The Monster Ball Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Monster Ball Tour

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la tournée

Tournée par Lady Gaga
Date de début à Montréal, Drapeau du Canada Canada
Date de fin à Mexico, Drapeau du Mexique Mexique
Nb. de concerts 119 en Amérique du Nord
63 en Europe
15 en Océanie
4 en Asie
Total : 201

Tournées par Lady Gaga

The Monster Ball Tour est la deuxième tournée de la chanteuse américaine Lady Gaga. La tournée a débuté le 27 novembre 2009 à Montréal, au Canada et s'est achevée le 6 mai 2011 à Mexico, au Mexique. La tournée comporte 205 dates. Il s'agit donc de la plus grosse tournée de Lady Gaga ainsi que l'une des plus grandes jamais effectuées. À noter que la tournée comporte deux versions, une première destinée aux « salles de spectacle » jouée exclusivement en Amérique du Nord et au Canada du 27 novembre 2009 au 26 janvier 2010 et une seconde destinée aux Arenas et aux stades jouée partout dans le monde du 18 février 2010 jusqu'à la fin de la tournée le 6 mai 2011 au Mexique. Cette seconde version comporte une toute nouvelle mise en scène, de plus, de nouveaux Interludes, des décors, une avancée dans la fosse de plusieurs mètres et une scène quatre fois plus grande que la première version ont été rajoutés. Lady GaGa déclara Le premier Monster Ball Tour n'était pas bon, alors je l'ai tout simplement jeté à la poubelle.

En France, Lady Gaga a vu ses 18 000 places de concert pour Paris-Bercy se vendre en 60 secondes. Elle bat ainsi le record de temps de ventes de billets[1].

The Monster Ball Tour a engrangé 227,4 millions de dollars et a attiré environ 2,5 millions de personnes dans le monde, plaçant le show à la quatorzième place des concerts les plus lucratifs de tous les temps. C'est également la plus grande tournée réalisée par une nouvelle artiste[2].

Déroulement du concert[modifier | modifier le code]

Le concert se déroule en 4 parties, soit le centre-ville, le métro, la forêt et le Monster Ball. Comme ouverture c'est le "Jumping Intro", une vidéo qui met Gaga en scène en noir et blanc, qui se termine par un compte à rebour, le tout projeté sur un " rideau - écran " cachant entièrement la scène principale, cet écran servira à diffuser la plupart des interludes du concert. Lady GaGa apparait alors en ombre chinoise derrière ce rideau et chante "Dance In The Dark" dans son appartement, l'écran se lève puis Gaga va rejoindre ses amis avec lesquels elle doit se rendre au Monster Ball, un endroit où tous les freaks sont contenus à l'extérieur. Pendant qu'elle descend de son appartement pour se rendre à sa voiture, une Rolls Royce verte immatriculée GAGA, elle entame "Glitter And Grease" une chanson non publiée officiellement. Puis, rendue à sa voiture, elle se rend compte qu'elle est en panne. Elle ouvre donc le coffre avant, puis commence à jouer "Just Dance" sur le piano qui se trouve à l'intérieur ! Après l'interprétation complète de Just Dance et de Beautiful, Dirty, Rich, Lady Gaga décrit le Monster ball en tant que lieu où tous les mauvais monstres sont contenus à l'extérieur et qu'il faut simplement se sentir libre. Elle finit par la phrase "Tout ce que vous devez faire, c'est de suivre le chemin lumineux". Vient ensuite "Vanity" une seconde chanson non publiée, chantée du 18 février 2010 au 19 septembre 2010. Elle sort de scène quelques instants puis revient avec la chanson "The Fame", qu'elle joue avec l'instrument EMMA.

Lady Gaga interprétant Paparazzi habillé de son "Pyro Bra"

Pour l'ouverture de la secondes partie c'est l'interlude Puke (aussi appelée Vomit ou Exorciste Interlude selon les modifications apportées) où Lady Gaga se fait vomir dessus et reste impassible, elle mange ensuite un cœur et le sang retourne dans sa bouche. Lady Gaga chante alors "Lovegame" en version remixée dans un wagon de métro, elle agite son DiscoStick durant la fin de la chanson. Elle dit quelques mots à ses "Littles Monsters" puis dédicace la chanson "Boys Boys Boys" aux gays du public. Après une courte sortie de scène, Lady GaGa joue une version plus rock'n'roll de son hit "Money Honey". Vêtue d'un grand manteau noir version cuir elle l'enlève, s'avance vers la scène centrale & parle à ses "Littles Monsters" tout en ramassant les cadeaux jetés par ses fans. En Amérique du Nord, Gaga appelle l'un de ses fans dans le public avant de commencer "Telephone" mais ne le fait pas dans la partie Européenne. Après tout ça, elle met ses mains en téléphone et prononce un : "Hello ? ...Beyoncé ?" puis vient la chanson "Telephone". Une fois finie, la scène est plongée dans l'obscurité quelques instants quand soudainement un piano sort du sol. Durant cette partie acoustique Gaga parle énormément avec ses fans, c'est la séquence émotion du show, il lui est même déjà arrivé de pleurer sur la chanson "Speechless", elle joue ensuite du piano avec ses bottes, monte dessus, descend et chante "You And I" un extrait de son prochain album "Born This Way", d'autres chansons peuvent être ajoutées en fonction de certaines dates comme "Stand By Me", "Living On The Radio" ou même "Brown Eyes". Elle s'avance encore une fois vers le public pendant qu'un écran géant en forme de cercle s'abat sur elle et quelques danseurs, c'est le Twister Interlude, de nombreuses fumées colorées sont projetées. Le cercle se relève et une magnifique Lady Gaga apparait portant une robe blanche dite vivante, car elle bouge de temps à autres, c'est la chanson "So Happy I Could Die" durant la chanson des ailes sortent de la robe et la scène centrale se soulève, semblant s'envoler du reste des infrastructures, Lady Gaga déclare avoir construit la scène de cette façon pour pouvoir être en haut avec son public chaque soir. La scène redescend et Gaga se dirige seule vers le rideau de projection devant la grande scène qui se soulève et la fait disparaitre.

Pour entamer la troisième partie du show c'est la video "Put Your PAWS Up" qui commence. La scène est plongée dans un autre décor, la forêt. "Don't Call Me GAGA" prononce-t-elle avant de commencer "Monster", elle changera trois fois de tenues durant cette chanson. Elle chante ensuite "Teeth" et parle énormément à la fin de la chanson en répétant "Show me your teeth" grâce aux notes de guitare de son guitariste. Vient ensuite l'intro "The Internal Fountain" juste avant "Alejandro" où une fontaine de sang avec la statue de Lucifer est placée sur la scène. Pour finir cet acte c'est le "Manifesto Of Little Monsters", vidéo où elle rend hommage à tous ses fans. Elle chante ensuite "Poker Face" dans une version accélérée, pendant que la scène principale reste cachée par un rideau de projection où Gaga apparait en gros plan durant sa performance. Lady Gaga retourne en backstage, un nouvel interlude est lancé, appelé par certains "The Dark City". La scène nous dévoile ensuite un énorme monstre des abysses et une Gaga effrayée par ce monstre, avant "Paparazzi" une musique de fond telle les films d'horreur est jouée, Gaga dit à ses amis qu'ils sont presque arrivés au "Monster ball" mais ses amis effrayés la quittent. Elle tentera d'échapper au monstre dit "The Fame Monster" en demandant aux fans de le tuer à l'aide de leurs Flash mais se fera manger, puis ressortira de la scène victorieuse avec son fameux Pyro Bra (soutient-gorge explosif) qui tuera le monstre. Elle remercie ensuite le public et dit qu'il faut toujours être fière de sa personne car nous sommes tous nés superstars.

Lady Gaga et Maria Aragon interprétant Born This Way lors de sa tournée The Monster Ball Tour

Un rappel est lancé et pour finir le concert, Lady Gaga apparait dans une sorte d'orbite spatiale géante et chante "Bad Romance" et à partir du 19 février 2011 "Born This Way". À noter que ce "récit" ne contient pas toutes les musiques et tableaux joués durant ce show en raison de sa longueur (plus de deux heures) et de ses constantes modifications mais les performances principales.

Réception de la première version[modifier | modifier le code]

Gaga performing "Just Dance" while playing a keytar.
Lady Gaga interprétant Just Dance lors un concert de la tournée The Monster Ball Tour.

Jane Stevenson du Toronto Sun donne une note de quatre étoiles sur cinq au premier Monster Ball et explique que « Lady Gaga est apparu comme une artiste confiante, colorée et kitsch. [...] Le succès de Gaga était évident, des écrans pour projeter des vidéos, les lumières, des costumes élaborés, des danseurs, et oui, un groupe, bien que la scène soit quelques fois dans le noir lorsqu'elle sort pour faire ces changements de costume » [réf. nécessaire]. T'Cha Dunlevy pour The Gazette remarque qu'il manque quelque chose à l'interprétation, expliquant que « les éléments sont là, mais ils n'ont pas tous été réunis ». Il ajoute que le spectacle n'atteint son apogée qu'à la fin, quand Gaga interprète Poker Face et Bad Romance. Dunlevy conclut que « mieux vaut tard que jamais » [réf. nécessaire]. Aedan Helmer de Jam! dit qu'« à première vue, il pourrait sembler que la véritable force motrice de la fulgurante ascension de Gaga, est dû à ses costumes, son équipe de décorateurs - baptisé Haus de Gaga - qui semblent ne connaître aucune limite quand il s'agit d'aller dans la haute couture et le théâtre de l'absurde. [...] » [3]. Kelly Nestruck pour The Guardian dit que « bien que The Monster Ball n'a rien d'un grand opéra ou de l'âge d'or de la comédie musicale, l'opéra electro-pop de Lady Gaga est au moins deux fois plus divertissant et infiniment plus frais que n'importe quelle comédie musicale écrite au cours des dix dernières années »[4]. Pour Lauren Carter du Boston Herald loue le concert disant que Lady Gaga n'a que deux albums à son actif (peut-être plus proche de un et demi), mais qui s'en soucie ? et qu'après le concert « les spectateurs pouvaient légitimement penser en partant que Lady Gaga est folle, brillante ou les deux »[5].

Ordre des chansons[modifier | modifier le code]

Dates et lieux des concerts[modifier | modifier le code]

Date Ville Pays Salle Affluence Revenu
Amérique du Nord
Montréal Drapeau du Canada Canada Centre Bell 12,013[6] 564,821 $[6]
Toronto Air Canada Centre 12,265[6] 619,497 $[6]
Ottawa Scotiabank Place 7,645[6] 375,875 $[6]
Boston Drapeau des États-Unis États-Unis Wang Center 7,056[6] 385,924 $[6]
Camden Susquehanna Bank Center 7,143[6] 291,295 $[6]
Vancouver Drapeau du Canada Canada Queen Elizabeth Theater 8,220[6] 479,149 $[6]
San Francisco Drapeau des États-Unis États-Unis Bill Graham Civic Auditorium 17,000[6] 840,960 $[6]
Las Vegas Pearl Concert Theater N/A N/A
San Diego San Diego sports arena
Los Angeles Nokia Theater 20,559[6] 944,680 $[6]
New Orleans UNO Lakefront Arena N/A N/A
Atlanta Fox theatre 8,897[6] 489,849 $[6]
Miami James L Knight Center 9,365[6] 445,933 $[6]
Orlando Hard Rock Live 6,753[6] 283,886 $[6]
Saint-Louis Fox theater N/A N/A
Chicago Rosemont Theatre 12,712[6] 610,177 $[6]
Détroit Joe Louis Arena 16,084[6] 750,090 $[6]
New York Radio City Music Hall 23,684[6] 1,360 $, 515[6]
West Lafayette Edward C. Elliott Hall of Music 5,765[6] 198,893 $[6]
Europe
Manchester Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni MEN Arena 16,764[6] 759,233 $[6]
Dublin Drapeau de l’Irlande Irlande O2 Dublin 25,194[6] 1,225 $, 970[6]
Belfast Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Odyssey Arena 10,038[6] 426,986 $[6]
Liverpool Echo Arena N/A N/A
Londres O2 Arena 33,636[6] 1,564 $, 080[6]
Glasgow SECC N/A N/A[6]
Cardiff International Arena
Newcastle Metro Radio Arena
Birmingham LG Arena
Océanie
Auckland Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Vector Arena 23,084[6] 1,056 $, 840[6]
Sydney Drapeau de l'Australie Australie Sydney Entertainment Centre 23,640[6] 1,688 $, 760[6]
Newcastle Entertainment Centre 7,182[6] 527,770 $[6]
Melbourne Rod Laver Arena 26,199[6] 1,786 $, 006[6]
Brisbane Brisbane Entertainment Centre 25,222[6] 2,065 $, 210[6]
Canberra Ais Arena 4,990[6] 328,569 $[6]
Perth Burswood Dome 18,383[6] 1,746 $, 560[6]
Adelaide Entertainment Centre 9,186[6] 629,515 $[6]
Wollongong Entertainment Centre 5,183[6] 349,420 $[6]
Sydney Sydney Entertainment Centre 11,820[6] 844,380 $[6]
Melbourne Rod Laver Arena 13,099[6] 893,003 $[6]
Asie
Kōbe Drapeau du Japon Japon World Memorial Hall N/A N/A
Yokohama Yokohama Arena
Europe
Stockholm Drapeau de la Suède Suède Globe Arena N/A N/A
Hambourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne ColorLine Arena 7,010[6] 600,688 $[6]
Berlin O2 Arena N/A N/A
Arnhem Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Gelredome
Anvers Drapeau de la Belgique Belgique Sportpaleis 31,818[6] 2,483 $, 340[6]
Paris Drapeau de la France France Palais omnisports de Paris-Bercy 31,474[6] 2,763 $, 340[6]
Oberhausen Drapeau de l'Allemagne Allemagne König Pilsener Arena N/A N/A
Strasbourg Drapeau de la France France Zénith de Strasbourg
Nottingham Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Nottingham Arena
Birmingham LG Arena
Londres O2 Arena 34,159[6] 3,057 $, 250[6]
Manchester MEN Arena 23,563[6] 2,247 $, 800[6]
Sheffield Sheffield Arena N/A N/A
Amérique du Nord
Montréal Drapeau du Canada Canada Centre Bell 16,036[6] 1,686 $, 050[6]
Boston Drapeau des États-Unis États-Unis TD Garden N/A N/A
Atlantic City Boardwalk Hall 13,335[6] 1,824 $, 963[6]
New York Madison Square Garden 45,461[6] 5,083 $, 454[6]
Toronto Drapeau du Canada Canada Air Canada Centre N/A N/A
Cleveland Drapeau des États-Unis États-Unis Quicken Loans Arena
Indianapolis Conseco Fieldhouse
Saint-Louis Scottrade Center
Oklahoma Ford Center
Dallas American Airlines Center 25,955[6] 2,965 $, 424[6]
Houston Toyota Center N/A N/A
Denver Pepsi Center
Phoenix US Airways Center
Kansas City Sprint Center
Chicago 2010 Lollapalooza Music Festival 238,247[6] 17,251 $, 715[6]
Los Angeles Staples Center 29,211[6] 3,532 $, 782[6]
Las Vegas MGM Grand Garden Arena N/A N/A
San Jose HP Pavilion At San Jose
Portland Rose Garden Arena 13,149[6] 1,386 $, 255[6]
Tacoma Tacoma Dome N/A N/A
Vancouver Drapeau du Canada Canada General Motors Place
Edmonton Rexall Place 28,282[6] 2,794 $, 870[6]
Saint Paul Drapeau des États-Unis États-Unis Xcel Energy Center N/A N/A
Milwaukee Bradley Center
Détroit The Palace of Auburn Hills
Pittsburgh Consol Energy Center
Washington Verizon Center 14,528[6] 1,646 $, 434[6]
Charlottesville John Paul Jones Arena N/A N/A
Philadelphie Wachovia Center
Hartford XL Center
Charlotte Time Warner Cable Arena
Raleigh RBC Center
Europe
Helsinki Drapeau de la Finlande Finlande Hartwall Arena N/A N/A
Oslo Drapeau de la Norvège Norvège Oslo Spektrum
Herning Drapeau du Danemark Danemark Herning Arena
Dublin Drapeau de l’Irlande Irlande O2 Dublin
Belfast Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Odyssey Arena
Zagreb Drapeau de la Croatie Croatie Zagreb Arena
Budapest Drapeau de la Hongrie Hongrie Papp László Budapest Sportaréna
Turin Drapeau de l'Italie Italie Palaolimpico
Vienne Drapeau de l'Autriche Autriche Stadhalle
Zurich Drapeau de la Suisse Suisse Hallenstadion
Prague Drapeau de la République tchèque République tchèque O2 Arena
Malmö Drapeau de la Suède Suède Malmö Arena
Anvers Drapeau de la Belgique Belgique Sportpaleis 31,941[6] 2,772 $, 040[6]
Gdansk Drapeau de la Pologne Pologne Gdansk Arena N/A N/A
Rotterdam Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas The Ahoy
Lyon Drapeau de la France France Halle Tony Garnier
Milan Drapeau de l'Italie Italie Mediolanum Forum
Barcelone Drapeau de l'Espagne Espagne Palau Sant Jordi
Lisbonne Drapeau du Portugal Portugal Pavilhão Atlântico
Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne Palacio de Deportes
Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Millenium Dome
Paris Drapeau de la France France Palais omnisports de Paris-Bercy
Amérique du Nord
Atlantic City Drapeau des États-Unis États-Unis Boardwalk Hall 13,492[6] 1,609 $, 752[6]
New York Madison Square Garden 28,949[6] 3,211 $, 580[6]
Washington Verizon Center 15,080[6] 1,670 $, 331[6]
Pittsburgh Consol Energy Center 14,713[6] 1,554 $, 415[6]
Chicago United Center 15,845[6] 1,801 $, 457[6]
Grand Rapids Van Andel Arena 11,992[6] 1,227 $, 096[6]
Toronto Drapeau du Canada Canada Air Canada Centre 16,488[6] 1,887 $, 085[6]
Buffalo Drapeau des États-Unis États-Unis HSBC Arena 15,512[6] 1,580 $, 602[6]
Ottawa Drapeau du Canada Canada Scotiabank Place 14,250[6] 1,515 $, 657[6]
Boston Drapeau des États-Unis États-Unis TD Garden 14,361[6] 1,525 $, 663[6]
Columbus Jerome Schottenstein Center 13,229[6] 1,369 $, 378[6]
Louisville KFC Yum! Center 17,270[6] 1,678 $, 962[6]
Dallas American Airlines Center 13,546[6] 1,369 $, 067[6]
San Antonio AT&T Center 14,257[6] 1,462 $, 754[6]
Omaha Qwest Center 15,313[6] 1,606 $, 232[6]
Salt Lake City Energy Solutions Arena 14,385[6] 1,313 $, 005[6]
Oakland Oracle Arena 15,913[6] 1,563 $, 797[6]
Sacramento Arco Arena 14,285[6] 1,302 $, 951[6]
Las Vegas MGM Grand Garden Arena 14,119[6] 1,712 $, 826[6]
Phoenix US Airways Center 14,166[6] 1,386 $, 115[6]
Los Angeles Staples Center 14,883[6] 1,555 $, 789[6]
San Diego Viejas Arena 9,655[6] 1,147 $, 055[6]
Anaheim Honda Center 13,026[6] 1,380 $, 353[6]
Tulsa BOK Center 13,710[6] 1,322 $, 897[6]
Austin Frank Erwin Center 12,904[6] 1,295,938[6]
Houston Toyota Center 13,412[6] 1,401 $, 330[6]
La Nouvelle-Orléans New Orleans Arena 13,513[6] 1,302 $, 998[6]
Fort Lauderdale BankAtlantic Center 13,398[6] 1,442 $, 679[6]
Miami American Airlines Arena 14,695[6] 1,573 $, 090[6]
Orlando Amway Center 13,541[6] 1,460 $, 286[6]
Tampa St. Pete Times Forum 15,134[6] 1,506 $, 017[6]
Atlanta Gwinnett Center 10,864[6] 1,173 $, 392[6]
Nashville Bridgestone Arena 14,925[6] 1,485 $, 607[6]
Newark Prudential Center 14,809[6] 1,500 $, 885[6]
Uniondale Nassau Coliseum 13,195[6] 1,393 $, 404[6]
Montréal Drapeau du Canada Canada Centre Bell 16,417[6] 1,765 $, 492[6]
Cleveland Drapeau des États-Unis États-Unis Quicken Loans Arena 14,857[6] 1,499 $, 897[6]
Guadalajara Drapeau du Mexique Mexique Stade 3 de marzo 29,047[6] 2,559 $, 232[6]
Mexico Foro Sol 111,060[6] 6,699 $, 708[6]

Diffusion du concert[modifier | modifier le code]

La captation du concert se fit au Madison Square Garden de New York le 21 et 22 février 2011. Quelque temps plus tard la chaine américaine privée HBO annonce la diffusion du show et de séquences inédites en coulisses sous forme d'un documentaire du nom de Lady Gaga presents The Monster Ball Tour at Madison Square Garden . La réalisation de ce documentaire fut confié à Laurieann Gibson, chorégraphe et amie de Lady Gaga et il fut finalement diffusé le 7 mai 2011 en Amérique du Nord, soit le lendemain de la fin de la tournée. Par la suite plusieurs autres chaines rachetèrent les droits du show pour le diffuser dans le monde entier.

La Belgique fut le premier pays européen à diffuser le concert seulement 5 jours après sa diffusion sur HBO et ce sur la chaine privée Be TV, la diffusion bénéficia d'une grande campagne publicitaire à travers tout le pays.

En France, la première diffusion de ce concert s'est faite sur NRJ Hits le 18 mai 2011 à 21h[7]. Il a été diffusé le 23 mai 2011 sur NRJ 12, à l'occasion de la sortie du nouvel album de Lady Gaga, Born This Way. Et à l'occasion de la Fête de la musique, NRJ 12 a rediffusé le concert une nouvelle fois le 22 juin 2011.

Un dvd du show est mis en vente le 21 novembre 2011, c'est le même que celui enregistré par HBO.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « L'imbattable Lady Gaga explose un nouveau record ! »
  2. http://www.billboard.com/#/events/lady-gaga-s-monster-ball-tour-breaks-record-1005172562.story
  3. Aedan Helmer, « Concert Review: Lady Gaga Scotiabank Place, Ottawa », Jam!,‎ novembre 2009 (lire en ligne)
  4. (en) Kelly Nestruck, « Lady Gaga's Monster Ball, reviewed by a theatre critic », The Guardian,‎ novembre 2009 (lire en ligne)
  5. (en) Lauren Carter, « Lady Gaga bares her ‘Teeth,’ ‘Poker Face’ », Boston Herald,‎ décembre 2009 (lire en ligne)
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av, aw, ax, ay, az, ba, bb, bc, bd, be, bf, bg, bh, bi, bj, bk, bl, bm, bn, bo, bp, bq, br, bs, bt, bu, bv, bw, bx, by, bz, ca, cb, cc, cd, ce, cf, cg, ch, ci, cj, ck, cl, cm, cn, co, cp, cq, cr, cs, ct, cu, cv, cw, cx, cy, cz, da, db, dc, dd, de, df, dg, dh, di, dj, dk, dl, dm, dn, do, dp, dq, dr, ds, dt, du, dv, dw, dx, dy, dz, ea, eb, ec, ed, ee, ef, eg, eh, ei, ej, ek, el, em, en, eo, ep, eq, er, es, et, eu, ev, ew, ex, ey, ez, fa, fb, fc, fd, fe, ff, fg, fh, fi, fj, fk, fl et fm (en) « Billboard Boxscore » (consulté le 21 mai 2012)
  7. http://www.news-de-stars.com/lady-gaga/lady-gaga-son-concert-new-yorkais-sur-nrj-hits_art48731.html Lady Gaga : son concert new-yorkais sur NRJ Hits

Liens externes[modifier | modifier le code]