Michel II (empereur byzantin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel II et Michel Psellos.
Michel II
Empereur byzantin
Image illustrative de l'article Michel II (empereur byzantin)
Solidus de Michel II l'Amorien et son fils Théophile
Règne
25 décembre 820 - 2 octobre 829
&&&&&&&&&&&032038 ans, 9 mois et 7 jours
Période Amorien
Précédé par Léon V l'Arménien
Suivi de Théophile
Biographie
Naissance 770
(Amorium)
Décès 2 octobre 829 (59 ans)
(Constantinople)
Épouse Thekla
Euphrosyne
Descendance Théophile
Liste des empereurs byzantins

Michel II l'Amorien (en grec Μιχαήλ B' ὁ Ἀμοριεῦς ; né en 770, mort le 2 octobre 829), dit également Psellos (« le Bègue », ὁ Ψηλλός), est empereur byzantin de 820 à 829. Il est le fondateur de la dynastie amorienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans un milieu modeste à Amorium (Amorion) en Phrygie en 770, le fils de Léon, Amorien Phrygien d'origine obscure, et petit-fils de Georges. Il entre dans l'armée comme simple soldat mais s'élève rapidement par son mérite au rang de général.

Il épouse Thekla, fille de Bardanès Tourkos, et de Dominika. De ce premier mariage naît Théophile. Bardanios est probablement le frère ou le beau-frère de Bardas, lequel est le père du futur Léon V. Son second mariage avec Euphrosyne, fille de Constantin VI, qui avait pris le voile, engendre cependant un conflit avec l'Église.

Il soutient son compagnon et cousin par marriage Léon V l'Arménien lorsque celui-ci s'empare du trône en renversant Michel Ier Rhangabé (813). Mais les relations entre les deux hommes s'enveniment et Michel est emprisonné lorsque sa participation à un complot est avérée. Condamné à mort en décembre 820, il est sauvé par la réaction de ses partisans qui assassinent Léon V dans l'église Sainte-Sophie, la nuit de Noël (25 décembre 820).

Devenu empereur, Michel II poursuit la persécution iconoclaste, rouverte par son prédécesseur, tout en faisant preuve d'une certaine modération, ce qui lui vaut une certaine popularité.

Dès son accession au trône, il associe son fils Théophile pour assurer la transmission du pouvoir et la légitimité de son successeur.

Michel doit faire face à la révolte d'un soldat, Thomas le Slavonien, lui aussi général, entre 822 et 824. Pour cela il obtient l'aide des Bulgares, en particulier celle d'Omourtag, le fils de Kroum ; Thomas, quant à lui, reçoit le soutien du calife abbasside. Assiégées, les troupes de Thomas se rendent après avoir mangé leurs propres chevaux en décomposition. Quant à Thomas, il est empalé après avoir eu les pieds et les mains coupés.

Les Arabes enlèvent la Crète sous son règne (823) et commencent leurs attaques en Sicile (829).

Il meurt le 2 octobre 829, à l'âge de 59 ans, et son fils Théophile lui succède.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, « Synopsis Historiôn » traduit par Bernard Flusin et annoté pat Jean-Claude Cheynet, éditions P. Lethilleux, Paris, 2003 (ISBN 2283604591), « Michel Le Bègue », p. 25-46.