Tramway du Mans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway du Mans
Image illustrative de l'article Tramway du Mans

Situation Le Mans, Pays de la Loire
Drapeau de la France France
Type Tramway
Entrée en service 17 novembre 2007
Longueur du réseau 18,8 km
Longueur additionnée des lignes 21,3 km
Lignes 2
Stations 35
Rames Alstom Citadis 302
Fréquentation 48 000 voyageurs/jour
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Le Mans Métropole
Exploitant SETRAM
Site internet http://setram.fr
Vitesse moyenne 19 km/h
Vitesse maximale 50 km/h

Image illustrative de l'article Tramway du Mans

Le tramway du Mans est un réseau de tramway de la ville du Mans inauguré le 17 novembre 2007. Il se compose de deux lignes T1 et T2 ayant un tronc commun de sept stations et dont les terminus respectifs sont Antarès et Université pour l'une, Espal et Bellevue pour l'autre. La dernière évolution du réseau date du 30 août 2014 avec l'ouverture de la branche Bellevue et créant à cette même occasion la 2e ligne. Auparavant, le réseau était constitué d'une seule ligne à 3 branches avec un long tronc commun jusqu'à Université. Les travaux de ce premier réseau ont été achevés en août 2007 et mis en fonction quatre mois après pour les branches Université et Antarès ; la seconde branche Espal ayant été inaugurée le 22 décembre 2007. Ces services sont assurés par la société des transports en commun de la ville du Mans : la SETRAM.

La première partie du réseau datant de 2007 était considérée comme le tramway le moins cher de France au moment de l'inauguration, avec un coût de 302 millions d'euros[1], pour 15,4 km.

Historique[modifier | modifier le code]

Le pont en X.
Article détaillé : Ancien tramway du Mans.

Le tramway avait fait une première apparition au Mans entre 1897 et 1947. Il était composé de lignes construites à voie métrique et électrifiées qui desservaient les différentes parties de la ville, alors peu étendues.

Compagnie de l'Ouest Électrique (COE)[modifier | modifier le code]

La Compagnie de l'Ouest Électrique est créé à Lyon, le 21 octobre 1896, elle se substitue à la Compagnie des tramways électriques du Mans, formée antérieurement, le 23 juillet 1896. Elle a pour mission, la création et l'exploitation des réseaux de tramways dans les villes du Mans et de Rennes.

Elle crée au Mans un réseau de trois lignes:

  • I - Gare centrale - place de la République - Octroi des Maillets (2,925 km)
  • II - Carmélites - Croix d'or (2,875 km)
  • III- Hôpital - rue et Pont Gambetta - place de la République - Lune de Pontlieue

L'ouverture des lignes se fait dans l'ordre suivant

  • Ligne I, est ouverte le 21 juin 1897.
  • Ligne II, le 27 juin suivant.
  • Ligne III, le 27 juin suivant entre La Croix d'or et Mission, le 8 juillet vers l'hôpital et enfin le 20 juillet jusqu'au pont de l'Huisne. Le terminus de Pontlieue atteint quelques jours après.

Le matériel roulant est composé de 22 motrices à deux essieux, pesant 8 tonnes et d'une capacité de 45 voyageurs. Ces motrices sont construites par la firme Fives Lille

Des remorques au nombre de 9, appelées Buffalo sont attelées aux motrices. Ces voitures sont ouvertes latéralement.

en 1911, 2 remorques ouvertes sont livrées.
en 1916, 4 remorques fermées sont livrées par Carel et Fouché.

En 1931 et 32, six caisses modernes sont commandées à la firme Carel et Fouché du Mans et montées sur des châssis provenant d'anciennes motrices. Ces châssis sont modernisés et équipés de nouveaux moteurs.

L'usine de production d'électricité et le dépôt des tramways sont construits sur l'emplacement de l'ancien hôpital, occupé aujourd'hui par la médiathèque Louis Aragon. La production d'électricité était réalisée grâce à deux dynamos Fives Lille, entrainées par une machine à vapeur fixe. En 1932, le système est abandonné pour une alimentation par le réseau extérieur de la « Société Lyonnaise des Eaux et de l'Éclairage ».

Juxtaposant l'usine, se trouve le dépôt du matériel roulant, avec ses remises couvertes pour le matériel roulant et les bâtiments administratifs de la compagnie.

À la fin des années 1930, devant la croissance de la circulation automobile le tramway doit faire place aux autobus et trolleybus.

L'exploitation du tramway de la COE est arrêtée

  • le 23 novembre 1936 sur la ligne Hôpital- Pontlieue
  • le 12 novembre 1947 sur les lignes Gare - Maillets et Gare - Léon Bollée (octroi de Paris).

Compagnie des tramways de la Sarthe[modifier | modifier le code]

La compagnie des tramways de la Sarthe exploitait un réseau départemental depuis 1881. Le centre du réseau était situé sur la rive gauche de la Sarthe, non loin de ce qui est aujourd'hui la gare sud du Mans. Les trains ont circulé jusqu'au 1er mars 1947.

Le retour du tramway[modifier | modifier le code]

60 ans plus tard, la communauté urbaine du Mans (Le Mans Métropole) réhabilite le tramway dans l'agglomération mancelle. Le réseau, se compose alors d'une unique ligne constituée de trois branches et desservant 29 stations. La ligne est inaugurée le 17 novembre 2007 sur le tracé Antarès - Université. La branche des Sablons rejoignant le terminus Espal - Arche de la Nature est inauguré un mois plus tard, avec plus de quatre mois d'avance sur le planning. La ligne se compose d'un parcours commun de l'Université à Saint-Martin, puis se scinde en deux branches, l'une vers l'Espal, l'autre vers Antarès, offrant ainsi trois terminus (Université, Espal et Antarès). La ligne a une longueur cumulée de 15,4 km dont 10 km sur gazon.


Une seconde ligne en 2014[modifier | modifier le code]

Les travaux de la deuxième ligne vers Bellevue commencent en décembre 2011[2]. À compter du 30 août 2014 à midi[2], cette nouvelle branche permet de créer deux lignes distinctes, le réseau de tramway étant alors constitué de quatre branches.

La nouvelle ligne part de l'avenue de Bruxelles, dans le quartier de Bellevue, jouxtant la commune de Coulaines, puis emprunte l'avenue des Maillets. Elle traverse la place de la Croix de Pierre, puis rejoind la Place des Jacobins, longeant ainsi la Cathédrale. Cette deuxième ligne bifurque alors via l'avenue Mendès-France, devant le centre commercial des Jacobins, en direction de la place des Comtes du Maine. Elle rejoind alors la ligne T1 au niveau de la place de la Préfecture. Elle parcourt un tracé commun avec la première ligne jusqu'à la station Saint-Martin, avant de la quitter pour desservir la branche des Sablons en direction de l'Espal. Un parking relais est situé au niveau du Carrefour Market de l'avenue des Maillets[3], [4].

Le nom des nouvelles stations, situées entre Préfecture et Bellevue - Hauts de Coulaines est révélé le 7 mars 2014. Elles sont au nombre de six[5] :

  • Préfecture (station existante, sur le tronc commun)
  • Comtes du Maine - Office de tourisme
  • Jacobins-Quinconces
  • Croix de Pierre
  • Maillets-Banjan
  • Maillets-Zamenhof
  • Bellevue - Hauts de Coulaines

Financement[modifier | modifier le code]

Le projet initial inauguré en 2007 a coûté 302 millions d'euros[1], répartis comme suit[réf. nécessaire]:

  • 274,2 millions : Le Mans Métropole (dont versement taxe transport et 120 millions de prêt auprès de la Banque européenne d'investissement) ;
  • 12,4 millions : subvention de l'État, soit 28,8 % par rapport à ce qui était prévu (l'enveloppe de départ était de 42,7 millions, l'État ayant gelé les aides au TCSP en 2003) ;
  • 15,4 millions : subvention de la région Pays de la Loire.

Le taux d’endettement prévu était alors d’environ de 1500€/habitant[6].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Rame à la station République. Le design a été réalisé par l'agence RCP Design Global.
Rails du Tramway en centre ville.

Design du matériel roulant[modifier | modifier le code]

La conception esthétique du matériel roulant a été réalisée par l'agence RCP Design Global pour le concept général, les tissus, les ambiances intérieures et la livrée des rames, de couleur orangée[7].

Matériel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alstom Citadis.

Le parc était constitué de 23 rames au 7 novembre 2007.

Le modèle est un Alstom Citadis 302 (rame de 32 m fabriquée par Alstom) et son alimentation est faite par voie aérienne (ligne aérienne de contact 750 V). Doté de la climatisation, le tramway manceau, long de 32 mètres et large de 2,40 mètres, offre 64 places assises et peut accueillir plus de 200 personnes. Modulable, ce modèle peut atteindre 42 mètres de long en ajoutant une « caisse » supplémentaire.

Les 23 premières rames portent le nom des communes de Le Mans Métropole. Trois d'entre elles portent les noms 24 heures du Mans, MUC 72 et MSB, reflétant ainsi la dimension sportive de la ville. Trois nouvelles rames ont été livrées quatre années plus tard, en 2011 pour un coût de 10 millions d'euros, à l'occasion d'une commande supplémentaire pour faire face à l'affluence lors des grands événements notamment[8], mais seule l'une des trois a reçu un nom de baptême. Une nouvelle commande de huit rames (de la n°27 à la n°34) a été votée en avril 2012 et est attendue à l'occasion de l'ouverture de la deuxième ligne[9].

Les noms des rames du parc au 16 octobre 2013 :

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Stations[modifier | modifier le code]

Station Théodore Monod.
          Stations Lat/Long Communes Correspondances
    o     Université 48° 01′ 01″ N 0° 09′ 07″ E / 48.01704322, 0.151907 (Université) Le Mans Ligne 18, P+R
    o     Campus - Ribay 48° 00′ 57″ N 0° 09′ 41″ E / 48.015886, 0.16147 (Campus-Ribay) Le Mans
    o     Haute Venelle - Clinique du Pré 48° 01′ 11″ N 0° 09′ 47″ E / 48.019836, 0.162946 (Haute Venelle - Clinique du Pré) Le Mans
    o     Cardan - Épine 48° 01′ 08″ N 0° 10′ 21″ E / 48.018888, 0.172416 (Cardan - Épine) Le Mans
    o     Hôpital 48° 00′ 48″ N 0° 10′ 33″ E / 48.01333, 0.175793 (Hôpital) Le Mans
    o     Théodore Monod 48° 00′ 42″ N 0° 10′ 54″ E / 48.011633, 0.181753 (Théodore Monod) Le Mans Lignes 2 et 18
    o     Gambetta - Mûriers 48° 00′ 33″ N 0° 11′ 06″ E / 48.009234, 0.18497 (Gambetta-Mûriers) Le Mans
    o     La Fayette 48° 00′ 25″ N 0° 11′ 24″ E / 48.006865, 0.190131 (La Fayette) Le Mans Ligne 6
    o     Éperon - Cité Plantagenêt 48° 00′ 19″ N 0° 11′ 36″ E / 48.005378, 0.193269 (Éperon - Cité Plantagenêt) Le Mans Lignes 2, 4, 8, 11, 19 et 20
    o     République 48° 00′ 15″ N 0° 11′ 47″ E / 48.004031, 0.196399 (République) Le Mans Lignes 12, 23 et 25
    o     Préfecture 48° 00′ 03″ N 0° 11′ 50″ E / 48.000918, 0.197334 (Préfecture) Le Mans Lignes 3 et 17
    o     Leclerc - Fleurus 47° 59′ 54″ N 0° 11′ 42″ E / 47.998256, 0.194988 (Leclerc-Fleurus) Le Mans
    o     Gares 47° 59′ 43″ N 0° 11′ 38″ E / 47.995308, 0.193957 (Gares) Le Mans Lignes 5, 6, 16, 17 et 30, SNCF
    o     Zola 47° 59′ 38″ N 0° 11′ 54″ E / 47.99392, 0.198357 (Zola) Le Mans
    o     Viaducs 47° 59′ 34″ N 0° 12′ 13″ E / 47.992698, 0.203541 (Viaducs) Le Mans Ligne 3
    o     Jaurès - Pavillon 47° 59′ 23″ N 0° 12′ 25″ E / 47.989607, 0.206951 (Jaurès - Pavillon) Le Mans
    o     Saint-Martin 47° 59′ 08″ N 0° 12′ 34″ E / 47.98568, 0.2095 (Saint-Martin) Le Mans Lignes 3, 6, 7, 12, 17 et 21
      o   Churchill 47° 59′ 21″ N 0° 12′ 57″ E / 47.989305, 0.215737 (Churchill) Le Mans
      o   Atlantides - Sablons 47° 59′ 26″ N 0° 13′ 20″ E / 47.99056, 0.222321 (Atlantides - Sablons) Le Mans
      o   Île aux Sports 47° 59′ 28″ N 0° 13′ 47″ E / 47.991045, 0.229612 (Île aux Sports) Le Mans
      o   Épau - Gué Bernisson 47° 59′ 31″ N 0° 14′ 05″ E / 47.992061, 0.234732 (Epau-Gué Bernisson) Le Mans
      o   Espal - Arche de la nature 47° 59′ 40″ N 0° 14′ 02″ E / 47.994578, 0.234021 (ESPAL-Arche de la nature) Le Mans Ligne 12, P+R
  o       Pontlieue 47° 58′ 57″ N 0° 12′ 40″ E / 47.982437, 0.211007 (Pontlieue) Le Mans Lignes 3, 6, 7, 12, 17 et 21
  o       Durand-Vaillant 47° 58′ 46″ N 0° 12′ 46″ E / 47.979354, 0.212753 (Durand-Vaillant) Le Mans
  o       Goya 47° 58′ 31″ N 0° 12′ 54″ E / 47.97515, 0.21511 (Goya) Le Mans
  o       Glonnières - Centre Sud 47° 58′ 19″ N 0° 13′ 01″ E / 47.971821, 0.216976 (Glonnières - Centre Sud) Le Mans Ligne 7
  o       Jules Raimu 47° 58′ 06″ N 0° 13′ 08″ E / 47.9684, 0.21886 (Jules Raimu) Le Mans
  o       Guetteloup - Pôle Santé Sud 47° 57′ 50″ N 0° 13′ 17″ E / 47.963968, 0.221311 (Guetteloup - Pôle Santé Sud) Le Mans Ligne 19
  o       Antarès - MMArena 47° 57′ 21″ N 0° 13′ 20″ E / 47.955964, 0.22234 (Antarès - MMArena) Le Mans Ligne 24, P+R

Sous-stations électriques[modifier | modifier le code]

9 sous-stations alimentent la ligne aérienne de contact :

  • Parc relais Bartholdi
  • Avenue H.P. Klotz
  • Hôpital
  • République
  • Gares
  • St Martin de Pontlieue
  • Boulevard Schuman
  • Glonnières
  • Centre de Maintenance des Hunaudières

Offre commerciale[modifier | modifier le code]

(Tous ce qui est dans ce chapitre provient du journal d'information [11] distribué fin juin 2007 par Le Mans Métropole)

Fréquences[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, lLe tramway fonctionne de 5 h du matin à 1 h du matin (soit 20 heures en continu), sa fréquence en heure de pointe est de 4 min 30 sur le tronc Université - Saint-Martin et de 9 minutes sur les troncs Saint-Martin - Antarès et Saint-Martin - Espal. À compter du 30 août 2014, la fréquence sera de 3 minutes sur le tronc commun Préfecture - Saint-Martin, et à 6 min sur le reste des lignes T1 et T2. [12]

Temps estimé[modifier | modifier le code]

(Tous les temps ne sont que des prévisions)

Temps entre les stations Université et Saint-Martin
Station Université - Hôpital Hôpital - Lafayette Lafayette - République République - Gare Gare - Saint-Martin
Temps 7 min 5 min 3 min 5 min 5 min

Temps total du trajet de Université à Saint-Martin : 25 min



Temps entre les stations Saint-Martin et Antarès
Station Saint-Martin - Glonnières Glonnières - Antarès
Temps 6 min 7 min


Temps total du trajet de Université à Antarès : 38 min


Temps entre les stations Saint-Martin et Espal
Station Saint-Martin - Atlantides-Sablons Atlantides-Sablons - Espal
Temps 5 min 4 min

Temps total du trajet de Université à Espal : 34 min

La SETRAM met d'ailleurs à disposition des voyageurs un calculateur d'itinéraire ici.

Tableau chronologique des travaux[modifier | modifier le code]

Les dates des avancées du projet
Dates Nature de l’événement Événement
Du 15 mars au 22 avril 2004 Administratif Enquête publique relative au projet tramway
Mi-juin 2004 Travaux de voirie Début des travaux de voirie (déplacement des réseaux sous la voirie)
4 novembre 2005 Travaux de voirie Début des travaux de construction du centre de maintenance du tramway
20 février 2006 Travaux de voirie Pose du premier rail, le long de l'avenue Olivier Messiaen
Lundi 8 janvier 2007 à 16 h Arrivée de rames Arrivée de la première rame, nommée Désir
Jeudi 11 janvier 2007 à 16 h Arrivée de rames Jean-Claude Boulard baptise Désir la première rame
Vendredi 19 janvier 2007 Administratif Suppression de la station Léon-Blum, le terminus de la branche “Est” s'effectuera désormais à l'Espal
(raison : facilité pour prolonger la ligne jusqu'à Gazonfier)
Vendredi 23 février 2007 Essais Premiers essais en ville du tramway Désir, entre Antarès et le boulevard des Glonnières (Centre Sud/Carrefour)
Mercredi 28 février 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°02, nommée Le Mans Métropole
Jeudi 22 mars 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°04, nommée Arnage
Mercredi 26 avril 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°07, nommée Le Mans
Vendredi 25 mai 2007 Essais Prolongement des essais jusqu'à Saint-Martin donc essais d'Antarès à Saint-Martin (Pontlieue)
Jeudi 31 mai 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°08, nommée Mulsanne
Mercredi 7 juin 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°09, nommée Rouillon
Mardi 12 juin 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°10, nommée 24 heures du Mans
Mercredi 20 juin 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°11, nommée Sargé-lès-le-Mans
Mercredi 27 juin 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°12, nommée Yvré-l'Évêque
Jeudi 5 juillet 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°13, nommée Plantagenêt
Jeudi 12 juillet 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°14, nommée Bérengère
Nuit du 16 au 17 juillet 2007 Essais La rame Désir est tractée jusqu'à Université
Mardi 17 juillet 2007 Essais Début des essais entre Lafayette et Université
Jeudi 19 juillet 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°15, nommée Bollée
Jeudi 19 juillet 2007 à 17 h Travaux de voirie Dernière soudure de rail en présence du maire, au terminus de l'Espal
Jeudi 26 juillet 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°16, nommée Wilbur Wright, Hunaudières
Lundi 20 août 2007 Essais Essais sur toute la ligne principale Antarès-Université
Jeudi 23 août 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°17, nommée MUC 72
Jeudi 5 septembre 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°18, nommée Trouvé Chauvel
Jeudi 12 septembre 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°19, nommée Arche de la nature
Jeudi 20 septembre 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°20, nommée MSB
Jeudi 10 octobre 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°21, nommée Pays de la Loire
Lundi 15 octobre 2007 Essais Début de la marche à blanc
Mercredi 24 octobre 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°22, nommée Sarthe-Huisne
14 novembre 2007 Arrivée de rames Arrivée de la rame n°23, nommée Cénomane
Week-end des 17 et 18 novembre 2007 Ouverture Inauguration du tramway
22 décembre 2007 Ouverture Ouverture de la branche Sablons
Mi-février 2012 Travaux de voirie Début des travaux de voirie sur la seconde ligne (déplacement des réseaux sous la voirie)

Tarifs[modifier | modifier le code]

L'arrivée du tram a occasionné une augmentation des tarifs des transports en commun dont le ticket unité est passé de 1,20 € à 1,30 €. Depuis août 2009, le prix est de 1,35 €. Et depuis 2011, le prix est de 1,40 €.

Le coût réel d'un voyage étant d'environ 3 €, la SETRAM reçoit, pour équilibrer son budget, 65 % du ticket en subvention de la part de la CUM (Communauté Urbaine du Mans).

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le mardi 4 décembre 2007 le magazine Ville et transports a décerné à Paris son grand prix du transport en commun en site propre 2007 au tramway du Mans qui « fait déjà figure d'exemple pour les villes d'une taille similaire qui hésitent à investir ». Le magazine cite les raisons de cette récompense :

  • Le jury a été séduit par le design du nouveau tramway ;
  • C'est l'un des moins chers de France (20 millions d'euros le kilomètre)[1] ;
  • Livré en temps et en heure, avec un tracé plutôt bien accepté ;
  • La réussite de l'inauguration (près de 250 000 personnes transportées les 17 et 18 novembre) ;
  • Près de 30 % de circulation automobile en moins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]