Philippe Randa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Randa.
Ne doit pas être confondu avec Peter Randa.
Philippe Randa
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Philippe-André Duquesne
Naissance (57 ans)
Montargis, Loiret, France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
policier, science-fiction, essai, chroniques, érotisme

Philippe-André Duquesne, dit Philippe Randa, né le à Montargis, est un écrivain et éditeur français, engagé à l'extrême droite[1].

D'abord auteur de romans policiers et de science-fiction, publiés notamment aux éditions Fleuve noir, il est ensuite devenu lui-même éditeur, principalement de textes d'extrême droite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils du romancier Peter Randa[2], Philippe Randa passe son enfance et son adolescence dans les Deux-Sèvres[3].

Parcours[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse, Philippe Randa milite activement à l'extrême droite, d'abord au GUD alors proche du Parti des forces nouvelles, puis au Front national dont il est candidat sur une liste aux municipales. Il cesse ensuite tout engagement politique direct, mais demeure proche des milieux d'extrême droite[4].

Après le décès de son père, il devient à son tour romancier : au début des années 1980, il fait partie de la nouvelle génération d'auteurs publiés par les éditions Fleuve noir, dont son père avait été un contributeur prolifique[5]. À l'occasion de ses débuts, le spécialiste du polar Michel Lebrun souligne les similarités de style et de ton entre Randa père et fils — goût pour l'érotisme et la violence, narration au présent de l'indicatif... — Philippe prenant la succession de Peter en prouvant « de façon éclatante les lois de l'hérédité »[6]. Il signe au fil des années plus d’une centaine de livres, dont de nombreux romans de science-fiction et policiers aux éditions du Fleuve Noir, d'espionnage — sous le nom de Paul Vence — et érotiques — sous le nom d’Urbain Sarrel — aux Presses de la Cité. Il publie notamment, au Fleuve noir, vingt-deux romans dans la collection Anticipation[7]. Il fait progressivement passer dans ses romans certaines de ses idées comme dans Poitiers demain, publié en 1987 chez un éditeur d'extrême droite, qui met en scène, dans un futur post-apocalyptique, la libération par les armées de l'« Ordre européen » de la France occupée par les « hordes maghrébines »[8].

Il devient dans les années 1990 un collaborateur indépendant, mais régulier, de la presse française d'extrême droite : on retrouve sa signature dans les hebdomadaires Minute, puis National Hebdo (dont il assura la direction de la rédaction des « Dossiers ») ainsi qu'au Crapouillot . On retrouve également entre les années 1980 et 1990 sa signature plus ou moins régulière dans différentes revues de la presse militaire (Raid, La Gazette des armes, Hommes de guerre), people (Aujourd’hui Madame, Confidences, G.I. Magazine, Maxi), politique (Rivarol, Résistance !, Le Choc du mois, Écrits de Paris, Alternative, etc.), historique (L’Autre histoire), ésotérique (Nostra, L’Étrange magazine) et régionale (Le Courrier picard, Bretons d’ailleurs). Il a dirigé par ailleurs la rédaction des revues Boulevard du crime (romans policiers) , Le Journal de l’insolite (ésotérisme) et Visages de l’Histoire (histoire), ainsi que des journaux Le Flambeau littéraire (littérature) et L’Entraide Nationale (caritatif)[2]. Il finit par s’éloigner de la littérature populaire pour publier des ouvrages d’histoire, des essais, des documents contemporains et des dictionnaires historiques, ou des livres consacrés à des ouvrages criminels[9]. Il se présente comme défenseur d'une liberté d'expression totale : la revue homosexuelle Gaie France a ainsi repris une de ses tribunes libres où il défendait celle de l'écrivain Gabriel Matzneff[10].

Après avoir vécu de sa plume jusqu’au début des années 1990, il se concentre progressivement sur ses activités d'éditeur et crée de multiples structures, devenant dans les années 1990-2000 l'un des « piliers » de l'édition d'extrême droite en France. Il fonde en 1992 journal satirique Pas d’panique à bord, la lettre bimensuelle d’informations Secrets et sociétés la même année, puis en 1998 une revue bimestrielle de politique, d’histoire et de littérature, intitulée Dualpha. Cette revue cesse en 2001 sa parution imprimée pour devenir pendant quelques années un site hebdomadaire politique sur internet, puis seulement une enseigne d'éditions[11].

Il fréquente un temps à Paris la librairie d'extrême droite Ogmios, dirigée par Bertrand Leforestier et Tristan Mordrelle[12]. Pour prendre la succession de cette enseigne, il crée en 1996 la librairie parisienne L'Æncre, spécialisée dans la vente d'ouvrages politiques et historiques[13], et la maison d'éditions du même nom, qu'il cède par la suite pour en racheter le catalogue quelques années plus tard[14]. Il crée en 1997 les éditions Dualpha et les éditions Déterna, tout d’abord spécialisées dans les rééditions, mais où, très vite, paraissent de nombreux livres inédits[11]. En 2001, il cosigne avec Roland Gaucher l'ouvrage Les Antisémites de gauche, qui tente d'accréditer la thèse selon laquelle l'antisémitisme aurait des racines exclusivement de gauche[15].

Parallèlement à la diffusion en librairie des livres sortis par ses maisons d'édition, il crée en 1998 le catalogue mensuel de vente par correspondance « Francephi diffusion ». En avril 2006, il ouvre « Primatice diffusion-distribution », comptoir de vente éditeur, dans la rue du même nom, dans le 13e arrondissement de Paris, puis à Liège en Belgique[4]. La librairie liégeoise ferme le 31 janvier 2008 à la suite de la présence d'« ouvrages teintés d'idéologie d'extrême droite » ; une action dans laquelle le directeur du Centre pour l'égalité des chances voit une « victoire de la vigilance civique[16] »,[17]. Il arrête par la suite l'activité de la librairie parisienne en octobre 2011, et se concentre sur la vente en ligne de livres via le site de Francephi[18].

Depuis 2006, il collabore au site et à la revue Synthèse nationale. Il a également été co-rédacteur en chef[19] du bimensuel Flash, décrit par Jean-Yves Camus comme une tentative de lancer un journal d'« extrême droite altermondialiste »[20]. Dans les années 2010, il participe au site créé par Robert Ménard, Boulevard Voltaire[21], publie des billets « Le coup d'œil de Philippe Randa » dans le quotidien Présent et participe à la webtélé TV Libertés[22]. Il dirige depuis 2016 le site d'informations d'extrême droite Eurolibertés[23].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Aux éditions Fleuve noir[modifier | modifier le code]

Romans de science-fiction, collections « Anticipation » et « S-F Jimmy Guieu »

  • Les Fusils d'Ékaïstos (1981)
  • L'Expérience du grand cataclysme (1981) (réédité chez French Pulp)
  • Le Réveil des dieux (1981)
  • Le Palais du roi Phédon (1981)
  • Mission sur Terre (1981)
  • Baroud sur Bolkar (1982)
  • La Planète noire de Lothar (1982)
  • Les Conjurés de Shargol (1982)
  • Folle Meffa (1982)
  • Les Écologistes de combat (1982)
  • Aléas à travers le temps (1983)
  • Mon pote, le Martien (1983)
  • La Démone de Karastan (1983)
  • Camarade yankee ! (1985)
  • Les Contrebandiers du futur (1985)
  • Le diable soit avec nous ! (1986)
  • Métamorphosa (1986)
  • Rendez-vous dans l'avenir (1986)
  • Us, go home… go, go ! (1987)
  • Baroud pour le genre humain (1987)
  • Les Sirènes d'Almadia (1987)
  • Périls sur Mû (1987)
  • Le Mal d'Ibrator (1988)
  • Les Rebelles de N'harangho (1992)
  • Les Maudits d'Hertzvane (1993)
  • Les Naufragés du temps (1993)

Romans policiers, collection « Spécial police »

  • Fauvel et les Salopards (1981)
  • Le coup vache et régulier (1981)
  • Errare (1983)
  • La Femme de Féliciani (1985)
  • Honni soit qui tue ! (1985)
  • À mort que veux-tu ! (1986)
  • Ces gens-là (1986)
  • L'Assassin sentimental (1987)

Aux éditions Dualpha[modifier | modifier le code]

  • Des livres politiquement incorrects, préface de Jean Jour, 2005, 2e édition
  • Chroniques barbares
    • tome 1 : Chroniques barbares 1993-2001, 2002
    • tome 2 : Le Bien va mal, préface de Christian Bouchet, 2003
    • tome 3 : Nous, les Insurgents !, 2004
    • tome 4 : Présumé coupable politique, préface de Serge de Beketch, 2007
    • tome 5 : La France d’en haut les urnes, préface de Jean Robin, 2008
    • tome 6 : Sans vergogne politique, préface de Philippe Pichon, 2009
    • tome 7 : À l’ombre de l’Europe d’en haut, préface de Pierre Vial, 2010
    • tome 8 : Sous haute surveillance politique, préface de Pierre Le Vigan, 2011
    • tome 9 : Indignations politiques, préface de Nicolas Bonnal, 2012
    • tome 10 : Quand ça fait mal au tabou, préface d'Yves-Marie Laulan, 2013
    • tome 11 : Les Apprentis-sorciers du mondialisme, préface de Francis Bergeron, 2014
    • tome 12 : Les peuples à l'encan, préface d'Alexis Arette, 2015
    • tome 13 : Les Janus de la politique, préface de Bernard Plouvier, 2016
  • Un instituteur au bagne (L’Affaire Lesnier, Gironde 1847-1853), 2005
  • Weidmann la dérive d’un tueur, 2008, 3e édition
  • Légendes païennes du Poitou, Dualpha, 2009, préface de Bruno Favrit, 2e éd.

Romans dans la collection « Fictions populaires »

  • Complot écologiste, 3e édition, 1999
  • Un Parisien à La Beunaz (avec Peter Randa) 2006
  • Poitiers demain, roman, 3e édition, 2012 (première édition, Vent du nord, 1987)
  • Trilogie noire en Picardie, roman, 2e édition, 2012
  • Alaïs, la dame blanche de Montségur, roman, 4e édition, 2012 (première édition Pardès, 1989)
  • Apocalypse yankee, roman, 4e édition, 2013
  • Front de l'Est, le Rêve éclaté, roman, 4e édition, 2013 (première édition Presses de la Cité, collection « Troupes de choc », 1987)
  • Trilogie noire en Languedoc-Rousillon, roman, 2014

Bandes dessinées, recueils humoristiques

  • Le roman noir du Métropolitain (avec Alain Sanders, dessins de Chard), 1999
  • Bestiaire (avec Peter Randa, dessins de Ralph Soupault), 1999
  • Kolossal humour sur internet, 2001

Aux éditions Dualpha en collaboration :

  • Vers la société multiraciste, avec Jean-Jacques Matringhem, 2003
  • Dictionnaire commenté de livres politiquement incorrects, avec Francis Bergeron, préface de Jean Bourdier, 2006
  • Des rescapés de l’Épuration : Marcel Déat-Georges Albertini, avec Roland Gaucher, 2007, 2e édition
  • Mesrine l’indompté, avec Jean-Émile Néaumet, 2008, 4e édition
  • Patton, général audace, préface de Jacques Borde, 2009, 4e édition
  • Dictionnaire historique et commenté de la police, avec Jean-Claude Giraud, 2009

Aux éditions Déterna :

  • Ils ont fait la guerre (Les «écrivains-guerriers »), préface de Jean Mabire, 2012, 3e éd.
  • Maffia rose. Des fantasmes dénoncés à l'exaspération actuelle, préface de Pierre Gripari, 2013, 4e édition
  • Une Française dans la tourmente, Berlin 1944-1945, 2003, 3e édition
  • Stoï !, avec Pierre Rusco, Dualpha (2006), 4e édition
  • D’un uniforme à l’autre, avec Jean-Claude Giraud, préface de Jean-Pierre Rondeau, 2015, 2e édition
  • Les dernières années de l’Inde française, avec Michel Gaudart de Soulages, préface de Douglas Gressieux, 2015, 2e édition

Aux éditions L'Æncre :

  • Les « Antisémites » de gauche, avec Roland Gaucher, 2011, 3e édition
  • Les Acteurs de la comédie politique, avec Nicolas Gauthier, préface d'Éric Letty, 2012
  • Entretiens politiquement incorrects, 2013
  • Le Roman noir des demandeurs d’asile, préface de Jean-Yves Le Gallou, 2014

Aux éditions L'Æncre (en collaboration) :

  • L'Islamisation de la France. Fantasme ou réalité (dir.), 3 volumes, 2015

Aux Presses de la Cité[modifier | modifier le code]

Romans dans la collection « Skal »

  • Opération « bis repetita », série « Skal », 1988
  • Secrets à l'encan, série « Skal » 1988
  • Le Guêpier kurde, série « Skal », 1989
  • Poudrière javanaise, série « Skal », 1989
  • La Clef du malheur, série « Le Corse », 1989
  • L'Oasis d'Allah, série « Skal », 1989
  • Tempête force K, série « Skal », 1989
  • Fureur noire, Presses de la Cité, 1989

Romans dans la collection « Le Corse »

  • La Mauvaise graine, 1989
  • La clé du malheur, 1989
  • Le Secret de la Houzarde, 1990

Dans la collection « Exclusif »

  • Les Alcôves de Matignon, Presses de la Cité, 1993

Romans dans la collection « S-F Jimmy Guieu »

  • Les rebelles de N'Harangho, Presses de la Cité, 1992
  • Les maudits d'Hertzvane (avec Nicolas Gauthier), Presses de la Cité, 1993
  • Les naufragés du temps (avec Nicolas Gauthier), Presses de la Cité, 1993

Romans dans la collection « Les érotiques de Gérard de Villiers »

  • Le Gang de l’amour, 1989
  • Que jeunesse se passe, 1989
  • Orgies spatiales, 1990
  • Banlieues torrides, 1991
  • Le collèges des vices, 1999

Chez d'autres éditeurs[modifier | modifier le code]

  • Dossier complet sur la police, Jacques Grancher, 1988
  • Dictionnaire commenté de la Collaboration française, Jean Picollec, 1997
  • B.A.-BA Homosexualité, Pardès, 2004

Roman aux éditions Alain Bargain

  • Secret Mortel, collection « Enquêtes & suspence », 1997

Chez Martelle

  • Crimes en Picardie, avec Jacques Béal, Martelle (Amiens), 1993
  • Hommes et traditions en Poitou-Charentes et Vendée, avec Angélique Baraton, Ogam Bonnin et Xavier Cheneseau, Martelle (Amiens), préface de Jean-Pierre Raffarin, 1993

Références[modifier | modifier le code]

  1. « […] La majorité des livres diffusant les thèses d'extrême droite sont édités chez Dualpha. Son patron, Philippe Randa, est lui-même un ancien activiste de l'extrême droite musclée. Il assure la diffusion de ses propres livres et des auteurs qu'il édite (notamment la réédition d'ouvrages doctrinaux d'idéologues nazis comme Joseph Goebbels et Alfred Rosenberg, un théoricien du IIIe Reich). », Martine Vandemeulebroucke, « L'extrême droite en un clic », Le Soir, mardi 8 janvier 2008.
  2. a et b L'extrême droite française s'installe à Liège RésistanceS, 20 août 2007
  3. Biographie sur son site Francephi.com
  4. a et b Philippe Randa, un éditeur au service de l'Ordre nouveau, RésistanceS, 7 janvier 2008
  5. Jacques Breton, Les collections policières en France: au tournant des années 1990, Cercle de la Librairie, 1992, page 71
  6. Michel Lebrun, Almanach du crime 1982, Guénaud/Polar, 1982, page 303
  7. Bradford Lyau, The Anticipation Novelists of 1950s French Science Fiction: Stepchildren of Voltaire, McFarland, 2010, page 127
  8. Claude Liauzu, Violence et colonisation: pour en finir avec les guerres de mémoires, Syllepse, 2003, pages 200-202
  9. Hondelatte raconte - Eugène Wiedmann, le tueur au regard de velours, Europe 1, 8 novembre 2016
  10. Pierre Verdrager, L'Enfant interdit : Comment la pédophilie est devenue scandaleuse, Armand Colin, coll. « Individu et société », , 344 p..
  11. a et b Les pets & la plume, REFLEXes, 29 novembre 2004
  12. « Petites boutiques des horreurs », sur REFLEXes], .
  13. « L'AEncre: fermeture définitive ? », L'Express, 17 avril 1997.
  14. « Philippe Randa reprend les Éditions de l’Æncre », Vox NR, 29 septembre 2009.
  15. Notes de lecture, REFLEXes, 25 avril 2002
  16. Philippe Bodeux, « La librairie cataloguée "d'extrême droite" fermera ses portes le 31 janvier suite aux multiples pressions », Le Soir, 24 janvier 2008, p. 10.
  17. Un libraire extrémiste délogé, La Libre Belgique, 22 janvier 2008
  18. Stéphane François, Cyber-propagande et subculture : le cas Librad, blog Fragments sur les Temps présents, 17 décembre 2012
  19. « Le premier numéro de "Flash Infos Magazine" est paru ! », site de Philippe Randa, 30 octobre 2008.
  20. Jean-Yves Camus, « L'extrême droite altermondialiste lance son journal », Rue89, .
  21. Articles de Philippe Randa sur le site Boulevard Voltaire
  22. Bouclay, journaliste TV d’extrême droite, « inflitré » sur la zad du Testet, site La Horde, 17 novembre 2014
  23. Entretien avec Philippe Randa, directeur d’EuroLibertés, le site de la réinformation européenne, Breizh-info, 5 avril 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]