Moreno Argentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Argentin.
Moreno Argentin
Image illustrative de l'article Moreno Argentin
Moreno Argentin en 1987
Informations
Nom Argentin
Prénom Moreno
Surnom Il Maestro
Date de naissance 17 décembre 1960 (53 ans)
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Équipe professionnelle
1980
1981-1986
1987-1989
1990-1992
1993
1994
Mobili San Giacomo
Sammontana
Gewiss-Bianchi
Ariostea
Mecair-Ballan
Gewiss-Ballan
Principales victoires
Championnats

MaillotMundial.PNG Champion du monde sur route 1986
MaillotItalia.PNG Champion d'Italie sur route 1983 et 1989
9 classiques
Liège-Bastogne-Liège 1985, 1986, 1987 et 1991
Tour de Lombardie 1987
Tour des Flandres 1990
Flèche wallonne 1990, 1991 et 1994
15 étapes de grands tours
Tour de France (2 étapes)

Tour d'Italie (13 étapes)

Moreno Argentin (né le 17 décembre 1960 à San Donà di Piave, dans la province de Venise en Vénétie) est un coureur cycliste italien, professionnel de 1980 à 1994. Il compte 86 victoires professionnelles. Surnommé « Il Maestro »[1] pour sa maîtrise de la course[2], Moreno Argentin se classe troisième du Milan-San Remo 1982 à 21 ans puis 2 ans plus tard troisième du Tour d'Italie.

Il devient le plus titré sur les classiques ardennaises après Eddy Merckx avec quatre victoires à Liège-Bastogne-Liège et trois à la Flèche wallonne. Champion du monde en 1986 devant Charly Mottet, il est la bête noire de Claude Criquielion à Liège-Bastogne-Liège où il le bat trois fois. Il gagne également le Tour de Lombardie et le Tour des Flandres. Fidèle à la Gewiss malgré un intermède chez Ariostea, il remporte trois étapes du Tour de France dont un contre-la-montre par équipes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Moreno Argentin se signale en 1977 et 1978 en remportant, sur piste, le championnat d'Italie de poursuite par équipes juniors. En 1978, sur route, il devient également champion d'Italie du contre-la-montre par équipes juniors. En 1979, il gagne avec Maurizio Bidinost et Pierangelo Biancoletto le championnat d'Italie de poursuite par équipes amateurs, titre qu'il conserve en 1980. Cette même année, sur route, il s'adjuge le Tour de Lombardie amateurs et prend la deuxième place de la Flèche du Sud.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1980, à 19 ans, Argentin a signé son premier contrat professionnel avec l'équipe italienne Mobili San Giacomo. L'année suivante, il rejoint l'équipe Sammontana où il obtient ses plus grands succès, en particulier dans les classiques d'un jour. Enntre 1985 et 1987, il collectionne les médailles lors des championnats du monde[3], devenant champion du monde en 1986[4]. Entre 1985 et 1987, il remporte trois années de suite Liège-Bastogne-Liège.

Plutôt considéré comme un puncheur avec une bonne pointe de vitesse, Moreno Argentin a moins bien de succès sur les grands tours. Durant sa carrière, il compte treize victoires étapes sur le Tour d'Italie (Giro). Il participe à neuf reprises au Giro entre 1981 et 1994. Il obtient son meilleur résultat en 1984 avec la troisième place du général derrière Francesco Moser et Laurent Fignon. Au Tour d'Italie 1993, il remporte deux étapes. Après avoir remporté la première étape et porté le maillot rose pendant dix jours, il est joue un rôle essentiel auprès de son coéquipier Piotr Ugrumov. Celui-ci, grâce au travail d'Argentin termine deuxième du Giro en met sérieusement en difficultés Miguel Indurain dans l'étape d'Oropa.
En conflit avec la presse italienne, il boycotte la course en 1988, 1990 et 1991. Il participe également à trois Tours de France entre 1990 et 1992 avec deux victoires d'étapes et une 59e place finale en 1991 comme meilleur résultat.

Bien qu'il participe à sept reprises à Milan-San Remo - la principale classique disputée sur le sol italien - il n'a jamais pu remporter la course. Il termine troisième en 1982 et quatrième en 1990. Mais c'est surtout en 1992 qu'il échoue dans sa quête de succès. Favori de la course, il a remporté les deux dernière saisons : deux Flèche wallonne (1990 et 1991), le Tour des Flandres 1990[5] et Liège-Bastogne-Liège 1991 et il sort d'un Tirreno-Adriatico réussi avec trois victoires d'étapes. Il attaque dans le Poggio di San Remo et s'isole en tête, la victoire lui semble promise. Cependant, trop prudent, il est rattrappé dans la descente et battu au sprint par Irlandais Seán Kelly[6].

En 1994, il est membre de la controversée équipe Gewiss qui enchaîne les succès prestigieux. Il remporte une troisième fois la Flèche wallonne, le podium est 100 % Gewiss : Argentin devance Giorgio Furlan et Evgueni Berzin. Cette performance est considérée comme le sommet du dopage lors des années EPO[7][8]. En effet, les trois coureurs sont partis ensemble à 72 kilomètres de l'arrivée, lors de l'ascension du Mur de Huy pour ne plus jamais être rejoints[9]. Parmi ses autres places d'honneur, il prend la deuxième place de Paris-Tours (1985), du Tour de Lombardie (1981) et de la Flèche Wallonne (1985 et 1988). Lors du Tour d'Italie 1994, qu'il termine 14e, il remporte la deuxième étape et porte le maillot rose deux jours. C'est son coéquipier Evgueni Berzin qui s'impose.

L'après carrière[modifier | modifier le code]

En juin 1994, après le Giro, Argentin, qui n'a jamais caché sa relation avec le sulfureux médecin du sport Michele Ferrari annonce sa retraite. Depuis la fin des années 1980, il vit dans une résidence à Monaco. Il devient associé d'une grande scierie et d'une entreprise de construction de logements sociaux dans le nord-est de l'Italie.

Dans une interview avec le journal de sport, la Gazzetta dello Sport, à l'occasion de son 50e anniversaire, il critique le cyclisme d'aujourd'hui. Pour lui, les « coureurs sont trop gentils et sans aucun caractère. La politique de l'Union cycliste internationale (UCI) consiste seulement à transformer notre sport en un business ». Il considère que « La piste est morte et enterrée et que la route suit la même voie »[10].

Palmarès, résultats et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1990 : non-partant de la (6e étape), vainqueur de la 3e étape
  • 1991 : 59e , vainqueur des 2e (contre-la-montre par équipes) et 15e étapes
  • 1992 : abandon lors de la (8e étape)

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1981 : 43e, vainqueur des 8e et 12e étapes
  • 1982 : 38e, vainqueur de la 9e étape
  • 1983 : 45e, vainqueur des 7e et 21e étapes
  • 1984 : 3e, vainqueur des 3e et 5e étapes
  • 1985 : non-partant (4e étape)
  • 1987 : 31e, vainqueur des 2e, 4e et 7e étapes
  • 1989 : 15e
  • 1993 : 6e, vainqueur des 1rea et 13e étapes, porteur du maillot rose dix jours.
  • 1994 : 14e, vainqueur de la 2e étape, porteur du maillot rose deux jours.

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1987 : non-partant de la (15e étape)

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1977
    • MaillotItalia.PNG Champion d'Italie de poursuite par équipes juniors
  • 1978
    • MaillotItalia.PNG Champion d'Italie de poursuite par équipes juniors
  • 1979
    • MaillotItalia.PNG Champion d'Italie de poursuite par équipes amateurs
  • 1980
    • MaillotItalia.PNG Champion d'Italie de poursuite par équipes amateurs

Six jours[modifier | modifier le code]

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :