Tom Boonen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boonen.
Tom Boonen
Image illustrative de l'article Tom Boonen
Tom Boonen lors du Tour du Qatar 2012
Informations
Nom Tom Boonen
Surnom Tornado Tom
Tommeke
Date de naissance 15 octobre 1980 (34 ans)
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Équipe actuelle Omega Pharma-Quick Step
Spécialité Classiques flandriennes
Sprinteur
Équipes amateurs
1997-2001 Kortrijk Groeninge Spurters
Équipes professionnelles
09.2000-12.2000
2002
2003-2004
2005-2007
2008-2011
2012-
US Postal Service (stagiaire)
US Postal Service
Quick Step-Davitamon
Quick Step-Innergetic
Quick Step
Omega Pharma-Quick Step
Principales victoires
Championnats

MaillotMundial.PNG Champion du monde sur route 2005
médaille d'or, monde Champion du monde du contre-la-montre par équipes 2012
MaillotBélgica.svg Champion de Belgique sur route 2009 et 2012
Classiques
Tour des Flandres 2005, 2006 et 2012
Paris-Roubaix 2005, 2008, 2009 et 2012
Gand-Wevelgem 2004, 2011 et 2012
Grand Prix E3 2004, 2005, 2006, 2007 et 2012
1 classement annexe de grand tour
Maillot vert Classement par points du Tour de France 2007
8 étapes de grands tours
Tour de France (6 étapes)

Tour d'Espagne (2 étapes)

Tom Boonen (né le 15 octobre 1980 à Mol) est un coureur cycliste belge. Professionnel depuis 2002, il est membre de l'équipe Omega Pharma-Quick Step. Routier-sprinter, il est spécialiste des courses pavées. Il a notamment gagné quatre fois Paris-Roubaix et trois fois le Tour des Flandres, a remporté le maillot vert du Tour de France 2007 et a été champion du monde 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Tom Boonen naît à Mol, dans la province d'Anvers le 15 octobre 1980. Son père, André Boonen, a été cycliste professionnel de 1979 à 1984[1]. Il grandit avec ses parents et son frère à Balen. Il commence le cyclisme en 1992 après avoir remporté une course inter-écoles sur le circuit de Zolder. Quelques années plus tard, il est repéré par Dirk Demol, ancien vainqueur de Paris-Roubaix et alors dirigeant du club cycliste de Courtrai, le Kortrijk Groeninge Spurters, que Tom Boonen intègre à 16 ans[2].

Coureur amateur, Boonen remporte de nombreuses victoires, notamment Paris-Tours espoirs 2000 et le Championnat de Belgique espoirs 2001. Il s'impose également comme un spécialiste des classiques pavées, terminant troisième puis quatrième de Paris-Roubaix espoirs et deuxième du Het Volk espoirs. Il participe aux championnats du monde de 2001 à Lisbonne au Portugal. Il y prend la 37e place de la course en ligne des moins de 23 ans[3]. Il termine l'année à la dixième place du classement UCI des moins de 23 ans[4]. En fin de saison, il est lauréat du Vélo de cristal du meilleur jeune cycliste belge de l'année.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

2002 : première année professionnelle chez US Postal[modifier | modifier le code]

Demol, devenu entretemps directeur sportif chez US Postal Service, attire Boonen dans l'équipe américaine et lui fait signer son premier contrat professionnel en 2002[5]. Il perce dès sa première année chez les professionnels : il obtient plusieurs places d'honneur sur les semi-classiques belges, et surtout, se classe troisième de Paris-Roubaix. Il devient alors un espoir pour la Belgique, qui voit en lui un futur grand champion. La même année, il remporte sa première victoire professionnelle, au sprint, sur la 2e étape de l'Uniqa Classic.

2003 : arrivée chez Quick Step-Davitamon[modifier | modifier le code]

Il est recruté dès l'année suivante par Quick Step-Davitamon, cassant son contrat avec US Postal Service. Cette première saison dans l'équipe belge n'est pas aussi bonne qu'espéré. Boonen termine cinquième du Het Volk et troisième de Gand-Wevelgem, mais n'est que 24e de Paris-Roubaix. Il remporte sa deuxième victoire, sur une étape du Tour de Belgique, et participe au Tour d'Espagne, où il manque de peu la victoire au sprint face à Erik Zabel sur la 11e étape.

2004 : première victoire à Gand-Wevelgem[modifier | modifier le code]

Boonen prépare la saison des classiques pavées au Qatar, où il termine deuxième du Grand Prix de Doha et troisième du Tour du Qatar, dont il remporte une étape, puis en Espagne, où il remporte une étape de la Ruta del Sol. Cette campagne de classiques est un succès. Il remporte successivement le Grand Prix E3, Gand-Wevelgem et le Grand Prix de l'Escaut. Mais il n'est pas encore au niveau sur les plus grandes classiques, terminant neuvième de Paris-Roubaix.

Préparant sa première participation au Tour de France, Boonen accumule les victoires au sprint. En mai et juin, il remporte sept nouvelles victoires d'étape, et le classement final du Tour de Picardie. Il se présente au départ du Tour parmi les favoris pour les arrivées groupées. Après un début de Tour difficile, il confirme en remportant, la 6eétape, sa première étape dans un grand tour, à Angers, puis la prestigieuse dernière étape du Tour sur les Champs Elysées. Il n'est cependant pas assez régulier pour lutter pour le maillot vert.

En fin de saison, Boonen remporte quatre nouvelles victoires, dont le Mémorial Rik Van Steenbergen, portant son total de victoires à 19. Il termine l'année 10e au classement UCI et remporte plusieurs distinctions, dont le Vélo de cristal, le Trophée Flandrien et le Sprint d'or.

2005 : triplé Tour des Flandres- Paris-Roubaix - Championnat du monde[modifier | modifier le code]

Tom Boonen avec le maillot de champion du monde.

En 2005, Boonen est très attendu, après sa très belle saison 2004. Il confirme, et effectue sa meilleure saison.

Comme l'année précédente, il se prépare au Qatar, où il obtient deux étapes. Il termine deuxième du Het Volk en remportant le sprint du peloton derrière Nick Nuyens, et remporte au sprint deux étapes de Paris-Nice. Il compte ainsi parmi les favoris du sprint final de Milan-San Remo, mais ne termine que huitième. Vainqueur pour la deuxième fois du Grand Prix E3, il prend le départ du Tour des Flandres en grand favori. Boonen remporte le Tour des Flandres en solitaire en attaquant ses adversaires alors qu'il est le favori du sprint, puis réalise le rare doublé Tour des Flandres/Paris-Roubaix.

Au cours de sa préparation du Tour de France, il remporte une nouvelle étape du Tour de Picardie, puis le Tour de Belgique. Sur le Tour de France, il remporte coup sur coup la 2e et la 3e étape, et porte 10 jours le maillot vert avant d'abandonner dans les Alpes. Il participe également sans succès au tour d'Espagne, mais remporte une nouvelle grande victoire en devenant champion du monde à Madrid le 25 septembre. Boonen termine la saison à la deuxième place de l'UCI ProTour, derrière Danilo Di Luca, et est élu Vélo d'or mondial et Sportif belge de l'année. Fort de 14 victoires, il remporte à nouveau le Vélo de cristal, le Trophée Flandrien et le Sprint d'or.

2006 : deuxième succès au Tour des Flandres[modifier | modifier le code]

En 2006, Boonen reproduit la préparation des classiques qui lui a réussi les années précédentes. Il remporte le Grand Prix de Doha et le Tour du Qatar, une nouvelle étape de la Ruta del Sol et trois étapes de Paris-Nice. Décevant sur le Het Volk, il termine le lendemain troisième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Il échoue pour la deuxième fois sur Milan-San Remo, qu'il termine à la quatrième place, mais remporte pour la troisième fois le Grand Prix E3. A la veille du Tour des Flandres, il apparaît plus dominateur que jamais sur les courses pavées. Il remporte haut la main le Tour des Flandres, réalisant le premier doublé depuis 1973 en battant au sprint son compatriote Leif Hoste. Mais il échoue dans Paris-Roubaix, franchissant la ligne d'arrivée en 5e position, loin du vainqueur Fabian Cancellara. Il est cependant promu 2e suite au déclassement de Leif Hoste, Peter Van Petegem et Vladimir Gusev. Il remporte néanmoins pour la deuxième fois le Grand Prix de l'Escaut.

Sa préparation pour le Tour de France est marquée par 4 nouvelles victoires, dont Veenendaal-Veenendaal et une étape du Tour de Suisse, et une troisième place au Championnat de Belgique, où il est battu au sprint par Niko Eeckhout. Favori des sprints du Tour, il ne remporte pas d'étape, mais profite de sa bonne performance sur le prologue pour endosser le maillot jaune à l'issue de la 3e étape. Il le cède à Serhiy Honchar à la suite de la 7e étape contre la montre à Rennes, puis est contraint à l'abandon pour des problèmes respiratoires durant l'étape menant à l'Alpe d'Huez.

En fin de saison, il remporte 4 nouvelles victoires, dont trois étapes de l'Eneco Tour, termine deuxième de Paris-Bruxelles, derrière Robbie McEwen, mais perd son titre de champion du monde au profit de l'italien Paolo Bettini. Il termine la saison à la septième place du ProTour, et remporte pour la troisième fois consécutive le Vélo de cristal et le Sprint d'or.

2007 : maillot vert du Tour de France[modifier | modifier le code]

Tom Boonen après le contre-la-montre d'Angoulême lors du Tour de France 2007.

2007 commence, comme les autres années, sur les chapeaux de roues pour Boonen. Il termine deuxième du Tour du Qatar derrière son coéquipier Wilfried Cretskens en ayant remporté cinq étapes sur six. Il remporte une nouvelle étape de la Ruta del Sol et s'illustre sur le week-end d'ouverture belge en terminant troisième du Het Volk, puis en remportant le lendemain pour la première fois Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Il participe sans succès à Paris-Nice, puis échoue une nouvelle fois dans sa quête d'une victoire sur Milan-San Remo où il termine troisième, devancé par Óscar Freire et Allan Davis.

Sa préparation des classiques est conforme aux années précédentes. Il remporte À travers les Flandres, puis, pour la quatrième fois consécutive, le Grand Prix E3, rejoignant au palmarès Rik Van Looy. Cependant, la campagne de classiques n'est pas à la hauteur des espérances de Boonen, qui échoue à la douzième place sur le Tour des Flandres, puis à la sixième sur Paris-Roubaix.

Vainqueur d'une étape du Tour de Belgique, mais battu sur le Championnat de Belgique par Stijn Devolder, Boonen n'est plus aussi dominateur au départ du Tour de France. Souvent placé, il s'empare du maillot vert dès la 2e étape, mais doit attendre la 6e étape pour triompher, à Bourg-en-Bresse. Il remporte une nouvelle étape, la 12e à Castres, et conserve le maillot vert jusqu'à Paris, s'adjugeant le classement par points.

La suite de la saison est difficile pour Boonen qui y met fin en abandonnant dans la Vuelta. Malgré 10 victoires, c'est sa plus mauvaise saison depuis 2003.

2008 : deuxième victoire à Paris-Roubaix[modifier | modifier le code]

Boonen lors de Paris-Roubaix 2008

En 2008, Boonen remporte pour la deuxième fois le Tour du Qatar, dont il gagne aussi quatre étapes. Changeant de préparation, il choisit le Tour de Californie et février, où il remporte une étape, à nouveau le week-end d'ouverture, où il termine quatrième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, et Tirreno-Adriatico en mars. Peu à l'aise sur cette dernière course, il échoue une nouvelle fois sur Milan-San Remo, où il ne termine que 28e d'une course qui échappe aux sprinteurs. Plus inquiétant, il laisse échapper "son" Grand Prix E3, remporté par Kurt Asle Arvesen, puis le Tour des Flandres, où il doit jouer le jeu d'équipe au profit de son coéquipier Stijn Devolder. Boonen se présente donc affaibli au départ de Paris-Roubaix, mais prouve qu'il est un grand champion en s'imposant pour la deuxième fois, au sprint face à Fabian Cancellara et Alessandro Ballan. Il termine dans la foulée deuxième du Grand Prix de l'Escaut derrière Mark Cavendish.

Le 10 juin 2008, la presse belge annonce que Tom Boonen a fait l'objet d'un contrôle anti-dopage positif. Selon le journal Le Soir, il aurait été contrôlé positif à la cocaïne le 25 mai 2008 lors d'un contrôle hors compétition, deux jours avant le début du Tour de Belgique[6] Le contrôle étant effectué hors compétition, Boonen n'est pas passible de sanctions sportives, mais le cas échéant de sanctions pénales[7]. Dans une conférence de presse organisée le même jour, il reconnaît implicitement les faits[8], et la direction du Tour lui refuse la participation au Tour de France 2008[9] malgré l'insistance de son équipe[10].

Boonen se concentre alors sur la préparation du Tour d'Espagne, remportant 6 victoires, dont deux étapes de l'Eneco Tour. Il remporte enfin deux étapes de la Vuelta, et abandonne pour se préparer aux Championnats du monde, qu'il ne termine que 38e. En fin de saison, il remporte une étape du Circuit franco-belge, et termine deuxième du Prix national de clôture, mettant fin à une saison marquée par une victoire sur Paris-Roubaix, mais aussi de nombreuses déceptions, et un contrôle positif.

2009 : troisième victoire à Paris-Roubaix[modifier | modifier le code]

Tom Boonen à l'arrivée du Paris-Roubaix 2009

Boonen commence 2009 par le rituel qatari : il remporte pour la troisième fois le Tour du Qatar. Après avoir pris part au Tour de Californie, il échoue à nouveau sur le Circuit Het Volk, mais remporte pour la deuxième fois Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Décevant, comme l'année précédente, sur Tirreno-Adriatico, Boonen échoue pour la cinquième fois sur Milan-San Remo, où il termine 15e malgré le travail de son équipier Sylvain Chavanel. Il prépare brillamment les classiques pavées en terminant troisième d'À travers les Flandres, favorisant la victoire de son coéquipier Kevin Van Impe, puis deuxième du Grand Prix E3, battu par Filippo Pozzato. Il s'affirme ainsi à nouveau comme un des grands favoris du Tour des Flandres[11], mais c'est son coéquipier Stijn Devolder qui s'impose. Boonen parvient ensuite à remporter Paris-Roubaix pour la troisième fois, cette fois-ci en solitaire.

Tom Boonen est de nouveau contrôlé positif à la cocaïne à la fin du mois d'avril. Il est suspendu par son équipe, Quick Step[12], jusqu'au 2 juin 2009. Cependant, ce contrôle s'étant, une nouvelle fois, déroulé hors compétition, aucune sanction ne peut être prise par la Royale ligue vélocipédique belge ni par l'Union cycliste internationale. Les seules poursuites possibles auraient pu être judiciaires. Il avoue aussi qu'il se trouve dans un état psychologique dépressif et qu'il fait face à des problèmes avec l'alcool.

En juin, Tom Boonen devient champion de Belgique sur route. Suite à son contrôle positif à la cocaïne, Boonen est un temps interdit de participer au Tour de France. A la veille du départ du Tour de France, la Chambre arbitrale du sport du comité national olympique et sportif français (CNOSF) a autorisé Tom Boonen à prendre le départ de la « Grande Boucle ». Lors de ce Tour, Boonen n'obtient pas de bon résultat et finit par se retirer, malade, au matin de la 15e étape[13]. Il termine sa saison par le Paris-Tours où il est battu au sprint par Philippe Gilbert.

2010 : l'échec dans les classiques[modifier | modifier le code]

Après avoir remporté deux étapes du Tour du Qatar, une étape du Tour d'Oman et une de Tirreno-Adriatico, il se fait battre par Óscar Freire à Milan-San Remo. De même, il ne parvient pas à contenir Fabian Cancellara sur ses terres, ni au Grand Prix E3 ni au Tour des Flandres (il termine deuxième de ces courses) ni à Paris-Roubaix. Initialement sélectionné pour le Tour de France[14], il doit cependant renoncer à y participer, étant atteint d'une tendinite au genou gauche nécessitant du repos avant une rééducation après une lourde chute au Tour de Suisse[15]. Il doit également déclarer forfait pour le championnat de Belgique sur route[15], épreuve dont il est le tenant du titre. Malgré son retour à l'entraînement début août, il ne participe pas au Tour d'Espagne et au championnat du monde[16]. Il termine dix-neuvième du classement mondial UCI[17].

2011 : deuxième victoire à Gand-Wevelgem[modifier | modifier le code]

Au début de la saison, Tom Boonen remporte la première étape du Tour du Qatar. À la fin du mois de mars, il remporte pour la deuxième fois Gand-Wevelgem. Il termine ensuite quatrième du Tour des Flandres. Lors de Paris-Roubaix, il abandonne à environ 50 km de l'arrivée, après un ennui mécanique dans la trouée de Wallers-Arenberg et deux chutes. Le co-leader de l'équipe Quick Step sur cette classique, Sylvain Chavanel, subit une crevaison puis une lourde chute qui prive l'équipe de tout espoir de victoire. Le 22 juin, Tom Boonen prolonge son contrat de deux ans dans l'équipe Quick Step[18]. Il participe au Tour de France. Il y est victime d'une chute durant la 5e étape, dont les conséquences le contraignent à abandonner deux jours plus tard. Il participe ensuite au Tour d'Espagne, au cours duquel une fracture du scaphoïde de la main gauche le contraint à abandonner[19].

2012 : quadruplé Gand-Wevelgem - Grand Prix E3 - Tour des Flandres - Paris Roubaix[modifier | modifier le code]

Tom Boonen triomphant sa quatrième victoire à l'arrivée du Paris-Roubaix 2012

Tom Boonen commence la saison en remportant la dernière étape du Tour de San Luis. Par la suite, il gagne pour la quatrième fois le Tour du Qatar, grâce à 2 victoires d'étapes. Il remporte ensuite la deuxième étape de Paris-Nice, la centième victoire de sa carrière sur une course répertoriée par l'UCI[20],[21]. Il remporte pour la cinquième fois le Grand Prix E3 - et devient ainsi le détenteur du record de victoires sur cette course - avant de s'imposer, deux jours plus tard, au sprint massif sur les routes de Gand-Wevelgem pour la troisième fois de sa carrière en devançant Peter Sagan et Matti Breschel. Il remporte ensuite le Tour des Flandres pour la troisième fois en battant Filippo Pozzato et Alessandro Ballan au sprint, réalisant ainsi après l'E3 et Gand-Wevelgem un triplé inédit. Après un longue échappée en solitaire de 54 kilomètres, il remporte par la suite son quatrième Paris-Roubaix en devançant d'une minute et 39 secondes un groupe de cinq coureurs[22]. Il égale ainsi le record de Roger De Vlaeminck. Il devient ainsi le seul coureur à avoir réalisé deux fois le doublé Tour des Flandres - Paris-Roubaix et également le second après Rik Van Looy (en 1962) à réaliser le triplé flandrien. Le 24 juin 2012, Tom Boonen remporte pour la seconde fois de sa carrière le titre de champion de Belgique. Le 1er septembre 2012, il gagne le général de la World Ports Classic en devançant André Greipel tout en remportant la 1re étape. Après une semaine, il inscrit son nom au palmarès d'une des plus vieilles courses cycliste, Paris-Bruxelles, en terminant premier du sprint massif devant Mark Renshaw et Óscar Freire.

Le 16 septembre, il remporte le nouveau championnat du monde du contre-la-montre par équipes de marque avec ses coéquipiers de l'équipe Omega Pharma-Quick Step Sylvain Chavanel, Tony Martin, Niki Terpstra, Kristof Vandewalle et Peter Velits, à une moyenne horaire de 50,534 km/h. Il dispute ensuite la course en ligne de ces championnats, en tant que co-leader de l'équipe de Belgique avec Philippe Gilbert[23],[24]. Celui-ci s'impose en attaquant seul dans la dernière ascension du Cauberg. Boonen prend la douzième place. En fin d'année, il est élu Flandrien 2012, prix récompensant le meilleur cycliste belge de l'année et délivré par le journal Het Nieuwsblad[25]. Il est également troisième de l'UCI World Tour[26]. Le 21 novembre, il décroche pour la quatrième fois le trophée le Vélo de cristal (après 2004, 2005, 2006) qui récompense le meilleur coureur cycliste belge de l'année.

2013 : une saison noire[modifier | modifier le code]

Au mois de janvier, Boonen chute durant un entraînement de pré-saison et se blesse au coude gauche. Sa plaie s'étant infectée, il est opéré à cette articulation et est ainsi forfait pour le Tour du Qatar, dont il est le tenant du titre[27],[28]. Débutant sa saison au Tour d'Oman, il déclare à cette occasion avoir frôlé l'amputation de ce bras[29]. Lors des classiques, Boonen abandonne lors de Milan-San Remo[30]. Septième du GP E3, il chute et abandonne lors de Gand-Wevelgem[30]. Une semaine après, le 31 mars, Boonen chute à nouveau au début du Tour des Flandres et doit quitter la course[30]. Ayant des douleurs sur tout l'hémicorps gauche ainsi qu'une côte fracturée, il n'est pas capable de défendre son titre sur Paris-Roubaix[30],[31]. Après quelques jours de compétition, Boonen se classe deuxième au sprint derrière André Greipel lors du Tour de Belgique. Le jour suivant il finit troisième, puis est huitième du contre-la-montre de Beveren. Le 21 juillet, il gagne sa première course officielle (en dehors des kermesses) en gagnant devant l'Américain Tyler Farrar à la deuxième étape du Tour de Wallonie.

2014[modifier | modifier le code]

Au début de la saison, Boonen remporte deux étapes du tour du Qatar où il finit deuxième du classement général derrière son coéquipier Niki Terpstra. Suite à un échec au Circuit Het Nieuwsblad, il remporte Kuurne-Bruxelles-Kuurne le lendemain. Patrick Lefevere trouve que son début de saison est prometteur et dit : « j'aime bien le Boonen de 2014 il me fait penser à celui de 2012 ».

À la suite d'un drame familial, il doit déclarer forfait pour Milan-San Remo et toute sa préparation pour les classiques flandriennes est perturbée. Durant le sprint de Gand-Wevelgem, il se fait bloquer mais il arrive quand même à finir 5e. Au Tour des Flandres, il finit septième. Lors du Paris-Roubaix, il est parmi les plus actifs. Il part à 60 km de l'arrivée pour rejoindre un groupe d'échappés. Un regroupement s'effectue. Le groupe de tête marque Boonen. Il permet donc à son coéquipier Niki Terpstra de partir pour gagner en solitaire. Boonen ne participe pas au sprint et finit 10e.

Au Tour de Belgique, en mai, il gagne les deux premières étapes. Le mois suivant, il prend la troisième place du championnat de Belgique. Durant l'été, il dispute le Tour d'Espagne, où il est notamment deuxième de la douzième étape, à Logroño, battu au sprint par John Degenkolb.

Aux championnats du monde, à Ponferrada, il perd avec ses coéquipiers le titre de champion du monde du contre-la-montre par équipes et prend la médaille de bronze derrière les équipes BMC et Orica-GreenEDGE. Il est sélectionné en équipe nationale pour la course en ligne de ces championnats[32]. Il en prend la 49e place.

Palmarès, résultats et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Classiques et championnats du monde[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les classements de Tom Boonen aux championnats du monde et sur les sept classiques auxquelles il a participé (Milan-San Remo, les quatre flandriennes, la Vattenfall Cyclassics et Paris-Tours).

Année Milan-
San Remo
Grand Prix E3 Gand-Wevelgem Tour des Flandres Paris-Roubaix HEW/Vattenfall Cyclassics Paris-Tours Championnats du monde
2002 - - 7e 24e 3e - 22e 38e
2003 78e 12e 3e 25e 24e 50e 102e 17e
2004 75e Vainqueur Vainqueur 25e 9e 88e - -
2005 8e Vainqueur 26e Vainqueur Vainqueur - - Vainqueur
2006 4e Vainqueur - Vainqueur 2e - - 9e
2007 3e Vainqueur 27e 12e 6e 114e - -
2008 28e 8e - 17e Vainqueur - 10e 37e
2009 15e 2e - 20e Vainqueur 46e 2e 38e
2010 2e 2e - 2e 5e - 136e -
2011 28e - Vainqueur 4e Abandon - - -
2012 22e Vainqueur Vainqueur Vainqueur Vainqueur 4e - 12e
2013 Abandon 7e Abandon Abandon - - - -
2014 - 11e 5e 7e 10e - - 49e

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

T.Boonen revêtu du maillot vert sur le Tour 2005

Tour de France[modifier | modifier le code]

6 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

7 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenus lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011 et son classement ne concerne plus que les coureurs membres des 18 équipes ProTeam.

Tom Boonen apparaît pour la première fois au classement UCI en 2000 et y obtient sa meilleure place en 2004 : 10e. Après la création de l'UCI ProTour, il est au mieux classé 2e en 2005.

Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement UCI[34] 992e 862e 64e 90e 10e
Classement ProTour[35] 2e 7e 20e 83e
Classement mondial UCI[36] 38e 19e[17]
UCI World Tour[37] 30e[38] 3e[26] 139e[39] 71e[40]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tom Boonen, initialement cinquième profite des disqualifications de Peter Van Petegem, Vladimir Gusev et Leif Hoste respectivement deuxième, troisième et quatrième pour avoir franchi un passage à niveau alors que cela était interdit[33]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche d'André Boonen sur Siteducyclisme.net
  2. « Tommy, beau et bon à la fois », La Dépêche du Midi, 23 mars 2006.
  3. (en) « Popovych pops to World Title », sur cyclingnews.com,‎ 12 octobre 2001 (consulté le 30 juin 2011)
  4. « 12.10.2001 : Rankings / Classements - U23 - Men / Hommes », sur uci.ch (consulté le 1er juillet 2011)
  5. Interview de Dirk Demol, réalisée en avril 2002, par le site Cyclingnews.com.
  6. Le sprinteur belge Tom Boonen positif à la cocaïne - Sports - Le Monde.fr
  7. Tom Boonen contrôlé positif à la cocaïne, Le Soir, 10 juin 2008
  8. Boonen avait fait son mea culpa, Le Soir, 11 juin 2008
  9. Tom Boonen écarté du Tour de France, Le Soir, 11 juin 2008
  10. Boonen au Tour, c'est toujours non, Le Soir, 16 juin 2008
  11. (en) « Boonen brushes off Sanremo for Northern Classics », sur Cyclingnews.com,‎ 29 mars 2009
  12. « Dopage - Boonen suspendu par son équipe », sur lequipe.fr,‎ 9 mai 2009 (consulté le 9 mai 2009)
  13. « Boonen non partant », sur lequipe.fr,‎ 19 juillet 2009 (consulté le 19 juillet 2009)
  14. (en) « Boonen to lead Quick Step in Tour de France », sur cyclingnews.com,‎ 23 juin 2010 (consulté le 25 juin 2010)
  15. a et b « Boonen privé de Tour », sur eurosport.fr,‎ 25 juin 2010 (consulté le 25 juin 2010)
  16. « Boonen à l'arrêt », sur eurosport.fr,‎ 8 août 2010 (consulté le 11 août 2010)
  17. a et b « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  18. Tom Boonen prolonge à la Quick Step, Cyclism'Actu, 22 juin 2011
  19. « Pas d'opération pour Boonen », L'Equipe,‎ 7 septembre 2011
  20. Laurent Vergne, « Boonen, ce centenaire », sur eurosport.fr,‎ 5 mars 2012
  21. « Boonen: "100 victoires UCI, c'est beau" », sur rtbf.be,‎ 5 mars 2012
  22. Boonen remporte son 4e Paris-Roubaix, Le Figaro, 8 avril 2012.
  23. « Boonen se dit en forme mondiale ! », sur dhnet.be,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 24 février 2012)
  24. « Boonen : “Tactiquement, je serai dans un fauteuil” », sur dhnet.be,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 24 février 2012)
  25. « Cyclisme : Boonen élu Flandrien 2012 devant Gilbert », sur lesoir.be,‎ 2 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  26. a et b « UCI WorldTour Ranking - 2012 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 14 octobre 2012)
  27. « Boonen forfait après son opération au coude », sur eurosport.fr,‎ 25 janvier 2013
  28. (en) « Boonen in hospital with infected elbow », sur cyclingnews.com,‎ 21 janvier 2013
  29. (en) « Boonen: I almost lost my arm due to infection », sur cyclingnews.com,‎ 11 février 2013
  30. a, b, c et d « Paris-Roubaix -Tom Boonen : "C'est difficile de renoncer à une course pareille" », sur eurosport.fr,‎ 1er avril 2013
  31. « Côte fracturée pour Boonen », sur lequipe.fr,‎ 4 avril 2013
  32. Nicolas Danton, « Mondiaux 2014 - La séléction belge sans surprise », sur cyclismactu.net,‎ 15 septembre 2014
  33. (en) « L'affaire du train », sur eurosport.fr,‎ 9 avril 2006/.
  34. « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 14 juin 2010)
  35. « Classement ProTour », sur uciprotour.com (consulté le 14 juin 2010)
  36. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 14 juin 2010)
  37. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 29 février 2012)
  38. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 29 février 2012)
  39. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)
  40. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 19 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :