Masters of Hardcore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MoH.

Masters of Hardcore

alt=Description de l'image MOH-logo.jpg.
Filiale Darkcore, Overload Records
Fondation 1996
Fondateur Outblast et King Matthew
Statut Actif
Maison de disques Label indépendant
Genre Hardcore, gabber
Pays d'origine Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Siège Hemkade, Zaandam
Site web mastersofhardcore.com

Masters of Hardcore (souvent abrégé MOH ou M.O.H.) est un label néerlandais et festival indépendant de musiques électroniques gabber et hardcore. Fondé en 1996 par Outblast (label) et King Matthew (festivals), le label est, peu après sa création, pris à partie lors de prises de position politique[Par qui ?]. Cependant, Masters of Hardcore s'oppose au racisme adopté par une minorité des gabbers, à la répression des autorités qui considèrent le mouvement hardcore comme étant dangereux pour la jeunesse, mais aussi au populisme qui à cette époque s'intensifie aux Pays-Bas sous l'impulsion de Pim Fortuyn.

Des années plus tard, le label renaît sous l'influence des nouveaux artistes. Actuellement, Masters of Hardcore fait partie intégrante des labels majeurs du domaine gabber basés aux Pays-Bas et dans le monde entier. Le label possède ses propres médias - albums et compilations, produits dérivés (vêtements, posters, DVD, etc), ventes de musiques par Internet et sa propre radio en direct. De plus, le label organise annuellement ses soirées indépendantes, principalement aux Pays-Bas et en Belgique. Au fil de son existence, le label a vu et voit passer de nombreux artistes et groupes à la notoriété internationale tels que notamment Angerfist[1], Endymion[2], Tha Playah, et The Stunned Guys.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts et déclin[modifier | modifier le code]

Logo en relief.

Masters of Hardcore est originellement fondé en 1996 par les compositeurs néerlandais Marc Out et Matthijs Hazeleger[3]. Le label émerge en réponse au déclin de la scène gabber et de sa musique[4], causé par sa diabolisation générale par les politiciens et médias locaux[5]. D'après son site officiel, le manifeste du label est explicite : « Abandonné par les fans qui ne croyaient plus au hardcore. Déconsidéré par les médias et interdit par des politiciens ignorants. Nous avons un message : Allez ! tous ! vous faire foutre ! »).

La première sortie du label est un vinyl du même nom « Masters of Hardcore » incluant deux compositions de Bass-D & King Matthew, Rob Gee et DJ J.D.A, commercialisé en avril 1996[6]. Aux alentours de 1998, la scène hardcore atteint un point critique - les labels majeurs n'étaient plus inspirés dans la production de ce style musical et bon nombre d'entre eux tentaient d'organiser des événements dance et trance ; au prix de longues batailles juridiques, une soirée MOH est alors organisée : les 2 000 places prévues sont vendues. Les premières compilations anglais : Masters of Hardcore se vendent à 30 000 exemplaires : aucun grand succès ne se fait pour le moment ressentir, mais le label gagne en indépendance. MOH s'agrandit alors avec l'arrivée d'autres artistes ayant précédemment beaucoup contribué au succès des festivals Thunderdome et de leurs compilations homonymes ; ces artistes incluent notamment Buzz Fuzz, DJ Paul et The Prophet. Dès 1999, Masters of Hardcore gagne de l'ampleur et une capacité maximum de près de 20 000 personnes assiste à leurs soirées.

Popularisation internationale[modifier | modifier le code]

Grâce à l'influence de nombreux artistes, Masters of Hardcore devient plus actif au début de l'année 2000, paradoxalement alors que la scène musicale gabber est à un stade critique. Ce n'est qu'au plus tard des années 2000 que Masters of Hardcore gagne en popularité avec l'émergence d'Internet (notamment, grâce aux comptes de réseaux sociaux faisant la promotion du label et de ses artistes). De nouveaux artistes font leur apparition comme Danny Masseling en 2002, alors sous le nom de Kid Morbid[7], et DaY-már en 2005 qui fera ses débuts dans la radio officielle du label[8]. En 2004, le labe lfait paraître le DVD Master of Hardcore vs. Hellraiser[9]. Dès 2005, en réponse aux critiques politiques et médiatiques à l'encontre de la scène gabber, MOH organise des soirées contre le racisme et le fascisme[10] ; c'est à cette même période que le label fait paraître l'EP intitulé Time To Make A Stand. En 2008, le label joue au TT-Hall Assen devant plus de 15 000 personnes[11]. En 2006, le label fait paraître le DVD de son événement The Genesis of the Hardcore Legacy, bien accueilli avec une note de 70/100 sur Partyflock[12]. En 2007, il fait paraître le DVD de son événement Raise Cain, également bien accueilli avec une note de 70/100 sur Partyflock[13].

En mars 2010, la dernière compilation du label intitulée Masters of Hardcore 15 Years CD Giftbox est commercialisée[14]. La même année, le label organise l'événement Symphony of Sins composé notamment de Korsakoff, Amnesys et Dyprax[15]. Encore en 2010, MOH annonce l'édition The Voice of Mayhem, pour la célébration de sa quinzième année d'existence[4]. À cette occasion, une bande-annonce est mise en ligne et annonce l'événement pour le 6 mars 2010[16],[17],[18].

Le seizième festival MOH, intitulée The Depths of Despair, se déroule le 26 novembre 2011 à Anvers, en Belgique[19] ; durant cet événement, Angerfist fait la promotion de son nouvel album intitulé Retaliate[19]. Par ailleurs, en à peine une journée, l'événement affiche complet[20]. Du 24 au 25 mars 2012, la dix-septième édition du festival The Torment of Triton se déroule au Lotto Arena d'Anvers en Belgique. Le 16 janvier 2013, la page officielle Facebook du label atteint 100 000 « j'aime »[21]. Début 2014, le label annonce son retour à Den Bosch avec un event appelé Empire of Eternity[22],[23]. Après la refonte du contexte économique événementiel aux Pays-Bas en 2013, et à la suite du rachat d'ID&T, Masters of Hardcore s'impose désormais comme le principal label gabber au monde, selon le DJ Partyraiser[24].

Anthems[modifier | modifier le code]

AniMe. Masters of Hardcore (Syndicate 2010).
  • 2004 - Base Alert - Zoo (Pays-Bas, Beursgebouw Eindhoven)
  • 2004 - Outblast feat. Korsakoff - Unleash The Beast (Pays-Bas, Thialf Stadion Heerenveen)
  • 2005 - Angerfist - The World Will Shiver (Pays-Bas, Thialf Stadion Heerenveen)
  • 2005 - Re-Style - Hardcore Psychopaths (Allemagne, Westfalenhallen Dortmund)
  • 2006 - Bass-D & King Matthew - The Genesis (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2006 - DaY-már - Embrace The Night (Allemagne, Westfalenhallen Dortmund)
  • 2007 - The Stunned Guys - Raise Cain (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2008 - Outblast - Infinity (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2008 - DaY-már - Pole Position (Pays-Bas, Assen, TT Hall)
  • 2009 - Catscan - Design The Future (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2009 - Noize Suppressor - Pole Position Lap II (Pays-Bas, Assen, TT Hall)
  • 2010 - Angerfist & Outblast - The Voice of Mayhem (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2010 - The Stunned Guys & Amnesys - Symphony of Sins (Belgique, Hasselt, Ethias Arena)
  • 2011 - Dyprax feat. MC Tha Watcher - Statement of Disorder (Pays-Bas,Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2011 - Angerfist - The Depths of Despair (Belgique, Antwerp, Loto Arena)
  • 2012 - State of Emergency - The Vortex of Vengeance (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2012 - Korsakoff - The Torment of Triton (Belgique, Antwerp, Lotto Arena)
  • 2013 - Re-Style - The Conquest of Fury (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)
  • 2014 - Tha Playah feat. MC Tha Watcher - Eternal (Pays-Bas, Den Bosch, Brabanthallen)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jack Bridges TID, « Guest Reviewer: Angerfist », sur Track It Down,‎ 9 février 2012 (consulté le 22 août 2014).
  2. (nl) « Nieuwe single Haagse zanger Remy Rond met hardcore-formatie ‘Violent episode’ van Endymion nu uit », sur 3voor12,‎ 23 mai 2014 (consulté le 20 août 2014).
  3. (nl) « MOH History » [PDF], sur Masters of Hardcore (consulté le 14 février 2013).
  4. a et b « Masters of Hardcore - 15 years - The voice of mayhem », sur be-dance.be,‎ 27 novembre 2009 (consulté le 20 août 2014).
  5. (en) « 28.11.1998: THUNDERDOME ‘98 FEC Expo Leeuwarden », sur Thunderdome (consulté le 28 décembre 2012).
  6. (en) « Bass-D & King Matthew versus Rob Gee & J.D.A. - Masters Of Hardcore (M.O.H. 001) », sur Discogs (consulté le 17 mars 2011).
  7. (en) « Masters of Hardcore, biographie du label », sur Discogs (consulté le 17 mars 2011).
  8. (nl) « DaY-már release op D-Boy Records & primeur MoH radio », sur Masters of Hardcore,‎ Mardi 5 avril 2005 (consulté le 20 janvier 2013).
  9. (nl) « Iguana_ », sur Partyflock,‎ 5 avril 2004 (consulté le 20 août 2014).
  10. (nl) « HARDCORE UNITED! »,‎ 18 avril 2005 (consulté le 20 janvier 2013).
  11. (nl) Marz667, « Nieuws: Trailerpop, Lowlands, 3voor12 Award e.a », sur Festival Info,‎ 2 juillet 2008 (consulté le 20 août 2014).
  12. (nl) Iguana_, « Masters of Hardcore - - The Genesis of the Hardcore Legacy DVD », sur Partyflock,‎ 14 juillet 2006 (consulté le 20 août 2014).
  13. (nl) Iguana_, « Masters of Hardcore - Raise Cain DVD », sur Partyflock,‎ 1er juillet 2007 (consulté le 20 août 2014).
  14. (en) « Masters Of Hardcore 15 Years CD Giftbox » (consulté le 17 mars 2011).
  15. Reiko, « Line-up Masters Of Hardcore », sur be-dance.be,‎ 8 septembre 2010 (consulté le 20 août 2014).
  16. « Masters of Hardcore - Trailer et line-up annoncé », sur be-dance.be,‎ 28 décembre 2009 (consulté le 22 août 2014).
  17. (nl) Karian, « Masters of Hardcore · Trailer en line-up release », sur Partyflock,‎ 23 décembre 2009 (consulté le 20 août 2014).
  18. (nl) Karian, « Masters of Hardcore · Win een vet studiopakket », sur Partyflock,‎ 26 janvier 2010 (consulté le 20 août 2014).
  19. a et b (nl)/(fr) « Masters of Hardcore – The Depths of Despair [UPDATE] », sur Bassevent.be,‎ 22 septembre 2011 (consulté le 20 janvier 2013).
  20. (en) « MASTERS OF HARDCORE – THE DEPTHS OF DESPAIR – SOLD OUT! », sur Art of Dance,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 20 août 2014).
  21. (en) « 100.000 MASTERS OF HARDCORE LIKES! », sur Masters of Hardcore,‎ 16 janvier 2013 (consulté le 20 janvier 2013).
  22. (nl) anonymously, « Masters of Hardcore · Empire of Eternity trailer », sur Partyflock,‎ 13 janvier 2014 (consulté le 31 mars 2014).
  23. (en) « Masters of Hardcore ‘Empire of Eternity’ », sur hardnews.nl,‎ 24 mars 2014 (consulté le 20 août 2014).
  24. [vidéo] (nl) « Interview Partyraiser », Masters of Hardcore, 2014, min [présentation en ligne]. Sous-titres en anglais.

Liens externes[modifier | modifier le code]