Gdańsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gdansk)
Aller à : navigation, rechercher
Gdańsk
Blason de Gdańsk
Héraldique
Drapeau de Gdańsk
Drapeau
Image illustrative de l'article Gdańsk
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Poméranie
District Powiat-Ville de Gdańsk
Maire Paweł Adamowicz
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 58
Immatriculation GD
Démographie
Population 455 717 hab. (2008)
Densité 1 739 hab./km2
Population de l'agglomération 1 035 000 hab.
Géographie
Coordonnées 54° 21′ 07″ N 18° 38′ 48″ E / 54.3520252, 18.6466384 ()54° 21′ 07″ Nord 18° 38′ 48″ Est / 54.3520252, 18.6466384 ()  
Superficie 26 200 ha = 262 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Gdańsk

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Gdańsk
Liens
Site web http://www.gdansk.pl

Gdańsk Prononciation du titre dans sa version originale Écouter, Gduńsk en cachoube, Danzig en allemand (d’où Dantzig[1] ou Dantzick en français), située sur la mer Baltique, est la 6e ville de Pologne par sa population et la plus grande ville portuaire de ce pays. Entre 1975 et 1998, la ville fut le chef-lieu de la voïvodie de Gdańsk et depuis 1998, Gdańsk est le chef-lieu de la voïvodie de Poméranie et a rang de powiat-ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Mois Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Température moyenne diurne la plus élevée (°C) +1,4 +2,1 +5,5 +10,1 +15,6 +19,0 +21,0 +21,4 +16,9 +12,0 +6,0 +2,9
Température moyenne diurne la plus basse (°C) -3,4 -3,0 -0,5 +2,7 +7,4 +11,0 +13,3 +13,1 +9,7 +5,8 +1,5 -1,6
Précipitations (mm) 24,6 17,9 22,4 29,5 48,9 63,5 66,7 55,8 54,9 47,4 42,3 33,7
Nombre de Jours pluvieux 15 13 13 11 12 13 13 12 14 14 16 16
Source: Organisation météorologique mondiale

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est d'origine slave - la racine proto-slave gъd désignait les terrains humides et les marécages. L'étymologie exacte n'as pas été déterminée de façon univoque. La première fois que la ville est mentionnée, c'est sous le nom de Gyddanyzc, dans La Vie de Saint-Adalbert[2],[3]..

Durant son histoire, la ville fut connue sous les noms Kdansk, Gdanzc, Dantzk, Dantzig, Dantzigk, Danzig, Dantiscum, Dantzick et Gedanum.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les recherches archéologiques indiquent qu'un bourg de pêcheurs et d’artisans poméraniens, dont sont issus les Cachoubes actuels, existe depuis le VIIe siècle. Un château fortifié (grod) y fut construit par le roi de la Pologne aux environs de 980. Le bourg est fréquenté tôt par des commerçants vikings et allemands. Gdańsk est citée pour la première fois en 997, (Gyddanyzc urbs) dans l’Histoire de la Mission d’Adalbert de Prague, qui essaya en vain d’introduire le christianisme en Poméranie et en Prusse.

Gedania (en latin) obtint le statut de ville avec le droit de Lübeck en 1224. En 1295, elle passa avec sa province sous suzeraineté polonaise. Le 14 novembre 1308, les Chevaliers teutoniques s’emparent de Gdańsk en chassant le duc de Poméranie, massacrent ses habitants et conservent la région. De ce fait même, la ville est annexée à la Prusse-Orientale. Les chevaliers de l’Ordre agrandirent la ville en 1311 et la fortifièrent en 1314.

La population, en plus des Cachoubes, était largement formée de colons allemands : marchands, paysans, moines. C'est un des points d'appui du Drang nach Osten germanique au Moyen Âge. Dantzig adhère à la Hanse en 1310 et elle en était une des principales villes ; lors de la dissolution de la ligue, elle resta unie aux trois villes de Lübeck, Hambourg et Brême (jusqu'au XIXe siècle, on a nommé ces quatre cités les villes hanséatiques). Du XIIIe au XVIIe siècle, c'est une des places les plus importantes pour l'échange des marchandises dans le trafic entre l'est, le nord et l'ouest de l'Europe.

Renaissance et époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1454, elle fut reconquise par les Polonais.

De 1466 à 1793, Gdańsk était une ville libre dans la République nobiliaire de Pologne bien qu'elle eût une population en majorité allemande.

Ayant refusé en 1575 de reconnaître Étienne Bathory, elle eut à soutenir la guerre contre ce monarque, qui s'en empara en 1577.

Durant la Guerre de Succession de Pologne, Stanislas Leszczyński, beau-père de Louis XV, s'y réfugia en 1734 et y soutint un siège.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La ville est annexée à la Prusse pendant le dernier partage de la Pologne en 1795. Elle devint la capitale de la Prusse-Occidentale jusqu'en 1920, avec une brève interruption sous Napoléon entre 1807 et 1813. En 1807, le maréchal Lefebvre fit le siège de Dantzig et s'empara de cette place. Il reçut en récompense le titre de duc de Dantzick.

Par la paix de Tilsitt, conclue la même année, Dantzig fut déclarée ville libre, sous la protection de la Prusse et de la Saxe (dont le roi était également duc de Varsovie, mais conserva une garnison française. Les alliés la reprirent en 1813 après un long siège soutenu par Rapp ; elle fut rendue à la Prusse qui en fit le chef-lieu de la Prusse-Occidentale (Westpreussen).

Le Traité de Versailles consécutif à la Première Guerre mondiale fit de Dantzig une ville libre, sous le contrôle de la Société des Nations (1920), malgré une large majorité allemande. La Pologne fut responsable pour sa politique extérieure, etc. En septembre 1939, la Seconde Guerre mondiale commença par le bombardement de la garnison polonaise de Westerplatte, puis Dantzig fut occupé par l'Allemagne.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville fut partiellement détruite pendant sa prise par l'armée soviétique et l'armée polonaise, la population allemande a fui ou fut expulsée, et la ville fut de nouveau rattachée à la Pologne à la suite de conférences entre Staline, Churchill et de Roosevelt et fut de nouveau connue sous son nom polonais Gdańsk notamment en français et en anglais. Entre temps, les bâtiments historiques du centre-ville furent reconstruits, alors que les quartiers nouveaux furent édifiés plus près du littoral de la mer Baltique.

Le port de Gdańsk devint le plus important du pays. En décembre 1970, des ouvriers des chantiers navals de Gdańsk ont constitué un syndicat indépendant et se sont révoltés contre les dirigeants communistes. La répression a fait officiellement 44 morts et de nombreux blessés. Le 16 mai 2001, le général Jaruzelski (qui était alors ministre de la Défense) a été accusé d'avoir ordonné aux troupes d'ouvrir le feu sur la foule[4]. Soutenus par leurs collègues de Szczecin et de Silésie, les ouvriers de Gdańsk ont réussi à faire changer la mentalité des Polonais par rapport aux dirigeants communistes. En 1980, le syndicat Solidarność et son leader Lech Wałęsa ont conduit une révolte similaire dans les chantiers navals de la ville. En 1989, la Pologne est devenue une démocratie, ce qui permit à Gdańsk un développement rapide et l'entrée dans l'économie de marché capitaliste.

  • Gdańsk est surnommée la capitale mondiale de l'ambre[5]

Source partielle[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon les données du GUS.

Transport[modifier | modifier le code]

  • L'Aéroport Lech Wałęsa, qui s'est substitué à celui de Gdańsk-Wrzeszcz, dessert la ville. Il est situé à Rębiechowo, à une dizaine de kilomètres de la ville.

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marie de Gdańsk, basilique de la ville et une des plus grandes églises en brique au monde
  • Horloge astronomique: Au centre de la ville, dans le transept nord de l'immense église Notre-Dame se trouvait l’horloge astronomique. Haute de 14 mètres, elle fut à sa construction la plus grande horloge du monde. Achevée en 1470, elle était composée de deux cadrans : calendrier en bas, cadran astronomique en haut. Elle fut malheureusement détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, mais reconstruite depuis. Elle reste aujourd'hui un objet de curiosité : elle donne l'heure, la date, les phases de la lune, et les saints du calendrier.
  • Chantiers navals de Gdańsk avec près de l'entrée la place Solidarność où s’élève le Monument aux ouvriers du chantier naval tombés en 1970, trois croix décorées d’une ancre de marine à la mémoire des ouvriers tués lors des grèves de 1970.

Religion et lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Archevêché[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Gdańsk est jumelée avec [6]:

Expressions françaises y faisant référence[modifier | modifier le code]

  • Chocolat de Dantzig : Argent, en référence au cadeau de l’empereur Napoléon au maréchal Lefebvre, duc de Dantzick.
  • Ne pas mourir pour Dantzig, en référence au célèbre article de Marcel Déat, (alors pacifiste, avant de devenir collaborationniste pendant l’Occupation), paru en août 1939 dans L’Œuvre sous le titre : « Faut-il mourir pour Dantzig ? ». En d’autres termes, fallait-il déclarer la guerre à Hitler pour l’empêcher d’annexer Dantzig ? La France et la Grande-Bretagne étaient liées avec la Pologne par les traités militaires les obligeant à intervenir militairement en cas d'agression contre l'un d'eux par un pays tiers (il s'agissait en l'occurrence de l'Allemagne). Or, lorsque la Pologne est attaquée par l'Allemagne nazie le 1er septembre 1939, les premiers coups de feu s’abattent sur les installations militaires polonaises du territoire de la Ville libre de Dantzig. Les Français et les Britanniques tardent à remplir leurs engagements et laissent l'armée polonaise isolée dans son combat. Bien que les deux pays déclarent finalement la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939, cela ne se traduit pas en actions concrètes (drôle de guerre). Par la suite il est trop tard pour inverser le cours des évènements. La Pologne est écrasée, la France sera à son tour envahie par les Allemands. Cet épisode marque profondément la conscience collective polonaise et relativise la francophilie traditionnelle des Polonais.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La ville est découpée administrativement en 34 quartiers: 6 dzielnicas et osiedles.

Dzielnicas[modifier | modifier le code]

  • Chełm
  • Piecki-Migowo
  • Przymorze Wielkie
  • Śródmieście
  • Wrzeszcz Dolny
  • Wrzeszcz Górny

Osiedles[modifier | modifier le code]

Villes voisines sur le littoral baltique[modifier | modifier le code]

  • Gdynia : ville portuaire et industrielle
  • Sopot : ville balnéaire

Les trois villes (trójmiasto en polonais) constituent aujourd'hui un complexe urbain de plus d'un million d'habitants dont la zone d'influence comprend les régions voisines non seulement de la Pologne, mais aussi de l'Allemagne.

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il existe toujours (en 2011) une « rue de Dantzig » dans le 15e arrondissement de Paris.
  2. Kazimierz Rymut, Nazwy Miast Polski, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich,‎ 1987, 72 p. (ISBN 83-04-02436-5)
  3. Jan Kanapariusz: "Świętego Wojciecha żywot pierwszy", Texte latin Jadwiga Karasińska, traduit par Kazimierz Abgarowicz, commentaires Jadwiga Karasińska, Biblioteka Gdańska 2009, ISBN 978-83-7453-869-5
  4. Untitled Document
  5. http://regiony.poland.gov.pl/pomorskie/Ambre,127.html
  6. Villes jumelées de Gdańsk

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :