René Moatti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moatti.

René Moatti
Fonctions
Député de la 7e circonscription de Paris
Législature 1re (Ve République)
Successeur Gabriel Kaspereit
Député de la Seine
Législature 2e (IVe République)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sétif (Algérie)
Date de décès (à 90 ans)
Lieu de décès Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes)
Parti politique RPF-UNR
Profession Avocat

René Moatti, né le à Sétif (Algérie) et décédé le à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes)[1], est un avocat et homme politique français.

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Issu d'une ancienne famille juive d'Algérie, fils de l'avocat Émile Moatti, René Moatti est avocat au barreau d'Alger en 1927. Il appartient au groupe de résistants gaullistes qui favorise le débarquement allié du 8 novembre 1942. Pour cette raison, il fait partie des douze personnalités arrêtées à titre préventif par le Haut-Commissariat (tenu par Darlan juste avant son assassinat), le 30 décembre à la suite de cet assassinat ; il reste emprisonné jusqu'au 5 février 1943.

Il s'engage alors dans les Corps francs d'Afrique du général de Montsabert pour participer à la campagne de Tunisie, puis rejoindra le BCRA.

Député gaulliste sous les IVe et Ve Républiques[modifier | modifier le code]

Revenu en métropole après-guerre, il est directeur de cabinet de Jacques Soustelle, ministre de l'Information en mai 1945 puis ministre des Colonies en novembre 1945. Il s'inscrit au barreau de Paris en 1946, après le départ de De Gaulle.

Il entre dans la vie politique et est élu conseiller municipal de Paris (XVIIIe arrdt) d'octobre 1947 à juin 1953. il préside cette assemblée du jusqu'en mai 1953.

Il est par ailleurs élu député de la Seine de 1951 à 1955, sous les couleurs du RPF, puis député de Paris en 1958, sous les couleurs de l'UNR (il devient non-inscrit en cours de législature). À l'Assemblée Nationale, il est président de la Commission des lois constitutionnelles, de législation et d’administration générale de la République de janvier 1959 à mai 1960.

Élu député en 1958, sur le double thème du maintien de l'Algérie dans la France et du soutien au Général De Gaulle. En 1961, constatant l'incompatibilité entre ces deux thèmes, il décide de remettre son mandat entre les mains de ses électeurs. Il démissionne et leur demander de le confirmer dans son choix de l'Algérie Française. Il a été battu au profit d'un autre Gaulliste, Gabriel Kaspereit. Il faut souligner que René Moatti est le seul député de toutes les Républiques, avec Jean Chamant, pour un autre motif, á avoir eu cette attitude d'honneur et de respect des électeurs. Il reprend sa profession d'avocat. Il a notamment été l'avocat d'Alain Delon.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Commandeur de la Légion d'Honneur
  • Croix de Guerre 1939-45.
  • Rosette de la Résistance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lacouture, De Gaulle, Seuil, 1984.
  • Renée-Pierre Gosset, Expédients provisoires. Le coup d'Alger, Paris, Fasquelle, 1945.
  • Who's Who du XXe siècle, 1900-2000, éd. Laffitte, 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]