier multi-ethnique où se cotoient Noirs-américains, Irlandais, Italiens, Juifs, mais où les affrontrements entre communautés sont fréquents et la ségrégation très marquée[5]. Son père les rejoint trois ans plus tard, mais pour raisons de santé — il souffre de problèmes psychiatriques et finira sa vie en institut[6] — il retourne en Caroline du Nord[4].

Les parents de Thelonious jouent tous les deux du piano, ils en achètent un peu après leur arrivée à New York. Barbara emmène ses enfants au concert et paye des cours de piano à Marion. Thelonious, que sa mère destinait au violon, joue de la trompette quelque temps avant d'abandonner à cause d'un problème aux bronches[4]. Quand il a 11 ans, le professeur de sa sœur, Simon Wolff, lui donne des leçons de piano classique : Monk travaille ainsi Liszt, Chopin ou Rachmaninov[7]. Il étudie également avec la pianiste de stride Alberta Simmons[7], qui lui apprend également à faire le show[5]. Jeune adolescent, il joue à des fêtes et accompagne à l'harmonium sa mère qui chante dans l'église baptiste ; il remporte plusieurs concours de piano amateur à l'Apollo Theater[4].

Monk est un bon elève, très bon en maths[6]. Il suit des cours à la prestigieuse Stuyvesant High School, mais abandonne avant son diplôme pour se consacrer à la musique[4].

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

En 1935, à 17 ans, il participe à la tournée d'une évangéliste. En 1937, il fonde son quartet et joue dans des bars et des petits clubs à New York.

Il est réformé par l'armée pour « motifs psychiatriques ». En réalité, de nombreux Noirs-américains ont été dans le même cas, soit parce que l'armée ne voulait pas d'eux, soit parce qu'ils trouvaient des moyens d'éviter d'être engagés[5],[n 1]. Monk a expliqué au recruteurs qu'il ne pouvait pas participer à une guerre de Blancs dans un monde où les Noirs sont aussi mal traités[5].

En 1941, il est le pianiste du Minton's Playhouse, un club de Harlem où la « révolution bebop » a commencé et où venaient jouer jusqu'au petit matin Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Mary Lou Williams, Kenny Clarke, Oscar Pettiford, Max Roach, Tadd Dameron ou encore Bud Powell[4]. Très populaire dans le milieu du jazz[5], le jeu de Monk et ses inventions harmoniques influencent énormément le développement du bebop, et plusieurs de ses compositions (52nd Street Theme, 'Round Midnight, ''Epistrophy, I Mean You) sont jouées par ses contemporains[4]. Avec Dizzy Gillespie, Charlie Parker ou Bud Powell, il fréquente presque quotidiennement la pianiste et compositrice Mary Lou Williams, qui lui donne des conseils et accompagne cette nouvelle génération de musiciens[8], qu'elle invite à son émission de radio hebdomadaire sur WNEW, Mary Lou Williams's Piano Workshop[9].

Malgré cela, Monk ne rencontre pas le succès, et le public comme la plupart des critiques le rejettent[4]. Coleman Hawkins est le premier à engager Monk comme pianiste régulier de son groupe, et le premier à le faire enregistrer en 1944[10]. Hawkins aidera Monk en début de carrière, et Monk lui retournera la pareille en l'invitant à le rejoindre lors de sessions avec John Coltrane en 1957. Il joue également dans le big band de Dizzy Gillespie[11] et pendant l'automne 1945 il joue dans l'orchestre d'Andy Kirk au New Cotton Club[12].

Thelonious Monk, Howard McGhee, Roy Eldridge et Teddy Hill devant le Minton's Playhouse à New York, septembre 1947.

Époque Blue Note[modifier | modifier le code]

En 1947, alors qu'il a déjà 30 ans, il enregistre pour la première fois sous son nom pour Blue Note, à l'époque un petit label. Ces enregistrements mettent en valeur ses talents de compositeur, Blue Note ayant alors l'habitude d'offrir plusieurs séances de répétitions à ses musiciens et à privilégier les arrangements élaborés[5]. Ces disques sont pourtant des échecs commerciaux[4] et critiques[5].

En 1948, il se marie avec Nellie Smith. De leur union naîtra un fils, Thelonious Sphere (T.-S.) Monk (en) (1949), qui deviendra batteur de jazz et une fille, Barbara (1953 - 1984). Alors qu'il a besoin d'argent pour sa famille, les années suivantes sont frugales : ses enregistrements sont des échecs et il ne participe qu'à une session d'enregistrement en 1950 avec l'orchestre de Dizzy Gillespie[10]. Désœuvré, il passe apparemment le plus clair de son temps à jouer au basket dans la rue[12]. Pendant ce temps, Nellie travaille comme couturière. Elle est la principale source de revenus du foyer, mais pour autant ne cesse d'encourager Monk coûte que coûte dans la carrière musicale[5].

En août 1951, la police de New York découvre de la drogue dans la voiture de Monk et de Bud Powell. La drogue appartient sans doute à Powell mais Monk refuse de témoigner contre son ami. Comme c'est la deuxième fois que Monk est arrêté (la première fois en 1948 pour possession de marijuana[4]), la police lui confisque pour six ans sa carte lui permettant de jouer dans les clubs de Manhattan[13]. Sans le sou, ne pouvant jouer dans les clubs réputés de la 52e rue, Monk est contraint de jouer dans des petits dancings de Brooklyn ou du Bronx, comme le Tony’s Café[14]. Il joue également à des cocktails ou à des Bar Mitzvah pour quelques dollars[5].

Époque Prestige[modifier | modifier le code]

En 1952, il signe avec le label Prestige pour 2 ans. Bob Weinstock, producteur chez Prestige, cherche à faire des disques pour le moins d'argent possible, sans répétition, en deux ou trois prises[5]. Monk enregistre Thelonious Monk Trio (en), Monk et Thelonious Monk and Sonny Rollins. Prestige l'engage également comme sideman[5], il collabore avec Art Blakey et 1954, il participe aux albums de Miles Davis Bags' Groove et Miles Davis and the Modern Jazz Giants.

En 1954, Monk vient pour la première fois en Europe ; il joue et enregistre à Paris, où il se fait copieusement huer[14]. Il rencontre la baronne Pannonica de Koenigswarter — chez qui mourra Charlie Parker le 12 mars 1955 — « Nica », membre de la branche anglaise de la famille Rothschild et mécène de plusieurs musiciens de jazz new-yorkais. Elle restera une amie intime toute sa vie.

Époque Riverside[modifier | modifier le code]

Au moment de signer pour le label Riverside, en 1955, Monk, reconnu par le milieu du jazz, n'est toujours pas apprécié du grand public, considérant sa musique comme peu accessible. Riverside convainc Monk d'enregistrer deux albums ne contenant que ses interprétations de standards de jazz : Thelonious Monk Plays Duke Ellington et The Unique Thelonious Monk. Le pianiste enregistre ensuite Brilliant Corners, album contenant beaucoup de compositions originales souvent considéré comme un de ses meilleurs[15].

En 1956, suite à un accident de voiture, il est hospitalisé à l'hopital Bellevue[5].

En 1957, grâce à l'aide de Pannonica de Koenigswarter, Monk récupère sa carte de musicien l'autorisant à jouer dans les clubs de New York. Il peut ainsi à nouveau être présent sur la scène jazz la plus importante au monde. Durant la période qui suivit il joua abondamment au Five Spot Café (en) dans le cadre d'un quartet comprenant par moments un jeune saxophoniste montant, John Coltrane. Les deux musiciens enregistrent Thelonious Monk with John Coltrane ; on peut également les entendre sur Thelonious Monk Quartet with John Coltrane at Carnegie Hall, enregistré en 1957 et publié en 2005.

Sa carrière commence alors à décoller, et ses finances s'améliorent : Nellie n'est plus obligée de travailler[5]. Il joue avec Johnny Griffin, Sonny Rollins, Art Blakey, Clark Terry et Gerry Mulligan.

Fin 1958, Monk et Charlie Rouse sont dans la voiture de Pannonica de Koenigswarter qui les conduit à une date à Baltimore. Durant leur traversée du Delaware, Monk a soif, ils s'arrêtent dans un motel pour demander un verre d'eau. Les propriétaires du motel, racistes, refusent de le servir, alors que Monk refuse de partir tant qu'il n'aura pas son verre d'eau. La police arrive et jette Monk dehors, puis le laisse partir[5]. La police les arrête cependant sur l'autoroute et tabassent Monk à coup de matraque. Monk se défend, il est embarqué ; la voiture de Pannonica est fouillée illégalement (les policiers n'ont pas de mandat) et trouvent un peu de marijuana dans le sac de Pannonica. La plainte contre elle n'aboutira pas[5]. Monk est condamné pour trouble à l'ordre public, sa carte de club lui est à nouveau confisquée pour un an et demi, jusqu'en début 1960[5].

En 1959 est enregistré The Thelonious Monk Orchestra at Town Hall, avec des arrangements de big band de Hall Overton, qui est un succès critique et public[4].

Le 27 juillet 1959, il enregistre de la musique pour le film Les Liaisons dangereuses 1960 de Roger Vadim : six compositions, un blues improvisé (Six in One) et un spiritual qu'il jouait dans les années 1935 alors qu'il accompagnait un évangéliste[16].

Époque Columbia[modifier | modifier le code]

En 1961, Monk a un quartet régulier avec le saxophoniste Charlie Rouse, le contrebassiste John Ore (plus tard remplacé par Butch Warren puis Larry Gales) et le batteur Frankie Dunlop (plus tard Ben Riley).

En 1962, Monk signe chez Columbia, un des plus importants labels de l'époque. Le premier album de cette nouvelle période sera produit par Teo Macero[17] et intitulé Monk's Dream, suivi par Criss Cross (1963).

En 1963, il joue au Lincoln Center, tourne en Europe et autour du monde. En 1964, il est le troisième musicien de jazz à figurer en couverture de Time[4].

Thelonious Monk en concert à Bruxelles le .

Avec sa célébrité viennent les commentaires sur ses excentricités, souvent exagérées. On invente alors de toutes pièces un personnage, celui de Monk reclus, naïf voire idiot, un génie musical dont le talent n'est pas le résultat de son travail mais d'une intuition innée[4].

Au cours des années 1960, malgré le succès, il semble que l'inspiration de Monk s'épuise : il joue surtout des morceaux qu'il a déjà enregistrés, et compose peu, ou alors des morceaux basés sur des grilles de standards de jazz, comme Bright Mississippi qui est un décalque de Sweet Georgia Brown[12]. Il faut tout de même noter l'unique morceau en mesure à 3/4 composé par Monk, Ugly Beauty, qui figure sur Underground (1967)[18].

Columbia commence à viser un public plus jeune et friand de rock, et délaisse ses musiciens de jazz. Le dernier album de Monk en tant que leader est Monk's Blues (en), avec des arrangements pour big band écrits par Oliver Nelson. Cet album est généralement considéré comme raté par la critique[19], et est un échec commercial[4].

Fin de carrière et décès[modifier | modifier le code]

En janvier 1970, Charlie Rouse quitte le quartet de Monk. Columbia le laisse tomber en 1972. La santé du pianiste commence à se détériorer, il n'enregistre plus et se produit de moins et moins, avec un groupe qui comprend les saxophonistes Pat Patrick et Paul Jeffrey et son fils T. S. Monk (en) à la batterie[4].

Le dernier enregistrement studio de Monk date de novembre 1971 chez Black Lion Records (en). La même année, il tourne au sein du groupe The Giant of Jazz (en), qui comprend également Art Blakey, Dizzy Gillespie, Al McKibbon, Sonny Stitt et Kai Winding.

Le 3 juillet 1975, Thelonious Monk joue son dernier concert accompagné de Paul Jeffrey, Larry Ridley, et de son fils T. S. Monk (en).

Fatigué, malade, souffrant d'hypertrophie bénigne de la prostate[5], il vit chez Pannonica de Koenigswarter les six dernières années de sa vie sans toucher le piano, parlant très peu. Il subit une attaque cérébrale le 5 février 1982, il reste dans le coma et meurt le 17 février[4]. Il est enterré au cimetière Ferncliff à Hartsdale, New York.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Personnage complexe, Monk a souvent été caricaturé et présenté comme un solitaire, un naïf voire un idiot, un génie dont le talent est inné[4].

Peu loquace au point de rendre en général l'exercice de l'interview compliqué[20], Monk est effectivement un excentrique prêtant grand soin de sa façon de s'habiller, flashy et élégante à la fois, choisissant avec soin les étranges chapeaux qu'il portait en permanence[21],[22]. Il avait un humour assez particulier, souvent mal compris[4]. Monk était très conscient de ses actes et de leur perception, ses excentricités ne sont pas le fruit de sa maladie, mais plutôt un goût et un choix personnel, comme il le laisse entrendre lui-même à l'auteur Frank London Brown : « tu sais, les gens ont essayé de me faire passer pour fou. Parfois, que les gens te prennent pour un fou est un avantage[5]. »

En réalité, il n'est pas un solitaire : simplement, quand il ne travaille pas, il reste chez lui près de sa famille dont il est très proche[4]. Il vit une vie de famille tout à fait ordinaire[7], participe aux fêtes, aux anniversaires, et écrit des morceaux pour ses enfants : Little Rootie Tootie pour son fils, Boo Boo’s Birthday et Green Chimneys pour sa fille. Il écrit également une chanson de noël, A Merrier Christmas[4]. C'est un père attentif et attentionné, ayant par exemple toujours refusé tout châtiment corporel à une époque où ils étaient presque la norme[23]. Il est également féru de sports et de jeux : basket-ball, ping pong, billard ou yahtzee auquel il pouvait jouer de longues heures avec sa femme Nelly[24].

Il était connu pour être toujours en retard, peut-être même par moment boire beaucoup et fumer du cannabis[7],[20]. Le très professionnel Dizzy Gillespie l'a ainsi renvoyé de son orchestre dans les années 1940, lassé qu'il ne soit jamais à l'heure, voire qu'il ne vienne pas du tout[12]. Pour Robin Kelley (en), ses retards sont à comprendre comme une forme de protestation contre le fait qu'il n'était pas assez payé. Il ne faut de plus pas exagérer ces retards : il est très ponctuel dans les années 1960, alors qu'il tourne beaucoup, qu'il a des problèmes d'insomnies et des traitements médicaux[5].

Maladie[modifier | modifier le code]

D'après son biographe Robin Kelley (en), Monk était bipolaire[21], trouble dont les premiers symptomes sont visibles dans les années 1940[5]. Il était sujet à des crises, parfois espacées de plusieurs mois, entre lesquelles il était parfaitement normal[5].

Dans les années 1960, alors que Monk accède à la reconnaissance critique et publique, les difficultés mentales et physiques s'accumulent, exacerbées par un mauvais traitement médical et par un rythme de vie stressant et fatigant, la vie de musicien de jazz n'étant pas simple[5].

Il faudra attendre 1972 pour qu'il soit diagnostiqué[25], et traité par lithium et Thorazine[5]. On lui administre également de l'adrénaline, qui, mélangé à la Thorazine, détériore son état[25].

Ses légers excès d'alcool (il a arrêté de boire à la fin de la cinquantaine) et de drogue peuvent avoir été une façon pour lui de surmonter ce trouble, n'ayant pendant longtemps été ni traité ni diagnostiqué[7]. Il n'a cependant jamais été addict[25].

À partir des années 1970, il a également souffert d'hypertrophie bénigne de la prostate, l'amenant à lutter contre l'incontinence lors de ses derniers concerts[5].

Style[modifier | modifier le code]

Monk a toujours cherché à être original, tant dans son jeu que dans ses compositions[26]. Son style a suscité les plus vives réactions, tant il bouscule la mélodie, l'harmonie et le rythme.

Influences

La musique de Monk, même si elle est radicalement moderne, est profondément ancrée dans la tradition du jazz : blues, swing de Kansas City, boogie-woogie et stride[27], notamment Earl Hines[22]. D'après Monk lui-même, sa principale influence est le pianiste de stride James P. Johnson[14]. On peut également faire un rapprochement avec Duke Ellington pour le jeu de piano[28], même si Monk ne s'en est pas réclamé[14] : il a même prétendu avoir découvert les standards du Duke qu'il interprète sur Thelonious Monk Plays Duke Ellington[6].

Bebop

Monk a affirmé avoir été à l'origine du développement du bebop. Ces déclarations de Monk sont à remettre dans leur contexte : à la fin des années 1940, Parker ou Gillespie sont des stars du jazz, alors Monk reste dans l'anonymat et la précarité. Affirmer son importance dans le bebop, c'est aussi chercher à trouver des engagements et à vendre des disques[29].

Le style personnel de Monk ne s'inscrit pas vraiment dans les canons du bebop, pour autant, son travail harmonique, avec ses renversements particuliers et ses accords de passages inédits, a eu une énorme influence sur tous les musiciens du bebop[14] : de Dizzy Gillespie à Bud Powell en passant par Tadd Dameron, tous sont venus le voir pour qu'il leur montre au piano ses accords[29].

Thelonious Monk en concert à Amsterdam le 15 avril 1961.
Jeu au piano

Le style pianistique de Monk est l'un des plus facilement identifiables de l'histoire du jazz[14]. Alors que ses contemporains de l'époque bebop jouaient des accords simplifiés à la main gauche et des lignes mélodiques rapides à la main droite, Monk accorde la même importance au jeu de ses deux mains, avec une main gauche jouant des rythmes issus du stride ou beaucoup plus anguleux[4]. Son jeu est très physique et met en jeu tout son corps : il n'hésite pas à arrêter de jouer pour danser quand le groupe swingue[21].

Monk joue très souvent des intervalles dissonants de seconde (majeure ou mineure). Il dit avec humour qu'« il [lui] arrive souvent d’hésiter entre deux notes »[30]. Mais loin d'être des fausses notes (ailleurs Monk les qualifie de « fausses erreurs »), leur répétition fait œuvre de précédé : on peut y lire une volonté d'imiter les glissandos entre deux notes que produit la voix ou les instruments à cordes[31].

Malgré tout, il ne fait pas oublier que Monk a d'abord été formé à la musique classique[24]. La pianiste et compositrice Mary Lou Williams, qui a rencontré Thelonious Monk au milieu des années 1930 à Kaycee dans le Wyoming, alors qu'il n'a pas encore 20 ans, raconte qu'à l'époque, « [Monk] gérait vraiment au piano, avec un jeu beaucoup plus technique [que ce qu'il a eu par la suite]. Monk joue de cette façon aujourd'hui [en 1954] parce qu'il en a eu marre. Quoi qu'en disent les gens, je sais que Monk sait jouer. Il sentait que les musiciens devaient jouer quelque chose de nouveau, et a commencé à le faire. La plupart d'entre nous l'admirons pour ça. C'était un de ces modernistes originaux, jouant plus ou moins les mêmes accords qu'aujourd'hui. […] Seulement à l'époque, il réservait ça pour les jams après les concerts[32]. » Il existe d'ailleurs une bande où l'on entend Monk jouer un arrangement de All God’s Children Got Rhythm de Mary Lou Williams, il y montre un jeu assez différent de son style habituel, plus « conventionnel ». Il joue le morceau plusieurs fois, le rendant de plus en plus « monkien »[33].

Plusieurs musiciens, parmi lesquels Miles Davis, Lennie Tristano ou Oscar Peterson, admiraient les compositions de Monk tout en rejetant son jeu de piano[21].

Accords

Les accords de Monk sont autant harmoniques que le résultat d'un travail sur le son et le timbre. Il joue par exemple sur les résonnances en distribuant parfois quelques notes sur plusieurs octaves, aboutissant à des combinaisons surprenantes (par exemple associer la septième mineure et la septième majeure, ou la 9e juste et la 9e diminuée) mais qui trouvent du sens en regard des différentes harmoniques des sons[34].

Il est également connu pour l'utilisation récurrente de quinte diminuées (ou 11edièse) et de septièmes mineures[34].

Monk est un des premiers à utiliser des accords demi-diminués dans le jazz (par exemple Do Mibémol Solbémol Sibémol), tels que l'on peut en entendre dans 'Round Midnight[14]. Il utilise également très fréquemment des substitutions tritoniques.

Rythme

Tous les morceaux de Monk (à l'exception d'Ugly Beauty[18]) sont écrits à quatre temps. Le pianiste mettait un point d'honneur à ce que chaque morceau, chaque musicien « swingue »[14] : il a beaucoup joué dans des orchestres de danse où le rythme est central[20].

Monk est connu pour ses silences, qui créent des espaces alors inédits dans le jazz. Il n'était pas rare qu'il s'arrête de jouer pour laisser la place aux autres musiciens[4], comme le raconte Miles Davis : « son utilisation de l'espace dans les solos, sa manipulation d'étranges progressions d'accords m'étourdissaient, me tuaient. Je me disais toujours : « Mais qu'est-ce qu'il fout ce con ? » L'utilisation de l'espace chez Monk a grandement influencé ma façon de jouer les solos[35]. »

Compositions[modifier | modifier le code]

Thelonious Monk a beaucoup composé, et nombre de ses compositions sont devenues des standards de jazz : 'Round Midnight, Straight, No Chaser, Blue Monk, Well You Needn'tetc.

Discographie[modifier | modifier le code]

De son vivant, plus de 50 disques de Thelonious Monk ont été publiés, sous son nom ou sous le nom d'autres musiciens. Depuis sa mort, d'autres enregistrements sont disponibles : par exemple en 2005 un inédit live avec John Coltrane.

Article détaillé : Discographie de Thelonious Monk.

Hommages[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Dans la musique[modifier | modifier le code]

Plusieurs musiciens ont écrit des compositions en hommage à Monk, notamment[21],[33] :

De nombreux musiciens ont enregistré des albums reprenant les compositions de Monk.

Le Thelonious Monk Institute of Jazz est créé en 1986 par la famille de Monk et Maria Fisher. Sa mission est d'offrir des cours de jazz dans les écoles publiques dans le monde entier. Un prestigieux concours annuel est organisé depuis 1987.

Nom donné en hommage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Denis Laborde, « Thelonious Monk, le sculpteur de silence », L’Homme, nos 158-159,‎ , p. 139-178 (lire en ligne). .
  • (en) Benjamin Givan, « Thelonious Monk’s Pianism », The Journal of Musicology, vol. 56, no 3,‎ , p. 404-442 (ISSN 0277-9269, e-ISSN 1533-8347, lire en ligne).
  • (en) Victor L. Schermer, « Robin D.G. Kelley on Thelonious Monk: The Man, the Myth, the Music », Allaboutjazz.com,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019). .
  • (en) Tom Perchard, « Thelonious Monk Meets the FrenchCritics: Art and Entertainment,Improvisation, and its Simulacrum », Jazz Perspectives, vol. 5, no 1,‎ , p. 61-94 (lire en ligne).
  • Thomas A. Ravier, « Le silence autour de minuit », La Revue littéraire, Éditions Léo Scheer, no 64,‎ (lire en ligne).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dizzy Gillespie a été réformé en racontant que ce n'était pas une bonne idée qu'il intègre l'armée : vu que des Blancs l'avaient tabassé toute sa vie, il ne pouvait pas garantir qu'il ne se mettrait pas à tirer, par erreur, sur ses compatriotes sur le terrain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Richard Williams, « Thelonious Monk: The Life and Times of an American Original by Robin DG Kelley », sur theguardian.com, (consulté le 21 mai 2019).
  2. de Wilde, 1996, p. 10.
  3. a et b (en) Corey Kilgannon, « O to Honor a Jazzman, With a Very Difficult Name to Spell », sur The New York Times, (consulté le 22 mars 2019).
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v (en) Robin Kelley (en), « Who Is Thelonious Monk? », sur monkbook.com (consulté le 24 mars 2019).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x (en) « Robin D.G. Kelley, author of Thelonious Monk: The Life and Times of an American Original », sur jerryjazzmusician.com, (consulté le 21 avril 2019).
  6. a b et c Annie Yanbekian, « Thelonious Monk aurait cent ans : Laurent de Wilde raconte un génie inclassable et inimitable », sur francetvinfo.fr, (consulté le 6 juin 2019).
  7. a b c d et e (en) Walter Ray Watson, « In A New Biography, Monk Minus The Myth », sur npr.org, (consulté le 7 avril 2019).
  8. (en) Dave Ratcliffe, « Mary Lou Williams - Pianist, Composer Arranger And Innovator Extraordinaire », sur ratical.org (consulté le 3 février 2018).
  9. « Mary Lou Williams, la première dame du jazz », sur pianoweb.fr (consulté le 2 février 2018).
  10. a et b Laurent de Wilde, « Discographie de Monk », sur laurentdewilde.com (consulté le 21 mars 2019).
  11. Laurent de Wilde, « Milt Jackson : Entretien », sur laurentdewilde.com (consulté le 21 mars 2019).
  12. a b c et d Laurent de Wilde, « Phil Schaap : Entretien », sur laurentdewilde.com (consulté le 23 mars 2019).
  13. Pierre Tevanian, « Misterioso : Thelonious Sphere Monk a cent ans », sur lmsi.net, (consulté le 22 mars 2019).
  14. a b c d e f g et h Laurent de Wilde, « Henri Renaud : Entretien », sur laurentdewilde.com, (consulté le 22 mars 2019).
  15. (en) Lindsay Planer, « Brilliant Corners », sur AllMusic (consulté le 21 mars 2019).
  16. (en) Art Lange, « A Fickle Sonance », sur pointofdeparture.org, (consulté le 10 avril 2019).
  17. Marmorstein, Gary. The Label The Story of Columbia Records. New York: Thunder's Mouth, 2007, pp. 314-315.
  18. a et b (en) « Thelonious Monk: Underground (1968) Columbia », sur londonjazzcollector.wordpress.com, (consulté le 6 mars 2019).
  19. (en) Lindsay Planer, « Monk's Blues », sur AllMusic (consulté le 23 mars 2019).
  20. a b et c (en) Carvell Wallace, « Thelonious Monk: So Plain Only the Deaf Can Hear », sur pitchfork.com, (consulté le 10 avril 2019).
  21. a b c d e et f (en) Ethan Iverson (en), « Think of Thelonious Monk », The New Yorker,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  22. a et b (en) Fred Hersch, « Thelonious Monk and Me », sur theparisreview.org, (consulté le 9 avril 2019).
  23. Schermer, 2010, p. 5.
  24. a et b (en) T. S. Monk (en), « 10 Things You Didn't Know About Thelonious Monk, by His Son T.S. Monk », sur jazz.org, (consulté le 7 avril 2019).
  25. a b et c (en) Lizzie Simon, « Thelonious Monk---Bebop Pioneer, and Bipolar? My Interview with Professor Robin D. G. Kelley, author of Thelonious Monk, The Life and Times of an American Original », sur psychologytoday.com, (consulté le 18 mai 2019).
  26. Laurent de Wilde, « Barry Harris : Entretien », sur laurentdewilde.com (consulté le 21 mars 2019).
  27. (en) Ethan Iverson (en), « Variants on a Theme of Thelonious Monk (including guest post by Eric Lewis) », sur ethaniverson.com, avril 2011, septembre et octobre 2012, 2014, 2015 (consulté le 30 mars 2019).
  28. (en) Herbie Nichols, « The Jazz Pianist-purist », Rhythm,‎ , p. 11-12, 23 (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019).
  29. a et b Schermer, 2010, p. 3.
  30. Laborde, 2001, p. 153.
  31. Laborde, 2001, p. 154.
  32. (en) « In her own words... Mary Lou Williams interview », Melody Maker, sur ratical.org, (consulté le 8 mars 2018).
  33. a et b (en) Ethan Iverson (en), « Thelonious Sphere Monk Centennial: Primary and Secondary Documents », sur ethaniverson.com (consulté le 7 avril 2019).
  34. a et b (en) Vijay Iyer, « Thelonious Monk: Ode To A Sphere », sur jazztimes.com, (consulté le 9 avril 2019).
  35. Miles Davis in Miles Davis avec Quincy Troupe, Miles l'autobiographie, éd. Infolio, Gollion, 2008.
  36. (en) « Lifetime Achievement Award », sur grammy.com (consulté le 23 mars 2019).
  37. (en) « 2006 Pulitzer Prizes », sur pulitzer.org, (consulté le 23 mars 2019).
  38. (en) « 2009 Inductees », sur northcarolinamusichalloffame.org, (consulté le 23 mars 2019).
  39. (en) Matthew Quayle, « Introduction to the ‘Round Midnight Variations (2001) », sur matthewquayle.com, (consulté le 23 mars 2019).
  40. (en) « (11091) Thelonious = 1994 DP », sur le site du Centre des planètes mineures (consulté le 17 octobre 2015).
  41. Antoine Oury, « MONK!, de Youssef Daoudi, meilleur livre de jazz de l'année 2018 », sur actualitte.com, (consulté le 21 mars 2019).
  42. Voir le documentaire en ligne : « Misterioso », sur laurentdewilde.com, Arte (consulté le 14 novembre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :