Léon Bollée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bollée.

Léon Bollée

Naissance 1er avril 1870
Le Mans
Décès 16 décembre 1913 (à 43 ans)
Neuilly-sur-Seine
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Autres activités
Distinctions

Léon Bollée (1er avril 1870 au Mans - 16 décembre 1913 à Neuilly-sur-Seine) est un inventeur et constructeur automobile français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le second fils du grand pionnier de l'automobile Amédée Bollée, dont le premier fils se prénommait également Amédée. Tous trois furent constructeurs automobile.

En 1885, à 14 ans, inventeur précoce, Léon Bollée se fait connaître par la construction d'une sorte de pédalo[1]. En 1889, à 19 ans, il invente et fabrique une calculatrice mécanique mécanique révolutionnaire, dite à multiplication directe, qui reçoit un premier prix à l'Exposition universelle de Paris de 1889. Il invente et perfectionne en outre de nombreux instruments de calcul, dont beaucoup sont restés à l'état de prototype, et entreprend la construction d'une machine à différence inspirée des travaux de Charles Babbage[réf. souhaitée].

En 1896, il commercialise un véhicule à trois roues qui, fait nouveau, est équipé de roues à pneumatiques. Le moteur horizontal a été conçu par son frère Amédée. Il la baptise d'un mot de son invention « Voiturette » et en dépose le nom ; la position à l'avant du passager fit surnommer la voiturette : « Le Tue Belle-mère ». Fort de ce premier succès, il crée son entreprise au Mans qu'il baptise de son nom.

En 1903, il produit sa première grosse voiture. Réputée pour sa qualité, la marque connaît rapidement le succès. Léon Bollée construit deux modèles à 4 cylindres, un de 28 ch de 4,6 litres et un de 45 ch de 8 litres de cylindrée, suivi en 1910 d'un modèle de 10 litres. En 1911, il produit 600 véhicules.

Il s'intéresse aussi à l'aviation et invite les frères Wright au Mans à l'occasion de leur visite en France en 1908. Grâce à lui, Wilbur Wright réussit à trouver un terrain pour les nombreux essais de vol de son Wright Flyer III A, à l'hippodrome des Hunaudières, près de l'actuel circuit automobile du Mans, puis au camp militaire d'Auvours, entre juin 1908 et janvier 1909 (Hunaudières).

Après sa mort en 1913, sa veuve continue la production d'automobiles et d'armements. La marque est finalement rachetée en 1922 par la firme anglaise Morris, pour devenir Morris-Léon Bollée, installée au Mans. La production commence en 1925 avec des véhicules équipés de moteurs Hotchkiss, mais par suite de leur mévente, la production s'arrête en 1928 et Morris ferme l'usine définitivement en 1931.

Hommage[modifier | modifier le code]

Il existe depuis 1932 une avenue Léon-Bollée ouverte dans le 13e arrondissement de Paris sur l’emplacement du bastion 88 de l’enceinte de Thiers[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vélocipède nautique » - La Nature no 602, 13 décembre 1884
  2. http://www.v2asp.paris.fr/commun/v2asp/v2/nomenclature_voies/Voieactu/5463.nom.htm : notice « Avenue Léon-Bollée » du site de la mairie de Paris. Consulté le 2 avril 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]